Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

Coup de gueule : La droite assume publiquement un ralentissement dans la lutte contre les déficits !

J’en ai des crises cardiaques quand le PCF l’aborde chez moi (voir ici et ici), je ne pouvais pas ne pas réagir quand la droite s’y met aussi (voir ici. ici et ici).

 

C’est d’autant plus énervant que je considère les dés pipés pour les prochaines présidentielles, que le centre, suite à du je-m’en-foutisme, est  inaudible, et dépend de la charité des autres, et qu’en plus, les probabilités de voir Marine le Pen au second tour, probablement face au candidat de la droite, sont très grandes !

 

Visiblement, la droite n’a toujours rien compris.

A chaque fois, nos politiques expliquent, par lâcheté et/ou démagogie qu’il faut faire une pause dans la lutte contre les déficits pour relancer la croissance.

Le problème, c’est que l’on n’a jamais la croissance, par contre, le problème de déficit, lui, il s’empire.

 

Au fond, l’échec de la droite, sous Chirac et Sarkozy, c’est de n’a pas avoir pris au sérieux la lutte contre les déficits.

Chirac, par une diminution des impôts a aggravé le problème.

Et Sarkozy, lui, a fait plus de déficit en 5 ans que Mitterrand en 14 ans !

C’est Thierry Breton, ancien ministre de Dominique de Villepin qui le dit !

 

Que Sarkozy, que je méprise, et dont je ne veux pas le retour, l’assume, ça ne me surprend pas.

Mais que des candidats sérieux, comme François Fillon l’assume, je trouve ça très dommageable.

Celui-ci explique que la France est en faillite.

Rappelons que le français moyen voit l’huissier à sa porte si celui-ci gère sa fortune comme la France !

Les français doivent entendre que la lutte contre les déficits est un impératif !

Leur dire l’inverse, ce n’est pas rendre service aux français.

 

Par ailleurs, la droite, et notamment François Fillon, pense que la compétitivité justifie la pause dans la lutte contre les déficits.

 

Pour ma part, je pense que c’est l’inverse.

C’est la lutte contre les déficits qui justifie la compétitivité, y compris dans le service public !

 

En fait, la lutte contre les déficits est un objectif en soi.

 

Pourquoi ?

Déjà, il convient de signaler que les victimes du déficit public sont les pauvres et la classe moyenne.

Le riche, lui, il fuie vers des pays avec une fiscalité avantageuse, ou il se paye une armée de fiscalistes pour profiter des niches fiscales.

 

Le pauvre est victime du déficit public car le déficit public remet en cause le service public (auquel je suis attaché).

C’est le lien sociale qui est donc remis en cause, car c’est moins d’école (donc moins d’égalisé des chances), moins d’aides dans divers domaines (chômage, santé, sécurité …).

 

Quant aux classes moyennes, comme les impôts sont concentrés sur elles, ça paye donc des impôts à perte !

 

Par ailleurs, contrairement aux pauvres et aux classes moyennes, les riches peuvent mettre leurs enfants dans le privé…

 

De plus, comme le disait si bien François Bayrou, et comme je viens de le répéter indirectement, le déficit public, c’est une perte de pouvoir d’achat. Car qui dit déficit public dit dépense à perte pour le contribuable.

Et comme le disait fut une époque Jean Loup Metton, maire UDI de Montrouge, les déficits d’aujourd’hui sont les impôts de demain !

 

Il est illusoire de croire que creuser le déficit est une solution, car s’il creuse trop, l’augmentation des impôts risque d’être douloureuse (CF début de mandat de François Hollande)!

 

Par ailleurs, il convient de rappeler que le déficit est du suicide économique, comme l’explique Jean Peyrelevade dans son livre.

Le déficit sert en général à permettre aux ménages de consommer.

C’est en général par déduction d’impôts sur les plus riches (c’est pour la droite) ou en dépensant pour les plus pauvre (c’est la gauche) que l’on fabrique du déficit.

Notons que cette politique est particulièrement injuste, car elle ne profite pas à l’ensemble des ménages. Et en général, cette politique se fait au détriment des classes moyennes.

Mais nous sommes dans la mondialisation. En concurrence avec les autres pays.

Et notre appareil productif est dégradé.

Conclusion : les ménages achètent chez nos concurrents.

En gros, on finance du déficit public pour perdre.

 

Conclusion : il faut assumer devant les français la lutte contre les déficits publics !

 

C’est une question morale car le déficit public est payé par les générations futures, qui n’en profiteront pas.

Comme on dit, on n’hérite pas de la terre de nos ancêtres, on l’emprunte à nos enfants.

 

C’est une question économique. Notre déficit public nous empêche d’avoir une économie qui fonctionne.

 

C’est une question sociale. Le déficit public remet en cause notre service public, donc notre pacte social. En ce qui me concerne, je suis vraiment attaché au service public.

 

Et enfin, c’est aussi une question de démocratie. Tant que le déficit public empoisonnera nos finances, le gouvernement, démocratiquement élu, n’aura pas les moyens de sa politique.

 

Je n’apprécie vraiment pas que la droite assume une pause dans la lutte contre les déficits.

 

Je ne peux peut-être rien faire.

Les dés sont pipés, le Pen sera au second tour, et le Centre, par sa bêtise, sa lâcheté et ses querelles est hors-jeu.

 

Mais je serai m’en rappeler quand j’irai voter  à la primaire de la droite, et surtout je m’en rappellerai au premier tour de l’élection présidentielle, voir aux législatives…

16 septembre 2016 - Posted by | Elections présidentielles 2017, Politique, Politique nationale | , , , , , , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :