Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

Comment augmenter les impôts sans les augmenter ?

augmentation_impot 001

Question dont la réponse est dans le Canard Enchainé.

 

Effectivement, les élus locaux, voulant prouver que ce sont de bons maires, expliquent qu’ils n’augmentent pas les taux, donc qu’ils n’augmentent pas les impôts.

Or, ce n’est pas vrai.

Pour mémoires, les impôts locaux sont physiocrates. Ce qui est perçu par une collectivité est le produit du taux (voté en conseil municipal) par la base.

 

Or, les bases augmentent.

Et on en apprend plus dans le Canard Enchainé.

Selon le quotidien satirique, on peut lire :

Et pourtant, un peu partout, la taxe foncière et la taxe d’habitation continuent de grimper plus vite que l’inflation. Dans les villes de plus de 100 000 habitants, l’addition a aussi gonflé, en moyenne, de 1% en 2014, soit 0,6% de mieux que la hausse des prix.

Et de rajouter plus loin :

La bouche en cœur, la plupart des élus protestent de leur innocence, expliquant qu’ils n’ont pas touchés aux « taux » des impôts locaux. C’est exact. Mais le parlement a fait le travail à leur place. Pour 2014, députés et sénateurs ont augmenté d’un montant supérieur à l’inflation la « base » d’imposition. C’est-à-dire la valeur fiscale sur laquelle sont calculées les taxes.

S’il y a des complices…

D’autant qu’il y a récidive.

La ficelle a déjà servi : en 2012 et 2013, la modification de ces bases avait déjà rapporté 840 millions en rab aux collectivités locales, comme l’ont rappelé « Les Echos » (6/11). Chaque fois, il s’agit de compenser en douce une partie de la baisse inexorable des dotations versées par l’Etat aux villes, aux départements et aux régions. L’imagination est au pouvoir.

Et de rappeler encore :

D’autant que les dépenses de fonctionnement, elles, ne cessent de progresser (2,9% de mieux en 2013, contre 2% pour l’Etat).

 

En ce qui me concerne, je tiens à donner mon opinion sur la question.

 

Je pense que l’on est en train de cautionner le cancre. On est en train de féliciter des mauvais élèves.

Comme ça l’a été rappelé il n’y a pas si longtemps, dans un contexte économique difficile où chacun doit y mettre du sien, les communes font figure de cancres.

On a des communes qui refusent de rationaliser leurs dépenses de fonctionnement.

 

Dans le cas de Malakoff, par exemple, on a des dépenses de personnel qui augmentent alors que tout a été transféré à Sud de Seine.

Je rappelle que l’opération est sensée, suite à une opération rationalisation, générer des économies.

Histoire de pousser le vice plus loin, je rappelle, et ce n’est pas la première fois, que pour les dépenses d’investissement, ce n’est pas toujours bien cadré.

 

Par exemple, pour la place du 11 Novembre, on a un dépassement en coût de 57,9% et un dépassement en temps de 33%.

 

Je reviendrai prochainement sur la question des dépenses et aussi sur la place du 11 Novembre.

Publicités

14 novembre 2014 - Posted by | Finances locales, Malakoff, Politique, politique locale, Politique nationale | , , , , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :