Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

Le Grand Paris débattu au conseil municipal de Malakoff

Ce matin, j’ai rencontré les communistes, avec les grands pontes (Catherine Margaté, Serge Cormier et Joël Alain, que du beau monde !) distribuant des tracts ayant pour thème le grand Paris.

D’ailleurs, Serge Cormier m’a reproché de n’avoir retenu du conseil municipal que les bijoux de famille (aspect démocratique et aspect économique).

Je lui ai expliqué que je m’étais déjà exprimé à maintes reprises sur le sujet (ici, ici et ici).

Néanmoins, il est vrai que le sujet est important.

En particulier, j’étais à une réunion électorale à Fontenay-aux-Roses (plus pour râler sur les grands pontes qui sont à la ramasse que pour aider mon ami Michel Renaux (Modem) qui soutient Laurent Vastel).

Le Grand Paris a été abordé par Hervé Marseille et le candidat Vastel comme un enjeu majeur, dont les médias ne se saisissent pas.

C’est pour ça que je vais donc résumer, en plusieurs points, mon opinion sur la question.

En ce qui me concerne, mais c’est une opinion extérieure vue du public car je n’ai pas eu le vœu en détail, j’aurais voté blanc au vœu soumis.

D’ailleurs, il aurait été souhaitable que ce vœu soit sur le site de la ville.

Pour mémoire, le groupe PC a voté pour, les 3 élus UMP ont voté pour, le groupe PS et l’élu divers centre Jean Emmanuel Paillon ont voté contre.

Il s’agissait d’un vœu contre le projet gouvernemental.

Mais moi, original, ça va de soi, j’aurais voté blanc.

Il n’y a pas de raison. C’est plutôt un ensemble de raison.

A savoir :

1)      Je suis opposé aux intercommunalités, comme celle de Sud de Seine (exemple pris au hasard, ça va de soi). Elles sont anti-démocratique (exemple caricatural : Celle de Puteaux-Courbevoie où il n’y a aucun élu de l’opposition), synonyme de doublons (comme le dit si bien le député René Dosière), et non pertinent en territoire (Sud de Seine a un gros trou appelé Châtillon Montrouge, et, dans les autres exemples, le territoire de la Défense est coupé en deux Intercommunalités). Je pense que les intercommunalités comme Sud de Seine (exemple encore pris au hasard) sont trop présentes sur les compétences proches (conservatoire, piscine,…) et pas assez présentes sur les compétences de valorisation du territoire (développement économique, PLD/PLD,…).  Pour ma part, je pense que certains problèmes (logement, transport, égalité territoriale, développement économique …) se posent au niveau de l’agglomération parisienne et de sa proche banlieue. Quand Paris décide de changer le sens des voies sur berge, c’est les départements limitrophes qui sont touchés. Un PLD n’a pas de sens sur Sud de Seine, il a un  sens au niveau de Paris et de la proche banlieue. Pour moi, le système Sud de Seine a vécu. Il doit laisser la place à un échelon pertinent. Cet échelon est le Grand Paris.

2)      Je suis donc, de fait, pour un Grand Paris.

3)      Mais pour que ce Grand Paris soit accepté, il doit être démocratique. Les dirigeants du Grand Paris doivent être clairement désigné par la population concernée. Je suis donc pour un Grand Paris démocratique. Je suis pour un Grand Paris avec un conseil élu par un scrutin de liste à deux tours, par un scrutin de liste calqué sur les municipales ou sur les régionales.

4)      Je suis également pour renforcer le pouvoir des maires. Au fond, le maire est l’élu de proximité, c’est l’élu le plus proche, et je pense qu’il est important d’avoir un élu avec qui on peut dialoguer.

5)      Les points 2 et 4 paraissent contradictoires. En réalité, ce n’est pas le cas si on définit clairement qui fait quoi. Au Grand Paris les compétences de valorisation du territoire (Développement économique, déplacement, égalité du territoire,…), aux maires les compétences proches (celles qui touchent le cadre de vie). Notons que certaines compétences (comme le PLU) doivent suivre des documents supérieures (comme le SDRIF).

6)      Une armée d’élu pour le Grand Paris n’est pas nécessaire. Une centaine devrait suffire.

7)      Enfin, la création du Grand Paris doit se faire avec une remise à plat du millefeuille. La création du Grand Paris doit se faire avec suppression des intercommunalités, mais également suppression du département.

Au final, le projet du gouvernement va dans le bon sens, c’est-à-dire la création d’un Grand Paris.

On a un Grand Londres, un Grand Berlin…

En France, on a un Grand Lille, un Grand Dijon, Un Grand Lyon…

Je trouve aberrant qu’il n’y ait pas un grand Paris.

Mais dans le projet du gouvernement, il manque deux choses fondamentales :

1)      La démocratie, qui pourrait venir rapidement avec un scrutin de liste à deux tours.

2)      Un grand ménage dans le millefeuille français, avec la suppression du département.

Il faut dire que François Hollande est d’accord avec tout le monde, qu’il ne veut fâcher personne, et que finalement, il fâche tout le monde.

Mais pour conclure, voici les arguments qui font que j’aurais probablement voté blanc au vœu proposé en conseil municipal.

Publicités

13 octobre 2013 - Posted by | Conseil Municipal, Malakoff, Municipales 2014, Politique, politique locale, Politique nationale | , , , , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :