Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

La montée du nazisme et le génocide juif vu aujourd’hui (1/3) : Hannah Arendt au cinéma

Samedi, j’ai été voir au cinéma Hanna Arendt.

Ce film raconte l’histoire de la philosophe Hannah Arendt, qui lors du procès d’Adolf Eichmann, écrivit un livre pour démontrer qu’Eichmann n’était qu’un médiocre bureaucrate.

Par la suite, ce livre a déclenché une polémique que la philosophe aura plus ou moins de mal à vivre.

En France, Hannah Arendt est peu connue (je ne la connaissais pas avant le film).

Mais c’est aux Etats-Unis une brillante philosophe connue pour son étude des régimes totalitaires.

Elle a mis en parallèle le régime nazi et stalinien dans un livre.

Ici, on  a donc ce que l’on appelle un biopic sur la philosophe Hannah Arendt.

La pensée semble acquise aujourd’hui (quoique ?).

Les gens qui ont servi le régime nazi ne sont pas des monstres. D’ailleurs, l’expérience de Milgram, sur laquelle je reviendrai, le montre.

Hannah Arendt a contribué à cette idée.

Le film se concentre sur la vie de la philosophe autour de l’évènement que représente le procès d’Adolf Eichmann et de la polémique qu’à fait naître sa position.

Néanmoins, même si on a un bon film, je trouve qu’il fait pâle figure.

Sur le même sujet, le livre « La mort est mon métier », de Robert Merle, dont je parlerai également, reste la référence sur le sujet.

Et le problème, pour moi, vient du fait que le film fait pâle figure face au livre de Robert Merle.

On a un plutôt bon film, mais difficile en deux heure d’expliquer le contexte, la modernité de l’idée (bien que le livre de Robert Merle soit sorti avant le livre d’Hannah Arendt), tout en faisant un bonus sur les difficultés que va rencontrer Hanna Arendt pour faire accepter son idée.

Il y a de grandes scènes, comme lorsque des représentants d’Israël viennent eux-mêmes en Amérique menacer la philosophe de ne pas paraître la suite de son article et lui signaler que de toute façon, ça sera interdit en Israël.

Seulement, même si on a un bon film, on comprend mieux l’idée (les gens qui ont mis en application la Shoah ne sont pas des montres, ce ne sont que des humains banals), on sent mieux l’idée en lisant l’excellent livre de Robert Merle.

Par ailleurs, le livre de Robert Merle est très complet, car on comprend vraiment bien la montée du nazisme, et indirectement la montée du FN.

C’est d’ailleurs le livre de Robert Merle qui sera le thème du prochain article.

En plus :

–          La critique sur Regard.fr

–          La critique sur le blog du cinéma

Publicités

20 mai 2013 - Posted by | Cinéma | , , , , , , , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :