Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

Malakoff, centrisme, municipales 2014 et sénatoriales 2017 (1/4) : Une préparation aux sénatoriales 2017 passe par une préparation aux municipales 2014

Malakoff, ville où une opposition durable se fait attendre.

Ville où Catherine Margaté va être réélue.

Il y a un espace pour le centre, mais les états-majors se font attendre.

J’ai beau expliquer que laisser Malakoff sans une opposition crédible est malsain pour la démocratie, pour le débat démocratique et qu’il n’est pas sain d’avoir une majorité non contrôlée : Tout le monde s’en fout, surtout les états-majors.

Conclusion : j’ai décidé de changer d’approche, au cas où un ponte centriste passe par ici.

Je vais donc argumenter sur les sénatoriales.

Comme je l’ai expliqué, le centre ne peut pas construire un groupe par lui-même à l’assemblée nationale.

Le scrutin injuste y est pour quelque-chose.

Du coup, soit on reste fidèle à nous même, et on se retrouve à poil, comme François Bayrou, soit on mise sur la charité de l’UMP, mais dans ce cas-là, on n’est pas vraiment libre (et on est obligé de voter selon le bon vouloir de l’UMP car sinon, on n’est pas sûr de retrouver le siège.

Ce n’est pas le cas pour les sénateurs, car ils sont élus, assez souvent, dans des scrutins de listes. C’est le cas des Hauts de Seine.

Dans les Hauts de Seine, la dernière élection a eu lieu en 2011. Un sénateur étant élu maintenant 6 ans, la prochaine sera en 2017.

Il y a 7 sièges de sénateur dans les Hauts  de Seine.

Pour des villes de 9000 habitants, un élu municipal est un grand électeur.

Mieux, pour des villes de plus de

30 000 habitants, on a 1 grand électeur de plus par tranche de 1000 habitant.

En général, avant le scrutin, le conseil municipal se réunit pour désigner les électeurs supplémentaires.

Le scrutin n’est pas rigoureusement proportionnel.

Il est proportionnel au plus fort reste.

Mais dans l’absolu, un conseiller municipal centriste est un grand électeur centriste.

Sachant que la dernière fois, le sénateur Denis Badré (Modem) a perdu son siège de sénateur de 12 voix, et qu’il y a 36 communes dans les Hauts de Seine, un élu Modem de plus par commune aurait fait la différence.

Alors certes, il n’y aura peut-être qu’une seule liste centriste cette fois-ci  (la dernière fois, il y avait Denis Badré (Modem) et Hervé Marseille (Nouveau centre, UDI aujourd’hui), mais rien ne nous empêche d’avoir comme ambition d’avoir un sénateur centriste de plus.

En tout cas, je ne vais plus dire « Si on continue comme ça sur Malakoff on va perdre un élu municipal centriste », mais je vais plutôt dire « Si on continue comme ça sur Malakoff on va perdre un grand électeur centriste au sénatoriales 2017 ».

Si ça pouvait permettre à certains de se réveiller…

Publicités

5 août 2013 - Posted by | Malakoff, Municipales 2014, Politique, politique locale, Politique nationale | , , , , , , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :