Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

Le CDI, ça n’existe plus

Puisque l’Hérétique aborde le sujet, puisque la municipalité communiste de Malakoff distribuait des prospectus sur le sujet, je me permets de donner mon opinion, étant donné que je connais bien la question, ayant été très longtemps au chômage.

 

En ce qui me concerne, je considère que dans l’esprit, le CDI n’existe pas.

Effectivement, on a une tendance à surprotéger le travail, mais je pense que c’est un leurre.

 

Si une entreprise va mal, elle licenciera. Le licenciement économique ça existe.

Et dans la pratique, si votre patron n’aime pas votre gueule, il arrivera à vous licencier.

Il fera même le fils de pute pour y arriver.

 

Pour moi, on a un code du travail qui dans la pratique est inadapté. Il protège de tous, sauf si c’est indispensable…

 

Donc dans la pratique, je pense que le CDI n’existe plus, car si l’entreprise veut vous licencier, elle y arrivera toujours.

Il faut donc l’accepter comme un fait, même si je comprends que ça puisse être dur à entendre, étant donné que l’on est face à un vrai chômage de masse en France.

 

En ce qui me concerne, le problème est, comme c’est souvent le cas en France, mal posé.

La véritable question est plutôt de savoir si, dans le contexte actuel, on retrouve facilement un travail.

Et la réponse à tout ça, excepté dans certains secteurs (comme l’informatique), est souvent non.

 

En fait, on a quelque part un système très criminel, car il pénalise principalement les personnes éloignées de l’emploi.

 

Il est du coup plusieurs points à prendre en considération.

Je me permets d’en citer quelques-uns.

Le premier est que pour une personne éloigné de l’emploi ne travaillera pas dans un grand groupe.

Elle travaillera dans une TPE/PME.

Or, il est à rappeler que sur un emploi, les charges patronales représentent le salaire net.

Si vous payer x euros à un salarié, il coûte 2x euros.

Il est important de comprendre que un salarié payé net 2000€ coute 4000€ à son entreprise, indépendamment du fait qu’il travaille dans la TPE ou chez Google INC.

Evidemment, la world compagnie s’en sort.

Mais c’est plus compliqué pour la TPE/PME. Or je rappelle que c’est en TPE/PME qu’une personne éloigné de l’emploi a le plus de chance de trouver un emploi.

On n’échappera donc pas, sur le court terme, à une baisse des charges patronales.

En ce sens, l’idée de François Bayrou, en 2007, de permettre deux emplois sans charges, était une excellente idée. Pour un grand groupe, deux personnes, ce n’est rien. Mais pour une TPE/PME, c’est beaucoup.

Comme le disait si bien l’intéressé, je pense que ça aurait débloqué la situation en TPE/PME, et on aurait vu que les charges patronales sont un frein à l’embauche.

 

Autre point, il faut mieux accompagner les personnes qui sont au chômage, surtout si elles sont éloignées de l’emploi. Là, on a inventé une structure inefficace, en sureffectif et en sous-effectif appelée pôle emploi.

Les gens, quand ils sont à terre, ils ont besoin d’être accompagné pour se relevé. Le problème, c’est que le pôle emploi est d’une inefficacité redoutable…

 

Par ailleurs, il faut permettre une formation au long de la vie.

En France, on considère que la formation initiale permet d’évoluer.

Or, c’est totalement faux.

On est dans un monde où les métiers évoluent très vites et où les besoins évoluent très vite.

On est dans un monde changeant.

Il est faux que la formation initiale permette de bien faire son métier tout au long de la vie.

Déjà parce que certains secteurs évoluent très vites. Je pense en particulier à l’informatique.

Enfin parce que en général, le métier que l’on exerce est souvent éloigné de la formation initiale.

Il est donc impératif, pour donner le plus de cartes en main aux salariés, à l’humain, qu’ils puissent se reformer facilement.

Ce n’est pas le cas aujourd’hui.

Je me permets d’ailleurs de citer une citation d’une personne lors d’une conversation entre étudiants dans laquelle je m’étais honteusement incrusté au CNAM :

« La France est un pays de con, et dans ce contexte, le CNAM fait figure d’exception ».

En ce qui me concerne, travaillant dans l’informatique, secteur qui évolue vite, je dois reconnaître que c’est une véritable problématique.

 

Enfin, il faut toujours avoir à l’esprit que la question du chômage est un problème d’inadéquation entre l’offre et la demande. Il faut avant toute chose avoir enfin une réflexion sérieuse sur le sujet.

Pour lutter contre le chômage, il faut avoir une réflexion sur l’offre et la demande.

 

Evidemment, ça suppose de changer totalement d’état d’esprit…

Non, les chômeurs ne sont pas forcément des assistés qui ne pensent qu’à profiter du système, comme on peut le penser à droite.

Non, les patrons ne sont pas forcément des voyous, comme on peut le penser à gauche et en particulier au PCF.

 

Il faut arrêter de regarder de travers un bac +5 qui postule pour la plonge ou caissier à carrefour car il ne trouve pas mieux.

 

Il faut arrêter avec ça

 

Mais après tout, en France, on est le pays où l’on est toujours en retard d’une guerre…

Publicités

22 février 2016 - Posted by | Uncategorized | ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :