Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

Nouveau centre : changement de nom, chantage à l’UDI et cirage des bottes de Fillon (Blog du Centrisme)

Bon, je sais que tout le monde s’en fout, mais le Nouveau Centre change de nom.

Je me permets de relayer honteusement un article du blog du centrisme.

 

Effectivement, pendant que les petits chefs centristes s’entredéchirent, le Centre perd…

Nos petits chefs centristes, appliquant Le Chat, La Belette, et le Petit Lapin désespèrent les sympathisants centristes et leurs font honte.

 

Le problème, c’est que là, on parle de Hervé Morin, mais on peut trouver des exemples chez d’autres petits chefs centristes…

Heureusement que le Centre ne se présente pas, car ça ne risque pas d’être beau à voir…

 

 

La motion adoptée par le congrès extraordinaire du Nouveau centre qui s’est tenu aujourd’hui à Paris est un chef d’œuvre d’opportunisme, de règlement de compte et de volonté d’exister par tous les moyens.

Petit tour d’horizon d’un texte pitoyable qui devrait être étudié dans toutes les écoles de sciences politiques pour montrer comment la politique peut n’être que politicienne.

– Changement de nom: Le Nouveau centre s’appelle désormais… Les Centristes!

Au cas où cela ne vous rappellerait rien, l’UMP est devenue récemment Les Républicains.

Tout comme le parti de droite tente de faire une OPA sur un terme qui appartient à la démocratie républicaine française, la formation dirigée par Hervé Morin tente de faire croire qu’elle est la seule et légitime à parler au nom des centristes.

Bien entendu, cela ne trompera que ceux qui le veulent, ce qui ne devrait pas faire grand monde.

Mais la deuxième raison de ce changement de nom est de s’accoler au plus près possible à LR sans pour autant les rejoindre.

Une manière d’être les nouveaux centristes idiots utiles de la Droite sans pour autant rejoindre une formation unique «de la Droite et du Centre», question, sans doute, de peser un peu plus que tous les centristes qui ont adhéré à l’UMP en 2002 et qui n’ont jamais réussi à exister politiquement.

– Soutien sans faille et sans discussion possible de François Fillon: le parti d’Hervé Morin et de ses acolytes a décidé de soutenir le candidat LR à la présidentielle à 100%.

Quand on lit la motion, on se demande si elle n’a pas été écrite par le service de communication de Fillon, tellement l’allégeance est indécente, surtout va à l’encontre d’une soi-disant indépendance revendiquée.

Au-delà des inexactitudes et des mensonges qui tentent de faire accroire que le Nouveau centre a toujours défendu Fillon (Morin était un soutien de Bruno Le Maire lors du premier tour de la primaire LR, tandis que d’autres s’étaient portés sur Sarkozy ou Juppé et qu’au second tour tous n’étaient pas derrière le député de Paris) et que le programme de ce dernier est en réalité un programme centriste, Les Centristes s’autoproclament la garde rapprochée de l’ancien premier ministre de Nicolas Sarkozy et défie tous ceux qui ne seraient pas dans la bonne ligne.

Pour le prouver, Hervé Morin, dans une interview au Parisien, fait cette fausse confidence à propos de François Fillon, «je l’ai rencontré seul à seul», comme si cela lui donnait le rôle et le titre de meilleur centriste filloniste…

François Fillon et ses amis apprécieront, eux qui ont dénoncé sans relâche avec les sarkozyste, la proximité d’Alain Juppé avec les centristes, ce qui a été un des éléments de la défaite du maire de Bordeaux à la primaire.

– Menaces tous azimuts contre l’UDI: Hervé Morin avait prévu de quitter l’UDI, une confédération centriste dans laquelle il n’avait pas voulu entrer.

Mais son charisme doit être assez limité au Nouveau centre puisqu’il a du faire piteusement machine arrière sous la pression de ses amis.

Cela ne l’empêche pas, dans l’interview au Parisien précitée de réitérer ses menaces.

Dans le style comico-pathético-consternant, il affirme que celles-ci étaient «un coup de semonce», «un dernier avertissement» et que «si rien ne change nous partirons».

On n’avait donc mal compris ses propos antérieurs!

Donc pas de sortie de l’UDI mais une charge contre Jean-Christophe Lagarde accusé de… diriger le parti (!) mais aussi de l’emmener nulle part et de trahir sa vocation et les raisons de sa création.

Et si les gardiens du temple, également autoproclamés, de la pureté de l’UDI, estiment qu’il y a non-respect de leur ultimatum contenu dans cette motion, ils s’en iront…

Pour donner plus de poids à leur petite rébellion que certains qualifieront de minable, ils invoquent Valéry Giscard d’Estaing qui a soutenu François Fillon.

Outre que l’ancien président de la république n’a jamais été un centriste (mais le plus centriste de tous les présidents de la V° république, ce qui n’est pas la même chose), celui-ci a rompu depuis très longtemps ses liens avec le Centre mais aussi avec l’UDF avant qu’elle ne disparaisse, préférant prendre sa carte à l’UMP.

Ce congrès montre en tout cas à quel point les partis centristes sont tombés dans les profondeurs politiciennes et qu’ils s’y enfoncent de jour en jour un peu plus devant l’indifférence des Français et la honte des sympathisants du Centre dont certains choisissent désormais Emmanuel Macron.

Le prochain épisode devrait ne pas décevoir ceux qui n’attendent plus rien de bon de leur part.

Publicités

11 décembre 2016 - Posted by | Politique, Politique nationale | , , , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :