Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

Présidentielle 2017 : Le Centre après les primaires de la droite (1/3) : Le second tour de la primaire de la droite était sur un choix clair et fondamental

Soyons clair, il faut réformer la France. Ça ne peut plus durer, et la France doit se réformer au risque de voir une mauvaise surprise se produire, voir une très mauvaise surprise…

 

Le second tour de la primaire portait sur un choix fondamental.

Et il serait fort regrettable que les deux choix ne soient pas présents au premier tour de l’élection présidentielle, d’autant que mon choix a été battu lors de la primaire de la droite.

 

Effectivement, comme je l’ai écrit précédemment (notamment ici), la France vit dans un leurre.

On surprotège le travail car on pense que pour lutter contre le chômage, il faut surprotéger le travail.

 

Or, c’est un leurre pour plusieurs raisons.

La première est que si une entreprise va mal, elle licenciera pour survivre.

Pire, si votre patron n’aime pas votre gueule, il licenciera.

Il fera même le fils de pute pour y arriver.

 

Mais comme licencier est difficile, un patron regarde à deux fois avant d’embaucher. D’autant, qu’à cause des charges patronales, embaucher coûte cher.

Ça pause du coup plein de problèmes, et on arrive à pleins de travers, comme entre autres :

  • Les périodes d’essais qui sont allongés.
  • Les périodes d’essais qui sont automatiquement renouvelées.
  • Ou le système des SII où une entreprise accepte de payer 4 fois le salaire pour avoir une forme de flexibilité.

Pire, ce système est criminel, car il pénalise les gens en grandes difficultés qui sont éloignés de l’emploi.

 

Il faut donc libéraliser le système et le flexibilisé. C’est un fait.

 

Mais en dehors de la nécessité de flexibiliser le système et de le libéraliser, il faut se poser deux questions fondamentales : Les objectifs et la méthode.

 

En caricaturant, on a deux visions :

  • Celle du Royaume Uni, mise en place par Margaret Thatcher, portée par François Fillon.
  • Celle de l’Allemagne, mise en place d’abord par Gerhard Schröder puis Angela Merkel, portée par Alain Juppé.

Il se trouve que je suis partisan de la méthode allemande et très critique de la méthode anglaise.

Certes, il y a une question de résultats, mais pas que.

 

Il y a une question d’abord d’objectif.

Chez Thatcher, le libéralisme est une fin en soi. Elle est une disciple de Friedrich Hayek qui est le père idéologique de Milton Friedman.

Les deux ont été les instigateurs de la révolution monétariste qui est en fait une dérèglementation qui a conduit… à la crise de 2008 et la crise actuelle.

 

Au contraire, je pense que même s’il faut que le système soit souple, il faut qu’il permette aux gens de s’en sortir. Il faut qu’il donne aux gens les moyens de s’en sortir.

En résumé, si tu as un accident, on ne te laisse pas tomber.

 

Certes, il ne faut pas que le système assiste, mais il doit accompagner.

 

Soit la maxime suivante : « Donne un poisson à un homme, tu le nourris pour un jour, apprend lui à pêcher, tu le nourris pour toujours ».

 

Dans un système étatique, il est vrai que l’on donne tous les jours du poisson, et on crée donc une dépendance.

Mais dans un système appliquant le thatchérisme, si tu ne sais pas pêcher, on te laisse crever de faim.

 

Au contraire, dans mon, système idéal, si tu ne sais pas pêcher, on te donne du poisson, mais on t’apprend également à pêcher car à terme, l’objectif, c’est que l’on arrive à se passer du système. On t’émancipe et on te donne les moyens d’y arriver.

 

Il y a donc une différence philosophique fondamentale.

 

Mais ça ne s’arrête pas là.

 

Il y a aussi la manière de réformer qui est en cause.

François Fillon espère être élu avec une large majorité, la moitié des députés étant issus des républicains.

Il espère donc de fait, diriger seul.

 

Pour moi, je pense, comme ça se fait en Allemagne, que la réforme doit être accepté pour qu’elle se fasse.

Je pense qu’il faut faire preuve de pédagogie, et que pour la faire accepter par le plus grand nombre, il faut que le diagnostic soit partagé, et que tout le monde s’y retrouve.

 

Je pense qu’il faut une phase de débat où tout le monde apporte sa pierre à l’édifice.

Il est plus facile de faire accepter une réforme si on y a participé et que l’on y a apporté une partie.

De fait, je pense qu’il faut une large coalition pour faire passer une réforme.

 

Une partie de l’échec de Jacques Chirac de 2002 à 2007, de Nicolas Sarkozy de 2007 à 2012 et de François Hollande de 2012 à 2017 s’explique par le fait qu’ils ont dirigé seul avec une vision réduite, et un groupe ultra majoritaire à l’assemblée national peu représentatif de la diversité des français.

Publicités

4 décembre 2016 - Posted by | Elections présidentielles 2017, Politique, Politique nationale | , ,

2 commentaires »

  1. @Phil,
    En toute franchise, je ne vois pas ce qui vous fait dire qu’ AJ dans son programme était plus proche de l’ un ou de l’ autre.
    Les deux programmes étaient similaires dans leur finalité.
    Primaires de droite, dommage que nos chefs nous aient embarqué dans cette galère , j’ imagine qu’ils doivent avoir leur raison, mais énorme lassitude de ma part à la vue des débacles passées à essayer de les comprendre ou alors les aurais-je trop bien compris?
    Enfin bon bref, les militants sont dotés de neurones, alors essayer d’ expliquer l’ inacceptable pour eux et pour moi aussi…
    Ai rendu les armes.
    Vous savez où me trouver désormais.
    Bien à vous

    Commentaire par Martine | 4 décembre 2016 | Réponse

    • Et puis,
      FBayrou, cite souvent M.Schroder en exemple,qui a cassé le système par répartition, tout en pronant chez nous une « autre voix-e.
      Un vrai bal de faux-culs!
      FB, peut bien s’agiter etc.
      Sans moi désormais, et pour les idées et le reste,la coupe est pleine.

      Commentaire par Martine | 4 décembre 2016 | Réponse


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :