Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

Annonce d’un nouveau roman: L’amant ou l’amoureux, un choix pour Kogoro Columbo

Je n’aime pas spécialement écrire, pourtant, en 2004, je commençais à écrire les lignes de mon roman: « Le prix à payer« .

Le roman commença en janvier, et fut achevé fin mars.

Mais il fut édité en 2006.

Effectivement, l’écriture de ce livre se fit en deux temps:

  1. L’écriture sur le forum d’un ami.
  2. La révision totale en vue de l’éditer à l’aide d’un de mes amis. J’ai revu le style, les tournures et l’orthographe.

A l’époque, j’étais au chômage. Aux yeux de la société, j’étais une merde. Mais si je prenais en main mon destin, je restais une merde. Aide toi et le ciel t’enfoncera, tel était la philosophie des gens. J’en profite d’ailleurs pour dénoncer l’ignoble référendum de Sarkozy.

Mais à l’époque, je devais vider ma colère. Je me sentais méprisé. J’ai donc écrit un polar. J’ai écrit l’action dans une ville, sans nom, en restant vague. La ville était coupé en deux, avec le Nord (la France d’en haut), et le Sud (La France d’en bas), où les immigrés s’y entassait tel un ghetto.

Je traçais un récit noir, où le seul débouché pour les habitants du sud était vol, trafic de drogue, consommation de drogues, prostitution pour les jeunes filles, voitures brulées…

Puis vint le héros, Robert Durand. Un nom passe partout, pour un héros banal, faisant du chiffre pour la gloire de certains, et étant dépassé par la situation infernale du sud dans sa lucidité.

Puis, un jour, par hasard, le héros apprend l’existence du Parrain. Alors, il décide de mettre fin aux activités du Parrain.

Je raconte sa lutte face au Parrain, et le prix qu’il devra payer pour arriver à sa fin.

Aujourd’hui, j’ai un emploi (après avoir essayé d’être professeur de physique). Je suis relativement bien protégé du chômage, et j’y suis moins vulnérable.

Les temps ont bien changé pour moi. Mon premier emploi a été le plus beau jour de ma vie. Enfin, je devenais quelqu’un.

Mais je sais comment c’est dur pour un chômeur sans formations utiles. Dès fois, on est trop qualifié pour un poste.

 

Aujourd’hui, je regarde mon livre et j’en suis très fier. Il y a toujours l’inégalisation des conditions dénoncé dans mon roman. Sarkozy y a d’ailleurs contribué.

Je ne sais pas si c’est exprès, comme dans mon roman (un polar a toujours un coupable), ou si c’est par incompétence. Mais mon roman est toujours d’actualité.

En plus de réinventé le roman policier (car le cadre est vague), il continu à dénoncer la maxime française: aide toi et le ciel t’enfoncera.

 

Et pour le second roman?

En fait, ça fait longtemps que j’y pense. Mais je ne me suis jamais vraiment lancé. Et ceci pour deux raisons:

  • Je ne suis pas littéraire
  • Il faut que le second roman soit aussi passionnant que le premier

Et puis mon combat continue politiquement au Modem.

Il y a eu des tentatives de faire un nouveau roman, mais au final, elles ont toutes échoué.

Puis, j’ai eu envie d’écrire un roman avec un personnage à la Sherlock Holmes. Il faut dire que ce type de littérature n’est plus à la mode.

Et la dernière adaptation Chuck Norrienne du personnage n’arrange pas les choses.

C’est le bon moment.

Je me suis donc fixé comme contrat à ce blog une série policière. J’ai commencé le roman avant le blog vers octobre. Je pensais à une série de nouvelles.

Mais j’ai vite remarqué qu’écrire ce type de policier n’était pas si simple.

Et comme il fallait vite parler de Malakoff, j’ai fait le blog avant le roman.

J’avais tout, le narrateur, puis le personnage principal: Shimazu Kogoro Columbo. Son nom est pris d’Akechi Kogoro, le détective d’Edogawa Rampo, et de mon inspecteur préféré, le lieutenant Columbo.

Une femme comme héroïne ce qui confère une originalité, car les grands détectives sont masculins.

Mais ça ne marchait pas.

Puis j’ai eu une idée, si je racontais non pas les enquêtes mais l’histoire de Shimazu Kogoro Columbo. Qui aime-t-elle, comment vit-elle son brillant esprit de déduction? Avec qui couche-t-elle?

Quelles sont ses faiblesses?

C’est décidé, je vais encore faire dans l’originalité. Alors que mon premier polar avait un cadre vague (la ville) et était assumé politique, mon second ne sera pas qu’un polar. Ça sera aussi un roman d’amour, où l’héroïne, en quête de reconnaissance, devra choisir entre son amant, un odieux personnage, et l’homme qui l’aime, un autre odieux personnage.

Le décor planté, en étant au chapitre 4 (en cours), je peux enfin vous offrir une série policière que vous pourrez suivre sur ce blog.

Il s’agit d’un brouillon. Le style et l’orthographe sera revu en vue de l’édition finale du roman une fois l’ensemble fini.

Le roman ne sera pas, comme le premier, politique.

Il s’agit d’un hommage à un type de littérature policière qui a une tendance à disparaître.

J’en profite pour dédier ce roman aux amoureux des détectives aux solutions élégantes, aux amoureux des détectives trouvant les solutions aux crimes les plus astucieux, par leurs brillants esprits de déduction et par les détails insignifiants.

Je dédie ce livre aux amoureux des grands détectives, qu’ils soient littéraires (Sherlock Holmes, Hercule Poirot, Rouletabille…), télévisuel (Lieutenant Columbo) ou en Manga (Détective Conan).

Premier épisode la semaine prochaine.

 

 

Publicités

4 mars 2012 - Posted by | Shimazu Kogoro Columbo | , , ,

Un commentaire »

  1. lol

    Commentaire par Transfert Foot | 25 octobre 2013 | Réponse


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :