Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

2017 commence bien mal (3/3) : Que faire face au second tour Sarkozy/Le Pen ?

Résumons :

Nicolas Sarkozy tenant les républicains, et organisant lui-même les primaires, devient le candidat de la droite.

L’UDI devrait sans doute se rallier.

Donc en réalité, Nicolas Sarkozy devient le candidat de la droite et du centre.

 

Les Français voulant sanctionner François Hollande, ils votent massivement Nicolas Sarkozy ou Marine Le Pen.

On a donc un second tour Nicolas Sarkozy/Le Pen au bout duquel Nicolas Sarkozy est élu président.

 

Néanmoins, François Bayrou (plus malin que l’UDI) y va. Au mieux, il fait entre 10% et 15% des voix.

En étant plus réaliste, il fait entre 5% et 10%.

De toute façon, pas assez pour peser et surtout, empêcher l’ignoble second tour Nicolas Sarkozy/Le Pen.

Se pose une question : Face à ce scénario assez probable, que faire concrètement.

 

Il y a trois possibilités.

La première est de voter François Bayrou.

Au moins, même si en ce moment, les partis centristes c’est du Grand n’importe quoi, je voterai pour mes convictions.

Je resterai dans la logique du premier tour.

Au premier tour, on exprime ses convictions.

 

Le problème, c’est que je ne veux pas être dans une situation où face à Marine le Pen, je vote Nicolas Sarkozy.

En fait, j’aimerais bien que l’on commence à s’intéresser aux problèmes de la France (économie, dette, chômage …).

Et je n’ai vraiment pas envie de prendre à nouveau 5 ans de sarkozysme.

En dehors du fait qu’il est en train de rouler les centristes dans la farine et de les faires frire, il y a un moment où l’intérêt général prime.

 

En fait, ce n’est pas tant le destin des centristes qui est en jeu, mais bien d’abord l’intérêt général.

Et l’intérêt général prime d’éliminé la triple impasse Le Pen, Sarkozy et Hollande.

Ça fait beaucoup.

 

Et si on pouvait en éliminer un, dès le premier tour…

 

Ce qui fait que la seconde solution est d’aller voter aux primaires des républicains (si celle-ci est suffisamment ouverte).

Et dans ce contexte d’aller voter Alain Juppé.

Mais en ce qui me concerne, je n’aime pas cette solution.

Je n’aime pas cette solution pour deux raisons.

La première est que j’estime que ce n’est pas à moi de faire le ménage dans les républicains.

C’est aux républicains de faire le ménage et de faire le bilan du sarkozysme, chose qui pour l’instant n’est pas faite.

Au contraire, c’est l’inverse qui est fait.

De plus, si je fais ça, c’est comme si je donnais corps à l’expression « La droite et le Centre », c’est nié mon combat, c’est-à-dire un centre indépendant et de détacher le centre de la droite et de la gauche.

Par ailleurs, si par aventure il y avait un second tour Manuels Valls/Nicolas Sarkozy, il est évident que je voterais Manuels Valls dans le secret de l’isoloir.

Cela veut dire qu’il y a une forme de malhonnêteté de ma part. La primaire est faite pour désigner le candidat de la droite. Et par extension, participer à la primaire, c’est accepter de voter le candidat de la droite, surtout au second tour.

 

Autre possibilité, plus improbable mais pas forcément impossible : François Hollande ne se représentera pas, et c’est un social-démocrate ou un social libéral qui y va.

C’est Manuels Valls, ou mieux Emmanuel Macron qui représentent le PS en 2017.

Le but est dans ce cas-là d’éliminer Marine le Pen au premier tour en permettant au PS d’être au second tour.

Dans ce cas-là, je vote Manuels Valls ou Emmanuel Macron. On est en plein dans le vote utile.

Evidemment, je n’aime pas aussi cette solution, et ceci pour deux raisons.

La première, c’est que ce n’est pas un vote de conviction. C’est la négation de mes convictions et de ma conception de la démocratie, et en particulier du premier tour.

Ensuite, même si je reconnais à Manuels Valls et à Emmanuel Macron la volonté de changer le logiciel du PS, je considère que le PS, ce n’est ni Manuels Valls, ni Emmanuel Macron.

Le PS est tenu par son noyau dur, c’est-à-dire les amis de Martine Aubry.

Or, le noyau dur du PS est contre le centre, totalement dans une logique dépassé et croit encore au mur de Berlin.

Là où l’ensemble des PS en Europe s’est social-démocratisé, le PS Français a fait de l’union de la Gauche un sacro-saint sujet et un tabou.

Même si Mélenchon et EELV chient sur le PS, le PS préfèrera toujours le PCF et EELV au centre.

Le PS refusera de se réformer et d’avoir une vision en adéquation avec le 21ème siècle.

 

Bref, face au plus que probable second tour Sarkozy/Le Pen, je n’ai que des mauvaises solutions.

19 octobre 2015 - Posted by | Election présidentielle 2017, Elections présidentielles 2017, Politique, Politique nationale | , , , , , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :