Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

Alerte, la gauche décomplexée et le front de gauche ont un problème avec la dette !

En lisant cet article sur le site de Malakoff antilibéral, je reconnais avoir eu une crise cardiaque.

D’autant que ce n’est pas la première fois.

Effectivement, le front de gauche combat la règle d’or, idée de François Bayrou lors de la campagne de 2007.

Il espère dépenser à fond la caisse, tout en s’endettant. Faut dire que chez certain, il y a un trésor caché. Le gouvernement le cherche encore désespérément.

Mais il est temps de revenir sur les fondamentaux.

La dette est l’action d’emprunter de l’argent que l’on n’a pas en vue de le dépenser immédiatement.

Le premier point est donc pourquoi s’endetter?

Là, il y a deux possibilités:

  • Soit on s’endette pour payer les dépenses courantes. Dans le cas d’un ménage, il s’agit de payer la nourriture, l’électricité, le gaz…
  • Soit on s’endette afin d’acquérir un bien. Dans le cas d’un ménage, il s’agit de payer une voiture, une maison…

S’endetter pour un bien n’est pas forcément idiot. On achète une voiture que l’on rembourse 5 ans alors que l’on la gardera 10ans, ce n’est pas criminel.

Par contre, s’endetter pour les dépenses courantes, c’est toujours dangereux. On ne crée rien derrière, puisque c’est directement utilisé.

D’autant, qu’il existe un principe immuable, qui n’est ni de gauche, ni de droite: une dette se rembourse un jour ou l’autre.

A partir de là, il faut être en mesure de rembourser sa dette, avoir la capacité de rembourser sa dette.

Par exemple, la situation de Malakoff, qui a un taux d’endettement de 17 ans (en enlevant recettes et dépenses exceptionnelles), est préoccupante.

Mais le cas de la France est pire.

La France dépense plus que ce qu’elle gagne.
En résumé, on a dépenses > recettes.

De là, elle emprunte pour payer les dépenses de fonctionnement.

Elle finance de la dette par de la dette.

Elle laisse une dette à ses enfants, qui eux n’auront rien eu.

Pire, elle a ce que l’on appelle pour une commune un autofinancement brut négatif.

Elle ne dégage rien pour rembourser sa dette.

Si aujourd’hui on est en crise, ce n’est pas parce que l’on peut s’endetter sans se préoccuper du remboursement de la dette, c’est parce que l’on s’est endetté et que l’on est plus en capacité de rembourser notre dette.

C’est aussi un problème de démocratie, car nos préteurs imposent la politique à suivre à notre gouvernement.

Ce problème perdure depuis 2002. L’UMPS en est fautif par lâcheté et démagogie. Il est temps de tenir un langage de vérité à nos concitoyens, comme François Bayrou.

Et que l’on me dise pas que c’est la faute aux banques, c’est d’abord notre faute car c’est d’abord nous qui avons signé l’emprunt pour les dépenses de fonctionnement.

La règle d’or, c’est juste une règle de bon sens. Elle ne devrait même pas être discutée. Elle devrait juste s’appliquer.

A lire également: l’article d’Hervé Torchet.

Publicités

7 septembre 2012 - Posted by | Finances locales, Politique, politique locale, Politique nationale | , , , , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :