Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

Les partis centristes ne font pas le job

Suites à certaines critiques sur les centristes, j’ai décidé de donner mon point de vue.

 

De quoi s’agit-il ?

Du ralliement du Modem aux républicains dans la région Provence-Rhône Alpe-Auvergne pour les élections régionales.

Elle fait suite à celle de l’UDI.

Or, la tête de liste est Laurent Wauquiez.

Or, il était critiqué pour ses positions très droitière, par le Modem et l’UDI.

Du coup, certains centristes critiquent

Cyrille Isaac-Sybille, élu Modem, parle d’un « Modem à vendre à la découpe ».

Eric Laffond, ancien Modem, candidat centriste à Lyon, déclare :

« Finalement, l’assujettissement de la liste Modem à une droite conservatrice, traditionnelle et sans idée, est plus significatif par sa forme ; qui éclaire la capitulation intellectuelle du centre. »

Et de parler du « discrédit de la parole publique ».

 

Mais mieux, le PS s’y met.

Il dénonce une alliance contre nature et appelle les centristes (« les vrais démocrates ») à venir le rejoindre.

Bref, je ne peux pas rester insensible.

 

Je pourrais expliquer, à juste titre, que c’est facile pour le PS d’être contre une alliance avec le centre quand il va gagner et d’être pour quand il sait qu’il va perdre. Je rappelle d’ailleurs que c’est le PS lui-même qui a fait la peau de François Bayrou lors des législatives 2012, alors que celui-ci avait voté à titre personnel François Hollande.

C’est d’ailleurs ce que dit le responsable Modem, Patrick Mignola.

 

Mais en ce qui me concerne, il s’agit d’un problème plus large, lié au centre en général.

 

En ce qui me concerne, le problème, c’est les partis centristes, le Modem et l’UDI.

C’est simple, ils ne font tout simplement pas le job.

Ma consolation, bien maigre, c’est que ce travers est aussi bien à l’UDI qu’au Modem.

 

Or, c’est quoi le job ?

Il tient en deux points.

 

Le premier c’est de porter un projet.

Ce projet, il est basé sur une analyse et un diagnostic.

Or, on n’entend pas beaucoup le Modem ou l’UDI sur les grands dossiers.

Je pense d’ailleurs que cet aspect est pire chez l’UDI.

En particulier, le portrait dressé par le blog du centrisme de la présidence de Jean Christophe Lagarde n’est vraiment pas flatteur pour celui-ci.

 

Enfin, un parti a pour objectif de présenter des candidats.

Effectivement, une élection, c’est à deux tours.

Au premier tour, on s’exprime pour son idéal. On vote pour la liste dont les convictions sont les plus proches. On mesure les rapports de force.

 

C’est au second tour que l’on désigne l’exécutif.

Les résultats du premier tour permettent de savoir la place de chacun.

Un centre à 5% ne doit pas autant peser qu’un centre à 15-20%.

 

Par ailleurs, la concurrence est une bonne chose, elle force les partis politiques à travailler sérieusement.

On dans la démocratie selon Schumpeter.

 

Evidemment, cela demande un travail très en amont, basé sur le long terme et sur la durée.

Je l’avais déjà écrit pour les municipales de Malakoff, et répété maintes fois.

Au lieu de ça, on a un centre qui parle d’abord de place.

Le centre met franchement la charrue avant les bœufs.

 

A chaque réunion Modem, on parle de place et le projet, on verra…

Certes, avoir des élus, c’est important, mais ça ne doit pas se faire au détriment du projet, des valeurs et de ce que l’on défend.

 

Je pense que l’on devient, aux yeux de nos électeurs, une machine à faire carrière sans conviction.

Ce n’est vraiment pas le moment en période de détestation des politiques et de montée du Front National, le tout avec un retour de Nicolas Sarkozy.

Et je crains que si un jour on y aille seul, on se prenne la fessé qui pique et qui fait très mal.

 

Il va de soi qu’en tant que sympathisant centriste et électeur centriste, je suis vraiment malheureux.

Publicités

28 juillet 2015 Posted by | Politique, Politique nationale | , , , , | 2 commentaires

Le logement, problème n°1 en IDF ?

loyer_moyen_malakoff

revenu_median

Les régionales arrive…

Bientôt la campagne…

Et les challengeurs à la majorité socialiste semblent s’attaquer aux transports.

 

Or, je dois reconnaître que ça me gêne un peu. Ça fait vraiment politique hors du coup et de la réalité des concitoyens.

 

En ce qui me concerne, je n’ai aucun problème avec le transport (ce qui je peux l’admettre, serait sans doute pas vrai en seconde couronne).

J’ai beaucoup d’infrastructures lourdes et la région a fait beaucoup d’investissement.

Certes, je conçois que l’infrastructure est vieillissante, mais elle est là.

J’ai le train (qui va de Montparnasse à Versailles), le T3 et le M13.

En poussant un peu, j’ai le T2, le RER C, B et le M4, M12.

Au niveau transport, je n’ai vraiment pas à me plaindre.

Pour aller travailler, à la Défense, j’ai l’embarras du choix comme :

  • M13/M1
  • M13/M6/M1
  • T3/T2
  • M13/ Train à Saint Lazare

Comme ça, si l’une des lignes déconne…

 

Par ailleurs, pour aller en seconde couronne, je pense que l’on y arrive (par le RER).

En particulier, je me rappelle d’avoir été dernièrement dans l’Est parisien et de ne pas avoir mis beaucoup de temps avec le RER.

 

J’en dirais pas autant du logement.

Une location à Malakoff est d’environ 24€ le m2.

Sachant que pour un célibataire, le salaire moyen est d’environ 1500€, si on applique la règle du «Salaire 3 fois le loyer », on arrive à :

500/24 = 20,83333333333…..

Pour un salaire comme le mien (environ 2100€, ce qui est au-dessus de la moyenne), on arrive à :

700/24 = 29,16666666666666666666

 

Le prix excessif de l’immobilier pose deux problèmes majeurs.

Le premier est un problème sur le pouvoir d’achat.

Effectivement, les salaires augmentent peu, et c’est une question qui fâche, car l’augmentation des salaires pose un vrai problème pour une entreprise (problème de compétitivité, et problèmes de charges).

Mais le coût de la vie lui augmente.

Ce qui fait que mécaniquement, le pouvoir d’achat diminue.

Pour donner du pouvoir d’achat, il faut donc taper dans le premier poste de dépense.

Or, le premier poste de dépense, c’est le logement.

A titre personnel, mon loyer représente 38% de mon salaire.

 

Enfin, il y a un véritable problème de mixité sociale.

Les plus pauvres sont chassés au détriment des plus riches, faisant des villes de première couronne des villes moins mixés.

 

Des villes comme Malakoff réussissent à lutter contre ce phénomène, en faisant des HLM, mais on arrive à une situation ou pour loger des gens gagnant relativement bien leurs vies, on utilise l’HLM.

Or, l’HLM est fait pour loger les gens en grandes difficultés.

La situation n’est pas tenable sur le long terme.

On ne peut pas continuer dans une situation où pour loger des gens gagnant bien leurs vies, on soit obligé de passer par l’HLM, donc les sous du contribuable…

 

En bonus, la célèbre caricature du Groland qui n’a pas pris une ride.

23 juillet 2015 Posted by | Politique nationale, Régionales 2015 | , , , | Laisser un commentaire

CA 2014 de Malakoff (2/10): Le bilan financier

Le compte administratif (CA) permet de faire le bilan financier.

Soit R les recettes de fonctionnement et D les dépenses de fonctionnement.

 

En général, on essaye d’avoir une vision sur le long terme. On enlève ce qui n’est pas récurent (comme la vente d’un bien immobilier, on ne le revend pas une seconde fois).

On définit Re les recettes exceptionnelles et De les dépenses exceptionnelles.

 

On définit donc les recettes corrigés Rc et les dépenses corrigés Dc.

 

On a Dc = DDe et Rc = RRe.

 

On définit CAF, la capacité d’autofinancement brut, par :

CAF = RcDc.

 

CAF est une donnée très importante. C’est l’équivalent du bénéfice engendré par la commune. C’est la marge de manœuvre. C’est ce qui peut être dégagé en vue de faire des investissements sans avoir recours à l’emprunt.

 

On définit E l’encours de la dette et C la capacité de désendettement.

C = E / CAF.

Cette donnée, exprimée en année, est très importante.

Ça représente le temps qu’il faudrait pour désendetter la commune si on y met tout l’autofinancement brut.

Par convention, en dessous de 10 ans, on convient que c’est correct.

Entre 10-15 ans, on estime qu’il faut faire attention.

Au-dessus de 15 ans, on parle de mauvaise gestion.

 

Reste à déterminer Re et De.

C’est la question délicate. Les avis peuvent diverger.

 

A partir de maintenant, j’ai décidé de me fier aux calculs de la commune (dont les conventions sont ceux de la chambre régionales des comptes).

Un exemple de calcul est ici.

Pour l’année 2013, on m’a communiqué un chiffre pour la capacité d’autofinancement de 6 872 562,72€.

 

La dette de Malakoff dans le CA est de 36 973 234,76€.

 

On arrive donc à une capacité de désendettement de 5,37 ans.

16 juillet 2015 Posted by | Conseil Municipal, Finances locales, Malakoff, Politique, politique locale | , , , , , , | Laisser un commentaire

Le bilan de Catherine Margaté (3/3) : Les recommandations pour notre nouveau maire

Bon, je sais qu’elles ne seront pas suivies, mais je me permets de les faire.

 

Je pense qu’il faut faire de la marge, faire ce que l’on appelle grossièrement de l’autofinancement.

Il y a deux raisons à cela.

 

La première est que la dette de Malakoff est un problème préoccupant (voir ici le calcul à partir du CA 2013).

Certes, contrairement à l’Etat, c’est une dette d’investissement.

Mais comme je l’ai expliqué lors de la CDD, où l’on m’avait expliqué que grâce à la dette on avait construit la maison des associations, si celle-ci s’écroule ou est victime d’un tremblement de terre, nous n’avons pas les moyens de la reconstruire.

C’est d’ailleurs de l’aveu même de notre ancien maire.

La dette importante de Malakoff fait que la ville ne peut plus lancer d’investissements d’envergure.

 

La deuxième raison est qu’il y a baisse des dotations.

La municipalité râle, et en ce qui me concerne, c’est mal venu.

L’endettement de l’Etat, qui là est une dette de fonctionnement, n’est plus tolérable.

Ce n’est plus acceptable, sauf si on veut devenir une Grèce bis.

Par ailleurs, les études montrent qu’il y a des économies à faire du côté des collectivités locales.

Pour Malakoff, c’est entre 10 et 15% des recettes de fonctionnement qui sont en jeux.

 

Donc il faut retrouver de la marge.

Il y a deux façons de faire.

La première est l’augmentation des impôts (plutôt bas à Malakoff).

C’est en particulier le choix de la municipalité, qui a augmenté la taxe foncière sur le bâti.

Ce n’est pas, à mon avis, l’option souhaitable.

Il y a trois raison à cela :

  1. Les impôts locaux sont physiocrates. Ils sont par définition injustes car indépendant du revenu. Si mon salaire est multiplié par 5, mes impôts locaux ne sont pas multipliés par 5.
  2. Une augmentation des impôts se fait avec une diminution du pouvoir d’achat. D’autant que François Hollande est passé par là en début de mandat. Bon, dans le cas de la France, il fallait le faire. Mais ça devait s’accompagner d’une réduction des dépenses et d’une restructuration des services. Ce n’a pas été le cas.
  3. J’ai peur que l’on rentre dans une spirale infernale. Les dotations continuent à diminuer, du coup, la municipalité risque de continuer à augmenter les impôts.

 

C’est pour ça que je suis pour la réduction des dépenses. Réduction ne voulant pas dire suppression du service public.

Je pense qu’il faut avoir une réflexion global sur l’organisation de nos services publics locaux pour faire aussi bien, ou mieux, avec moins de moyens.

C’est cette voie qu’a choisi le nouveau maire de Pau, François Bayrou.

 

Par ailleurs, comme on est dans une période de vache maigre, qui risque de continuer assez longtemps, on ne fera pas l’économie d’un débat sur la priorisation de nos dépenses de fonctionnement, comme le signale l’ancien élu divers centre Jean Emmanuel Paillon (ici et ici).

10 juillet 2015 Posted by | Malakoff, Politique, politique locale | , , , | Laisser un commentaire

CA 2014 de Malakoff (1/10): Les chiffres

Lors du conseil municipal du 29/06/2015, on a voté le CA (compte administratif) 2014.

 

C’est un évènement fort important qui clôture l’année 2014 pour les finances 2014.

Pour mémoire, pour une ville, le cycle financier se fait en trois étapes.

 

La première est le débat d’orientation budgétaire (voir ici).

On débat de l’orientation économique de la ville.

 

La seconde étape est le vote du budget (voir ici pour le dossier complet).

On définit ce que la ville recevra en recette et ce qu’elle dépensera.

C’est prévisionnel.

 

Enfin, on clôture par le CA.

C’est le bilan financier.

Le CA rend compte de l’application du budget.

Par ailleurs, le CA permet d’avoir un diagnostic de l’état de nos finances.

C’est au final le document budgétaire le plus important de la ville.

 

On commence donc par la base : les chiffres.

 

Il faut d’abord rappeler que le budget est divisé en deux sections : fonctionnement et investissement.

Chacune des sections, on a les recettes et les dépenses.

 

Parlons d’abord de la section de fonctionnement.

En simplifiant, c’est la gestion des dépenses courantes.

Côté recette, on a principalement les impôts, les taxes et les dotations (notamment d’Etat, sujet qui fâche à Malakoff, sur lequel je reviendrai)

Côté dépenses, on principalement le service public et l’entretien (bâtiments, voirie…).

 

Viens ensuite la section d’investissement.

Ça correspond aux biens que la municipalité acquiert sur le long terme.

Côté recette, on a les subventions.

Côté dépenses, on a les biens construit par la municipalité ou les remboursements d’emprunts.

 

Pour le cru 2014, on a :

Prévu au budget 2014 Réalisé au CA 2014 % réalisation
Dépenses de fonctionnement 48 084 552,00 44 747 024,45 93,0590441
Recettes de fonctionnement 48 084 533,00 46 206 225,95 96,09373964
Dépenses d’investissement 19 094 096,39 14 431 581,32 75,58137879
Recettes d’investissement 17 978 424,64 10 856 627,41 60,38697843

7 juillet 2015 Posted by | Conseil Municipal, Finances locales, Malakoff, Politique, politique locale | , , , , , | Laisser un commentaire

Demande du CA 2014

Lors du conseil municipal du 29/06/2015, on a voté le compte administratif 2014.

Le moment de le demander, comme c’est la coutume chaque année.

 

« Madame le maire,

 

Lors du conseil municipal du 29/06/2015 a été voté le compte administratif 2014.

Je souhaiterais que vous me communiquiez l’ensemble des documents, budget principal et budget des parkings.

 

Je rappelle que l’article L2121-26 du code général des collectivités m’autorise à en faire la demande.

Selon cet article, je cite, on a :

Toute personne physique ou morale a le droit de demander communication des procès-verbaux du conseil municipal, des budgets et des comptes de la commune et des arrêtés municipaux.

 

Chacun peut les publier sous sa responsabilité.

 

La communication des documents mentionnés au premier alinéa, qui peut être obtenue aussi bien du maire que des services déconcentrés de l’Etat, intervient dans les conditions prévues par l’article 4 de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978.

 

Les dispositions du présent article s’appliquent aux établissements publics administratifs des communes.

 

Par ailleurs, je souhaiterais également connaître le résultat de la capacité d’autofinancement brut calculée.

 

Veuillez agréer mes salutations distinguées. »

2 juillet 2015 Posted by | actualité, Conseil Municipal, Finances locales, Politique, politique locale | , , , , , , | Laisser un commentaire

Syriza ou le chantage des cancres démagos

Après la victoire des cancres démagos, le chantage des cancres démagos.

Je parle évidement de Syriza, parti d’extrême gauche qui est aujourd’hui au pouvoir en Grèce.

Afin de vivre sur le dos des contribuables européens, Syriza organise un référendum.

Le but est simple, que le non l’emporte afin de dicter aux européens une conduite à suivre.

 

Or, c’est trop facile !

L’union européenne, c’est 506 913 394 habitants. La Grèce, c’est 10 815 197 habitants, soit 2,1% de la population de l’union européenne.

 

A titre de comparaison, l’Allemagne, c’est 80 925 000 habitants soit presque 16% de la population de l’union européenne (15,96% pour être exacte).

La France, c’est 66 917 994 habitants soit 13,2% de la population de l’union.

 

Il y a une malhonnêteté incroyable. On a 2,1% de la population de l’union qui espère imposer sa volonté à 97,9% de l’union européenne.

 

Mais le pire ne s’arrête pas là. On a 2,1% de la population européenne (ou pour être plus honnête Syriza) qui espère vivre au crochet des 97,9% d’autres européens.

Or, on est en crise, et la crise, c’est pour tout le monde.

L’Allemagne, pour mieux résister à la crise, elle a fait des efforts. Ses citoyens se sont serré la ceinture. Je comprends que l’opinion publique allemande, qui fait office de fourmis, ne veuille pas céder au chantage des cigales.

Par ailleurs, certains pays, comme la France, ont de sérieux problèmes de déficits.

 

Et puis il faut remettre les pendules à l’heure, la Grèce truquait ses chiffres…

 

En ce qui me concerne, ça ne me gêne pas de payer pour la Grèce, voir, pourquoi pas, d’annuler leur dette.

Mais il ne faut pas que ce soit gratuit. Je ne paye pas pour qu’ils vivent de ma charité, mais pour qu’ils s’en sortent.

 

Mais là, on a un chantage.

Franchement, si Angela Merkel faisait un référendum, avec pour question « Doit-on continuer à financer la dette de la Grèce » ou mieux, « La Grèce doit-elle sortir de la zone euro », il est fort probable que les Allemands répondraient majoritairement oui.

Il dira quoi Aléxis Tsípras ?

L’Allemagne, c’est 15,96% de la population de l’union européenne. La Grèce, c’est seulement 2,1% de l’union européenne.

 

Aujourd’hui, je pense que la question de la sortie de la Grèce de l’Europe et de la zone euro doit sérieusement se poser.

Si la Grèce sort de l’euro, ça sera un échec, en ce qui me concerne.

Mais je préfère être en aveu d’échec qu’en aveu de mensonge.

 

Aider les pays en difficulté, ça ne me gêne pas, je trouve ça normal.

Mais il y a des limites.

Déjà, on les aide pour qu’ils s’en sortent, pas qu’ils vivent de la charité public.

Enfin, il y a des choses que l’on ne peut pas accepter. Le chantage, ça en fait partie.

 

Pour conclure, je donnerai un conseil à la France.

C’est de se faire discret. La France pourrait très bien être après la Grèce…

1 juillet 2015 Posted by | International, Politique | , , , | Laisser un commentaire