Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

Passer d’une économie de l’endettement à une économie de l’épargne/autofinancement

Que ce soit un ménage, une entreprise ou une collectivité, on arrive toujours au problème d’acquérir un bien que l’on ne peut pas payer entièrement.

Du coup, deux solutions sont envisageables.

La première est de s’endetter.

Pour commencer, on parle ici d’endettement pour acquérir un bien, et non pour payer le chauffage. Ici, contrairement à ce que fait l’état français, il s’agit d’un investissement.

Au pire des cas, on pourra vendre ce bien, même si je suis contre une vente aveugle de ce que l’on appelle les bijoux de famille.

Donc on emprunte de l’argent pour pouvoir financer un bien, et on rembourse au fur et à mesure le total de l’emprunt et les intérêts.

Pour un ménage, il peut s’agir de financer sa voiture ou son logement.
Pour une entreprise, il peut s’agir de financer une acquisition ou du matériel.

D’ailleurs, lorsque l’on achète du matériel dans une entreprise, il faut se demander combien de temps celui-ci va durer. On parle d’amortissement.

Pour une collectivité, il peut s’agir de faire un équipement (stade, piscine, centre de santé, théâtre…) ou de le rénover.

 

Néanmoins, cette approche n’est pas sans risque. Il convient de savoir qu’il est important de pouvoir rembourser sa dette.

A partir du moment où on est plus en capacité de rembourser sa dette, on est en surendettement.

A partir du moment où l’on est en surendettement, ce n’est plus le ménage/entreprise/collectivité/état qui décide mais le banquier/huissier.

Dans le cadre des collectivités, on peut citer Grigny où le préfet a imposé une augmentation d’impôts.

On a aussi l’exemple de la Grèce.

 

La seconde solution est de financer ses gros achats/constructions par l’épargne et l’autofinancement.

Un autofinancement (différence entre les recettes et les dépenses) permet de mettre de l’argent de côté en vue de constituer une épargne élevée, toujours utile pour un achat ou un coup dur.

Mieux, cette approche n’est pas forcement contradictoire avec l’emprunt. Une économie basée sur l’épargne et un bon autofinancement permet de réduire le recours à l’endettement et de réduire plus facilement la durée de remboursement des emprunts.

 

Or, à la différence de l’Allemagne, c’est l’emprunt qui est privilégié en France au détriment de l’épargne/autofinancement.

Par exemple, ma bonne ville de Malakoff a emprunté pour faire de lourds investissements entre 2001-2008. Aujourd’hui, parce qu’elle n’a pas envisagée d’avoir un autofinancement élevée, on est à un taux d’endettement (ou capacité de réduction de la dette) de 17 ans. Je rappelle aussi que la ville, en pleine période d’investissement, c’est privé d’autofinancement brut en ne réduisant pas immédiatement les abattements de 20 à 15%.

Aujourd’hui, de l’aveu même du maire, Malakoff ne peut plus investir.

Côté entreprises, on a aussi des exemples d’endettements dangereux pour des acquisitions.

Je pense à Vivendi sous Jean Marie Messier ou France Télécom sous Michel Bon (que certains appellent Michel Mauvais).

 

Aujourd’hui, je pense que la mentalité des français est de se tourner vers l’emprunt. En ce qui me concerne, je pense qu’il faut changer cette mentalité et faire en sorte que les français se tournent d’abord vers l’épargne et l’autofinancement brut.

A partir du moment où l’on emprunte trop, même si c’est pour de l’investissement, il y a toujours un risque de ne plus être en capacité de rembourser sa dette et donc d’être en surendettement.

Un de mes amis me dit que l’épargne est le signe d’une économie qui ne marche pas car les dépenses ne sont pas engagées, et la monnaie ne circule pas.

Je comprends certains des arguments, mais mettre un ménage/entreprise/collectivité/état en capacité de surendettement est criminel et l’amène à une situation critique. Je pense entre autre à la Grèce.

Et si on peut faire une épargne et un autofinancement plus facilement, c’est aussi permettre un investissement plus fréquent et des investissements plus lourds réguliers. Et ça aussi, c’est bon pour l’économie.

C’est permettre la création dans le cycle destruction/créatrice de Schumpeter

Si les ménages ne font qu’épargner, c’est aussi parce que la situation économique est mauvaise. Peut-être faudrait-il plutôt leur permettre de trouver un emploi plus facilement plutôt que les pousser à l’emprunt et au surendettement.

Publicités

28 décembre 2012 - Posted by | Finances locales, Politique, politique locale, Politique nationale | , , , , , , , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :