Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

Modernisation et moralisation de la vie politique (3/6): Le renouvellement

Un de mes collègue Modem m’a expliqué (ou plutôt a essayé de m’expliquer) que le scrutin uninominal est plus démocratique que le scrutin proportionnel.

L’un des arguments qu’il avançait était que le scrutin uninominal permettait le renouvellement là où le scrutin de liste ne le permettait pas.

Lors d’un scrutin de liste, les têtes de liste sont toujours les mêmes.

 

Je conteste (évidement) cette affirmation pour des raisons de représentativité.

Mais je conteste aussi l’argument.

Le système actuel ne permet pas de renouveler la vie politique.

Par exemple, André Santini est maire d’Issy les Moulineaux depuis 1980 et député depuis 1988.

Il n’est donc nécessaire de réfléchir au renouvellement des personnes dans la vie politique.

D’autant qu’au Modem, lors des régionales 2010, la tentative de renouvellement nous a été fatale.

 

Le problème doit d’abord être posé en gardant à l’esprit que la démocratie, dans la vision de Schumpeter, est un système de compétition (comparé à la compétition économique) où l’objectif est d’avoir le pouvoir.

La compétition est sanctionnée par le peuple.

 

Cette vision de la politique implique qu’une caste de gens, dont le métier est de prendre le pouvoir, va se créer.

C’est ce que l’on appelle la classe politique.

D’où la question suivante: comment renouveler cette classe politique?

 

La première mesure est de limiter le nombre de mandats d’un politique.

On ne peut pas être un bon député si on est déjà maire d’une ville.

En général, on privilégie sa fonction de maire à son mandat de député. La raison étant que l’élection législative est une élection locale où le territoire a son importance (et c’est sur ce point une imbécillité).

Il est intéressant de noter que les gros cumulards PS font tout pour retarder la mise en application d’une loi de non cumul des mandats, avec pour objectif à terme de l’enterrer.

A ce point, il est peut être intéressant de revaloriser la fonction de maire.

Selon Wikipédia, un député gagne 7100,15€ là où le maire d’une commune (comme Malakoff) gagne 3421,32€.

 

Mais on peut aussi imaginer limiter la durée d’un mandat.

Un maire pourrait avoir le droit d’exercer seulement trois mandats.

On pourrait aussi limiter le nombre de fois où une personne se présente à une élection en tant que challenger au maire.

Donc un maire pourrait exercer trois mandats (au maximum) tout comme le député ou le sénateur et un membre de l’opposition ne pourrait se présenter que trois fois maximum à une élection (la troisième fois devant être la bonne).

 

Ainsi, on subirait son maire au maximum 18ans, son député au maximum 15ans et son sénateur 18ans.

 

Publicités

24 juillet 2012 - Posted by | Politique, Politique nationale | ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :