Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

Réunion du 17/02/2016 sur le budget 2016 de Malakoff, Préparation, Impressions et sentiments (6/7) : Peut-on faire des économies sur un service public ?

Suite au commentaire ici, je vais donc donner mon opinion sur une question clé : Peut-on faire des économies sur un service public ?

En fait la question est très mal posée.

La véritable question est :

Peut-on faire des économies sur un service public tout en gardant un service public de qualité ?

Il faut bien comprendre que cette question est cruciale.

Bien sûr qu’il faut un nombre minimum de fonctionnaire pour garantir un service public de qualité.

Mais il faut comprendre aussi qu’aujourd’hui, les contribuables, en moyenne, ne sont pas statistiquement riches.

 

Donc d’un côté il faut un nombre suffisant de fonctionnaire pour faire tourner la machine, mais en même temps, il faut réduire le coût de la dite machine.

 

On est face à une véritable contradiction.

 

Je tiens à rappeler que contrairement à ce que l’on pourrait penser, je ne suis pas contre le service public, et je ne suis pas contre les fonctionnaires.

Mais en même temps, on ne peut pas prendre le contribuable pour une vache à lait.

 

Donc reposons la question clé : Peut-on réduire le nombre de fonctionnaire, pour réduire le coût du service public, tout en gardant la qualité de ce dit service public ?

Comprenons-nous bien, il n’est pas normal en période de vache maigre de payer disons 100€ pour un service public lorsque l’on peut faire aussi bien (voir mieux) pour 50€.

 

Peut-on réduire le nombre de fonctionnaire, pour réduire le coût du service public, tout en gardant la qualité de ce dit service public ?

En ce qui me concerne, la réponse est clairement oui.

Je vais donc répéter l’histoire (véridique) que j’ai déjà écrite ici, et que j’ai donc répéter lors de la réunion.

Il s’agit d’une histoire clé, elle a été déterminante dans mon approche pour faire fonctionner le service public face aux lourdes contraintes qui le traverse.

Vous comprendrez par la suite où je veux en venir.

 

Il existait fut une époque un service public appelé l’ANPE (Agence Nationale pour l’emploi).

Lorsque l’on était dans le domaine de l’informatique, on allait à l’ANPE du Saint-Augustin.

Pourquoi ?

Car l’ANPE du Saint-Augustin était spécialisé dans les métiers de l’informatique.

Les fonctionnaires de l’ANPE du Saint-Augustin connaissaient les métiers de l’informatique, mais plus important, ils connaissaient les patrons qui travaillaient dans le domaine de l’informatique.

Plus important que tout, les fonctionnaires de l’ANPE du Saint-Augustin avaient le carnet d’adresse (pour le milieu de l’informatique).

 

Mais l’ANPE a été réformé, c’est devenu le Pôle Emploi.

Et le Pôle Emploi est généraliste.

Qu’en est-il pour le Pôle Emploi du Saint Augustin ?

A priori (au moins lors du déroulement de l’histoire, c’est-à-dire au début du Pôle Emploi), c’est les mêmes fonctionnaires.

Ils connaissent toujours les métiers de l’informatique, et ils ont toujours le carnet d’adresse de patrons travaillant dans le domaine.

Mais ils n’ont plus les CV. Pourquoi ?

Comme ils sont généralistes, ils n’ont plus le droit d’avoir des CV spécifiques.

 

Ce que je veux faire comprendre, c’est que par la réforme du Pôle Emploi, on a fait une structure inefficace et coûteuse.

Comme le disait le patron de l’APEC, le Pôle Emploi est titulaire du record suivant : Celui d’être en sous-effectif et celui d’être en sureffectif en même temps.

La structure est coûteuse.

Elle ne permet pas d’aider les chômeurs à trouver un emploi.

C’est d’autant plus criminel car en général, le pôle emploi est la seule chance de gens en bas de l’échelle, qui sont dans des situations désespérées.

 

Il est aussi à noter que les fonctionnaires du Pôle Emploi sont aussi victimes de ce système (exemple d’indicateur ici).

 

Ce que j’essaye de faire comprendre, c’est que les économies pour un service public sont dans son organisation.

Des fois, il faut plus de fonctionnaire. Des fois, il en faut moins. Ça dépend où…

Le problème du Pôle Emploi, c’est que la réforme a été faite en dépit de bon sens et que l’on a oublié de se poser la question suivante, pourtant fondamentale : Comment aider au mieux les chômeurs à retrouver un emploi.

 

Certaines méthodes du privé sont d’ailleurs transposables au public même si il y a une différence fondamentale : Le privé est là pour faire du profil, le public pour rendre un service.

 

Mais en organisant au mieux le service public, il est possible de le rendre plus efficace pour moins cher.

Ça oblige aussi de se poser la question totalement différemment.

 

La question ne doit pas être vue en termes de coût, de personnel mais de façon de faire.

 

La vraie question est comment organiser mon service pour qu’il réponde au mieux au besoin de la population.

C’est comme ça qu’il faut aborder les choses.

 

Peut-être qu’au final, il se peut qu’un service public coûte plus cher.

Mais s’il y a la qualité…

 

Et puis même, peut-être que faire un vrai service public de l’enseignement couterait plus cher.

Mais mieux former nos jeune, c’est réduire le coût d’autres services publics (Police, Justice, Pôle Emploi…).

 

La question est clé et le Pôle Emploi est l’exemple de ce qu’il ne faut pas faire.

L’informatique, avec sa tendance aux retards dans les projets, est aussi un mauvais exemple.

 

On peut trouver des bons et des mauvais exemples aussi bien dans le privé que dans le public.

27 février 2016 - Posted by | Malakoff, Politique, politique locale | , , , , , , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :