Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

Petit tour des scrutins débiles (1/2) : Les législatives

Lorsque l’on lit « de la démocratie en Amérique » de Tocqueville, on a le droit à une description complète du Bicamérisme au États unis d’Amérique.

 

Tocqueville explique que les américains ont choisi deux assemblés, l’une représentant le peuple, la chambre des représentants, l’autre le territoire, le sénat.

Pour la chambre des représentants, chaque état envoie un nombre de parlementaires proportionnel à sa population.

Par contre, au sénat, chaque état y est à égalité, puisque chaque état envoie deux sénateurs.

 

Si on regarde la France, nous avons aussi deux chambres parlementaires: le sénat et l’assemblée nationale.

Le sénat représente donc les territoires. Son mode d’élection est donc normal.

L’assemblée nationale représente le peuple, et là, le mode électorale est totalement débile.

Effectivement, l’élection des députés se fait par circonscription, or ce n’est pas normal, car du coup, le député est lié au territoire.

Cela permet une pratique d’un autre temps: le parachutage. On peut citer François Fillon à Paris, Claude Guéant à Boulogne, et même celle de Jean-Marc Germain dans la 12ème circonscription des Hauts de Seine, décrédibilisant le travail de Martine Gouriet, opposante PS à la municipalité UMP de Châtillon.

 

Par ailleurs, ce système permet à des courants de pensées forts de ne pas être représenté à l’assemblée nationale. On peut penser au FN.

Ou alors, il faut se prosterner devant l’UMPS. On peut citer les verts ou le nouveau centre.

Du coup, nos députés, pensant à leur réélection, sont enclins à être moins courageux quand ils votent les lois. Ils deviennent des godillots.

Que faudrait-il faire?

Il faut un scrutin qui permette d’avoir des représentants lorsque le score est honorable, et qui soit détaché du territoire.

Il faut donc un système proportionnel à deux tours comme c’est le cas aux municipales et aux régionales.

Au premier tour, les listes qui font 10% peuvent se maintenir. Pour fusionner, il faut 5% des voix.

Au second tour (ou dès le premier si une des listes fait plus de 50% des voix), la liste en tête a la moitié des sièges +1, le reste étant distribué à la proportionnelle.

Ce système, qui a fait ses preuves, permet d’être représenté avec un bon score, et de dégager une majorité.

On peut aussi penser à un scrutin avec une liste par région, où chaque région envoie un nombre de député proportionnel à sa population.

Enfin, les législatives aujourd’hui suivent les présidentielles, et dans la pratique, les gens votent moins aux législatives.

Pire, en peu de semaines, on ne peut pas faire une campagne législative correcte.

On pourrait imaginer supprimer l’élection directe du président de la république.

A l’assemblée nationale, élue à la proportionnelle, d’élire le président de la république (en général, la tête de liste).

 

Publicités

14 juin 2012 - Posted by | Politique, Politique nationale | , , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :