Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

Les choix moraux expliqués dans « The Dark knight » de Frank Miller

Une note du blog de Ginisty m’a fait penser à l’excellente bande dessinée de Frank Miller, « The dark knight« .

Dans cette bande dessinée, Frank Miller décrit la fin de Batman.
Gotham city est une ville où l’insécurité règne, et où le gang des mutants terrorise la population.

Le commissaire Gordon fait ce qu’il peut. Mais il doit partir à la retraite.

Bruce Wayne, hanté par ses démons (ça fait 10 ans qu’il a arrêté) reprend du service.

Dans cette BD, Batman est présenté comme un fou. Mieux il est sadique. Il se crée une relation malsaine entre lui et les criminels d’envergure (double face, le Joker), par contre, il se lâche sur un petit voyou.

Batman, dans cette BD a des méthodes expéditives.

Le phénomène est complexe. Il est condamné  par une partie de la population (pour ses méthodes expéditives) mais une autre partie, souvent les victimes, le soutient activement.

Quant au maire de Gotham city, surtout, il ne prend pas de décision. Il ne veut pas fâcher qui que ce soit.

Enfin si, il prend comme nouveau commissaire une personne sur deux critères:

  • C’est une femme.
  • Elle est contre Batman.

Le ton de la BD est clairement noir afin de retranscrire la personnalité complexe de Batman.

Pourquoi je parle de cette BD.

Une scène est pour moi exceptionnelle. C’est celle où le successeur de Gordon demande pourquoi celui-ci soutien Batman.
Il explique, avec l’exemple de Pearl Harbour, que la situation de Gotham est catastrophique, et que finalement, Batman est un mal nécessaire.

Les choses ne sont pas si évidente que ça, et que peut-être que Gotham serait pire sans Batman.

Si je parle de cette BD, c’est que Christophe Ginisty fustige les hommes politiques qui méprisent leurs militants en mettant François Bayrou dans le tas.

Les choses ne sont malheureusement pas aussi faciles.
Bayrou est le seul homme politique à avoir une vision de ce qui se passe dans ce pays.

Son but est de la mettre en application, car seul sa vision, sur le long terme, permettra de redresser la France qui est dans un état critique.

Seulement, face à lui, il a une machine UMPS qui tourne à plein régime. Il ne peut pas se permettre de faire le bisounours. Il est en plein dans le système de compétition décrit par Schumpeter.

Il est obligé de faire preuve d’efficacité, et de faire le plus de voix possibles pour peser, ou mieux, être au second tour et être élu.

Car rappelons-le, l’enjeu reste la France, et il est temps de commencer son redressement.

Publicités

20 mars 2012 - Posted by | Bande dessinée | , , , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :