Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

[Kogoro Columbo]Le tueur ne vient pas

Avertissement: Le narrateur, Derrick Palmer, pense que le tueur ne vient pas.

Mais qu’en pense le lecteur?

Et si le tueur vient, de qui prend-t-il la place?

Autrement, il s’agit toujours d’un brouillon.

 


Nous avions encore été appelés, le mercredi 18 Janvier 2012, par Jack Lestrade.

Arrivés sur place avec Shimazu vers 11H, il nous sorti encore un message fabriqué avec des lettres découpés dans divers journaux.

On pouvait lire :

« Je tuerai entre 14H et 18H maitre Sainclair. Seule Shimazu Kogoro Columbo peut l’empêcher.

Le tueur».

Maitre Sinclair était un avocat célèbre. Il n’avait rien à prouver. Cela faisait des années qu’il exerçait la profession.

Il était aujourd’hui sur une affaire difficile et médiatisé.

Il attaquait Brinvilliers Bâtiments.

Tout commença lors d’un accident laissant un ouvrier handicapé à vie.

La société Brinvilliers Bâtiments attaqua en justice l’ouvrier pour négligence, refusant de payer des dommages et intérêts.

Mais le canard enchaîné révéla que l’acier utilisé dans les bâtiments venait de Chine.

Le  canard enchaîné fut d’ailleurs attaqué pour diffamation.

Quant à la veuve de l’ouvrier handicapé, elle alla voir maître Sinclair, qui accepta de la défendre gratuitement.

L’enquête révéla que l’acier venant de Chine était de moins bonne qualité, alors que les factures mentionnaient un acier venant d’Europe. La différence était empochée comme pot de vin.

Par la voie de son avocat, maître Bleuville, Borgia de Brinvilliers jura qu’il n’était pas au courant de tous ces agissements.

Lorsque nous arrivâmes à son cabinet sur les champs Élysées, maitre Sinclair nous serra la main. Il était habillé d’un costume élégant, avait les cheveux blancs et les yeux bleus.

Il sortit un paquet de cigarette, en pris une et l’alluma. Il en tira une bouffée.

–        Que puis-je pour vous ?

–        Je suis l’inspecteur Jack Lestrade. Je vous présente mon ami Derrick Palmer et mademoiselle Kogoro Columbo.

–        Enchanté dit-il en me serrant la main de manière ferme.

–        Moi de même répondis-je.

–        Mademoiselle, dit-il en lui baisant la main. Drôle d’idée de porter un kimono en plein Paris.

–        Ne jamais aborder cette question, répondit-elle.

–        Que me vaut l’honneur de votre visite ? Demanda maître Sinclair.

Jack sorti une pochette transparente contenant le message.

–        Le célèbre assassin, le tueur, vous prendra pour cible.

–        Je commence à avoir des adversaires de taille.

–        Nous allons assurer votre protection.

–        Pas de problème. J’ai une réunion avec des collègues.

Maître Sinclair nous conduisit dans la salle de réunion.

Donnant sur l’avenue des champs Elysées, la décoration était ancienne. Au milieu trainait une table du second empire. Il nous fit assoir devant la cheminé. Il s’assied derrière la fenêtre.

Il alluma une cigarette.

–        Les autres vont arriver.

Le premier invité fut maître Veyrac.

De grande taille, yeux noirs, habillé d’un costume noir, portant une cravate rouge, cheveux bruns, il devait avoir environ 30 ans.

Maître Sinclair se leva et marcha dans sa direction.

–        Maître Veyrac, dit-il en lui serrant la main.

–        Maître Sinclair.

–        Je vous présente l’inspecteur Lestrade

–        Enchanté, dit Jack en lui serrant la main.

–        Monsieur Palmer.

–        Enchanté, fis-je en lui serrant la main.

–        Et mademoiselle Kogoro Columbo.

–        Enchantée, répondit-elle en serrant la main.

Maître Sinclair alluma une cigarette.

Puis il déclara :

–        Manque plus que maître Gesver et maître Richemond.

Cinq minutes plus tard arriva maître Gesver. Il était d’un âge avancé, 40 ans, cheveux bruns, yeux noirs, portait un costume gris, cravate jaune.

Il serra la main de tout le monde, et complimenta Kogoro Columbo sur sa beauté.

–        Manque plus que maître Richemond, déclara maître Sinclair en allumant une cigarette.

Maître Richemond arriva au bout d’une demi-heure.

Il paraissait peut sérieux, était gros, âgé d’environ 60 ans, yeux verts, cheveux blanc.

Il portait de façon débraillé un costume bon marché.

–        Toutes mes excuses pour le retard.

–        Ce n’est pas grave, fit maître Sinclair en allumant une cigarette.

Tout le monde s’installa autour de la table.

Maître Sinclair alluma une nouvelle cigarette.

Il commença à prendre la parole.

–        Bien, si je vous ai réuni aujourd’hui, c’est pour que l’on coordonne les actions de la partie civile. Je rappelle que le procès a lieu dans deux semaines.

Ainsi commença la réunion. Chaque pièce à conviction était débattue.

On nota divers anomalies, comme le fait que Borgia de Brinvilliers avait vendu des actions avant que celle-ci ne chutent, que pour la préparation de marchés publics, Brinvilliers Bâtiments avait eu le détail de l’appel d’offre avant ses concurrents,  que l’entreprise employait au noir une part non négligeable de son personnel …

–        Avec tous les éléments, déclara maître Sinclair, il est impossible que Borgia de Brinvilliers ne soit pas au courant des agissements de sa société. Je propose de demander des compléments d’enquêtes.

Puis maître Sinclair attrapa sa boite de cigarette.

–        Tiens, elle est vide.

–        Laissez-moi vous en offrir une, fit maître Gesver en tenant un paquet où une cigarette dépassait.

–        Merci bien.

–        Moi aussi, je souhaiterais fumer, déclara Shimazu.

–        Mais avec plaisir sourit maitre Gesver. Les dames d’abord.

–        Je me permets de refaire mon stock.

Shimazu pris plusieurs cigarettes.

Maître Sinclair prit une cigarette, ainsi que maître Gesver.

Maître Sinclair alluma la sienne. Maître Gesver fit de même et par politesse, alluma celle de Shimazu.

La réunion continua jusqu’à 20H.

Content de leur travail, les avocats se séparèrent.

Le tueur ne vint pas.

Le lendemain, maître Sinclair mourut dans un accident de voiture. Maître Gesver fut retrouvé Vendredi mort d’une balle dans la tête. L’appartement de maître Veyrac brûla Samedi. On retrouva son corps calciné. Dimanche, Maître Richemond mourut d’un arrêt cardiaque.

Publicités

4 juin 2012 - Posted by | Littérature, Shimazu Kogoro Columbo | ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :