Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

La droite et les municipales 2014 sur Malakoff (4/5) : Scission de l’UMP sur Malakoff et création d’enppm

Avant toute chose, je tiens à mettre en garde mon lecteur.

Quand on va au restaurant, et que l’on y mange bien, il est fortement déconseillé de visiter la cuisine.

Si on visite la cuisine, on risque de ne plus avoir envie de revenir au restaurant.

 

Dans cet article, je vais aborder la cuisine électorale Modem. Et franchement, ça va être très crade, gras et indigeste.

 

Aux lecteurs qui ne veulent pas subir cette cuisine, je les invite à stopper la lecture ici.

 

Pour les autres, on peut se demander pourquoi j’aborde la cuisine électorale Modem dans un article qui a pour sujet l’UMP.

Il y a deux raison à cela.

La première est que ce qui se passe à l’UMP de Malakoff a une ressemblance avec un vécu, un vécu Modem de cette fameuse cuisine électorale.

 

Mais le problème est que cette cuisine électorale a mené le Modem, et les centristes en général, dans le mur. Le centre risque de perdre beaucoup lors des prochaines échéances électorales sur la 11ème circonscription et sur Sud de Seine.

Cette cuisine électorale fait qu’il risque d’être impossible de défendre des positions fortes dans certains conseils municipaux et au conseil communautaire.

 

Pour conclure, je dirais que la morale est que la place n’est pas importante. La place ne doit pas être un objectif en soi. Ce qui est important, c’est l’idéal que l’on porte et sa spécificité.

 

Le préalable étant écrit, je peux donc reprendre l’histoire de la droite malakoffiote ou je l’avais laissé.

 

En 2008, Thierry Guilmart (UMP) obtient trois sièges d’élus de l’opposition sur un positionnement droite sarkozyste.

A priori, dès 2008, il est clair que Thierry Guilmart ne se représentera pas. 2008 est la dernière élection municipale de Thierry Guilmart.

 

Et pourtant, je ne sais pas vraiment quand, une partie de l’UMP a fait scission sur Malakoff et a créé une initiative, enppm (pour Ecrivons une nouvelle page pour Malakoff).

 

Enppm a un mérite, c’est d’occuper un terrain que personne n’occupe.

 

En ce qui me concerne, enppm me laisse dubitatif.

 

Il y a plusieurs raisons à cela.

 

La première est plus due à mon vécu.

La première raison est qu’enppm se construit contre Thierry Guilmart.

Ça ne fait pas sérieux de voir l’équipe d’enppm distribuer les tracts de Sarkozy et l’équipe de Guilmart tenir les bureaux de vote.

 

J’ai de vrais désaccords de fond avec Thierry Guilmart, c’est évident.

J’en ai donné certains.

Néanmoins, j’ai vu tellement  de gens se construire contre les élus pour un résultat au final catastrophique, que mon intuition me dit d’être méfiant.

 

Le premier exemple est Montrouge.

Et dieu sait que je n’apprécie pas Branaa.

Jean Eric Branaa (qui est surtout là pour la place), monte une liste en 2008. C’est d’ailleurs le souhait de la majorité des militants du Modem de Montrouge.

Mais certains Modem veulent une place, vite et maintenant. On les appellera les Modem B.

Les Modem B vont donc avec le maire sortant, Jean Loup Metton (Nouveau centre en 2008, UDI aujourd’hui).

Seulement, il y a un second tour et Branaa fait à l’époque 9%.

Pour être sûr d’être élu, Jean Loup Metton vire de sa liste les Modem B et intègre Branaa et ses colistiers.

Par la suite, Branaa ira, au bout d’un an, dans l’opposition et ses colistiers le lâcheront.

Il va de soi que cet épisode a fait beaucoup de mal à l’image du Modem.

Mais ça a continué.

Branaa s’est présenté aux cantonales 2011, avec le Modem B.

Au final, le Modem B fait 1% et Branaa fait aux alentours de 2-3%.

Pendant ce temps, à Bagneux, un Modem appelé Modem C essaie de dégommer l’élue Modem de Bagneux (qui en plus est notre élue communautaire et qui en plus travaille).

Aux législatives 2012, le Modem B et C poussent un candidat qui fera 1,5% (à noter le retour de Branaa qui fait 0,76% des voix).

Bref, on est très mal barré et à cause de gens qui rêvent d’être notables, le centre (en général) est dans une situation merdique.

 

Certains élus méritent des baffes, et j’en connais quelques-uns. Mais j’ai un mauvais à priori si on se construit contre un élu.

 

C’est pour la première raison.

 

La seconde raison est que je trouve enppm peu sérieux.

Par exemple, ils se sont félicités qu’il y ait enfin un PLU en Avril 2013, alors que j’en parle depuis mai 2012 et qu’il y a eu des ateliers de concertation en janvier/décembre 2013 auxquels  j’ai participé et que j’ai abordé sur mon blog.

Je trouve que ça ne fait pas sérieux, surtout que le PLU est un sujet majeur.

 

Enfin, si je dois participer à une opposition, je veux que ce soit une opposition qui aborde le fond et la technicité des dossiers.

 

Les crottes de chiens, ça ne m’intéresse pas, et je pense que c’est un sujet mineur pour Malakoff.

 

En ce qui me concerne, je pense qu’enppm peut réussir à avoir des élus, surtout s’ils sont seuls à occuper le créneau de l’opposition et/ou qu’ils ont l’investiture de l’UMP.

 

Mais je ne pense pas qu’enppm soit capable de se construire sur la durée afin de fragiliser la position des communistes.

Publicités

1 août 2013 - Posted by | Malakoff, Politique, politique locale | , , , , , , , , ,

4 commentaires »

  1. A Bagneux, l’opposition à la municipalité communiste doit se rassembler autour d’OLIVIER SUEUR!

    Commentaire par leikan | 8 août 2013 | Réponse

    • Bonjour,

      Comme je l’ai écrit précédemment ( https://philippegibault.wordpress.com/2013/06/08/cest-officiel-marie-helene-amiable-devrait-etre-reelue-maire-de-bagneux/ ), Olivier Sueur est une personne qui va maintenir les communistes au pouvoir à Bagneux.

      Il était certes adapté à une personne sectaire comme Janine Jambu mais il est inadapté à une personne plus ouverte comme Marie Hélène Amiable.

      En 2002, il a certes fait (face à Jambu) 49%, mais après, il n’a jamais travaillé sa vision de ville.

      Par ailleurs, je trouve sa façon de revenir, après n’avoir rien fait pendant 5 ans, particulièrement dégueulasse et irrespectueux des Balnéolais.

      Il est parti en 2008 car il estimait qu’il n’avait aucune chance de prendre Bagneux. Il a mis Napoléone qui une fois élu n’a jamais été au conseil municipal, sauf dernièrement.
      Mieux, comme il ne venait jamais à Sud de Seine, il a été remplacé par Monsieur Rousseau.

      Et comme par magie, il revient maintenant se présentant comme le sauveur.

      Prendre une ville est un travail sur la durée. Ce n’est pas y allant 6 mois avant que l’on y arrive. Prendre une ville, c’est un travail sur le long terme.

      En donnant l’investiture à Olivier Sueur, l’UMP décide, sciemment ou par incompétence, de laisser la ville aux communistes.

      Commentaire par Le blog de Phil | 8 août 2013 | Réponse

      • Qui d’autre? Je reste pour ma part, convaincu qu’Olivier SUEUR est le mieux plaçé pour « libérer » Bagneux.

        Commentaire par leikan | 9 août 2013

  2. je viens de relire cet article… Où en est l’opposition à Bagneux ?
    – Olivier Sueur a fait 34% (score normal) puis a démissionné de son poste de Conseiller Municipal dès le premier Conseil. Depuis pas de nouvelles !
    – Conséquences : fracture de l’opposition en trois groupes différents (UDI et deux groupes UMP) pour sept conseillers.
    Quelle perspective pour 2020 ?

    Commentaire par Demarquet | 8 mai 2014 | Réponse


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :