Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

De la nécéssité de réduire la dette (3/4):Une exigence sociale.

Je ne le répèterai jamais assez, je suis pour le service public.

Le service public permet l’égalité des chances (Éducation nationale), la justice, la sécurité (extérieure ou intérieure), la santé ainsi que la possibilité de se relever quand l’on tombe à terre (pôle emploi).

Or le problème d’un service public est complexe. Il compte comme une dépense de fonctionnement. Il est souhaitable que cette dépense tende vers zéro, mais dans la pratique, il faudra toujours mettre un minimum sérieux sur la table.

 

On peut organiser le service public pour qu’il soit plus efficace (sans avoir de notions de rentabilité qui n’ont pas de sens pour un service public) mais même si le service public est bien organisé, il coutera toujours un minimum, qu’il faudra mettre sur la table.

 

Ce qui veut dire qu’en dehors de son organisation, un service public, qui permet l’égalité et le lien social, qui est à la base du pacte social, demandera toujours un minimum de financements.

 

Or, si l’on continue à exploser les finances de l’état, il y a un moment où il ne sera plus possible de maintenir un service public.

 

Cela veut dire qu’une victoire de François Hollande, qui annonce dépenses sur dépenses, et de Sarkozy, signifierai la fin de notre service public et de notre pacte social, et par la suite de la France.

 

Seul François Bayrou, qui dès la campagne 2007 a pris au sérieux la nécessite de désendetter la France, permettra de sauver notre service public.

 

 

29 février 2012 Posted by | Election présidentielle 2012, Politique, Politique nationale | , , , , , , | Laisser un commentaire

Capitalisme, socialisme et démocratie (2/3):Le capitalisme, sa définition et sa fin selon Schumpeter

Je continue à parler de  « Capitalisme, socialisme et démocratie » de Schumpeter et d’aborder la seconde partie de l’ouvrage: le capitalisme.

Cette partie, très d’actualité avec la campagne électorale, a fait la renommée du livre.

 

Cette partie est-elle même découpée en deux parties.

 

Dans la première partie, Schumpeter définit le capitalisme comme le processus de « Destruction créatrice ».

Effectivement, le capitalisme n’est pas figé.

Un produit n’existe qu’à une date donnée. Mais il va évoluer.

Soit il va être fabriqué différemment, on peut citer Henry Ford qui a industrialisé l’automobile, soit il va disparaître car il va être remplacé par d’autres produits.

Si on reste dans l’automobile, on peut dire que celle-ci a remplacé le cheval.

C’est le processus de destruction qui va avec la perte d’emplois.

 

Mais d’autres produits apparaissent. L’apparition de ses produits va créer de nouveaux marchés et de nouveaux besoins. Le tout va permettre la création de nouveaux emplois. Récemment, on peut parler des Smartphones, d’internet…

C’est le processus de création qui va avec la création d’emploi.

 

Le problème de la France est justement dans le processus de création. Sa capacité d’investissement étant faible, le capitalisme français est « Destruction pas création ».

 

Enfin, chose importante, dans une seconde partie, Schumpeter prédit la fin du capitalisme.

Selon lui, le capitalisme va permettre aux gens de s’instruire et donc créer un surplus de gens dans les professions intellectuelles. Du coup, beaucoup de ces intellectuels vont rester sur le carreau.

Ils vont donc détruire le capitalisme de l’intérieur.

En France, on peut citer Philippe Meirieu ou Pierre Bourdieu.

 

29 février 2012 Posted by | Election présidentielle 2012, Politique, Politique nationale | , , , , , , | Laisser un commentaire

Ceccaldi-Raynaud devrait-être inéligible!

Puteaux…

La ville où la réalité dépasse la fiction, et dont la dernière note a fait exploser l’audience de ce blog, qui est généralement très modeste.

 

Donc, aujourd’hui, actualité oblige, on reparle de la ville dans laquelle je n’aimerais vraiment pas habiter: Puteaux (dans le 92).

 

Christophe Grébert, ennemi public numéro 1 de la mafia locale sauce Dallas, comme c’est très bien décrit dans 92 le clan du président, est dans une salle affaire qui risque d’avoir raison de lui.

De quoi s’agit-il?

Christophe Grébert, élu Modem a un blog d’information: mon Puteaux.

Il a été candidat aux cantonales de Puteaux et a fait 48% au second tour face au fils de Madame Joëlle Ceccaldi-Raynaud, Vincent Franchi.

Mais suite à une dénonciation anonyme de son concurrent, la CNCC (Commission nationale des comptes de campagne) a invalidé les comptes de Christophe Grébert. La cause: Elle estime que le blog mon Puteaux est un blog de propagande et qu’il aurait dû être compté dans les comptes de campagne du candidat. Au contraire, Christophe Grébert estime que mon Puteaux est un organe de presse.

Christophe Grébert a fait appel au tribunal administratif où il a gagné. Mais la CNCC a fait appelle, et c’est le conseil d’état qui va trancher.

 

Bon, disons le net, je n’ai pas à juger le fond de cette affaire. Le conseil d’état le fera.

Néanmoins, l’argument de Grébert qui consiste à dire que si son blog est un outil de propagande, alors c’est aussi le cas du Figaro et que celui-ci doit-être dans les comptes de campagnes du candidat Sarkozy est un argument pertinent.

 

Mais s’il y a un point où je voudrais intervenir, c’est sur le fait que pour moi, Joëlle Ceccaldi-Raynaud devrait être inéligible.

Certes, on pourrait parler de ces comptes au Luxembourg, affaire sortie dans le canard enchainé, qui ont tous été acheté sur Puteaux, mais je pense qu’il y a des raisons plus sérieuses.

L’UMP locale est franchement violente et agressive.

Lors de la campagne cantonale, les militants UMP agressaient les militants Modem, sous l’œil attentif de Madame le maire (un chef maffieux ne se sali pas les mains).

J’étais d’ailleurs présent lors de celle-ci et je vous garantis que là, il ne s’agit pas de propagande mais d’une information.

Grebert lui même a été agressé. Bien la démocratie sauce UMP locale là-bas.

Mais je rappelle également que le maire a fait sortir par la force son opposant, Christophe Grébert, alors que celui dénonçait que la municipalité allait payer les frais d’avocats de Madame le maire.

Franchement, quand on a ce type de comportement, ne mérite-t-on pas d’être inéligible?

Heureusement que Christophe Grebert existe pour informer les gens du comportement inadmissible de la mafia locale!

 

28 février 2012 Posted by | Politique | , , , | Laisser un commentaire

Jean Dujardin gagne l’oscar du meilleur acteur

Jean Dujardin gagne l’oscar du meilleur acteur 2012 pour son interprétation dans « The Artist ».

 

Très franchement, c’est mérité.

« The Artist » raconte l’histoire d’un acteur célèbre du cinéma muet, qui va refuser le cinéma parlant et devenir un « has been ».

Ce film est un défi, car il est en noir et blanc et à 95% muet.

Pari réussi grâce à l’interprétation de Jean Dujardin qui nous fait vivre un  grand moment de cinéma.

Film à voir absolument, si ce n’est pas déjà fait.

27 février 2012 Posted by | Cinéma | , , | Laisser un commentaire

Ma semaine politique du 27/02 au 3/03 2011

J’espère pouvoir la vivre pleinement. Un vilain rhume, qui malheureusement perdure fait que je n’ai pas été au conseil municipal de Montrouge.

J’ai donc seulement été au forum de Samedi et distribution de cartons d’invitation au marché de Malakoff ce matin.

Bien, la semaine politique sera réduite.

Elle consistera à écouter Robert Rochefort qui viendra le Jeudi 1er mars à Fontenay aux roses.

 

On abordera le thème « produire en France ».

 

J’espère pouvoir distribuer le premier tract de campagne sur le marché de Malakoff dimanche prochain également. Que la campagne commence, afin de permettre à François Bayrou d’arriver au second tour.

26 février 2012 Posted by | Election présidentielle 2012, Ma semaine politique, Politique, Politique nationale | , , , , | Laisser un commentaire

Finissons en avec le député maire!

Le député s’occupe de la politique nationale alors que le maire s’occupe de la politique locale.

Cela va de soi, c’est une évidence.

Mais qu’en est-il du député maire?

Lorsqu’il est sur les bancs de l’assemblée nationale, vote-t-il en tant que maire de sa commune ou comme député de la France?

Il est donc impératif de lutter contre cet éventuel conflit.

 

Il va de soi que le non cumul des mandats est une première étape. Surtout qu’au niveau mandat, certaines personnes exagèrent vraiment.

 

Mais je pense qu’interdire le cumul des mandats est insuffisant.

Il faut en plus que l’élection du député soit indépendante d’un territoire.

Cet impératif donne un second argument en faveur de la proportionnelle.

 

25 février 2012 Posted by | Election présidentielle 2012, Politique, Politique nationale | , , , , | Laisser un commentaire

Robert Rochefort à Fontenay aux roses

Robert Rochefort sera à Fontenay aux roses le jeudi 1er Mars à 20H.

Le lieu de la réunion est la salle Pierre Bonnard, 5 rue de l’avenir.

Invitation ici.

24 février 2012 Posted by | Election présidentielle 2012, Politique, politique locale, Politique nationale, Uncategorized | , , , , , , | Laisser un commentaire

L’exemple et le contre exemple Libdem

Alors que dans le système dipolaire français la machine UMPS tourne à plein régime, les uns en proposant de dilapider les finances publiques, les autres en allant jusqu’à faire un piège à con de centristes, il n’est pas inutile de regarder ailleurs afin de tirer des enseignement, notamment en vu de l’odieux second tour préparé par l’UMPS.

On ne va pas aller trop loin, on va aller en Grande Bretagne.

Pourquoi en Grande Bretagne? Tout simplement parce que là bas, le système électoral est encore plus injuste qu’en France, et qu’il force le bipartisme.

Pourtant, là bas, il existe une troisième force, centriste, appelé le Libdem (pour libéraux démocrates) qui essaie de s’imposer.

Au passage, le Libdem est dans l’ADLE (alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe) avec le Modem. Par ailleurs, fait notable pour ce pays, le Libdem est pro-européen.

Les forces dominantes au Royaume-uni

En plus du Libdem, nous avons les travaillistes, le PS anglais, qui correspond à un parti de centre gauche.

Nous avons les tories, qui correspond à l’UMP anglais. Il sont d’ailleurs très à droite et anti-européen.

L’ascension du Libdem

Le Libdem a donc le même problème que le Modem, la machine travailliste-tories tourne à plein régime là bas.

De là, comment gagner de l’influence quand le scrutin électoral est en votre défaveur?

C’est là que le Libdem a eu une idée géniale: ils ont joué les élections locales.

Du coup, le Libdem a augmenté son influence d’abord dans les conseils municipaux.

Cet effort a été payant. En 2010, ils obtiennent assez de sièges pour devenir incontournables (voir image ci-dessus).

Notons que malgré le score honorable (23%), le nombre de siège n’était pas énorme.

La chute

De là, il était du devoir du Libdem de s’entendre afin de former une coalition afin de faire revoter.

Ils se sont alliés avec les tories.

Ce choix est surprenant car les valeurs défendues par les tories sont à l’opposé des valeurs défendues par le Libdem.

Il y avait en fait deux raison à cela:

  • La possibilité de changer la majorité travailliste. Or le changement est sain dans une démocratie.
  • La somme des sièges travaillistes et Libdem ne permettait pas la majorité absolue.

Le problème, c’est après.

Le Libdem est devenu le paillasson des tories. Ils ont tout accepté, y compris ce qui est contre leur valeur.

Du coup, ils ont même laissé passer la réforme du scrutin aux législatives (la condition où ils ont dit qu’ils ne lâcheraient rien).

Ils ont perdu le référendum sur le scrutin législatif à la plus grande joie des tories et des travaillistes.

Le résultat ne s’est pas fait attendre: aux élections 2011, le Libdem s’est pris une branlée aux élections locales là où les tories ont consolidé leurs positions.

Les leçons à retenir pour le Modem

Elles sont au nombre de deux:

  • La première est que dans un scrutin électoralement injuste pour les législatives, comme en France, il faut se faire les dents sur un scrutin plus facile et ayant une dose de proportionnelle. Il faut donc jouer à fond la carte locale. Par ailleurs, le niveau locale est le seul niveau où l’on croise son électeur.
  • Enfin, il faut rester intraitable sur ses valeurs, même si cela implique de ne pas avoir de sièges. Je sais que c’est dur, mais au moins, on est clairement identifié. L’exemple du nouveau centre en France va dans le même sens.

23 février 2012 Posted by | International, Politique | , , , , , , , , | Laisser un commentaire

« François Hollande n’est pas crédible »

Un article de Jean Peyrelevade et Stéphane Cossé à lire de toute urgence.

22 février 2012 Posted by | Election présidentielle 2012, Politique, Politique nationale | , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Capitalisme, socialisme et démocratie (1/3):Analyse de la démocratie institutionnelle

Il y a quelques mois, j’ai lu Capitalisme, socialisme et démocratie de Schumpeter.

Ce livre est en quatre parties.

La première partie, la moins intéressante, commente l’œuvre de Karl Marx.

La seconde parle du capitalisme, la troisième du socialisme et la quatrième de la démocratie.

J’aurai pu commencer par la deuxième partie, dont j’ai déjà parlé, mais j’ai décidé, suite à l’actualité politique de la semaine, de parler de la dernière partie.

 

Dans cette partie, Schumpeter commence par une définition grec de la démocratie. Il parle d’un régime où le peuple élit ses représentants afin que ceux-ci conduisent une politique dans l’intérêt général.

Au cours du chapitre, Schumpeter va montrer que la démocratie au sens grecque ne peut pas fonctionner.

Il va donc donner à la démocratie une autre définition.

Il va définir la démocratie comme un système de compétition dont l’objectif est d’avoir le pouvoir, et qui est sanctionné par le peuple.

Il fera même le parallèle avec la compétition économique, et un aspect particulier de cette compétition: la fraude.

 

Sur ce, il va également démontrer que la démocratie va créer une classe de gens qui se donneront corps et âme à cette compétition: la classe politique.

Il est également important de signaler que ce système de compétition est épuisant. On s’épuise à s’imposer dans son parti politique, puis à être élu et une fois élu, on est souvent épuisé. Le film la conquête sur l’ascension de Nicolas Sarkozy décrit bien ce système de compétition.

 

Enfin, pour fonctionner, Schumpeter pointe le fait que la démocratie doit avoir une administration efficace.

 

Il va de soi que pour un démocrate au sens grecque du terme, voir socialement si on se réfère à Tocqueville, fait un peu mal au cœur.

Mais cette vision pratique de la démocratie est à garder en mémoire. Elle permet d’optimiser son action politique et de faire passer ses convictions de la meilleure façon possible.

22 février 2012 Posted by | Election présidentielle 2012, Politique, Politique nationale, Uncategorized | , , , , , | Laisser un commentaire