Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

Sarkozy fait pression sur Borloo pour empêcher la réunion du centre

sarko_centre 001

 

Selon le canard Enchaîné de cette semaine, l’une des raisons du retard de la signature du contrat UDI-Modem est que Sarkozy fait pression sur Borloo.

Il n’arrêterait pas de lui téléphoner.

Effectivement, Sarkozy, qui n’a toujours pas compris 2012, rêve de revenir en sauveur en 2017.

Il pense que François Hollande ne sera pas au second tour en 2017 (qui est un point sur lequel il n’a pas forcement tort).

Or, il pense que c’est plus facile d’être élu s’il est face à Marine le Pen que s’il est face à un centriste.

Ce n’est pas la première fois que Sarkozy fait ce type de manœuvre.

En 2012, il avait torpillé une candidature de centre-droit, d’abord celle de Jean-Louis Borloo puis celle d’Hervé Morin.

Alors reprenons :

D’abord, la démocratie c’est accepter la concurrence au premier tour, accepter qu’il y ait un débat au premier tour.

Ce n’est pas à Sarkozy de s’occuper des autres partis en dehors de l’UMP, s’il le souhaite.

Il ne va quand même pas voter aux primaires socialistes !

Ensuite, il est temps de rappeler que les voix centristes n’ont pas à être distribuer automatiquement à la droite, surtout si celle-ci va vers l’extrême droite en suivant la ligne Buisson/Peltier.

En ce qui me concerne, j’avais voté blanc au second tour de la présidentielle 2012 et je ne regrette rien. Si je refaisais l’élection, je voterais exactement la même chose.

Sarkozy se sentant beau, intelligent et magnifique, je me permets de rappeler que son mandat fut une catastrophe, aussi bien sociale qu’économique.

Je ne renie en rien mon engagement dans l’opposition avec le Modem sous l’ère Sarkozy.

Point particulier, alors que François Bayrou avait une campagne contre la dette en 2007, dans le domaine, Nicolas Sarkozy a fait pire en 5 ans que Mitterrand en 14 ans.

Je tiens à rappeler que c’est Thierry Breton qui le dit.

Enfin, tout comme François Hollande compte sur des triangulaire avec le FN pour sauver des maires PS, je trouve irresponsable de faire monter le FN pour avoir un second tour FN-UMP.

Un haut score du FN, ou de tous partis extrémistes, ce n’est pas sain pour la démocratie.

De plus, à force de suivre la ligne Buisson, il n’est pas sûr que les électeurs de gauche votent l’UMP en cas de duel UMP/FN. Je pense qu’ils s’abstiendront.

Au final, la droite a un problème avec Sarkozy. Celui-ci est le Berlusconi de la France.

Ça serait vraiment bien que Borloo tienne bon !

En bonus : un aperçu des comptes de campagnes de Nicolas Sarkozy par le canard enchainé.

sarko_centre 002

Publicités

31 octobre 2013 Posted by | Politique, Politique nationale | , , , , , , , , , , | 3 commentaires

La refonte du site internet de la ville de Malakoff (2/4) : La technique côté client

Lorsqu’en conseil de quartier j’ai posé la question, pour ma culture, de savoir quelle technologie était utilisée pour le site de la ville, on m’a répondu que c’était en HTML.

 

En réalité, la réponse est juste et en même temps fausse.

 

Au fond, je m’interrogeais plus sur la communauté utilisée (PHP, Java ou dotnet).

 

Pour en revenir au HTML (au fait, le HTML a été formalisé pour ressembler au XML, on parle de XHTML), effectivement, le navigateur web lit du HTML (ou XHTML).

 

Mais à chaque changement, il est hors de question de refaire une page XHTML. En réalité, elle est générée dynamiquement par un serveur qui crache le code HTML. Et la donnée est stockée dans une base de données. Si on a un blog, on le met à jour. Les articles sont en base de données, le serveur va chercher l’information dans la base de données et se charge de cracher côté client du code XHTML/HTML.

 

On va donc parler de la page HTML/XHTML du site de Malakoff, donc de la page web envoyé au navigateur par le serveur.

 

Or, dire que côté client on a du HTML, c’est vrai et faux.

En réalité, la page web (généré par le serveur dynamiquement) est construite sur trois piliers :

Le HTML/XHTML, le JavaScript et le CSS.

Le tout est normalisé par le W3C qui normalise les langages et donne les bonnes pratiques.

 

Tous les navigateurs respectent le W3C, tous sauf un : Internet Explorer.

 

Je me permets de le rappeler.

 

Le HTML est le langage qui va définir la structure de la page.

Le CSS est le langage qui va définir la mise en page. La page est-elle vertes, écrit-on en italique…

 

Quant au JavaScript, il permet de définir des actions utilisateurs qui se feront sans appeler le serveur.

 

Au début du web, on cliquait sur un lien ou un bouton, on appelait le serveur et on rechargeait la page entière.

 

C’est fini.

Aujourd’hui, la page est une application à elle toute seule et on appelle généralement le serveur qui recharge une partie de la page. On parle de web 2.0 ou d’AJAX (pour Asynchronous JavaScript and XML).

 

Pour le JavaScript et le CSS, on peut les mettre respectivement dans une balise HTML script et une balise style.

 

Là aussi, il y a des conventions. Le JavaScript et le CSS sont à l’extérieur de la page dans des fichiers appropriés.

 

Je me suis donc permis de jeter un coup d’œil sur la page HTML généré sur le site de la ville (lecture à l’aide de Notepad++).

 

Je tiens à donner mon entière satisfaction. La page est codée de façon propre, selon les normes du W3C.

 

Le CSS et le JavaScript est appelé à partir de fichier extérieur.

On utilise des balises div et span comme le recommande le W3C.

 

Certes, il y a un peu de script extérieur entre deux balises scripts, mais c’est du JQuery et c’est un peu spécial.

 

J’espère que la refonte du site gardera cet aspect.

24 octobre 2013 Posted by | Informatique, Malakoff, Politique, politique locale | , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Au bonheur des ogres ou le mythe du bouc-émissaire

Samedi dernier, j’ai été voir Au bonheur des Ogres et j’ai beaucoup aimé.

 

Le film compte l’histoire d’un pauvre gars, Benjamin Malaussène qui a une mère qui collectionne les amants.

Sa mère a une tendance à tomber enceinte, après avoir changé d’amant.

 

Du coup, notre pauvre héro, magnifiquement interprété par Raphaël Personnaz (vu dans le remake de la trilogie Marseillaise) doit s’occuper de toute la famille.

Il faut dire que c’est l’ainé.

Il doit donc s’occuper de sa sœur enceinte, qui ne lui dit rien, de son autre sœur qui a pour passion de regarder les cartes, de son frère qui fabrique des bombes en cours de chimie et de son autre petit frère qui dessine des ogres.

Pour avoir un chèque  en fin de mois, il fait un travail indigne de lui : il est bouc-émissaire.

Le magasin qui l’emploie vend beaucoup de merde (comme un frigo qui carbonise le repas de noël).

 

Quand un client est mécontent, le chef du bureau des réclamations l’appelle pour l’égueuler devant le client.

Le client ayant pitié, celui-ci finit par renoncer à porter plainte contre le magasin.

 

Seulement, le magasin n’est pas sain. Il y a par exemple des caméras de surveillance dans les cabines d’essayages des femmes, sans doute par hasard.

Puis il y a une dizaine d’année, des enfants ont disparu.

 

Mais ça se corse quand il y a une première explosion, accidentelle semble-t-il.

Puis il y a une seconde explosion.

 

La police enquête et notre héro risque de devenir le bouc-émissaire.

 

Je n’ai pas lu le livre. Mais on passe un très bon moment. L’interprétation est bien, on est vraiment avec le héros qui subit toutes les emmerdes du mondes. Et puis, c’est traiter avec humour. A voir absolument.

22 octobre 2013 Posted by | Cinéma | , , , , | Laisser un commentaire

Copé veut faire la peau à Bayrou, et continue à mener l’UMP dans le mur

Comme le dit si bien l’Hérétique, Pau est casse-gueule pour François Bayrou. Copé veut éliminer François Bayrou, et il est prêt à laisser la ville au PS pour ça.

 

Ça fait un peu penser à l’UMP dur Philippe Pemezec, qui n’a pas hésité à permettre à Philippe Kaltenbach (PS) de prendre la ville de Clamart pour éliminer un bastion centriste.

 

La gauche ne veut pas de nous, la droite non plus.

 

En ce qui me concerne, je me suis déjà exprimé sur la position de François Bayrou.

Je pense qu’il aurait dû appeler à voter blanc et renvoyer les irresponsables Nicolas Sarkozy et François Hollande dos à dos.

 

Peut-être qu’il aurait gardé son siège de député si il avait fait ça.

 

Je tiens à rappeler qu’il y a des différences majeures entre les positions tenues par le Modem et la politique menée par Nicolas Sarkozy.

 

Par exemple, François Bayrou avait fait de la lutte contre la dette un thème fort de sa campagne de 2007, là où Nicolas Sarkozy, dans le domaine, a fait pire en 5 ans que François Mitterrand en 14 ans.

Je tiens d’ailleurs à rappeler que c’est Thierry Breton, ministre de droite du gouvernement Villepin, qui le dit.

 

Notons aussi que Nicolas Sarkozy n’a pas hésité à enrichir ses potes au détriment d’une gestion rationnalisé des dépenses publics et du contribuable.

On a l’affaire Tapie ou le Pentagone à la Française (ici et ici).

 

Par ailleurs, cette politique de stigmatisation, que d’une certaine façon continue Manuels Valls, est contraire aux valeurs du centre.

 

Enfin, je tiens à rappeler que Nicolas Sarkozy a tout fait pour torpiller la candidature d’Hervé Morin, très démocratique.

 

Le problème de fond de l’UMP est qu’il faut faire le bilan du sarkozysme.

 

Au lieu de vouloir faire la peau de Bayrou, Jean François Copé devrait faire le bilan du sarkozysme, bilan nécessaire qui permettra de construire par la suite un diagnostic et un contrat de gouvernement sérieux avec les français.

La convention organisée sur le sujet est franchement de la bouffonnerie et une farce.

Ça aurait été drôle si la situation de la France n’était pas si inquiétante.

 

Remontons plus loin.

En 2002, le PS est éliminé de façon spectaculaire par la droite : Jean Marie Le Pen élimine la gauche du second tour.

 

Or, au lieu de faire un bilan de la gauche au pouvoir, au lieu de réfléchir à un diagnostic de la France, au lieu de construire un projet crédible, le premier secrétaire de l’époque, un certain François Hollande, a construit le PS sur l’incompétence de la droite.

Comme le dit François Fillon, les régionales 2004 qui ont vu le PS rafler 20 régions sur 22 étaient un 21 Avril à l’envers.

 

Aujourd’hui, le PS est arrivé sur un ras-le-bol de Sarkozy.

On en voit le résultat aujourd’hui.

Je tiens à rappeler que durant son mandat, Sarkozy était détesté et que si Hollande a gagné, c’est parce que les français ont éjecté Nicolas Sarkozy.

Celui-ci arrivant sans vision à l’Elysée, sur de l’anti-sarkozysme, on en voit le résultat aujourd’hui.

 

Or, je ne regrette pas Nicolas Sarkozy, et je ne regretterai pas François Hollande quand celui-ci prendra définitivement sa baffe en 2017.

 

Pour conclure, je pense que la leçon est qu’en politique, la place n’est pas importante.

Ce qui est important, c’est ce qu’il est en train de se jouer, et ce que l’on apporte au débat démocratique.

 

Ce qui se joue, c’est la faillite de la France.

J’en ai assez d’avoir des présidents qui n’ont pas la vision suffisante mais qui veulent la place pour la gloire éphémère qu’elle apporte.

On a eu Sarkozy, on a eu Hollande, je ne veux pas voir Jean François Copé.

 

J’aimerais bien avoir un président compétent à la suite de François Hollande.

L’importance n’est pas que le prochain président soit de gauche, de droite ou du centre.

L’importance est qu’il soit compétent.

 

C’est la faillite de la France qui est en jeu, et un président compétent, compétence qui commence par la vision d’ensemble que celui-ci a de la situation, ça devient urgent.

22 octobre 2013 Posted by | Politique, Politique nationale | , , , , , , , , , | 5 commentaires

La refonte du site internet de la ville de Malakoff (1/4) : Par pitié, faites un cahier des charges !

Il est prochainement prévu une refonte du site internet de la ville.

Il faut dire que ça consulte. Déjà sur le site, où l’internaute est invité (avec insistance par un pop-up JQuery-Ui) à donner son avis, mais j’ai eu l’occasion de voir le webmaster se déplacer au conseil de quartier centre et au conseil de quartier des collèges.

Elle a aussi été au conseil de quartier Nord.

C’est pour ça que je souhaite rappeler la base : par pitié, faite un cahier des charges.

Effectivement, comme c’est écrit dans l’introduction de l’excellent cours UML de Developpez.com, on a généralement ces chiffres :

  • 16.2% des projets informatiques arrivent à terme, avec toutes les fonctionnalités et dans les temps.
  • 52,7% des projets informatiques arrivent à terme, mais avec un dépassement 2 à 3 en coût et en temps, et avec 2 à 3 fois moins de fonctionnalités.
  • 31,1% des projets sont abandonnés.

Ces chiffres datent de 1995, mais je pense qu’ils doivent être semblables aujourd’hui.

La question est de savoir pourquoi on a de tels chiffres.

La réponse est que la réflexion du projet n’est pas assez prise en amont.

Comme le dit l’excellent livre sur Maven, un cahier des charges ressemble généralement à ça :

maven 001

C’est franchement rigolo, on a aussi comme version humoristique ça :

Or, comment ça se présente dans la pratique ?

Dans la pratique, dans l’ancienne boite où je travaillais, on avait une cliente qui changeant d’avis sur son projet C# du jour au lendemain.

Dans la pratique, après avoir implémenté le modèle POJO Hibernate, j’ai dû le refaire à cause d’un lien entre deux classes mal pensé. Or, ça oblige à revoir les autres couches (DAO, DTO, Service, Controller).

Dans le même ordre d’idée, j’ai dû une fois recoder 3 fois mes classes java car je ne savais pas à quoi ressemblait mon interface graphique…

Or, tout ça a un coût.

Dans le cas du site Internet de la ville, je tiens à rappeler que c’est la ville le client, que c’est la ville qui passera un marché, et que c’est le contribuable qui paiera.

Or, tous ces dérapages peuvent être évités si on a une réflexion en amont.

Ces dérapages seront évités si :

  1. Un cahier des charges fonctionnel est écrit. Dedans, il faut spécifier le besoin, mais également l’interface graphique ainsi que ce qu’il se passe lorsque l’on cliquera sur chaque lien.
  2. Le document de spécification technique. On y indique les technologies utilisées ainsi que les différentes modélisations (UML), notamment celle de la base de données (qui peut éventuellement être faite en merise).

Si ces deux documents ne sont pas rédigés sérieusement, c’est l’assurance d’un dépassement 2 ou 3 en temps et en coût, avec  2 à 3 fois moins de fonctonnalités, voir un abandon du projet.

Dans le cas du site web de la ville, je rappelle que c’est le contribuable qui paye.

19 octobre 2013 Posted by | Informatique, Malakoff, Politique, politique locale | , , , , | 2 commentaires

Conseil de quartier des collèges : la mobilisation continue face aux TGV

tgv 001

tgv 002

Le quartier du collège est face à un vrai problème de TGV.

Pour mémoire, la ville de Malakoff est coupée en  deux, et la coupure est symbolisée par la ligne 13 qui est aérienne sur Malakoff.

Au sud de la ligne 13, il y a une ligne de TGV qui part de Montparnasse.

Or, le TGV a tendance à s’arrêter.

Le problème c’est qu’il laisse tourner ses ventilations, et ça fait franchement du bruit (jusqu’à 90dB).

Face à ce problème, le conseil de quartier a déjà lancé une pétition, et un blog a été créé.

Dernièrement, les habitants ont aussi eu le soutien du maire, Catherine Margaté, et du député, Julie Sommaruga.

Les deux élus ont écrit au président de la SNCF.

Le problème, c’est que malgré ça, le TGV continue à martyriser les habitants de Malakoff en toute impunité.

Les entités concernées, RFF pour les structures (la construction d’un mur dépendrait de RFF), la SNCF (qui s’occupe de la circulation des trains) se détestent.

Pire, la personne qui s’occupe du problème au conseil de quartier explique qu’elle n’a plus de réponse des différents responsables malgré les nombreuses sollicitations par mail. La SNCF l’avait pourtant bien reçu.

Mais le conseil de quartier reste mobilisé, et d’autres actions seront envisagées.

18 octobre 2013 Posted by | Conseil de quartier, Malakoff, Politique, politique locale | , , , , , | Laisser un commentaire

Cette classe politique désespérante

Le FN a gagné à Brignoles.

Pour commenter le résultat, j’aurais pu dire que le FN progresse sur l’incompétence des partis de gouvernement (ce que j’ai écrit) ou que seul un projet alternatif crédible pourra faire la peau du FN (ce qu’écrit l’Hérétique), je préfère donner des témoignages de gens que j’ai l’occasion de rencontrer sur Malakoff.

 

Le premier, que je vais appeler X, est d’origine algérienne. Il est parfaitement intégré par son travail et joue le jeu.

Un jour, je le croise dans la rue.

Et il m’explique qu’à la télévision, derrière François Hollande, président de la France, des gens crient « Vive le FN, je vais voter FN ».

Et de conclure : « J’ai peur pour la France ».

« J’ai peur pour la France »…

C’était dit d’une telle façon que je ne savais pas quoi répondre.

Promettre des conneries, ce n’est pas dans ma nature.

Je lui ai répondu « Que veux-tu que j’y fasse ! ».

 

Mais je partage l’inquiétude. Voir un président de la république, qui comme son prédécesseur, n’a rien compris aux évolutions d’aujourd’hui, se dire compétent, et finir par le croire malgré les chiffres médiocres, que voulez-vous que je dise à X.

Au contraire, je partage vraiment son inquiétude.

Et quand X m’a dit « J’ai peur pour la France », j’étais vraiment mal à l’aise.

 

Enfin, la deuxième personne, que j’appellerai Y, est une personne avec qui j’ai des conversations en vue des municipales.

Et elle m’expliquait qu’elle avait enfin rencontré enppm.

Et elle m’expliquait que franchement, c’était pauvre (avis que je partage).

Au niveau vision, c’est pauvre. C’est d’ailleurs pour ça qu’ils demandent aux autres de contribuer au projet. Pire, par contre, il est demandé d’adhérer à enppm, et avec le chèque.

Mais que pouvais-je lui répondre.

Je lui ai répondu « Qu’est-ce que j’y peux ? ».

Elle m’a expliqué que c’est sur la durée qu’il fallait préparer une liste et recruter les potentielles personnes intéressées.

Le problème, c’est ce que j’ai dit durant ces cinq années.

 

Le travail n’a pas été fait, que ce soit au Modem local, que ce soit par Jean Emmanuel Paillon, ou par les états-majors UDI-Modem.

 

Aujourd’hui, l’opposition municipale est dans le mur.

 

Hier, Marine le Pen expliquait qu’au bout de 5 ou 10 ans, elle serait au pouvoir.

Ça me parait malheureusement crédible.

 

Franchement, notre classe politique est désespérante.

15 octobre 2013 Posted by | Politique, Politique nationale | , | Laisser un commentaire

Le Grand Paris débattu au conseil municipal de Malakoff

Ce matin, j’ai rencontré les communistes, avec les grands pontes (Catherine Margaté, Serge Cormier et Joël Alain, que du beau monde !) distribuant des tracts ayant pour thème le grand Paris.

D’ailleurs, Serge Cormier m’a reproché de n’avoir retenu du conseil municipal que les bijoux de famille (aspect démocratique et aspect économique).

Je lui ai expliqué que je m’étais déjà exprimé à maintes reprises sur le sujet (ici, ici et ici).

Néanmoins, il est vrai que le sujet est important.

En particulier, j’étais à une réunion électorale à Fontenay-aux-Roses (plus pour râler sur les grands pontes qui sont à la ramasse que pour aider mon ami Michel Renaux (Modem) qui soutient Laurent Vastel).

Le Grand Paris a été abordé par Hervé Marseille et le candidat Vastel comme un enjeu majeur, dont les médias ne se saisissent pas.

C’est pour ça que je vais donc résumer, en plusieurs points, mon opinion sur la question.

En ce qui me concerne, mais c’est une opinion extérieure vue du public car je n’ai pas eu le vœu en détail, j’aurais voté blanc au vœu soumis.

D’ailleurs, il aurait été souhaitable que ce vœu soit sur le site de la ville.

Pour mémoire, le groupe PC a voté pour, les 3 élus UMP ont voté pour, le groupe PS et l’élu divers centre Jean Emmanuel Paillon ont voté contre.

Il s’agissait d’un vœu contre le projet gouvernemental.

Mais moi, original, ça va de soi, j’aurais voté blanc.

Il n’y a pas de raison. C’est plutôt un ensemble de raison.

A savoir :

1)      Je suis opposé aux intercommunalités, comme celle de Sud de Seine (exemple pris au hasard, ça va de soi). Elles sont anti-démocratique (exemple caricatural : Celle de Puteaux-Courbevoie où il n’y a aucun élu de l’opposition), synonyme de doublons (comme le dit si bien le député René Dosière), et non pertinent en territoire (Sud de Seine a un gros trou appelé Châtillon Montrouge, et, dans les autres exemples, le territoire de la Défense est coupé en deux Intercommunalités). Je pense que les intercommunalités comme Sud de Seine (exemple encore pris au hasard) sont trop présentes sur les compétences proches (conservatoire, piscine,…) et pas assez présentes sur les compétences de valorisation du territoire (développement économique, PLD/PLD,…).  Pour ma part, je pense que certains problèmes (logement, transport, égalité territoriale, développement économique …) se posent au niveau de l’agglomération parisienne et de sa proche banlieue. Quand Paris décide de changer le sens des voies sur berge, c’est les départements limitrophes qui sont touchés. Un PLD n’a pas de sens sur Sud de Seine, il a un  sens au niveau de Paris et de la proche banlieue. Pour moi, le système Sud de Seine a vécu. Il doit laisser la place à un échelon pertinent. Cet échelon est le Grand Paris.

2)      Je suis donc, de fait, pour un Grand Paris.

3)      Mais pour que ce Grand Paris soit accepté, il doit être démocratique. Les dirigeants du Grand Paris doivent être clairement désigné par la population concernée. Je suis donc pour un Grand Paris démocratique. Je suis pour un Grand Paris avec un conseil élu par un scrutin de liste à deux tours, par un scrutin de liste calqué sur les municipales ou sur les régionales.

4)      Je suis également pour renforcer le pouvoir des maires. Au fond, le maire est l’élu de proximité, c’est l’élu le plus proche, et je pense qu’il est important d’avoir un élu avec qui on peut dialoguer.

5)      Les points 2 et 4 paraissent contradictoires. En réalité, ce n’est pas le cas si on définit clairement qui fait quoi. Au Grand Paris les compétences de valorisation du territoire (Développement économique, déplacement, égalité du territoire,…), aux maires les compétences proches (celles qui touchent le cadre de vie). Notons que certaines compétences (comme le PLU) doivent suivre des documents supérieures (comme le SDRIF).

6)      Une armée d’élu pour le Grand Paris n’est pas nécessaire. Une centaine devrait suffire.

7)      Enfin, la création du Grand Paris doit se faire avec une remise à plat du millefeuille. La création du Grand Paris doit se faire avec suppression des intercommunalités, mais également suppression du département.

Au final, le projet du gouvernement va dans le bon sens, c’est-à-dire la création d’un Grand Paris.

On a un Grand Londres, un Grand Berlin…

En France, on a un Grand Lille, un Grand Dijon, Un Grand Lyon…

Je trouve aberrant qu’il n’y ait pas un grand Paris.

Mais dans le projet du gouvernement, il manque deux choses fondamentales :

1)      La démocratie, qui pourrait venir rapidement avec un scrutin de liste à deux tours.

2)      Un grand ménage dans le millefeuille français, avec la suppression du département.

Il faut dire que François Hollande est d’accord avec tout le monde, qu’il ne veut fâcher personne, et que finalement, il fâche tout le monde.

Mais pour conclure, voici les arguments qui font que j’aurais probablement voté blanc au vœu proposé en conseil municipal.

13 octobre 2013 Posted by | Conseil Municipal, Malakoff, Municipales 2014, Politique, politique locale, Politique nationale | , , , , , | Laisser un commentaire

Malakoff vend ses bijoux de famille (2/2) : L’aspect économique

Depuis 2008, Malakoff vend ses bijoux de famille.

Malakoff vend des biens immobiliers.

Au dernier conseil municipal, le débat avait tourné autour des aspects démocratiques.

J’aurais souhaité que l’aspect économique soit abordé.

 

Pourquoi vend-t-on  nos bijoux de famille ?

Pour avoir de l’argent, pour nos finances, ça va de soi.

 

Or, comme le signale l’élu divers centre Jean Emmanuel Paillon, nos biens immobiliers ne sont pas extensibles.

 

On ne vend un terrain qu’une seule fois.

 

De là, ce pose une question fondamentale : A quoi sert l’argent récupéré de nos bijoux de famille.

 

Il y a deux possibilités.

La première est d’investir. On peut imaginer, par exemple, construire un nouvel équipement, un nouveau projet immobilier …

Il est d’ailleurs souhaitable que cet investissement soit productif, c’est-à-dire que cet investissement nous permette de récupérer des revenus supplémentaires.

Dans les points contestables de la gestion, on a 17% des recettes qui sont dues aux dotations. Il faut trouver, à terme, de nouvelles recettes pour la ville.

 

Deuxième possibilité, on peut utiliser les recettes de nos bijoux de famille pour payer les dépenses courantes.

 

 

Si on compare avec un ménage, dans le premier cas, ça reviendrait à vendre des biens pour payer un nouveau bien (une voiture par exemple).

 

Mais dans le deuxième cas, ça reviendrait à vendre un bien pour payer les factures courantes.

 

Les biens communaux n’étant pas extensibles (rappelons-le), la première option ne me gêne pas.

 

Par contre, je suis opposé à la seconde option.

Je préfèrerais un effort sur les dépenses courantes, sur les dépenses de fonctionnement.

D’autant que l’on a tout transféré à Sud de Seine.

 

Or, je crains que si la ville de Malakoff vend ses bijoux de famille, ce soit dans l’optique de l’option 2.

12 octobre 2013 Posted by | Conseil Municipal, Finances locales, Malakoff, Politique, politique locale | , , , , , | Laisser un commentaire

Malakoff vend ses bijoux de famille (1/2) : L’aspect transparence

Depuis près de 5 ans, Malakoff vend ses bijoux de famille.

 

De quoi s’agit-il ?

Malakoff possède des biens immobiliers, et depuis 2008, Malakoff à l’habitude de les vendre.

Hier, au conseil municipal, ce n’est pas moins de 4 biens immobiliers qui ont été cédés.

 

On pourrait parler de l’aspect économique (ce que je ferais prochainement), c’est l’aspect démocratique et transparence qui a été débattu au conseil municipal.

 

Il est à noter que ce débat est dans la continuité de l’EPF 92, et qu’il est dans la continuité du fait que certaines nouvelles sont apprises par hasard.

 

Il faut dire qu’un des recalés avait écrit une lettre à chaque élu, et qu’une recalée était dans le public près à se plaindre.

 

Comment la mairie vend ses biens ?

Elle fait, cette fois-ci, appel à un notaire, qui se charge de mettre en vente et de faire une pré-sélection. La sélection se fait par la suite, si j’ai bien compris, par Monsieur Cormier, premier adjoint à l’urbanisme.

 

D’ailleurs, celui-ci s’est embrouillé dans ses explications, lisant la ligne du dessous, ce qui fait qu’il expliquait qu’un des recalés n’avait pas une lettre de la banque, alors que ce dit recalé l’avait écrite.

C’est juste que Monsieur Cormier s’était trompé de bien immobilier.

J’accorde le bénéfice du doute du fait que Monsieur Cormier soit très étourdi, je le suis moi-même.

Néanmoins, la question reste entière :

Sur quels critères Serge Cormier sélectionne un dossier de vente ? Que se passe-t-il dans son cerveau quand celui-ci sélectionne une candidature parmi plusieurs lorsque la ville vend un bien immobilier ?

 

Par ailleurs, un autre problème s’est superposé aux critères de sélection.

C’est les domaines publics qui donnent une estimation des biens immobiliers.

Or, ils ont tous été sous-évalués.

Du coup, la ventes s’est fait au-dessus de l’estimation (sauf pour un bien car il était en trop mauvaise état).

 

L’immobilier ayant explosé, vend-t-on 5% en dessous du prix du marché, 10%, 15% ?

C’était d’ailleurs le cœur de l’intervention de l’élu UMP Thierry Guilmart.

Il s’agit des finances de la ville quand même.

 

En ce qui me concerne, je suis pour que la proposition de l’élue PS Catherine Picard soit mise en application, à savoir créons une commission d’élus municipaux pour valider les candidatures à l’achat de biens immobiliers de la ville, voir même pour fixer le prix de vente.

 

Il y a bien une commission pour attribuer les marchés publics.

10 octobre 2013 Posted by | Conseil Municipal, Malakoff, Politique, politique locale | , , , , , , | Un commentaire