Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

Budget 2013 de Sud de Seine (7/8): La stratégie d’investissement de Sud de Seine

J’ai souvent écrit que Sud de Seine devait permettre des économies d’échelle pour les dépenses de fonctionnement.

Effectivement, en transférant une compétence d’une ville vers l’agglomération, on doit pouvoir, en réorganisant les services, rendre un service public de meilleur qualité à moindre coût pour le contribuable.

 

Au lieu de ça, on a des doublons et le paradoxe Paillon.

 

Sud de Seine devrait aussi répondre à une autre problématique : investir au mieux.

Lorsque l’on fait un investissement, par exemple une piscine, deux problématiques se posent.

 

Le première est que l’investissement, surtout si il n’est pas productif (c’est-à-dire destiné à augmenter grandement les recettes de la ville) coûte cher.

La solution serait donc de partager le coût financier de l’investissement.

 

Second problème : un investissement génère des coûts de fonctionnement, pas vraiment donné dans le cas d’une piscine d’ailleurs.

Dans le cas de celle-ci, il faut payer le personnel (maître-nageur), l’entretien…

 

Là aussi, l’idée est de partager les coûts.

L’exemple d’une collaboration réussie entre communes (dans le cas des piscines) est la piscine de Châtillon-Malakoff.

Là où la piscine de Montrouge a un grand bassin, un bassin ludique et une pataugeoire, celle de Malakoff-Châtillon a une pataugeoire, un bassin olympique, un bassin ludique, un toboggan, un bassin de 4-5m de profondeur pour le saut et la plongée ainsi qu’un bassin extérieure.

De plus, la piscine de Montrouge a pris l’eau.

 

Comment Malakoff et Châtillon, villes pauvres, arrivent à moquer le coffre-fort Montrouge sur la piscine ?

C’est très simple, la piscine a été construite en collaboration entre Châtillon et Malakoff.

 

Lorsque Sud de Seine investit, je pense qu’elle devrait avoir en tête cet état d’esprit.

Ce n’est pas le cas.

La piscine de Fontenay-aux-Roses a brûlé. Clamart reconstruit sa piscine.

Clamart et Fontenay-aux-Roses étant deux villes limitrophes, il y avait moyen de faire une superbe piscine intercommunale et de réduire sur le long terme les dépenses de fonctionnement.

 

Ça ne sera pas le cas. Fontenay-aux-Roses a réparé sa piscine, et Clamart va construire la sienne.

 

Et que l’on ne me dise pas que c’est mieux pour les collèges-lycées.

La piscine de Malakoff-Châtillon est utilisée par au moins 4 collèges, deux à Malakoff, deux à Châtillon.

Publicités

25 avril 2013 - Posted by | Finances locales, Malakoff, Politique, politique locale, Sud de Seine | , , , , , , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :