Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

DOB 2016 de Malakoff (1/3) : Rien de nouveau sur le fond

Lors du conseil municipal du 27/12/2016, il y avait la première partie de l’exercice budgétaire 2016.

En l’occurrence, le DOB (Débat d’orientation budgétaire).

 

C’est le moment sur lequel on débat sur les grandes lignes de la politique économique et financière de la ville.

 

Eh bien, sur le fond, rien de nouveau. On va pouvoir faire (très) court.

Malakoff considère toujours que l’Etat doit tout, et compte maintenir les dépenses de services publiques (ainsi que les dépenses associatives) à un niveau le plus élevé possible.

 

Au lieu d’envisage une réduction des dépenses de fonctionnement et une rationalisation de ces dites dépenses (point où un jour il faudra bien que la ville s’y mette…), on est resté dans les clivages habituels.

 

Certains discours sont pour moi dé-corrélé de la réalité économique du pays.

Sur ce point, le discours de Vanessa Ghiati était tout simplement délirant, sectaire et très passéiste.

 

Par ailleurs, malgré les différences politiques que j’ai avec Emmanuelle Jannès, je suis en totale accord avec elle sur un point : Les caisses de l’Etat sont durablement vides (le mot « durablement » étant peut-être même le plus important).

Là aussi, la réponse de Serge Cormier, premier adjoint, était impressionnante, dénotant dans le domaine économique un vrai manque de culture.

Comme quoi on peut avoir une bonne vision en urbanisme et une très mauvaise en économie.

 

Dans sa réponse, il expliqua qu’Emmanuel Jannès avait laissé tomber le masque et il demanda si pour certains services publics (enfance…), la municipalité en faisait trop.

 

Or si Serge Cormier avait une meilleure vision économique, il saurait que la question n’est pas de supprimer le service public, mais de savoir si on peut le rendre plus efficace à moindre coût.

Par principe, les libéraux sont pour supprimer le service public. Par principe, les communistes sont pour financer le service public selon au mieux le grand principe de la lutte des classes, au pire à crédit.

 

En ce qui me concerne, je suis pour financer le service public par la productivité. Là, il y a une véritable différence politique !

9 février 2016 - Posted by | Conseil Municipal, Finances locales, Politique, politique locale | , , , , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :