Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

Ma réflexion sur l’élection présidentielle 2017 à l’approche des primaires (3/4) : Je ne pense pas que François Bayrou fera un score

Le sujet fâche, mais je pense qu’il faut l’aborder si on aborde une réflexion globale sur l’élection présidentielle 2017.

 

En ce qui me concerne, je suis persuadé que François Bayrou ne fera pas un score lors de la prochaine présidentielle (s’il y va).

Pire, si Nicolas Sarkozy est désigné candidat à l’issue de la primaire de la droite, je pense même que la candidature de François Bayrou, dans un contexte économique difficile, dans un contexte social difficile, dans un contexte moral difficile, une élection dont les dés sont déjà pipés, et où le Pen sera au second tour, est une candidature qui risque d’être contre-productive.

 

Mais je dois clarifier ma position vis-à-vis du Modem, d’abord.

 

Je suis toujours adhérent au Mouvement démocrate.

Idéologiquement, le Modem est toujours le parti dont je suis le plus proche.

Je crois à la nécessité d’un centre qui casse le clivage gauche-droite.

Je crois à la nécessité d’un centre qui soit moteur pour construire l’axe central.

Je crois à la nécessité d’un centre qui clarifie le débat politique tant qu’il n’y a rien en commun entre Nicolas Sarkozy et Alain Juppé d’un côté, et entre Manuels Valls et Martine Aubry de l’autre.

 

Enfin, je crois à un centre qui pousse à une approche plus pragmatique de la politique et non idéologique. Je crois qu’il faut un centre qui lutte contre le clientélisme politique.

Je pense qu’il faut un centre qui parte d’un diagnostic et non pas de certitudes.

 

En théorie, ce centre, c’est le Mouvement Démocrate.

 

Or, les actes, au Modem, n’ont pas suivi.

 

Il faut aussi remonter un peu dans le passé.

Le Modem s’est construit contre Sarkozy. Je n’ai aucuns regrets. Sarkozy est un président qui a été vraiment médiocre et je suis fier d’avoir été dans l’opposition.

Si c’était à refaire, je le referais.

Rien que de penser que Nicolas Sarkozy puisse revenir, ça m’exaspère.

 

Néanmoins, la situation politique a changé.

Aujourd’hui, c’est François Hollande le président, et il est particulièrement médiocre.

A l’époque de Nicolas Sarkozy, c’était normal d’aller vers la gauche.

Aujourd’hui, j’estime qu’il est normal d’aller vers la droite.

Néanmoins, je rappelle que le président des républicains est un certain Nicolas Sarkozy… Un ennemi du centre !

 

A l’époque de Jean François Copé, on pouvait avoir un doute, l’élection a été séré et Jean François Copé a triché.

Mais Nicolas Sarkozy a été élu clairement à la tête des républicains.

 

Au final, ce n’est pas le fait qu’on aille vers la droite qui me gêne, c’est la façon dont on y va !

C’est-à-dire sans essayer de peser et sans essayer de faire émerger la droite modérée, au détriment de la droite dure, notamment Nicolas Sarkozy.

 

Par ailleurs, j’ai voté François Bayrou en 2007 et 2012. Là aussi, je n’ai aucuns regrets. Si c’était à refaire, je le referai.

D’autant que je considère qu’il a eu raison sur l’essentiel.

 

Il a eu raison sur la dette, fléau qui plombe notre économie, sur les questions économiques, sur l’école, sur les institutions, et sur la moralisation de la politique.

Beaucoup de candidat à la primaire (excepté Nicolas Sarkozy, mais là, son cas est désespéré) ont repris en grande partie ses analyses, analyses qui se sont souvent révélés exactes.

 

Par ailleurs, il a montré un point fondamental, si le centre veut faire un score, il doit s’ouvrir à l’électorat centre-gauche.

 

Au fond, François Bayrou a réussi son entré dans le débat public. Il a malheureusement raté sa sortie.

Il n’a pas su passé la main à une personne digne pour reprendre le flambeau.

 

Pour ma part, je pense qu’il y a trois raisons qui font qu’aujourd’hui, François Bayrou risque d’être handicapé pour faire un score.

 

La première est que ça sera sa quatrième élection présidentielle.

C’est vrai qu’en France, on est très (voir trop) ouvert.

On admet que l’on puisse se présenter 3 fois de suite à l’élection présidentielle.

François Mitterrand et Jacques Chirac ont été élus au bout de la troisième fois.

Néanmoins, 4 fois c’est beaucoup trop.

On l’admet pour les candidats protestataires (Arlette Laguiller, Jean Marie Le Pen) mais pas pour un candidat qui y va pour gagner, pas pour un candidat qui y va pour être président.

Il y a un moment où il faut renouveler.

 

La seconde raison est qu’il n’est pas en mesure de rassembler le centre droit.

L’UDI ne veut pas entendre parler d’une candidature François Bayrou.

A la décharge de François Bayrou, il n’est pas le seul responsable. Pour moi, les torts sont partagés.

Il est vrai (je l’ai vu en particulier localement) que l’UDI préfère perdre plutôt que de peser avec le Modem.

Mais c’est également vrai du côté Modem…

Au final, on est dans la Fable de la Fontaine le Chat, la Belette et le petit Lapin.

Conclusion : On s’est fait bouffé par les républicains et surtout Nicolas Sarkozy.

 

Enfin, pour faire un score, François Bayrou doit également réunir le centre-gauche. Pour ma part, contrairement à 2007, je l’en crois incapable.

 

Là, la responsabilité en incombe à François Bayrou seul. Par des décision contre nature, François Bayrou a zappé ce qui est sensé faire la force du Modem : Etre un centre à géométrie variable, capable de plaire au centre-gauche, et à la gauche modéré.

 

Or, je crains que cette fois-ci, le Modem passe à la caisse, et que l’addition soit très salée.

 

Effectivement, depuis 2012, le Modem a fait l’inverse de ce qu’il fallait faire.

Dans les exemples (malheureusement non exhaustif), on a soutenu Wauquiez dès le premier tour, on a soutenu Peltier dès le premier tour, on a lâché Blanche Muhlmann à Asnières (ce jour-là, d’ailleurs, j’ai vraiment eu honte d’être au Modem)…
Comment voulez-vous être crédible avec un tel palmarès vis-à-vis des électeurs de la gauche modérée?

 

Ce n’est pas pour rien qu’Emmanuel  Macron réussi aujourd’hui une OPA sur les électeurs de François Bayrou.

Selon les derniers sondages,  Le Pen est en tête avec 25,5%, suivi de Sarkozy (19%), Macron (18,5%), Mélenchon (11%), Hollande (9%) et enfin Bayrou (7%).

 

6ème position !!!!!

Or, sachant qu’une nouvelle présidence Sarkozy serait une catastrophe, il est impératif que :

  1. L’axe centrale élimine Sarkozy (et Le Pen évidement)
  2. Au pire, de faire un score.

Or, la somme des voix (Bayrou + Macron) fait 25,5%, soit presque autant que Le Pen, et permet d’éliminer Sarkozy.

 

Je sais que Bayrou veut être président. Mais il y a un moment où l’intérêt général doit primer.

Et l’intérêt général, c’est d’éviter Le Pen ou Mélenchon à l’Elysée.

C’est d’éviter un second mandat de Sarkozy ou Hollande.

C’est de donner également du poids à l’axe central, et au centre en particulier.

13 octobre 2016 - Posted by | Elections présidentielles 2017, Politique, Politique nationale, Présidentielles 2017 | , , , , , , , , , , ,

Un commentaire »

  1. Je me suis toujours considéré adhérent à F.bayrou plus qu’au MODEM. Hélas, je crois que FB n’a pas fait son travail en ne portant pas un projet sur le terrain auprès des Français. Son objectif est resté politicien et inutile: réunir les chapelles centristes qui ne veulent pas de lui.
    Résultat, je ne sais pas où est le projet pour une France solidaire, ouverte et généreuse. Il ne reste que l’inquiétude de voir arriver les chantres d’un pays replié.

    Commentaire par PEYRON | 21 novembre 2016 | Répondre


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :