Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

Oracle VS Google, c’est reparti

L’information est un peu vielle, mais je la fais remonter: Oracle, géant des bases de données, attaque Google en justice pour des problèmes de droit sur l’utilisation du Java dans Androïd.

 

Après une victoire de Google, Oracle a fait appel.

 

Pour ma part, je comprends Oracle, mais je n’apprécie pas vraiment l’état d’esprit dans lequel se place celui-ci.

 

L’histoire est un peu compliquée.

Java a été créé en 1995 par Sun.

Par la suite, Sun a ouvert 95% du langage.

Autour du langage s’est créé un véritable écosystème. Certain frameworks, comme Struts ou Hibernate ont permis de véritables avancées.

Google a participé à cet écosystème avec GWT ou Google Guice.

Par la suite, Google a utilisé le java pour Androïd en créant sa propre JVM.

A noter que Microsoft avait été condamné car il faisait des JVM et des spécifications java ne marchant que sous Windows. Or le java est sensé tourner sous n’importe quel système d’exploitation.

Un code Java est le même sous Windows ou UNIX.

 

Par la suite, Oracle a racheté le langage et a mis un système de gouvernance plus sévère, en se mettant à dos la fondation Apache qui a quitté le JCP.

Et ils ont par la suite attaqué Google.

 

Pour ma part, je trouve ça bien que Google utilise le Java pour ses téléphones. Ça fait du Java un langage universel.

Apple (nous c’est la pomme, vous c’est la poire), utilise dans ses IPhone l’Objectif-C.

Quelqu’un qui travaille sous l’objectif-C a un horizon fermé.

D’ailleurs, Apple est pire que Microsoft.

Quant au C# de Microsoft, je rappelle qu’il faut une licence payante et que Visual Studio, l’IDE, est aussi payant.

 

 

Publicités

11 octobre 2012 Posted by | Informatique, Java | , , | Laisser un commentaire

Les charges patronales ont de beaux jours

Les charges patronales, impôt physiocrate, sont trop élevées en France.

Effectivement, pour un salaire de x, une entreprise paye x charges patronales.

Si un employé est payé 2000€ net, il coûte au total 4000€ à son employeur.

Pour une grande entreprise, on s’en sort. Mais pour une PME/TPE, les charges patronales sont un boulet.

Dans un contexte où la mondialisation est de plus en plus sévère et où la France est de moins en moins compétitive, il faut retrouver de la compétitivité.

 

Retrouver de la compétitivité qualité est assez long et difficile. Sur le long terme, on ne fera pas l’impasse sur une vraie réforme de l’éducation nationale.

Il nous faut donc, dans l’immédiat, retrouver de la compétitivité coût.

Et à terme, retrouver de la compétitivité coût passe par une diminution des charges patronales.

 

Comme les charges patronales servent à payer du service public auquel les français sont attaché, et ce n’est pas un mal, il faut transférer une partie des charges patronales sur les ménages.

Par ailleurs, Jean Peyrelevade rappelle que nos entreprises sont parmi les plus taxées d’Europe.

L’importance n’est pas de savoir comment le faire mais de le faire.

Sur-ce, deux possibilités sont envisageables: hausse de la CSG ou hausse de la TVA.

Comme on a abolit la TVA sociale (que Sarkozy a mis en place comme piège à centriste), reste la CSG.
Mais là aussi, c’est mal parti.

D’après un sondage, 70% des français sont contre la hausse de la CSG.

Il y a, je trouve, une forme d’égoïsme. Je pense que les charges patronales jouent contre l’emploi, surtout des catégories qui en sont le plus éloignés.

Pire, Arnaud Montebourg, ministre inutile du redressement productif, est également contre cette idée.

 

On n’est pas sorti de l’auberge.

 

11 octobre 2012 Posted by | Politique, Politique nationale | , , , , , | Laisser un commentaire