Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

Parlons projet avant de parler alliance !

C’est avec grand intérêt que j’ai lu la vision du blog du centrisme sur la stratégie  du Modem aux prochaines municipales.

 

Là encore, j’ai un devoir de réserve (bien que certaines analyses basées sur de mauvaises hypothèses m’a fait écrire des articles sur l’opposition (article 1, 2, 3,4)).

 

Dans sa conclusion, le blog du centrisme écrit :

« Sans parler des prises de positions politiques de militants d’un même parti qui seront membres de majorités municipales opposées. On a vu, dans le passé, que cela s’achevait souvent dans la cacophonie et la division même à l’intérieur du parti.

Commentaire:

Le Centre n’est pas et n’a jamais été l’unanimisme.

Le Centre n’est pas et n’a jamais été la politique à la carte.

Le Centre n’est pas et n’a jamais été de s’allier avec tout le monde.

Le Centre a une pensée, le Centrisme qui ne se dilue pas tantôt à gauche, tantôt à droite, tantôt ailleurs.

Le courage politique, c’est défendre ses idées quitte à perdre mais d’avoir la dignité de s’être battu pour ce que l’on croit et non pour des postes.

Où est l’honneur de la politique dans ce grand marchandage que va ouvrir le Mouvement démocrate comme il l’avait déjà fait en 2008 pour récupérer quelques conseillers municipaux?

A chacun de répondre avec son bulletin de vote.

Centristement vôtre, »

 

Et de parler de François Bayrou :

« Il faut dire que François Bayrou — qui ne s’intéresse qu’à l’élection présidentielle, seule à ses yeux capable de contenter ses ambitions mais aussi de changer la donne politique en faveur de son parti — a absolument besoin d’élus pour peser un peu plus qu’aujourd’hui sur la politique et pour crédibiliser son parti (ainsi que pour le renflouer, lui qui est obligé de louer une partie de ses locaux actuellement). »

 

J’aimerai apporter quelques compléments.

 

Déjà, premier point, et je l’ai déjà écrit, je pense que c’est par le local que se reconstruira le centre.

Je suis en accord avec la ligne défendu par le Mouvement démocrate, surtout en ce moment où les personnes tenant l’appareil PS ou UMP ne sont vraiment pas à la hauteur des enjeux nationaux.

Néanmoins, je pense que la stratégie du mouvement démocrate est inadaptée à la politique défendue.

Je crois que ce n’est pas au niveau national que nous pouvons percer, mais au niveau local.

 

J’aimerai que le Modem investisse plus de moyens dans les échéances locales que dans les élections qui sur le long terme détruise le Modem, je pense en particulier à l’élection législative de la 11ème circonscription des Hauts de Seine.

 

Mais je vais aller plus loin.

Je suis pour l’alliance à géométrie variable aux municipales.

Mais je souhaiterai soulever deux points.

Le premier est qu’il est vrai qu’elle favorise l’opportunisme.

Et dans notre positionnement particulier, j’ai vu beaucoup de Modem sombrer dans le côté obscur de la politique, plus facile, plus tentant, plus rapide, comme dirait maître Yoda.

 

Or, et c’est là le deuxième point, pour garder notre positionnement particulier, il faut avoir la bonne approche.

 

Le problème est de mon point de vue ici.

A chaque fois que je vais à une réunion Modem, on commence toujours par répondre à la question « Avec qui je vais ? ».

 

Je pense que le problème est ici. La première question devrait être « Qui suis-je ? »

On devrait d’abord se poser les questions « Qui suis-je ? Quelle est ma différence ? Qu’est-ce que j’apporte par rapport à l’UMP ? Par rapport au PS ? Quelle est ma survaleur ? »

 

Une fois que l’on connait sa différence, sa survaleur par rapport à l’UMP et au PS, à la suite d’une analyse et d’un diagnostic de la ville et de l’intercommunalité (car dans le cas de Malakoff, je rappelle que tout se décide à Sud de Seine), des forces politiques en présence, alors on peut se poser la question de la stratégie.

 

La question « Avec qui je vais » n’est qu’une question de stratégie. Avant la question de stratégie, il faut se poser la question du moi-profond, de sa différence et de son identité, de sa survaleur.

 

Notons que pour se questionner sur son projet, sa différence et sa survaleur, sur son plus, il faut se débarrasser des questions de personne.

 

Pour conclure, la place n’est pas importante dans l’immédiat. Ou plus exactement, ce n’est pas le plus important.  La place est également une question de stratégie. Ce qui est important, c’est d’abord notre différence.

Publicités

23 mai 2013 - Posted by | Malakoff, Municipales 2014, Politique, politique locale, Politique nationale | , , , , , , , , , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :