Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

[Kogoro Columbo] Tentative d’empoisonnement sur Kogoro Columbo

Avertissement: J’ai beaucoup aimé écrire ce passage. Déjà, vous pourrez lire le premier échec de Shimazu Kogoro Columbo qui a risqué de lui couter la vie. Enfin, parce que l’action se passe dans un tournoi de bridge. J’adore le bridge, c’est mon jeu de carte préféré. Autrement, la version présentée est toujours un brouillon.


Le Samedi 29 Octobre 2011 a failli être le jour du décès de Shimazu Kogoro Columbo.

Quelle idée d’aller jouer au bridge. Elle aurait mieux fait de venir chez moi où, comme lorsque nous étions à Hyères, nous aurions passé une nuit inoubliable.

Dire que j’ai dû me contenter d’une fille moins performante au lit.

Mais commençons notre histoire.

La veille, j’avais très envie de faire l’amour à Shimazu. J’étais donc allé la voir dans l’après-midi. Une invitation au restaurant, et après, je l’aurais amenée chez moi où je lui aurai fait l’amour.

Je m’introduis dans son bureau où elle étudiait divers documents.

–        Bonjour Shimazu.

–        Bonjour Derrick.

–        Voilà, demain, je te propose de t’inviter au restaurant. Après, on pourrait aller au cinéma voir Polisse, et j’en t’emmènerai chez moi où je t’honorerai à la hauteur de ton talent.

Shimazu sortit sont kiseru, le bourra de tabac, sortit son carton d’allumette et alluma le mélange. Elle se mit à fumer.

–        Ce n’est pas possible ce week-end.

–        Pourquoi ?

–        Parce que je vais au salon du bridge. Il y a un tournoi où j’espère participer. J’adore le bridge. C’est mon jeu de carte préféré. J’ai d’ailleurs été championne junior au japon.

–        Alors une autre fois, peut-être.

–        Je ne sais pas.

–        Tu ne facilite pas les choses, Shimazu.

–        Écoute-moi, Derrick, j’ai pris beaucoup de plaisir à coucher avec toi. Peut-être le referais, mais, entre nous, ça sera toujours sexuel. Je cherche chez un homme autre chose. Mais tu ne me comprendras jamais. C’est   comme ça.

–        Et que puis-je t’apporter ?

–        A part du sexe, rien. J’ai besoin de quelqu’un qui soit à ma hauteur. Ça ne sera pas le cas pour toi. Tu es juste quelqu’un de normal, bon sexuellement, mais juste de normal.

Je me promis de réessayer la prochaine fois. J’aurai dû le faire sur le moment.

Le samedi, Shimazu alla porte de Versailles. Elle arriva une heure avant le début du tournoi.

Elle alla au guichet où une hôtesse l’accueillit.

–        Madame ?

–        Bonjour, je souhaiterais m’inscrire.

–        Avez-vous un partenaire ?

–        Pas pour l’instant.

–        Je ne peux pas vous inscrire sans partenaire.

A ces mots, un homme apparu.

Il était roux et ses yeux étaient bruns. Il portait un pantalon bon marché et une chemise quelconque.

Il se pointa vers l’accueil et déclara :

–        Je suis Thierry Rombaut et je suis le partenaire de madame, si elle l’accepte.

–        Mais avec plaisir, fit Shimazu Kogoro  Columbo.

–        Bien, c’est noté, dit l’hôtesse d’accueil. Vous jouez Nord-Sud ou Est-Ouest ?

–        Est-Ouest, fit Kogoro Columbo, j’aime bien me déplacer et changer de table.

Vers 9H, le tournoi commença. Kogoro Columbo était en Ouest. On commença enfin à distribuer la première donne.

Ça commençait mal pour Shimazu. Elle avait n’avait pas de point d’honneur.

Et visiblement, Ouest était maudit.

Le nombre de tête ne dépassait rarement 8 points.

Mais malgré tout, Kogoro Columbo se débrouillait bien.

Car dans une compétition de bridge, tout le monde joue les mêmes donnes.

Ce qui compte, c’est de faire le meilleur contrat ou en défense, d’empêcher de faire le meilleur contrat, ou de provoquer la chute la plus importante.

Les horribles jeux de Kogoro Columbo ne permettaient pas de demander un contrat. Mais grâce à son intelligence, elle limitait le nombre de plis du couple nord-sud, et faisait même chuter de tant en tant celui-ci.

Puis vint le jeu qui fit la gloire de Kogoro Columbo.

Elle avait le jeu suivant :

Pique : A, D

Cœur : 9, 8, 5, 3

Carreau : 10, 8, 3

Trèfle : 5, 4, 3, 2      

C’était encore un jeu habituel pour elle, car elle avait seulement 6 points d’ouverture.

Nord commença par 1 trèfle, ce qui signifiait qu’il avait l’ouverture, et au moins trois cartes à trèfle.

Ouest passa.

Sud posa le carton 1 pique il devait avoir 5 à 8 point et 4 piques.

Kogoro Columbo passa. Nord sourit. Il posa son carton 2 SA (sans atouts). Il devait y avoir aux alentours de 19 points chez Nord. Est passa.

Sud posa son carton 3 SA. Sud avait également l’ouverture, le couple Nord-Sud se devait de jouer la manche.

Nord posa le carton 4 SA. Il comptait jouer le schlem.

Sud posa le carton 5 carreaux. Il avait un as.

Nord sourit et posa le carton 6 piques.

Shimazu Kogoro Columbo sortit son kiseru.

–        Puis-je fumer un peu ? Demanda-t-elle.

–        Mais bien entendu, répondit Nord.

Elle mit du tabac dans sa pipe japonaise, sortit son carton d’allumette et en craqua une.

Elle fuma un peu. Puis elle posa le carton de contre sur la table.

Nord était surpris. Il se demanda ce qu’une ahurie en kimono était en train d’inventer. Il regarda son jeu, ne comprenant rien à la stratégie de Kogoro Columbo.

Puis il se dit qu’elle avait peut-être un plan secret. Il la regarda.

Elle continuait à fumer son kiseru.

Par mesure de sécurité, Nord, qui tenait à son schlem, décida de changer le contrat.

Il posa le carton 6 SA.

Kogoro Columbo posa, faces cachées ses cartes sur la table.

Puis elle attrapa un nouveau carton de contre, et elle le posa sur sa table.

Puis elle continua à fumer son kiseru.

Nord était surpris. Mais pourquoi l’ahurie en kimono lui contrait ses schlems.

Comment une folle, habillée en kimono en plein Paris, osait lui contrer ses schlems.

Voulant donner une leçon à Kogoro Columbo, Nord sorti son carton de surcontre.

Kogoro Columbo sourit. Thierry Rombaut qui était en est aussi.

Il entama du 7 de pique.

Sud, qui était le mort, étala son jeu.

Il avait les cartes suivantes :

Pique : R, V, 10, 9, 8

Cœur : A, R

Carreau : 7, 6, 2

Trèfle : D, V, 10

Le mort joua le roi de pique. Kogoro Columbo posa l’as de pique.

Le sourire de nord se transforma en grimace. Il posa le deux de pique.

Le premier pli était pour est-ouest. Ils fermèrent.

Puis Kogoro Columbo posa la dame de pique. La chute était évidente. Nord-sud chutèrent  de un.

Nord avait :

Pique : 5, 4, 3, 2

Cœur : D, V, 10

Carreau : A, R, D

Trèfle : A, R

Et Ouest avait :

Pique : 7, 6

Cœur : 7, 6, 4, 2

Carreau : 9, 5, 4

Trèfle : 9, 8, 7, 6

–        Bien joué, dit nord à Kogoro Columbo.

–        Merci. Mais c’est un peu grâce à vous. Vous avez été trop gourmand en demandant un schlem.

–        Et comment avez-vous devinez ?

–        J’ai fait le pari que les piques étaient chez sud. Ce qui me faisait dire qu’il y avait une forte chance que le roi était chez sud. C’est un pari risqué, mais il a été payant. Car si le roi était bien chez sud, et ce fut heureusement le cas pour moi, il était en fourchette. Si sud jouait le roi, je le prenais de mon as. Si sud jouait autre chose, je jouais la dame. Elle ne pouvait pas être prise, car le roi est chez sud. Du coup, je faisais chuter de la dame. Il est connu qu’il ne faut jamais contrer un schlem. Car si le schlem considéré est chuté, un autre schlem peut être fait sans problème. Mais en réalité, il fallait que ce soit sud le mort, et que mon partenaire joue pique afin d’être dans ma fourchette. Le premier contre était pour vous déstabiliser. Il est évident que vous ne pouviez pas monter au grand schlem. Vous ne pouviez donc dire que 6 SA. Dans cette configuration, sud devenait le mort, car au deuxième tour, vous aviez posé 2SA. Le second contre était dans la convention Lightner. Je demandais à mon partenaire d’entamer dans la couleur annoncé par le mort, en l’occurrence pique. Enfin, je ne pense pas que vous faisiez 6 piques. Si vous lanciez atout, je faisais ma dame. Si sud lançait atout, je faisais aussi la dame. Vous chutiez aussi.

Le tournoi continua. Et Kogoro Columbo enchaînait les mauvais jeux, faisant tout ce qui était en son pouvoir pour empêcher les couples Nord-Sud de faire des levées de mieux, ou voir même les faire chuter.

Le tournoi s’arrêta vers 18H. Les résultats furent annoncés vers 19H.
Le meilleur pourcentage pour Est-Ouest était pour le couple Thierry Rombaut et Shimazu Kogoro Columbo.

–        Vous jouez très bien, mademoiselle, fit Thierry Rombaut.

–        Merci, répondit Kogoro Columbo.

–        Ce fut un véritable plaisir de jouer avec vous. La prochaine fois, quand nous aurons du jeu, nous demanderons nous même les contrats. En tout cas, ce fut un plaisir de jouer avec vous.

–        Moi de même.

–        Et si nous fêtions notre victoire au restaurant.

–        Avec plaisir.

Ils allèrent au restaurant chez Clément.

Ils prirent une table pour deux.

–        Regardez l’addition, je vais aux toilettes. Je vous recommande les viandes rouges, elles sont très bonnes. Prenez aussi une entrée.

Kogoro Columbo étudia la carte.

Thierry Rombaut revint. Le serveur arriva.

Alors, fit le serveur.

–        Je prendrais des escargots de bougonne, fit Kogoro Columbo, ainsi qu’un onglet de  bœuf sauce échalote.

–        Très bonne idée, fit Thierry Rombaut. Je vais prendre la même chose. Avez-vous un vin à proposer.

–        Je propose un côte du Rhône, dit le serveur.

–        C’est entendu,  fit Thierry Rombaut.

Le serveur arriva avec la bouteille de vin. Il la déboucha et en versa un fond dans le verre de Thierry Rombaut. Puis celui-ci le gouta.

–        Il est très bon.

Le serveur servit Kogoro Columbo et Thierry Rombaut. Puis celui-ci tendit son verre vers Kogoro Columbo.

–        Santé et à notre victoire.

–        A notre victoire, répondit Kogoro Columbo.

Ils burent le vin.

–        Ce vin est très bon, dit Thierry Rombaut.

–        Vous trouvez, je lui trouve un goût bizarre.

–        Au revoir détective. Adieu

–        Quoi ?

–        Je n’accepte pas l’échec. C’est la dernière fois que vous vous mettez en travers de ma route.

–        Le tueur !

–        Exactement, le seul, le vrai et l’unique.

Kogoro Columbo sourit.

–        Vous souriez ? Demanda le tueur.

–        Oui, car je vais avoir une belle mort. Cet assassinat est splendide. Je vous remercie.

–        Splendide ?

–        Oui, vous avez trompé ma vigilance en buvant également le poison. Vous avez empoisonné le vin, ce qui explique le goût bizarre. En buvant le vin empoisonné, vous endormiez ma vigilance, et vous pouviez m’empoisonner en toute tranquillité. Vous avez été aux toilettes ingurgiter l’antidote. Je reconnais que le crime était très bien préparé. Du début où vous vous êtes renseigné sur moi et mes passions, jusqu’à la planification de l’empoisonnement.

La respiration de Kogoro Columbo s’accéléra. Une douleur apparue se fit sentir dans son estomac. Elle tomba à terre essayant de s’accrocher à la vie.

–        Non, se dit le tueur, tu ne peux pas mourir comme ça, je viens de trouver une personne à ma hauteur. La seule qui apprécie mon art et qui a été capable de me confondre.

Il ouvrit un flacon et fit boire le contenu à Kogoro Columbo.

Le lendemain, Kogoro Columbo était à l’hôpital. Je la veillais  avec Jack Lestrade.

Elle se réveilla un peu sonné.

Jack Lestrade commença :

–        Vous avez eu de la chance d’être encore en vie. Vous avez été empoisonné. Il s’en fallait de peu.

–        C’est le tueur.

–        La légende ? Demanda Jack Lestrade.

–        Oui, il m’a donné l’antidote, car il n’a pas voulu me tuer.

–        Et pourquoi ?

–        Parce que je l’ai confondu, et qu’il a été sensible à mes compliments.

–        Et-est-ce lui qui a donné l’antidote et s’est enfuit après ?

–        Oui.

–        Nous avons son signalement et ses empreintes, il n’ira pas loin.

–        Je pense qu’il a falsifié ses empreintes. Autrement, il était sous un déguisement. La dernière fois, il avait endossé l’identité de Dominique Malusardi.

–        Bien, mais cette fois-ci, je vais le prendre au sérieux.

–        Mais ça aurait été une belle mort, fit Kogoro Columbo en s’endormant.

Quant à moi, je me jurais de faire payer au tueur cet affront.

Publicités

30 avril 2012 Posted by | Littérature, Shimazu Kogoro Columbo | , | 3 commentaires

Comment vendre au militant le vote Sarkozy ou Hollande?

En lisant le blog de FrédéricLN, j’ai pu avoir le lien sur l’article suivant qui expliquait que l’électeur centriste ne pouvait voter que François Hollande.

La raison est une question de valeurs.

Je me permets donc de répondre en incluant le vote Hollande dans la réflexion.

Pour ma part, c’est simple, les deux choix ne peuvent pas s’expliquer.

Pour le choix de Nicolas Sarkozy, c’est une question de valeur, de personnalité aussi (cf le choix de Jean Sarkozy à l’EPAD) et de société.

Nicolas Sarkozy communautarise la société et monte les français les uns contre les autres.

Cette menace sociétale induira, pour moi, une menace économique.

Pourquoi participer à l’économie de notre nation si l’on y est exclu?

Pour le choix Hollande, c’est une question économique.

Le programme de François Hollande n’est pas tenable.

Il nous propose de nous endetter à nouveau alors que le désendettement est un objectif prioritaire.

Cette menace induira une menace sociale, par l’explosion du service public qui s’en suivra, et par l’explosion sociale qui en sera la conséquence.

Je recommande sur ce point de lire l’excellent livre de Robert Merle « La mort est mon métier » en s’intéressant surtout à la première partie du roman.

Peut-être que François Hollande n’appliquera pas son programme, mais là, il y aura un problème moral.

Pour ma part, le problème étant insoluble, je pense qu’il faut donc voter blanc, et je suis content qu’Alain Lambert partage ma conclusion.

En plus:Alain Lambert en video
http://www.dailymotion.com/embed/video/xqg4cv_cessons-de-vouloir-faire-vivre-la-democratie-a-l-ancienne_news
Cessons de vouloir faire vivre la démocratie à… par orne61

29 avril 2012 Posted by | Election présidentielle 2012, Politique, Politique nationale | , , , , , , , , | Un commentaire

Ma semaine politique du 30/04 au 6/04

C’est simple, elle ne consiste à rien.

 

Je n’ai rien de prévu dans mon agenda politique de cette semaine.

 

Je n’écouterai pas le débat UMPS, voulant cette fois-ci me tenir à mon (mes?) choix d’origine.

 

Je ne veux pas que mon jugement soit bluffé par une prestation exceptionnelle de François Hollande ou de Nicolas Sarkozy.

Une prestation formidable sur 3H ne veut pas dire qu’ils feront une prestation correcte sur 5 ans.

Je suis d’ailleurs même convaincu de l’inverse…

29 avril 2012 Posted by | Election présidentielle 2012, Ma semaine politique, Politique, Politique nationale | , , | Laisser un commentaire

Quelle stratégie pour le centre (3/3):La seule stratégie: la stratégie locale

En 2007, François Bayrou a fait un sacrifice: il n’a choisi ni le PS, ni l’UMP.

 

L’histoire lui a donné raison et Sarkozy a conduit la France dans le mur.

Aujourd’hui, le sacrifice semble de nouveau nécessaire. Sarkozy explose la société française et François Hollande explose l’économie française.

 

Or, le système étant tenu par l’UMPS, le choix courageux et nécessaire de François Bayrou nous éloigne de la présidentielle et nous laisse guère de chance d’avoir un groupe à l’assemblée nationale sans nous prosterner devant l’UMPS qui nous conduit à la faillite.

 

Dès lors, comment faire triompher nos idées si nous ne pouvons pas avoir l’espoir d’accéder à la présidentielle ou que nous n’avons pas l’espoir de constituer un groupe à l’assemblée nationale par nous-même.

 

Le problème est de trouver une élection où après une bonne campagne, nous constituons dans une assemblée un groupe par nous-même qui nous permet de défendre les positions qui nous semblent les bonnes sans devoir rendre des comptes à l’UMPS.

En fait, on ne doit pouvoir rendre des comptes qu’à nos électeurs.

 

Il nous est donc impératif que le scrutin qui constitue l’assemblée cible ait une dose de proportionnelle.

 

Aujourd’hui, il reste seulement deux élections ayant ce critère: les européennes et les municipales.

J’aurais pu inclure le sénat, mais il est élu indirectement. J’en parlerai après.

Les européennes étant à part, je  vais donc m’attarder sur les municipales.

 

Les municipales correspondent à un scrutin proportionnelle à deux tours.

Au second tour, les listes qui ont fait plus de 5% des inscrits peuvent fusionner.

Au-dessus de 10%, on peut se maintenir.

En dessous de 5%, on est éliminé.

Si une liste est élue (au premier ou au second tour), elle a la majorité des sièges +1, le reste est distribuée à la proportionnelle.

En ce qui concerne Malakoff, la liste Modem, avec 7%, avait eu un siège (depuis, notre énarque a quitté le Modem, mais ça, c’est une autre histoire).

Sur un très long terme, il est possible de refaire un réseau d’élus locaux.
Considérons que le Modem reparte à zéro.

En 2014, nous faisons des campagnes, on obtient de faibles scores (5 à 10%), on arrive à avoir 1 élu.

Cet élu travaille bien.

2020, par un bon travail, la liste centriste (ou Modem) améliore son  score (supérieur à 10%).

On arrive à deux élus.

Les deux élus continuent à travailler, et 2026, nouvelles municipales.

Par un bon travail, on arrive à améliorer notre score (supérieur à 15%), on a trois élus.

Puis si on travail très bien, en 2032, on décroche la mairie.

 

Il s’agit certes d’une stratégie sur le long terme (24-30 ans) mais on recrée, malgré le sacrifice nécessaire de François Bayrou, un réseau d’élus.

C’est nécessaire car cette stratégie de longue haleine permet de fabriquer des bastions.
Les communistes tiennent à l’assemblée nationale grâce à des bastions.

Il est un fait qu’à priori, Marie Hélène Amiable, maire de Bagneux, sera réélu député de la 13ème circonscription du 92 (car Malakoff et Bagneux sont deux villes communistes).

Par ailleurs, il est également important d’avoir des élus locaux pour les sénatoriales.

Les sénatoriales sont des élections indirectes où les élus locaux votent pour des listes.

Un bon réseau d’élus locaux permet d’avoir un sénateur.

 

Enfin, il y a un endroit particulier où cette stratégie peut marcher, c’est à Puteaux. Elle est même efficace grâce au charisme de Christophe Grébert.

Christophe Grébert a une chance non négligeable de prendre la mairie de Puteaux.

 

Alors, militant modem, si tu veux voir les idées centristes et démocrates triompher, il ne te reste plus qu’une chose à faire:

Il faut t’investir dans la vie locale, et aller dans les associations, les conseils de quartiers, CDD…

 

Il s’agit d’une vraie stratégie de reconquête sur 30 ans.

28 avril 2012 Posted by | Politique, politique locale, Politique nationale | , , , | Laisser un commentaire

Ami des codes secrets…

J’ai commencé à réfléchir au chapitre 8 des aventures de Shimazu Kogoro Columbo.

Il y aura un message codé.

Afin de tester sa validité, je le laisse aux décodeurs en herbe.

Le voici:

252258132481 25622528962514144 441576169576324576 255765291446259576,

25’81256196 196576144361576144324256 144676 4845291289256289324 49’112112132457619681324 10057619632481 28967619681529529289169816762581 256144484813242898114432481, 928981676 40014481 52981256 49813246762898132481256 121576289256, 36181 100576289256 1289 19632457614410081 144676 48481144 4981484125625681.

361’814848132481 816762557632481 1100289324 529’57625251256289576676 4981 100576144256 112112132457667619681324.

36181 100576144256 48432457648457625681 4981 676576144256 3248119632457614410081324 1 5291 196576144324 49’132416981676196, BF 4001441361 4981 5291 1965761443246768152952981, HF AAF 4841324289256.

36181 256144289256 4848132425614414981 40014481 100576144256 132432428910081324814 1 4981255764981324 2581 62581256256116981.

52981 19614481144324.

Quelques conseils: Je dois reconnaître que je ne suis pas très fort à ce petit jeu là. Mais je ne peux que recommander la nouvelle de Conan Doyle « Les hommes dansants« .

Dans cette nouvelle, Sherlock Holmes est au prise avec un homme dont la femme reçoit des dessins d’hommes qui dansent.

Chaque homme représente une lettre.  Pour déchiffrer le code, Sherlock Holmes va utiliser l’analyse fréquentielle. Il va rechercher les dessins qui se répètent pour trouver les lettres les plus utilisées de l’alphabet, en l’occurrence dans la langue française le e…

28 avril 2012 Posted by | Littérature, Shimazu Kogoro Columbo | , , | Laisser un commentaire

Le futur mandat Hollande commence mal

Aujourd’hui, la France a un déficit.

Je parle bien de déficit et non de dette.

Le déficit, qui implique une dette, signifie que l’état dépense plus que ce qu’il gagne.

 

Le déficit est un poison, surtout que nous avons un déficit de fonctionnement.

Il a été laissé par la droite, Raffarin d’abord, Sarkozy ensuite.

 

Le prochain président devra s’y atteler, prendre des mesures désagréables afin de sortir la France du surendettement.

C’est une question économique, de démocratie et de société.

Si on continu, on va dans le mur.

Je rappelle qu’un pays peut faire faillite, comme l’Argentine et la Grèce.

Or, ça commence mal pour Hollande.

Il a, selon ce que j’ai lu ici, déjà pratiquement dépassé la limite autorisé par la loi pour les comptes de campagnes.

Sachant que la Corrèze est le département le plus endetté de France, je crains le pire pour la France.

Hollande risque d’appliquer son programme.

 

27 avril 2012 Posted by | Election présidentielle 2012, Politique, Politique nationale | , , , , , , | Un commentaire

Quelle stratégie pour le centre (2/3): La stratégie parlementaire ne marche pas non plus

Comme je l’ai écrit précédemment, et le font remarquer les adversaires centristes de François Bayrou, la stratégie qui consiste à tous miser sur la présidentielle ne fonctionne pas.

 

C’est pour ça que l’on pense à une stratégie parlementaire.

Le but est d’avoir un groupe parlementaire (de préférence consistant) dans la majorité UMPS.

Seulement, dans la pratique, cette stratégie ne marche pas non plus.

En général, quand l’UMPS nous propose un groupe, c’est pour mieux nous bouffer.

 

Exemple pour le centre, qui a surtout existé par le centre droit:

 

En 2002, Chirac gagne face à Jean Marie Le Pen.

Il crée l’UMP qui se veut un grand parti de la droite et du centre.

La majorité des parlementaires UDF, sous l’influence de Douste Blazy (à cette époque, Douste Blazy et François Bayrou ne s’apprécient guère), rejoignent en masse l’UMP.

Que s’est-il passé?

L’UMP les a bouffé, a continué à dilapider les finances publics (un Casus Belli pour le centre), et c’est droitisé qu’aujourd’hui, aidé par son conseillé Buisson, Sarkozy courre derrière les voix du FN.

En 2007, François Bayrou fait 18%. Le reste des troupes le quitte, et fonde le nouveau centre pour peser indépendamment de l’UMP.

Pareil, ils n’empêchent pas la droitisation de l’UMP, le parti radical Valoisien quitte l’UMP (même si ils soutiennent Sarkozy ventre à terre), et le déficit explose.
Mieux, Sarkozy torpille une candidature centriste de droite pour 2012.

 

Pourquoi une stratégie parlementaire ne peut pas marcher.

On en revient encore au fait que l’UMPS, qui nous mènent dans le mur, sont favorisé par un système électoral injuste et inadapté.

Comme les législatives sont par circonscription, il nous est impossible par une bonne campagne d’avoir un groupe à l’assemblé par nous-même.
Le système étant noyauté par l’UMPS, on est obligé de rallier l’un des deux camps.

On dépend donc de l’UMPS pour avoir un groupe à l’assemblée.
Mais comme l’état d’esprit de l’UMPS est: « Tu me donne tes voix et tu fermes ta gueule », on se retrouve à être des godillots.

 

On pourrait continuer l’analyse avec les verts et le PCF.

 

Bref, comme l’UMPS domine tout et que les médias répètent à longueur de journée les conneries de l’UMPS sans y apporter l’éclairage nécessaire, la stratégie présidentielle ne marche pas, mais la stratégie parlementaire ne marche pas non plus.

 

26 avril 2012 Posted by | Politique, Politique nationale | , , , | Laisser un commentaire

Sarkozy nous fait un nouveau piège à cons de centriste

J’ai eu une hallucination en lisant ces propos:

« les préoccupations des électeurs de François Bayrou et ceux du Front national sont les mêmes, même si les chemins sont différents »

Franchement, non, je ne me sens absolument pas proche de Marine Le Pen.

 

Nous sommes à des années lumières de l’idéal de Marine Le Pen.

Pour commencer, parlons des déficits. Nous ne rejetons pas la faute sur les autres (en l’occurrence ici les étranger) mais sur le la France elle-même.

La France, en plein dans la mondialisation, est en train de se faire bouffée car elle n’est pas compétitive. Pire, elle accentue son déficit par une politique de Keynes.

 

Contrairement à l’UMPS, nous avons tenu, avec François Bayrou, un langage de vérité.

Nous acceptons la mondialisation car c’est une réalité. On dit juste qu’il faut jouer la compétitivité de nos entreprises et produire en France pour exporter.

 

Marine Le Pen est pour une fermeture des frontière, et faire de la France une Corée du Nord bis.

 

Mais il y a une différence de conception de la société.

En dehors de l’aspect individuel, qui existe chez nous, nous avons aussi une vision sociétale. Nous pensons l’individu individuellement, mais également dans un groupe.

Nous pensons qu’il faut faire la synthèse entre le fait que l’individu doit pouvoir aspirer à son plus haut potentiel, mais également qu’il est dans une société avec des règles.

Nous pensons que dans une équipe de football, il faut un Zidane, mais que le jeu collectif est important. Il faut favoriser un Zidane afin de pousser un collectif vers le haut.

 

Marine Le Pen, et par extension Nicolas Sarkozy, pensent que tout se joue sur un Zidane, et le reste va se faire foutre.

 

Non, il y a une différence majeure entre Marine Le Pen et nous.

De toute façon, Nicolas Sarkozy est aux abois, et ses ficelles deviennent très grosses.

En ce qui me concerne, il manquera une voix centriste à Sarkozy, c’est la mienne.
Et j’espère avoir l’occasion de voter blanc, car François Hollande est une menace, même si au fond, elle est différente.

25 avril 2012 Posted by | Election présidentielle 2012, Politique, Politique nationale | , , , , , | Laisser un commentaire

Quelle stratégie pour le centre (1/3): La stratégie présidentielle ne fonctionne pas

Si Bob tombe par hasard sur cette note, je pense qu’il sera content.

Mais à la différence de Bob, je pense que le sacrifice en 2007, qui je l’espère sera reconduit en 2012, était nécessaire.
L’UMP aujourd’hui, le PS demain, nous mènent et nous mèneront dans le mur.

Il est plus que jamais important de décrire un modèle alternatif à l’UMPS.

 

Mais quelle stratégie pour peser?

Là est la question.

La première stratégie est la stratégie présidentielle. Le modem a été créé afin de permettre à François Bayrou de jouer à fond cette stratégie.

 

Seulement, dans la pratique, elle ne marche pas.

Elle ne marche pas suivant le principe qu’une chèvre UMPS fera toujours des voix.

 

Le problème est que le système est tenu par l’UMPS aidé par les médias qui assure, avant les élections, la promotion de l’UMPS.

L’UMPS est donc, sans diagnostic et sans propositions sérieuses, avec une machine à démagogie, toujours au second tour.

Et ensuite, c’est le désastre.

 

La stratégie présidentielle n’est donc pas une stratégie à privilégier. Même si l’élection présidentielle est celle qui permet le changement.

 

Il ne s’agit pas de critiquer François Bayrou. Sa présence était indispensable à l’élection présidentielle. Non, il s’agit juste de faire un constat lucide.

 

Dans la prochaine note, je parlerai de la stratégie parlementaire.

24 avril 2012 Posted by | Politique, Politique nationale | , , , | Laisser un commentaire

Mon pire cauchemar politique se réalise

Mon pire cauchemar politique se réalise. A la suite d’une campagne médiocre, où le thème central (la mondialisation) n’a pas été abordé, l’UMPS est donc arrivé en tête.

Les lendemains vont être difficiles. Pire, François Bayrou, qui est le seul à avoir fait de la production française un enjeu de campagne, et qui a dressé un constat lucide de la situation ne parvient pas à faire 10%.

Notons que la somme des extrêmes (Le Pen, Mélanchon …) fait environ 30%.
Les cinq prochaines années vont être difficiles.

 

Pour commencer, je souhaiterais remercier François Bayrou.
Il n’a peut-être pas fait une campagne commerciale, mais au moins il a clairement présenté aux français les enjeux.
Il est d’ailleurs le seul à avoir fait une campagne digne de ce nom.

 

Mais les français ne l’ont pas écouté, ayant préféré la facilité et les sirènes de l’UMPS et des extrêmes. C’est aussi respecter ce choix qu’être démocrate.

Aujourd’hui, on a une vraie menace UMPS.

La menace Sarkozy est sociétale. Il va continuer à communautariser la France qui a besoin d’être rassemblée. Cette menace induira une menace économique.

La menace Hollande est économique. Il nous fait prendre le risque de surendettement. Cette menace induira une menace sociétale.

A priori, François Hollande devrait être élu.
Notre seule chance est qu’il n’applique pas son programme. Mais il créera de la désillusion.

Je ne donne pas 6 mois à François Hollande.

 

En ce qui me concerne, mon choix personnel est le bulletin blanc. Je refuse de cautionner la farce UMPS.

Mais je dois me déterminer en fonction de ce que dira Bayrou, car par mon vote, je dois maintenir la cohésion du Modem.
Aujourd’hui, un parti centriste, qui marche sur la gueule de l’UMPS et qui explique la menace si les politiques UMPS sont appliqués est plus que jamais nécessaire.
Or, les militants sont plutôt pour la gauche (en tout cas les miens) et les cadres sont plutôt pour la droite.

Or, le choix de l’UMPS est pour nous est insoluble.

Par ailleurs, j’ai en mémoire le libdem anglais.

Je maintiens que même si c’est dur, il ne faut pas donner de consigne de vote.

 

Mais s’il donne une consigne de vote, je devrais me déterminer en fonction.

Si il choisit François Hollande, je voterai blanc.

François Hollande n’a malheureusement pas besoin de nos voix pour gagner.

Mais s’il choisit Nicolas Sarkozy, je voterai François Hollande.

L’explosion du Modem (à commencer chez moi) sera tellement violente qu’il faudra la limiter.
Et je ne veux rien avoir à faire avec Sarkozy.

Je ferai donc sciemment le choix de l’opposition.
Ce sera un choix purement tactique, et je l’assume en tant que tel.

23 avril 2012 Posted by | Election présidentielle 2012, Politique nationale | , , , , , , , , | 2 commentaires