Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

Modernisation et moralisation de la vie politique (2/6): Les présidentielles

Après avoir réfléchit sur le mode de désignation des députés, je pense qu’il faut réfléchir à la désignation du président de la république.

Pour mémoire, je suis pour un scrutin législatif de liste à deux tours, avec 50% des sièges +1 pour la liste en tête, le reste étant distribué à la proportionnelle.

Ce système est en application pour les régions et les mairies, et ça marche très bien.

Un changement du mode de scrutin législatif (qui est fortement souhaitable) pourrait s’accompagner du changement de désignation du président de la république, sous-entendu que le scrutin législatif soit juste et démocratique (ce qui n’est pas le cas aujourd’hui).

Mais remontons dans le temps.

De Gaulle a voulu un exécutif fort, afin que les décisions soient prisent.

Cet exécutif est représenté par le président de la république, qui si il n’est pas sage, peut se comporter comme un monarque (Cf Sarkozy).

Au début, il était élu indirectement.

Or, si De Gaulle est un grand personnage, son successeur ne l’est pas forcement.

Afin de donner une légitimité populaire à son successeur, De Gaulle a pris comme prétexte la tentative d’assassinat du petit Clamart pour faire élire directement (après référendum) le président de la république.

 

Selon la philosophie de la cinquième république, c’est le président de la république qui inspire la politique de la nation. C’est pour ça qu’entre 1998 et 2002, le groupe PS et UDF ont voté une loi pour que les législatives se déroulent après les présidentielles.
Ainsi, l’élection présidentielle influence l’élection législative qui suit. Ainsi, la cohabitation est peu probable.

Cette inversion de calendrier a marché au-delà de toutes les espérances.

La bipolarisation s’est accentué, la durée de la campagne législative, pourtant importante, est trop courte pour faire une bonne campagne, et l’abstention devient record, les français étant lassés par autant de tour de campagne.

 

Je pense qu’à l’usage, on pourrait réduire le nombre d’élections pour les scrutins nationaux. Il ne faudrait qu’une seule élection nationale.

Sur ce principe, il faudrait privilégier les législatives.

A l’assemblée nationale d’élire par la suite le président de la république.

Pour cela, il faudrait que l’assemblée nationale soit représentative de la population française. Ce n’est pas le cas aujourd’hui.

 

Publicités

19 juillet 2012 - Posted by | Politique, Politique nationale | , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :