Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

Mon opinion sur l’UDI

On parle beaucoup de l’UDI, notamment ici et ici qu’il m’a paru pas inintéressant d’y revenir encore.

L’UDI se définit comme un rassemblement des centristes, mais avec alliances privilégiées à droite.

 

Je me suis dit qu’apporter un regard plus pragmatique ne serait peut-être pas un mal.

 

Il y a certes des gens intéressants à l’UDI, comme Alain Dolium, pour qui j’ai de la sympathie. D’autant qu’il était venu à Malakoff.

Il y a aussi le maire de Neuilly, Jean Christophe Fromantin.

 

Néanmoins, l’ensemble de ses fondateurs, centristes de droite, ont majoritairement soutenu l’antipolitique centriste (déficit, inégalité, explosion sociale), c’est à dire Nicolas Sarkozy, dès le premier tour.

On a entre autre Jean Louis Borloo, Hervé Morrin, Jean  Christophe Lagarde…

 

En réalité, les choses sont plus complexes que cela.

Le système électoral injuste de la cinquième république a eu pour effet, peut-être même voulu, de faire disparaître le centre, et de forcer un bipartisme.

Pour survivre, le centre a surtout été vers la droite au sein de l’UDF.

Au final, le centre a été absorbé par l’UMP, et l’UMP a lancé une machine à tuer les centristes.

On peut citer le dernier mandat de Nicolas Sarkozy, où  un parti « indépendant », en l’occurrence le nouveau centre, a servi de godillots, et a accepté en particulier l’explosion du déficit public sous Chirac et Sarkozy.

J’en profite pour rappeler que Philippe Pemzec, maire UMP du Plessis-Robinsson, avec frontière perméable avec le FN, a tué politiquement un nombre de bastions centristes dans le 92 comme Clamart.

 

Bayrou a essayé de détacher le centre de la droite, et il a eu raison.

Malheureusement, peu de gens étaient prêt au sacrifice nécessaire et il s’est heurté à la réalité des institutions de la cinquième république, et à l’ignoble et criminel système électoral des législatives.

 

Les autres centristes, centristes de droites pensant que le centre doit être avec la droite, ont à mon avis, voulu s’émanciper de l’UMP.

Il faut dire que Nicolas Sarkozy a pris les centristes de droite pour des paillassons.

A rappeler aussi que Sarkozy a tout fait pour empêcher une candidature de centre droit. Très démocratique d’ailleurs.

 

Aujourd’hui, les centristes de droite, pensant que le centre doit être à droite sont dans une véritable dynamique et sont donc en phase de réussir l’UDI.
Il y a deux raisons à cela:

La chute de Nicolas Sarkozy et celle de François Bayrou.

 

Sur la première raison, Nicolas Sarkozy a chuté par lui-même pour un manque de lucidité, et un style de gouvernance caricatural qui a fait de nous la risée de la terre entière.

Mais sur la second raison, c’est François Bayrou (souvent mal conseillé) qui est responsable.

Il fallait, à mon avis, qu’il appelle à voter blanc, renvoyant dos à dos l’UMPS pour ses discours démagogiques et irresponsables au vue de la situation actuelle de la France.

En appelant à voter blanc, il aurait été incontournable dans un processus de recomposition du centre. Celui-ci se serait fait de toute façon, car l’envie est trop forte.

Seulement, il risque de se faire sans lui.

 

Par ailleurs, les législatives, très mal préparé (car une élection se prépare toujours sur la durée), a aussi été plus que contre-productif.

La candidature chez moi, qui n’a recueilli que 1,5%, a été une catastrophe. Tout ça parce que l’on a écouté des gens, absolument pas politique (avec un petit p et un grand P) , qui ont pourtant fait 1% aux cantonales en dissidence.

 

En pesant le pour et le contre, ma position est donc la suivante:

Je ne souhaite pas adhérer à l’UDI. La raison est la suivante:

Je considère que le centre n’est ni de gauche, ni de droite. Il est indépendant, et il est voué à rester lui-même. Nous avons aussi, surtout lorsqu’une situation est compliquée, à essayer de modérer la gauche ou la droite.

Et si ce n’est ni la gauche, ni la droite, ne pas avoir de place me convient. C’est aussi ça la démocratie et je considère que c’est également un sacrifice nécessaire.

Je pense que privilégier une alliance avec la droite est dangereux. Certes, une alliance avec le PS (au moins au niveau national) n’est pas pertinente aujourd’hui. Mais la situation peut toujours évoluer, en mieux comme en pire.

Par ailleurs, fermer la porte à une alliance avec la gauche est pousser le PS vers le front de gauche ou les verts. Je pense que pour l’intérêt général, c’est dangereux.

 

L’UDI se positionnant automatiquement à droite, comme un parti de centre droit, je n’adhérerais donc pas pour l’instant à l’UDI.

Néanmoins, le non n’est pas définitif. Un système de double adhésion peut éventuellement me faire changer d’avis. Mais je resterais toujours, pour des raisons sentimentales, Modem.

 

Enfin, localement, parce-que c’est ça qui compte, et qu’une réunification du centre passera que par le local, j’espère avoir l’occasion de travailler avec l’UDI.

L’envie est même très forte.

Après tout, il s’agit d’un parti centriste. Il y a donc des convergences de points de vue. Et le bon sens et le pragmatisme doit primer.

 

A lire: Le Modem et l’UDI sont-ils compatibles?

Publicités

22 septembre 2012 - Posted by | Politique, Politique nationale | , , , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :