Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

La droite et les municipales 2014 sur Malakoff (5/5) : Quelles perspectives pour l’opposition en 2014 et la droite en particulier ?

Rappelons déjà la base : Catherine Margaté gagnera en 2014.

A priori, on peut penser que la droite aura des élus (notons que certains m’ont affirmé le contraire).

Aujourd’hui, pour l’opposition, il y a 3 élus UMP et un élu divers centre (ex-Modem).

Le problème est de savoir si les élus de l’opposition se construiront sur la durée et s’ils seront capables de construire une doctrine de ville forte.

La question est de savoir si les élus de l’opposition seront capables de fragiliser la position des communistes (qui seront présent depuis 92 ans) entre 2014 et 2020.

Entre 2008 et 2014, les communistes (65,8%) ont une position identique, voir améliorée.

On peut tabler le nombre de siège de l’opposition entre 3 et 5, plutôt entre 3 et 4.

Il va de soi que l’objectif est de passer de 5 à 7 sièges (voir plus) et que du coup, les sièges d’opposition ne peuvent pas être distribués à n’importe qui.

Notons que comme le nombre d’habitants a augmenté, on va passer de 35 élus à 37.

La première remarque est que chaque ville a sa spécificité.

Si on va à Puteaux, par exemple, le problème est que l’on est face à une mafia qui n’hésite pas à ruiner son principal opposant en procès, ou à le sortir de force du conseil municipal.

La spécificité de Malakoff est la forte identité de la ville.

Malakoff est une ville unique. Malakoff, c’est d’abord Malakoff. Malakoff, ce n’est pas une vulgaire ville de la banlieue parisienne.

On est d’abord Malakoffiot avant d’être parisien.

En fait non, on n’est pas parisien. On est que malakoffiot.

On est fier de notre ville, heureux d’y habiter, le cadre de vie y est agréable…

Dans les autres points positifs de la ville, la mixité sociale est réussie sur Malakoff.

Le taux de 40% d’HLM y est pour quelque chose.

Sur ce point, il est important de noter que Catherine Margaté, le maire PCF de Malakoff,  a beaucoup contribué à cette identité.

Là où ça devient délicat pour la droite, c’est que cette identité est de gauche.

Dans l’identité de Malakoff, il y a les services sociaux (centre de santé), à la personne…

Je vais raconter une anecdote.

Mon père habite le Sud de Malakoff. Le dimanche, il lui arrive d’aller au marché de la Fourche, qui est le marché le plus proche.

Ce marché est sur Clamart.

Il a rencontré des militants UMP qui distribuaient des tracts.

Ils lui expliquaient que Malakoff étaient bien géré.

Vous avez bien lu, l’UMP de Clamart expliquait à mon père que Malakoff était bien géré.

Ce qui amène la question suivante (qu’en réalité je me suis posé bien en amont) : Malakoff est-elle une ville bien gérée ?

Quand on réfléchit à la question de manière plus neutre, plus nuancé, en réalité, la réponse n’est pas si évidente.

Il y a des choses de faite sur Malakoff. La ville fait beaucoup de chose au niveau social.

On ne peut pas reprocher à la ville d’être volontaire dans sa politique du logement alors que lorsqu’on est au SMIC, c’est le HLM ou directement repoussé à l’extérieur de Paris.

Je rappelle qu’avec le SMIC, si on oublie les HLM, on ne loue pas dans le privé. On ne loue même pas à la SNI.

La dette de Malakoff est élevée. Il semblerait que ce soit un point noir. Mais il s’agit d’une dette d’investissement (contrairement à Levallois-Perret) et surtout, même si à mon goût c’est trop lent, la ville rembourse sa dette (contrairement à Châtillon ou à Levallois-Perret).

Rien à dire ?

En fait non, il y a des points négatifs à mettre en avant également.

Le premier est qu’une partie importante des recettes est liée aux dotations.

Les dotations de l’état représentent 16/17% des  recettes de la ville.

L’état étant un clochard notoire, les dotations vont diminuer sur le long terme. C’est des recettes en moins pour Malakoff.

C’est une véritable menace pour l’identité de Malakoff.

D’ailleurs, on est dans le cœur du discours de Thierry Guilmart.

Autre point, malgré Sud de Seine, les dépenses de fonctionnement, notamment de personnels, ne sont pas réduites. Au contraire, ils n’y a que des doublons avec Sud de Seine (et au final, c’est le contribuable qui paye).

On est en plein dans le paradoxe Paillon (l’opposant divers centre au conseil municipal).

Par ailleurs, j’ajoute que la municipalité a préféré l’endettement automatique plutôt que l’épargne, point que je conteste, et que la ville ne peut plus investir.

D’un côté on a donc une ville où il fait bon vivre, avec un service public.

Mais financièrement, même s’il y a franchement pire, il y a des inquiétudes (lié au désendettement de l’état qui devra se faire un jour) et il y a un véritable manquement dans la rationalisation des dépenses.

Notons également que la dette ne sera remboursée qu’aux environs de 2025.

Au final, le discours d’opposition ne doit pas être : « La gestion de Margaté est nulle et il n’y a que du nul ».

Je pense que le discours doit être « Malakoff fait beaucoup de chose au niveau du social, mais elle doit le faire différemment ».

En résumé, et je sais que c’est subtil, la différence n’est pas vraiment sur la politique qui est menée, mais la différence est plutôt sur la façon dont la politique de Malakoff est financée.

Il faut faire la même chose mais en rationalisant les dépenses. Sud de Seine aurait dû être l’outil pour le faire. Ce n’est pas le cas, c’est l’outil des doublons.

Les investissements auraient dus se baser sur l’épargne et l’autofinancement, ce n’est pas le cas. Ils se sont basés sur l’endettement automatique.

Pour ma  part, je pense que l’on aurait pu gagner 5 ans sur l’endettement.

J’insiste vraiment car je pense que la différence et l’angle d’attaque est ici.

Cela veut dire que l’opposition adaptée à Malakoff est une opposition qui a à cœur le social, mais qui est capable d’ajouter l’économie afin que sur la durée, l’identité de Malakoff soit conservée.

C’est aussi une question de démocratie. La politique de Malakoff ne doit dépendre que du maire. La politique de Malakoff ne doit pas être impactée par les mauvaises gestions extérieures, notamment celles de Sarkozy et de Hollande.

Bref, il faut une opposition qui ait dans ses gènes le social mais qui ait aussi dans ses gènes l’économique, une opposition qui fasse la synthèse de l’économique et du social.

Ne cherchez pas plus loin, ce courant de pensée s’appelle le centre !

En réalité, l’opposition adaptée à la sociologie de Malakoff est le centre, et non pas la droite dure comme la droite sarkozyste.

Le problème est que le centre est très divisé.

Il y a des centristes au PS et à l’UMP, mais si on se réfère au théorème Bayrou, c’est le noyau dur qui fait l’identité d’un mouvement.

Les centristes sont donc bouffés dans ces deux formations, par Martine Aubry au PS, par Copé ou Sarkozy à l’UMP.

Reste donc les formations centristes suivantes : le PRG (parti radical de gauche), le Modem et l’UDI.

Le PRG parait peu probable. C’est le parti paillasson du PS.

Le Modem, qui est le parti centriste pur et dur, serait donc à priori le plus adapté.

D’ailleurs, c’est le fait d’accueillir du centre gauche et du centre droit qui fait sa cassure.

Seulement, contrairement à 2008, il n’y a plus de dynamique Bayrou.

Sur Malakoff, j’en sais quelque chose, le Modem est très bisounours et « Bayrou est beau ».

Excepté moi, le Modem de Malakoff n’a jamais eu une approche purement locale.

Il est aujourd’hui inexistant, et les dernières législatives a fini d’atomiser le Modem local (aidé par Delom à Clamart qui a atomisé le Modem sur Sud de Seine).

Reste l’UDI. L’UDI n’est pas un parti centriste. C’est un parti de droite modéré si on oubli le CNI. Mais comme le centre droit fait partie du centre et de la droite, il y a donc des centristes, en quantité non négligeable.

L’UDI veut peser, et il se trouve qu’à Malakoff, il n’y a, pour l’instant, personne de sérieux.

De plus, je pense que la dynamique est pour l’instant à l’UDI.

C’est donc sur l’UDI qu’il faut baser une opposition sur la durée sur Malakoff, car l’UDI représente le meilleur compromis.

Publicités

2 août 2013 - Posted by | Malakoff, Municipales 2014, Politique, politique locale | , , , , , , , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :