Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

Le Conte de la princesse Kaguya

Samedi, j’ai été voir le Conte de la princesse Kaguya.

Il s’agit du dernier du studio Ghibli.

Pour être honnête, je connaissais l’histoire originale, pour l’avoir lue en BD, et puis j’ai révisé sur Wikipédia (j’adore lire Wikipédia).

 

Que dire ?

Le film est très beau, dessiné d’une façon très originale.

Par ailleurs, c’est très poétique, et on assiste à la vie de la princesse née dans des bambous.

On retrouve aussi certain passage important du conte, notamment lorsqu’elle demande à cinq nobles des quêtes impossibles.

 

Néanmoins, la fin est subtilement différente du conte original.

Certes, comme dans le conte original, elle retourne parmi les siens, sur la lune, oubliant sa vie sur terre.

 

Mais dans le conte original, elle tombe amoureuse de l’empereur.

C’est pour ça qu’elle lui offre un élixir d’immortalité.

Mais l’empereur n’est pas intéressé.

Il ne veut pas devenir immortel s’il ne peut pas revoir la femme qu’il aime.

Il fait donc bruler l’élixir au Mont Fuji (ancien volcan).

Je trouve que la fin originale est beaucoup plus forte…

Publicités

30 juin 2014 Posted by | Cinéma | , , | Laisser un commentaire

Le procès de Viviane Amsalem

On parle de la dure condition féminine dans les pays musulman, celle des femmes d’Israël est moins connue.

L’excellent film « Le procès de Viviane Amsalem », à travers une fiction, permet de découvrir une situation archaïque.

Il est réalisé par Ronit Elkabetz (qui joue aussi Viviane) et son frère Shlomi Elkabetz.

 

Le film compte l’histoire de Viviane, qui a quitté son mari depuis 3 ans, et qui veut divorcer.

Seulement voilà, en Israël, le mariage civil n’existe pas.

C’est avant tout une affaire de religion.

Seul le mari peut donner le divorce à sa femme. Ou alors, on passe par un tribunal religieux.

 

Or, les rabbins qui président le tribunal font tout pour préserver un foyer juif.

La parole de la femme n’est donc pas écoutée.

Viviane n’aime plus son mari, ne le supporte plus, mais est-ce important ?

 

Du coup, Viviane va devoir se battre, battre contre un mari qui au début ne se présente pas (au bout de 3 fois, le divorce est automatique en Amérique), contre les préjugé…

 

On a ici un très bon film de procès, un huis-clos, kafkaïen.

C’est très bien filmé et très bien interprété. Qui plus est, on découvre un aspect de la société israélienne.

 

Ce film est à voir absolument, grand moment de cinéma, et très pédagogue.

En plus : la chronique sur les Echos.

29 juin 2014 Posted by | Cinéma | , , , , | Laisser un commentaire

La municipalité de Malakoff vote un vœu contre la diminution des dotations d’état

Lors du conseil municipal du 25/06/2014, la municipalité a voté un vœu contre la diminution des dotations d’état.

 

Selon le vœu, on pourrait avoir une baisse de 28 Milliard d’euros entre 2014 et 2017.

Le groupe PS et l’opposition se sont abstenus sur ce vœu.

Le reste a voté pour.

 

En ce qui me concerne, je pense que j’aurais voté contre ce vœu.

 

Au préalable, je tiens à rappeler que le déficit public est un des plus gros problèmes de la France.

La réduction de celui-ci est une nécessité économique, sociale et démocratique.

La réduction du déficit public avait été un des thèmes fort de la campagne 2007 du candidat François Bayrou.

 

Nous devons tous être responsabilisés sur ce problème. Nous devons tous, à hauteur des moyens de chacun, contribuer à la réduction de celui-ci.

Et au final, il faut arrêter avec l’état d’esprit « Les réformes, c’est pour les autres ».

Tout le monde doit faire des efforts. Ça implique évidemment l’état lui-même.

 

Sur les collectivités, je tiens à rappeler certains points.

Déjà ce que dit le député Dosière (apparenté PS).

 

Le millefeuille français représente 240 Milliard d’euros.

On a en moyenne 1 élu pour 125 habitants.

Le nombre de communes est resté stable entre 2007 et 2009, mais les indemnités ont augmenté de 27,8%.

A Metz, il y avait 48 vices présidents, touchant une indemnité de 1777 euros brut. Certains sont délégués à la fourrière animale ou aux nuisances sonores.

 

Mieux, les dépenses du bloc communal (communes et communauté de communes) s’élèvent à 143 milliards d’euros.

Entre 1998 et 2008, les effectifs des communautés de communes ont augmenté de 11069 soit +221%.

Les effectifs des communes eux n’ont pas diminué non plus. Ils ont augmenté de 127759 postes soit +13%.

 

Il y a eu des investissements (de 16 à 28 milliards d’euros soit +75%) mais la France n’était pas dépourvue d’équipement public en 1998.

 

Le député Dossière pense qu’une réforme pourrait permettre une économie de 15 milliards d’euros.

Dernièrement, la cour des comptes écrivait que les collectivités locales devaient participer à l’effort de redressement des comptes publics.

 

Ce qui fait que ce vœu me choque pour deux raisons.

 

La première est l’état d’esprit. Je n’aime vraiment pas l’état d’esprit de ce vœu.

Les réformes, c’est bien, mais pour les autres.

Je n’apprécie pas cette mentalité. L’état est en difficulté, tout le monde doit participer à l’effort de redressement national.

 

La deuxième raison est que Malakoff est dans les mauvais élèves en ce qui concerne la rationalisation des dépenses de fonctionnement.

Pour faire des économies d’échelle, tout a été transféré à Sud de Seine.

Sauf que les économies d’échelle, on attend encore.

Si on regarde les ratios (budget 2014 et CA 2013), Sud de Seine est une agglomération qui en moyenne demande moins d’effort aux contribuables, mais qui en moyenne dépense plus en fonctionnement, et qui en moyenne vit plus au crochet de l’état.

 

Par ailleurs, rien n’est gratuit. Ce qui est donné par l’état vient … des impôts de l’état … donc du contribuable.

 

C’est pour ça que j’aurais sans doute voté contre ce vœu.

27 juin 2014 Posted by | Conseil Municipal, Malakoff, Politique, politique locale, Politique nationale | , , , , , , , , | Un commentaire

Demande du CA 2013

Bénie soit le jour où je suis tombé sur le saint article L2121-26 du code général des collectivités.

Il me permet de demander les CA (compte administratif) et les budgets sans avoir à dépendre d’un élu. C’est directement avec les services techniques et le maire que ça se passe.

 

Comme ça, je peux me fâcher à loisir avec les élus, notamment certains élus de l’opposition qui ont vendu le centre pour une bouchée de pain, sur des arguments politiciens totalement débiles…

Ou d’autres qui ont débauché dedans, toujours au nom d’arguments politiciens débiles…

 

Le CA 2013 étant voté ce soir, le saint article L2121-26 va me permettre de le réclamer directement par mail, que du bonheur :-).

Bonjour Madame le maire,

 

Je me permets de vous interpeller car lors du conseil municipal du 25/06/2014, le compte administratif (CA) 2013 sera voté.

 

Je me permets de vous faire la demande du compte administratif 2013, comme me le permet l’article L2121-26 du code général des collectivités.

 

Par ailleurs, le sujet étant d’une importance capitale, je me permets de vous demander votre calcul d’autofinancement brut. J’aimerais en particulier connaître les étapes intermédiaire du calcul, ainsi que de connaître les retraitements comptables effectués.

 

Une fois le compte administratif voté, vous pourrez me faire parvenir mes demandes par mail.

 

Veuillez agréer mes salutations distinguées.

25 juin 2014 Posted by | actualité, Finances locales, Malakoff, Politique, politique locale | , , , , , , , | Laisser un commentaire

Le TGV revient dans le conseil de quartier Maison de l’enfant

Lors du conseil de quartier de la maison de l’enfant qui se déroulait hier, on a parlé du problème de TGV.

Le feuilleton n’est pas nouveau, et concerne surtout le conseil de quartier des collèges.

 

La ville de Malakoff est coupée en deux.

Cette coupure entre le Nord et le Sud est symbolisé par la ligne de métro 13 qui sur Malakoff est aérienne.

 

Sur le Sud de la ville, une ligne de TGV longe la ligne de métro.

 

Le problème c’est qu’en pleine nuit, les TGV s’arrêtent en plein milieu.

Généralement, suite à un manque de coordination, les TGV attendent une place dans le centre technique de Chatillon.

 

Ils restent stationnés et laissent tourner leurs ventilations.

Or, laisser tourner les ventilations fait un bruit insupportable

 

Face à ce problème, le conseil de quartier des collèges a fait une pétition, et un blog s’est emparé du sujet.

 

Or, ça pourrait s’aggraver.

Suite à l’ouverture de deux nouvelles lignes de TGV, une avant-gare pourrait-être construite.

Il y aurait même des travaux la nuit….

 

Tout ça pour faire circuler 2 TGV de plus par heure, soit 48 TGV de plus par jour (chiffre données durant le conseil de quartier).

 

Une enquête d’utilité publique est en cours. Et lors du conseil municipal du 25/06/2014, la municipalité devrait demander le rehaussement du mur anti-bruit.

 

D’autres informations sur le site de la Vigie.

24 juin 2014 Posted by | actualité, Conseil de quartier, Malakoff, Politique, politique locale | , , , , , , | 2 commentaires

CA 2013 de Sud de Seine (7/9) : Répartitions des dépenses de personnel de Sud de Seine

ca_2013_sud_de_seine_depenses_repartition_personnel

Comme pour le budget 2014, on peut étudier la répartition des dépenses de personnel.

Cette étude complètera celle de la répartition des dépenses de fonctionnement.

Selon le document distribué aux élus, on a :

Libellé Valeur des dépenses de personnel par libellé Rapport dépense personnel libellé/ dépense total de personnel (%) Valeur des dépenses de fonctionnement par libellé Rapport des dépenses de personnel par libellé/dépenses de fonctionnement par libellé(%)
Services généraux et administration publique locale 1 707 938,30 10,80 37 008 655,46 4,614969873
Sécurité et salubrité publique 0 0,00 2 289 816,00 0
Culture 9 759 466,69 61,74 16 028 992,51 60,88633883
Sports et jeunesse 1 078 124,82 6,82 2 783 767,06 38,72898834
Interventions sociales et santé 1 513 939,44 9,58 2 602 888,60 58,16382
Famille 299 627,97 1,90 325 399,20 92,08011882
Logement 0,00 0,00 37 650,50 0
Aménagement et service urbain, environnement 1 220 227,82 7,72 18 938 461,16 6,443120218
Action économique 228 513,95 1,45 502 564,00 45,46962178
Total 15 807 838,99 100,00 80 518 194,49 19,63262973

 

Pour mémoire, le CA 2013 (compte administratif 2013) est ce qui a été dépensé durant l’année 2013.

Le budget 2014 représente ce que l’agglomération compte dépenser en 2014.

 

Sud de Seine a surtout dépensé dans la culture en ce qui concerne son personnel.

61,74% du total des dépenses de personnels sont dans la culture.

Sont bien loties l’administratif (10,8%) et les interventions sociales (9,58%).

On trouve une proportion de 6 à 8% dans le sport (6,82%) et l’aménagement et le service urbain (7,72%).

 

Dans les parents pauvres, on a la sécurité et salubrité publique (0%), Le logement (0%), la famille (1,90%) et l’action économique (1,45%).

 

On vérifie encore que le développement économique n’est pas la priorité de Sud de Seine.

23 juin 2014 Posted by | Conseil communautaire, Finances locales, Politique, politique locale, Sud de Seine | , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Budget 2014 de Sud de Seine (6/8) : La répartition des dépenses de personnel de Sud de Seine

budget_2014_sud_de_seine_depenses__personnel_repartition

Après la répartition des dépenses de fonctionnement de Sud de Seine, on peut aussi étudier la répartition des dépenses de personnel.

Selon le document distribué aux élus, on a :

Libellé Valeur personnel % par rapport aux dépenses de personnel Valeur totale fonctionnement %

Personnel sur total

Service généraux, administration publique 1 819 909 10,8773168 41 145 225 4,42313537
Sécurité et salubrité publique 0 0 2 279 291 0
Culture 9 857 344 58,91583231 16 124 292 61,13349969
Sport et jeunesse 1 731 814 10,3507865 3 808 704 45,46990262
Intervention sociales et santé 1 536 647 9,184303295 2 982 271 51,52606856
Famille 319 122 1,907343219 363 417 87,8115223
Logement 0 0 93 500 0
Aménagement et service urbain, environnement 1 234 454 7,37814211 20 219 970 6,105122807
Action économique 231 941 1,386275762 584 120 39,70776553
Total 16 731 231 100 87 600 790 19,09940652

 

Pour mémoire, le total des dépenses de fonctionnement est de 87 600 790€.

Les dépenses de personnel sont de 16 731 231€ soit un total de 19% du total des dépenses de fonctionnement.

Le plus gros poste de dépense de personnel est dans la culture.

58 à 59% des dépenses de personnel sont pour la culture.

Sont bien loties l’administratif (environ 10% des dépenses de personnel), le sport et la jeunesse (environ 10% des dépenses de personnel), les interventions sociales et la santé (environ 10% des dépenses de personnel).

L’aménagement urbain s’en sort bien avec environ 7% % des dépenses de personnel.

Dans les parents pauvres, on la famille et le développement économique (avec environ 1% des dépenses de personnels).

 

Encore une fois, on vérifie l’un des grands travers de Sud de Seine : le manque de volonté politique de développer économiquement le territoire.

 

On peut aussi, par libellé, regarder le rapport (exprimé en %) des dépenses de personnel (du libellé) par rapport au total des dépenses de fonctionnement (du libellé).

 

On reste dans ce cas dans une étude « isolibellé ».

 

En général, on est entre 40 (39,7% pour l’action économique) et 88% (87,8% pour la famille).

22 juin 2014 Posted by | Conseil communautaire, Malakoff, Politique, politique locale, Sud de Seine | , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Malakoff et l’avis des domaines

Un problème annexe s’est greffé lors du conseil de quartier centre : les estimations du service du domaine (ou France Domaine).

Concrètement, on demande l’avis des domaines.

 

C’est une chose obligatoire.

Comme expliqué dans le numéro 33 de visions communes, un acteur public est obligé de solliciter l’avis des domaines pour avoir une estimation du bien immobilier.

L’avis du domaine est sollicité lors de la vente ou de l’achat d’un bien par une collectivité locale.

En particulier, en cas de préemption, l’avis des domaines est demandé.

 

Or, les domaines ont une tendance à sous-évaluer la valeur d’un bien immobilier lors qu’il s’agit de Malakoff.

 

Lors du conseil de quartier centre, durant le débat tournant autour de l’EPF92, la question a été brièvement abordée.

Selon un intervenant, une personne peut acheter un bien immobilier à 250 000€.

Or, par le biais de l’EPF92, la ville de Malakoff peut vouloir préempter.

Or, le service des domaines va évaluer ce même bien à 200 000€. Le propriétaire va donc perdre

50 000€.

 

Ce n’est pas la première fois que la question se pose.

Elle a été posée lors de la cession des biens immobiliers (ce que l’on appelle les bijoux de famille).

Lors du conseil municipal du 9/10/2013, il a été précisé qu’une expertise a été demandée pour la cession de biens immobiliers.

Excepté un cas, cette expertise était sous-évaluée.

Du coup, la ville a vendu ses biens immobiliers au-dessus de l’évaluation (sauf pour 1 en mauvais état).

Mais les a-t-on vendu au prix du marché, 15% en dessous, 30% en dessous, plus ?

Il s’agit de l’argent des contribuables  ici !

21 juin 2014 Posted by | Malakoff, Politique, politique locale | , , , , , | Laisser un commentaire

Le fantôme de l’EPF92 rôde dans le conseil de quartier Nord

Hier se déroulait le conseil de quartier centre.

Le sujet le plus important, le plus sensible, était la politique foncière de la ville.

J’espère que ce n’est pas pour ça qu’il était traité en dernier dans l’ordre du jour.

Il y a de véritables inquiétudes, légitimes, sur ce dossier.

En particulier, pour le secteur Danton, une association, Aux portes de Malakoff, s’est créée.

Des représentants étaient venus assister au conseil de quartier.

 

Malheureusement, ni Serge Cormier, adjoint à l’urbanisme, ni Martine Jossart, responsable du service urbanisme, n’ont pu venir.

 

C’est donc un élu référent qui a présenté le dossier. Or, l’élu référent ne maîtrisait pas bien le sujet, et nous a donc fait un cours sur l’histoire de la politique foncière.

On a eu le droit au passé, mais pas au futur.

 

Et les doutes ne sont pas dissipés, notamment ceux de l’association Aux portes de Malakoff.

 

Le dossier étant complexe, je vais en rappeler les grandes lignes.

 

Lors du conseil municipal du 17/04/2013, la ville délègue le droit de préemption et d’expropriation à l’EPF 92 (établissement foncier des Hauts de Seine).

 

Quatre zones sont concernées.

 

La raison est principalement économique.

La ville, pour maitriser son foncier, passe par l’EPF 92 qui lui a les moyens financiers.

Jusque-là, pourquoi pas.

 

Mais les inquiétudes sont démocratiques.

Les habitants seront-ils informés ? Le conseil municipal sera-t-il saisi ?

 

Or, sur ce dernier point, il y a un vrai effort à faire.

Aucune communication n’a été faite sur le sujet.

En particulier, c’est par hasard que les habitants de l’Ilot Danton ont appris qu’ils étaient concernés par le sujet.

 

Dans le même ordre d’idée, c’est par hasard qu’Emmanuelle Janès a découvert que le 12 Rue Nicomédès Pascual, sur lequel l’association des amis de Nicomédès a le projet d’un logement collaboratif, était concernée.

Depuis, elle a créé une liste (puis une association) et elle est élue au conseil municipal.

 

Le problème c’est qu’il y a d’autres exemples.

En particulier, c’est par hasard que j’ai appris que le 6 rue Jean Jaurès avait été préempté.

 

Il y a en fait deux inquiétudes :

  1. La première est sur l’information que donne la mairie, sur la transparence. Sur ce dossier, on n’est clairement pas informé sur ce qui est préempté.
  2. On ne sait pas quels sont les intentions de la municipalité sur certaines zones, notamment la zone Danton.

Les personnes concernées n’ayant pas pu venir défendre leur point de vue, les doutes ne sont pas levés.

En gros, la municipalité préempte, mais elle ne sait pas pourquoi, ni comment. C’est vraiment rassurant, et ça fait sérieux.

17 juin 2014 Posted by | Conseil de quartier, Malakoff, PLU, Politique, politique locale | , , , , , , , | Laisser un commentaire

CA 2013 de Sud de Seine (6/9) : Répartitions des dépenses de fonctionnement

budget_2014_sud_de_seine_depenses_repartition

L’étude du CA 2013, c’est l’étude de ce que la collectivité Sud de Seine (qui regroupe Malakoff, Clamart, Fontenay-aux-Roses, Bagneux) a perçu et dépensé en 2013.

 

L’étude du budget 2014, c’est ce que Sud de Seine a l’intention de percevoir et dépenser en 2014.

 

Le CA est le résultat (sur l’année 2013) d’une majorité de gauche (avec Bagneux et Malakoff PCF, Clamart et Fontenay-aux-Roses PS).

 

Le budget, c’est ce que la nouvelle majorité, à la géopolitique particulière, prévoit de dépenser.

 

Selon le document distribué aux élus, la répartition des dépenses de fonctionnement est la suivante :

Libellé Valeur %
Services généraux et administration publique locale 37 008 655,46 45,96309655
Sécurité et salubrité publique 2 289 816,00 2,843849164
Culture 16 028 992,51 19,90729253
Sports et jeunesse 2 783 767,06 3,457314311
Interventions sociales et santé 2 602 888,60 3,232671345
Famille 325 399,20 0,404131268
Logement 37 650,50 0,046760239
Aménagement et service urbain, environnement 18 938 461,16 23,5207226
Action économique 502 564,00 0,624162034
Total 80 518 194,49 100

 

On retrouve les travers de Sud de Seine, à savoir une part importante dans l’administratif (45-46%) et une faible part dans le développement économique (0,6-0,7%).

 

Ok, on fait un bilan. Mais dans le budget 2014, on est dans le même ordre de grandeur.

L’administratif est de l’ordre de 46-47% (la part a même augmenté) et l’action économique est de l’ordre de 0,6-0,7%

 

La géopolitique de Sud de Seine s’est compliquée, le maire de Clamart est UMP, celui de Fontenay-aux-Roses est DVD, mais les travers de Sud de Seine restent…

10 juin 2014 Posted by | Conseil communautaire, Finances locales, Malakoff, Politique, politique locale, Sud de Seine | , , , , , , , | Laisser un commentaire