Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

Les charges patronnales: un boulet sur l’économie française, enfin combattu par la TVA sociale?

Ça est, après être contre cette mesure, il est enfin pour: la TVA sociale.

Sarkozy va réduire les charges patronales et redonner la compétitivité à nos entreprises.

C’est tellement bien qu’on se demande pourquoi il ne l’a pas fait avant.

 

Seulement, il y a un problème: c’est que Sarkozy, ainsi que tous les défenseurs de la TVA sociale (ce qui inclut Jean Arthuis), n’expliquent pas ce qu’il faut expliquer.

 

Le problème est bien les charges patronales qui en France sont trop élevés.

Pour 1 € de salaire net, il y a 1 € de charges patronales, c’est d’abord ça qu’il faut expliquer.

Effectivement, pour un grand groupe, c’est supportable. Mais une TPE/PME, qui représente la structure à soutenir pour relancer l’économie française, il s’agit d’un vrai boulet.

C’est d’autant plus dommageable que l’emploi se trouve majoritairement dans la TPE/PME, surtout pour les personnes qui y sont le plus éloignés.

 

Je vais prendre le cas de la première société dans laquelle j’ai travaillé pour appuyer mon propos. De mémoire, elle avait un chiffre d’affaire de 200k€/an.

J’étais payé (chômage longue durée oblige) 1k€ /mois (net), soit un coût de 2 k€ / mois pour l’entreprise.

On arrive donc à 24 k€ /ans soit pour 5 salariés (taille de ma première boite) un total de 120k€/an pour le fonctionnement en personnel, plus de 50% du chiffre d’affaire.

 

Deuxième exemple:

Je loue un magnifique appartement à Malakoff. J’ai aidé mon propriétaire en finançant une partie des travaux (moyennant baisse du loyer, ça va de soit).

On a fait jouer la concurrence entre une société, dont le devis pour l’ensemble revenait à environ 10k€ et un autoentrepreneur dont le devis était de 5k€.

Devinez d’où vient la différence de coût?

 

De plus, il y a un aspect malsain dans les charges patronales. Normalement, un patron paye des charges patronales pour que si il a des problèmes financiers, il passe la main au pouvoir public. Or, un licenciement économique coûte à une entreprise, même si il a les banquiers au cul (pardonner moi l’expression, mais c’est vraiment ça). Bravo la logique (et là aussi, c’est encore du vécu).

 

Du coup, on pousse les patrons vers la malhonnêteté, et ça, c’est franchement malsain et dangereux.

 

Il ne s’agit pas de mettre en cause les charges patronales, mais plutôt de dénoncer le fait que le bouchon est poussé trop loin.

Il est urgent, pour des raisons de compétitivité, et à terme d’emploi, de baisser les charges patronales.

 

Or, la baisse des charges patronales implique deux scénarios:

  1. On diminue d’autant les services sociaux financés par les charges patronales.
  2. On trouve un autre mode de financement.

En ce qui me concerne, je suis pour la solution 2.

La solution 2 implique que c’est les ménages qui paieront ce transfert (comme le démontre très bien Peyrelevade).

Du coup, ce transfert ce fait suivant également deux possibilités:

  1. L’augmentation de la TVA.
  2. L’augmentation de la CSG.

En ce qui concerne François Bayrou, qui est bien conscient de la nécessité de baisser les charges patronales (il propose une réflexion sur le sujet sur 3 ans), celui-ci est contre la TVA sociale.

En se basant sur ses experts, il pense qu’il faudrait augmenter la TVA de 5 points pour que les entreprises s’y retrouvent. Or, ça plomberait vraiment le pouvoir d’achat des ménages qui est déjà dégradé.

Néanmoins, François Bayrou propose une augmentation de 2 points de la TVA, mais c’est pour financer la réduction du déficit public.

 

En ce qui me concerne, je ne suis pas vraiment favorable à la TVA sociale, je préfère une augmentation de la CSG. Mais vu le boulet que constitue le taux élevé de charges patronales sur notre compétitivité et l’emploi, je préfère une TVA sociale plutôt que de laisser une situation malsaine se prolonger.

 

Car l’enjeu n’est pas d’être pour ou contre la TVA sociale, mais de savoir comment diminuer les charges patronales, même si c’est par une mauvaise solution.

 

Pour aller plus loin:

Publicités

31 janvier 2012 - Posted by | Election présidentielle 2012, Politique, Politique nationale | , , , , , , , , , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :