Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

Pour un futur élu de l’opposition, une élection n’est pas gratuite !!!

Que ce soit les états-majors ou certain blog (comme celui du centrisme), on a toujours la phrase magique : il faut y aller, c’est une question d’honneur ect…

 

Il est temps de répondre clairement par une vision plus pragmatique, malheureusement.

Il est temps de rappeler qu’une élection n’est pas gratuite, pas gratuite pour le candidat.

 

Il convient de rappeler qu’il existe quatre catégories de candidats.

 

Première catégorie : le maire sortant.

Grâce à son bilan, il est quasiment sûr, à tort ou à raison, d’être élu.

Par exemple, on a Jean Loup Metton, maire UDI de Montrouge, qui a insisté pour que l’on prolonge la ligne 4 jusqu’à Mairie de Montrouge, Catherine Margaté, maire de Malakoff vénérée par ses administrés ou Marie Hélène Amiable, maire PCF de Bagneux qui sera réélue grâce à l’UMP.

 

Seconde catégorie : Le candidat qui va prendre la mairie ou a de fortes chances de prendre la mairie.

On a Grébert (Modem) à Puteaux ou Jean Didier Berger (UMP) à Clamart.

 

Puis, on a le reste, les candidats dont on sait qu’ils ne seront jamais élus.

Or, là aussi, il y a deux catégories.

Il y a ceux qui y vont parce qu’ils croient qu’ils sont importants, parce qu’ils sont vaniteux et imbus d’eux même. S’ils se cassent la gueule, franchement, bien fait pour eux, et je m’en réjouis.

 

Mais il y a ceux qui savent qu’ils vont se prendre une veste, mais qui vont faire 6 ans d’opposition afin de consolider sur la durée. Il y a ceux qui vont faire 6 ans d’opposition mais qui vont tout faire pour être utile 6 ans.

Là, il est temps de s’arrêter sur cette dernière catégorie.

 

Il est déjà à rappeler qu’une campagne coûte cher. Pour une ville comme Malakoff, il faut compter, je pense, entre 5 et 10k€. En général, c’est ce que prouve l’expérience, c’est déboursé des poches du candidat.

Certains avancent des sommes de 15 à 20k€, voir 25k€.

Par les temps qui courent, ce n’est pas rien.

 

En dessous de 5%, je rappelle que l’on n’est pas remboursé.

 

Le candidat va devoir s’investir, investir du temps.

En général, il sacrifie sa vie de famille.

Si il est élu, rien que faire correctement son travail (aller en commission et en conseil municipal), ça prend du temps.

Ce futur élu de l’opposition, s’il est élu au conseil municipal, ne touchera rien, contrairement aux adjoints (1200€ d’après ce que l’on m’a dit pour une ville comme Malakoff).

Ce n’est que du bénévolat.

 

Pire, sa vie professionnelle sera affectée. Je rappelle que c’est mal vu de faire de la politique.

Pire, si sont boulot est lié à la politique (fonctionnaire territorial, consultant auprès des collectivités), si il est marqué politiquement, il risque de perdre des contrats, donc des revenus.

 

Et pire que tout, dans certaines villes, être élu de l’opposition n’est pas de tout repos. Je pense en particulier à Grébert (Puteaux) et ses nombreux procès.

 

En résumé, élu de l’opposition (pour quelqu’un qui travaille), ce n’est pas la gloire.

C’est de l’argent dépensé, dépenses qui peuvent être considérées comme de la perte, du temps, des sacrifices, et le tout, répétons-le, bénévolement.

 

Seulement, et c’est sans doute là la contradiction, l’élu de l’opposition (celui qui travaille, ça va de soi), il est indispensable pour la démocratie. Il est vital pour la démocratie. Il est indispensable au débat démocratique. Il est indispensable au contrôle de la majorité.

 

Le problème, c’est que les états-majors devraient aider. Ce n’est pas le cas. Au contraire, ils n’aident pas. Pire, des fois, ils cassent tout le travail de terrain pour une vision à très court-terme.

 

Au mieux, on a le cas de Malakoff où on n’a aucune nouvelle à 1 semaine du départ officiel de la campagne de premier tour.

 

Mais des fois, c’est pire, on a des états-majors qui se sabordent eux-mêmes (11ème circonscription des Hauts de Seine par exemple).

 

Conclusion, on va envoyer un casse-pipe un candidat, mais va-t-il durer ?

Y aura-t-il retour sur investissement ?

 

Vu qu’élu de l’opposition, c’est des emmerdes, c’est des sacrifices (financiers, vie familiale, vie professionnelle), il serait temps :

1)      Les états-majors aient plus de considérations pour les élus de l’opposition.

2)      Qu’ils les aident à se préparer sur la durée et non pas au dernier moment.

3)      Qu’ils les accompagnent sur la durée du mandat.

La démocratie se portera mieux !

Publicités

26 août 2013 - Posted by | Municipales 2014, Politique, politique locale, Politique nationale | , , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :