Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

Conseil municipal du 27/01/2016 : Jacqueline Belhomme, maire de Malakoff, annonce sa volonté de relancer la démocratie locale

Lors du conseil municipal d’hier, Jacqueline Belhomme, nouveau maire (PCF) de Malakoff a expliqué qu’elle avait l’intention de relancer la démocratie locale.

En fait il ne s’agit pas vraiment de la relancer, plutôt de passer à une étape supérieure.

 

Effectivement, Malakoff fait plutôt, en général, figure de bon élève.

L’ensemble des projets municipaux (PLU, Place du 11 Novembre, ZAC Dolet Brossolette …) se fait avec une (des) réunion(s) publique(s), réunion(s) publique(s) où les habitants sont invités à s’exprimer.

 

A minima, cela donne une véritable transparence. On sait ce que projette la mairie, et on peut s’exprimer sur le sujet.

 

Vous allez me dire qu’il y a aussi des contre-exemples.

C’est vrai et faux.

Effectivement, quand le projet de la mairie n’est pas très clair, des associations se créent.

Mais en général, la municipalité reçoit les associations et la mairie explique l’état de la réflexion (qui peut ne pas être très avancée) aux dites associations.

Après, il y a des exemples où l’on peut vraiment mieux faire, je pense à l’EPF 92.

 

Au dernier mandat, on a eu la création des conseils de quartiers.

Là, ça dépend du fonctionnement.

Sur le dernier mandat, certains conseils de quartier ont été moteurs.

Je pense au conseil de quartier centre qui a été partie prenante dans le projet de place du 11 Novembre.

 

D’autre ont plutôt été du Haut vers le Bas. Je pense au conseil de Quartier Barbusse Le Clos.

Ça n’a pas empêché ce conseil de quartier de faire des choses, notamment la signature de la pétition pour prolonger en horaire le 191.

 

Mais là, il semble que le maire veille passer à une étape supérieure.

Samedi, il y aura une réunion pour relancer les conseils de quartier.

Elle réfléchit à la façon de permettre aux Malakoffiots de s’exprimer.

 

Enfin, nous auront deux réunions publiques pour la présentation du budget. Et si ça marche, il n’est pas forcement impossible, comme le demande Malakoff Plurielle en prenant en exemple la ville de Paris, que le budget soit construit avec les habitants.

 

Pour moi, cette volonté est une bonne chose. Il faudra surveiller comment ça se traduira concrètement.

 

Enfin, je pense que si ça fonctionne, l’opposition municipale risque de traverser une passe difficile.

Je partage l’avis qu’un ancien membre de Malakoff Plurielle qui disait que si elle continue comme ça, Jacqueline Belhomme pourrait faire mieux, électoralement parlant, que Catherine Margaté.

Je ne sais pas si elle fera mieux, mais en tout cas, elle risque de faire aussi bien.

 

Mais bon, après tout, ce qui compte, c’est l’intérêt général, et plus de démocratie ne peut pas faire de mal.

 

Et puis il reste l’économie, et là, les communistes restent encore fidèles à eux même.

Le DOB n’a rien vraiment apporté de nouveau…

J’y reviendrai.

28 janvier 2016 Posted by | Conseil Municipal, Malakoff, Politique, politique locale | , , , , , | Laisser un commentaire

Avis sur le PLU de Malakoff

Le PLU de Malakoff a été voté lors du conseil municipal du 16/12/2015.

Ça fait longtemps que je n’ai pas abordé le sujet.

Mais j’ai moins de temps, et moins la passion aussi, les municipales 2014 ne m’ayant vraiment pas laissé un bon souvenir.

De plus, c’est un sujet complexe, qui demande d’écrire un nombre important d’articles, tout comme ceux sur les finances locales.

Je continue à le faire sur les finances locales, étant donné qu’il y a entre moi et la municipalité de vraies divergences de fond, ce qui fait que j’ai un peu zappé notre PLD.

 

Mais le débat a été fait sérieusement, notamment durant la phase de diagnostic, et il y a eu une véritable concertation, et un débat riche et très bien mené.

 

J’avais d’ailleurs écrit plusieurs articles sur le sujet lors de la phase de concertation, et ça reste valable.

Le PLU a été construit à partir d’un diagnostic et le débat a eu lieu de manière transparente.

D’ailleurs, je me réjouis d’avoir fait plier la municipalité sur la cassure Nord/Sud.

 

Lors du conseil municipal, le groupe Malakoff Plurielle a voté contre (sur des arguments anecdotiques d’ailleurs) et le Malakoff Citoyen a voté pour, sur aucun argument d’ailleurs.

 

En ce qui me concerne, je suis favorable au PLU de Malakoff.

 

Il y a deux raisons à cela.

 

La première est que le PLU de Malakoff assume une densification, qui est modéré.

On densifie, mais on n’accepte pas, non plus, n’importe quoi.

Je rappelle que densifier est un enjeu majeur, je n’ai pas changé d’avis sur la question.

 

Il y a pour moi trois raisons pour lesquelles il faut densifier.

La première est que la demande de logement est supérieure à l’offre de logement. Ceci fait que l’on arrive à une situation où même si on gagne sa vie correctement, on ne peut plus se loger…

Je recommande d’ailleurs l’excellente vidéo du Groland.

Il faut donc inverser la tendance, et du coup, il faut que l’offre soit supérieure à la demande.

Il faut donc densifier.

 

Deuxième raison : Il faut lutter contre l’étalement urbain, c’est une question de développement durable. Ça implique une densification.

 

Enfin, il faut aussi préserver les terres agricoles, en luttant (encore) contre l’étalement urbain. Ça implique aussi une densification.

 

Par ailleurs, le PLU prend enfin le problème de la cassure Nord/Sud de Malakoff au sérieux.

Deux OAP dans le Sud ont été définies :

  • Une Rond-Point Henri Barbusse/ Rue Avaulée
  • L’autre Boulevard du Colonel Fabien, à côté de la future gare du Grand Paris.

Je ne peux pas être la personne qui explique à l’ancien maire de Malakoff que le Sud de la ville est « Le Tiers-Monde de Malakoff » et être contre un PLU qui a des objectifs sur cette problématique.

Ce n’est pas ma conception de la politique.

 

Alors certes, il se posera des problématiques sur l’application de ce PLU, notamment au niveau de la transparence (exemple ici), mais la base est, en ce qui me concerne, bonne.

 

En ce qui me concerne, j’ai plus des reproches sur la politique économique et financière de la ville.

21 janvier 2016 Posted by | Conseil Municipal, PLU, Politique, politique locale | , , , , , | Laisser un commentaire

Candidature centriste en 2017 (1/2) : Pourquoi une candidature centriste n’est pas une bonne option ?

Tout est dans le titre, provocateur, ça va de soi.

Puisque le blog du centrisme aborde la question, j’ai eu envie de mettre ma pierre à l’édifice.

 

En réalité, la pertinence d’une candidature centriste dépend d’abord du résultat de la primaire UMP.

 

Mais dans le contexte actuel, avec une certaine tristesse et une certaine colère aussi, je pense que pour l’instant, une candidature centriste n’est pas pertinente.

 

C’est d’ailleurs tout le paradoxe.

Il faut que les idées centristes s’expriment. Mais les centristes ne sont pas prêts à prendre part au débat en 2017.

 

Pourquoi ?

 

Il y a plusieurs raisons.

La première est que la France est un pays qui va mal. Le déclin Français est une réalité.

Les problèmes économiques sont sérieux. La situation sociale est critique, et il est plus que temps de tenir un langage de vérité.

Après les gestions Chirac/Raffarin de 2002 à 2007, Sarkozy de 2007 à 2012 et Hollande de 2012 à 2017, il serait souhaitable d’avoir un bon dirigeant, lucide et plus pragmatique.

A défaut d’avoir un dirigeant qui améliore la situation, essayons d’avoir au moins un dirigeant qui n’empire pas la situation.

 

La seconde raison est que l’on a trois prétendants catastrophiques : Sarkozy, Hollande et Le Pen.

Sarkozy et Hollande ont fait leurs preuves, notamment en économie, dans la lutte contre les déficits …

Sur certains points, en laideur, en démagogie et dans la capacité à faire appel aux plus bas instincts de l’électeur, à esquiver les problèmes de la France, Hollande n’a rien à envier à Sarkozy.

Je pense en particulier au débat sur la déchéance de nationalité.

De plus, Sarkozy et Hollande n’ont pas fait l’effort pédagogique nécessaire pour expliquer aux français les enjeux économiques. Ils ont fait plutôt l’effort de démagogie.

De toute façon, je ne suis pas sûr que les deux zigotos aient conscience de l’environnement politique économique dans lequel évolue la France.

Quant à Le Pen, je ne souhaite pas cautionner une société de l’exclusion.

 

Ensuite, je pense que le résultat du premier tour de l’élection régionale est probablement une cartographie de ce qui va se dérouler lors du premier tour à l’élection présidentielle de 2016.

Pour mémoire, le FN a fait 27,73%, les républicains (avec les centristes) 26,65% et le PS 23,12%.

La dernière fois (Européenne 2014), les centristes avait fait 9,94%.

Donc si on part de cette base grossière (en fait, pour des raisons que je vais expliquer par la suite, je pense que le score centriste serait plus bas, en fait, il s’agit de majorer), et en supposant (hypothèse grossière) que tous les centristes aient votés à droite, le trio de tête serait FN (encore 27,73%), PS (toujours 23,12%) et républicains (16,71% cette fois-ci).

 

En se basant sur les européennes, on aurait FN (24,86%), Républicains (20,81%) et PS (13,98%).

Au pire, la candidature centriste empêche le candidat de la droite d’accéder au second tour.

 

Donc, la plus grande probabilité est d’avoir un second tour FN/Candidat des républicains, avec le candidat républicain devenant président ;

 

Argument suivant : le casting est quasiment connu.

Je ne vois pas, vu le fonctionnement du FN, Marine le Pen ne pas être candidate. Je pense qu’elle se présentera, et qu’elle sera au second tour.

 

Quant à François Hollande, qui pour moi a un bilan pourri, je pense qu’il sera le candidat du PS.

Effectivement, grâce à Manuel Valls d’ailleurs, il résiste bien.

Si on remonte le temps, lors des régionales 2004, Raffarin était haï. Le PS a gagné (en métropole) 20 régions sur 22.

Lors des régionales 2010, c’est Sarkozy qui était haï, le PS a eu 21 régions sur 22.

En 2015, c’est Hollande qui est impopulaire, mais la droite ne gagne que 7 régions, le PS en garde 5.

Pire, 2 régions sont gagnées par la droite grâce … au PS.

Dans un contexte où le pouvoir en place est haï, le PS résiste mieux que l’UMP/Les républicains.

Certes, le bilan global de François Hollande est mauvais, mais sa candidature reste malgré tout crédible.

Et si ce n’est pas lui, qui ?

Martine Aubry ? Je rappelle que le PS est très gauchiste !

La seule incertitude est pour l’instant sur le candidat de la droite.

Enfin, dernier argument : Les centristes sur la période 2012-2017 ont vraiment fait de la merde ! (Et je reste très poli).

Personnellement, j’ai une forte envie de baffer les responsables centristes, qui comme le dit si bien le blog du centrisme, ont trahi leurs sympathisants !

Ce n’est pas la première fois que je le dis. Je l’avais écrit lors des départementales et des régionales.

Les centristes ont d’abord pensé court-terme avant de penser long-terme.

Ils n’ont pas hésité à trahir leurs convictions justes pour aller à la soupe.

Le cas Wauquiez est de mon point de vue symbolique.

Pire, des élus (Modem) ont été sacrifiés à une vision court-terme. Ce qui rend la construction et la consolidation du Modem sur le long terme très compliqué.

 

Je me permets une anecdote : Un jour, une personne m’a expliqué qu’elle allait voter le Pen aux régionales. Il m’a expliqué qu’il ne savait pas si elle était compétente. Mais il a ajouté que les autres, ils avaient montré leur incompétence.

Le vote Le Pen étant protestataire, vous me voyez répondre « Votez les Républicains de Sarkozy, car comme ça, les centristes auront leurs places au chaud ».

Car il s’agit bien de ça malheureusement.

 

Le problème, c’est qu’aujourd’hui, je pense que les centristes sont vus comme des arrivistes.

Exemple ici

En particulier, il fallait identifier fortement un pôle centriste, notamment aux régionales où l’absence centriste est une faute grave.

Ça demande évidement, comme toute élection, un travail sur le long terme.

Travail qui n’a pas été fait, et qui ne sera pas fait, à mon avis, de façon qualitative (voir pas du tout) d’ici les quelques mois séparant la présidentielle.

 

Donc conclusion :

Face à la situation préoccupante de la France, face à la triple menace Le Pen/ Sarkozy/Hollande, face à la faiblesse des centristes (qui pour moi n’est due que aux centristes), face au fait que je crains que le débat risque d’être déjà faussé, et comme j’espère voir la situation s’améliorer, ou au pire ne pas se dégrader, j’ai décidé de jouer d’abord l’intérêt général.

 

J’irai donc voter à la primaire UMP et je voterai pour Alain Juppé.

Ce n’est pas mon choix initial, je l’avais écrit, c’est un choix par défaut.

Je pense que Sarkozy est le maillon faible, et l’éliminer au plus tôt sera le mieux.

En fait, je vais à la primaire que pour éliminer Sarkozy.

Le fait que je me sente obligé d’aller à la primaire est d’ailleurs pour moi un signe que la démocratie française ne marche pas bien.

Mais face à une situation politique compliquée et une situation sociale et économique pas brillante, et des centristes qui se sont foutus de la gueule du monde, je fais le choix de la responsabilité.

Cette solution ne me convient pas, j’ai envie de baffer les responsables centristes mais je considère que au vue de la situation, on ne peut pas se permettre d’avoir Le Pen ou Hollande ou Sarkozy.

Juppé est la seule solution acceptable (avec Fillon, certes, mais je pense néanmoins que Juppé est mieux, et qu’il est aussi mieux placé).

 

Evidemment, hors de question de voter Sarkozy (sauf menace le Pen) et je n’aurais aucun remord.

Je me bats avec les armes de Sarkozy.

Par exemple, je rappelle que Wauquiez avait expliqué qu’il ne se droitiserait pas, avait même signé un papier… Et puis, il l’a fait quand même…

J’espère que sur la période 2017-2022, les centristes se ressaisiront !

Cette période commence tout de suite, la politique, c’est sur le long terme !

21 janvier 2016 Posted by | Election présidentielle 2017, Politique, Politique nationale | , , , , , , , | Laisser un commentaire