Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

Présidentielle 2017. Mais qu’est-ce qu’attend Bayrou pour se présenter ? (Blog du centrisme)

Très bon article sur le blog du centrisme, que je recopie encore honteusement.

 

Au fond, le problème s’est joué sur la durée.

C’est sur la durée que se joue une campagne, et non sur les trois derniers mois comme le proclament certains.

Les centristes n’ont pas fait le job, et ils sont dans le mur aujourd’hui.

Le problème, c’est que les militants, sympathisants et électeurs centristes aussi !

 

François Bayrou ne fera connaître sa décision d’être candidat à la présidentielle qu’en janvier ou février prochain.

Pour l’instant, il regarde, réfléchit et se tâte, affirme-t-il alors qu’il cherche une solution pour se présenter et ne pas faire un flop.

Mais pourquoi a-t-il décidé d’attendre encore sachant que plus il se présentera tard, moins il aura de chance de bien figurer.

Le président du Mouvement démocrate, ce n’est un secret pour personne, veut absolument d’une quatrième candidature à la reine des élections françaises.

Avant, contraint et forcé par ses propres déclarations, il devait renvoyer l’ascenseur à Alain Juppé qui lui avait permis de devenir maire de Pau et avait ainsi sauvé sa carrière politique.

Néanmoins, Bayrou estimait qu’il prenait un risque calculé, déclarant à qui voulait l’entendre, que le maire de Bordeaux allait se faire battre lors de la primaire LR.

Il avait raison même si le temps viendra d’une analyse plus à froid pour savoir si ses interventions intempestives et agressives vis-à-vis de Nicolas Sarkozy n’ont pas été un des éléments clés de la défaite de Juppé et si cette stratégie n’était pas pensée comme un moyen de faire perdre ce dernier pour pouvoir se présenter.

Toujours est-il que le seul élément qui pouvait empêcher François Bayrou d’y aller, a disparu au soir du 27 novembre lorsque François Fillon fut désigné candidat LR à la présidentielle.

Tout le monde s’attendait, dans la foulée, à une déclaration de candidature du chef du MoDem.

Mais elle n’est pas venue.

La raison est que la situation présente ne lui est guère favorable par quelque bout qu’on la prenne.

A l’absence de Nicolas Sarkozy et à la présence d’Emmanuel Macron qui rend sa candidature beaucoup moins évidente, il y a en plus désormais l’absence de François Hollande.

Or, si le cheval de bataille principal de Bayrou était d’être l’anti-Sarkozy le plus virulent, le second était qu’il ne devait surtout pas y avoir un remake de 2012, c’est-à-dire un affrontement Sarkozy-Hollande.

Tout cela pour le bien de la démocratie, de la république et de la France.

L’élimination du premier et le renoncement du second ont été de très mauvaises nouvelles pour lui.

Et s’est surajoutée la candidature d’Emmanuel Macron qui ne s’est pas écrasée, comme il croyait.

Plus gênant, celui-ci occupe la position où lui-même s’était installé en 2007, centrale et ni-ni.

Aujourd’hui, François Bayrou est prix en sandwich entre François Fillon et Emmanuel Macron, en attendant une candidature de Manuel Valls qui réduirait encore son espace électoral.

D’autant que pour contrer le libéral Macron, il est maintenant positionné quasiment sur la ligne politique du premier ministre….

Et il a beau dire que le programme de Fillon est «violent et destructeur» et que Macron c’est «le renouveau sans aucune idée», la dynamique est chez eux pas chez lui.

Il essaie même de faire croire que les programmes des deux hommes sont identiques et ont une même «vision thatchérienne» mélangeant de manière malhonnête ultralibéralisme et libéralisme en matière économique, sans oublier que Fillon se revendique du conservatisme en matière de mœurs, là où Macron clame son progressisme.

Mais tout est bon pour les disqualifier et dégager ainsi son pré-carré politique pour la présidentielle.

Reste que, quelle soit la décision de François Bayrou, elle comporte pour lui un maximum de risques.

S’il décide de ne pas y aller, il devra rejoindre soit François Fillon, soit Emmanuel Macron pour se préserver un futur.

Si l’on peut penser qu’il n’ira pas dans le camp d’En marche, il fera donc un pas dans la direction du candidat LR.

Pour autant, il n’y aura guère de place pour lui et de capacités de négociation car Fillon a décollé et a gagné les primaires de son parti parce qu’il n’était pas Nicolas Sarkozy mais aussi parce qu’il n’était pas cet Alain Juppé, otage de François Bayrou et qu’une partie de sa victoire a été bâtie sur le rejet que ce dernier inspirait aux sympathisants LR.

Comment dès lors expliquer à ces deniers que l’on va s’allier avec l’homme détesté?!

Si c’est le cas, il sera amusant de voir comment les contorsions politiciennes se feront d’un côte comme de l’autre…

Sans oublier que François Bayrou ne représenter que lui, n’ayant aucun député et une poignée de sénateurs à mettre dans la balance.

Mais, en plus, ce ralliement aura comme conséquence d’offrir sur un plateau son électorat à Emmanuel Macron.

C’est-à-dire que Bayrou ira négocier une base électorale qui ne sera plus la sienne…

Tout cela pourrait le pousser vers la sortie de la scène politique.

En choisissant cette première option, Bayrou oblitère son avenir politique qui devient tout sauf radieux.

S’il décide d’y aller, il risque de réaliser un score ridicule, coincé entre Fillon et Macron qui obtienne déjà de très bons scores dans les sondages.

Cet échec l’empêchera, après l’élection, d’être le premier opposant à un président Fillon, si ce dernier gagne comme cela est aujourd’hui le plus probable, laissant ce rôle à Emmanuel Macron.

En choisissant cette deuxième option, Bayrou risque la même chose qu’avec la première.

En conclusion, le président du Mouvement démocrate n’a pas, ici et maintenant, de bonne solution.

Peut-être la trouvera-t-il dans les deux mois qu’il s’est laissé pour prendre sa décision finale.

Avec cette angoisse de rejoindre dans la charrette Nicolas Sarkozy et François Hollande.

 

 

Alexandre Vatimbella

Publicités

5 décembre 2016 - Posted by | Election présidentielle 2017, Elections présidentielles 2017, Politique, Politique nationale, Présidentielles 2017 | , , , , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :