Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

La connaissance ne se met pas au niveau des élèves

Lors du conseil de quartier centre du 21/01/2013, certains arguments durant un débat sur l’école m’avaient chagriné.

La première chose était le fait que l’on n’a pas abordé la connaissance elle-même.

J’en ai parlé pour le théorème de Pythagore, la physique, et les mathématiques en général.

 

Le second aspect qui m’a chagriné, c’est cette ambiance contre l’élitisme et le fait que l’enfant, l’élève (pardon, l’apprenant), doit prendre plaisir à apprendre.

 

On est en plein dans l’Émile de Rousseau qui je le rappelle a mis ses enfants à l’assistance public.

Mieux, dans les confessions, il a tartiné des pages pour s’excuser du fait qu’il a pris plaisir à une fessé mais il y a tout d’un coup moins de page pour expliquer qu’il a mis ses enfants à l’assistance public.

 

Plus sérieusement, que l’enfant s’épanouisse, c’est mieux, mais le plus important, comme le décrit le contre modèle Rousseau, en particulier dans De la démocratie en Amérique de Tocqueville, c’est d’abord qu’il soit préparé à jouer son rôle dans la société et à tirer son épingle du jeu.

 

Or, il y a un point certain, l’atome d’hydrogène, il est ce qu’il est. Il est même quantique. Il ne se mettra pas au niveau des élèves. C’est aux élèves de se mettre à son niveau.

Faire croire l’inverse, c’est dangereux et démagogique, c’est un mensonge.

 

Certes, on va me répliquer que ce n’est que de la physique, et que tout le monde ne fera pas de la physique.

Erreur, c’est pareil pour un futur caissier. Il aura des règles à appliquer (comme être à l’heure, sourire aux clients…).

Il sera jugé sur ça.

Durant ma période de chômage (qui je le rappelle a été pénible), j’ai essayé d’être gérant de restaurant à Roissy (les restaurants sont gérés par une chaîne).

Ce qui m’avait frappé, dans les problèmes du recruteur, c’est d’avoir des jeunes de 18-25 ans qui viennent quand ils veulent, ou ne viennent pas du jour au lendemain, et qui en plus veulent être payés.

 

En fait, on est dans le problème de l’enfant tyran.

Pour mémoire, un enfant tyran est un enfant intolérant à la frustration. C’est tout tout de suite!

C’est vrai que c’est surtout le rôle des parents d’apprendre à l’enfant la frustration.

Mais c’est un chemin dangereux, de la part de l’éducation nationale, d’aller dans le sens du plaisir immédiat.

 

Quand un jeune de 18 ans n’accepte pas la frustration, je garantis que ça coûte cher à la société, socialement comme humainement.

Publicités

31 janvier 2013 - Posted by | Politique, Politique nationale | , , , , , , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :