Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

Le premier tour de l’élection présidentielle 2017 (3/8) : Baisser les charges, une étape importante…

Si les buts de François Fillon et d’Emmanuel Macron sont différents, il y a un point sur lequel ils se retrouvent, c’est la baisse des charges.

Certes, techniquement, ça reste différents, puisque François Fillon la finance par une hausse de la TVA, et Emmanuel Macron par une hausse de la CSG.

 

Mais sur le fond, vu que ce n’est pas la première fois que je m’exprime sur le sujet, je partage le diagnostic.

 

Je ne suis pas forcement contre un principe de charges. Je tiens au service public et il faut bien le financer.

 

Néanmoins, on arrive à un point où les charges, par ce que l’on doit payer, sont plus un frein au développement de notre économie qu’autre chose.

 

J’avais même montré, dans le cas de Malakoff, que les charges patronales étaient un frein à l’embauche dans la fonction publique territoriale.

 

Il convient de rappeler qu’il y a les charges patronales et les charges salariales.

 

D’abord, pourquoi il faut baisser les charges patronales ?

Pour plusieurs raisons.

D’abord, c’est un montant élevé. Pour mémoire, si un salarié gagne 2000€ net, il coûte 4000€ à son employeur, soit 2000€ de charges patronales.

Pour la World Compagny, ce n’est rien. Mais pour une TPE/PME, là où en réalité on commence à travailler, là où l’on a le plus de chance de trouver un emploi lorsque l’on en est éloigné, c’est beaucoup.

Par ailleurs, il convient de rappeler que les charges patronales sont un impôt physiocrate.

On paye indépendamment de la santé financière de l’entreprise.

 

Pire, si on augmente le salaire, on paye plus…

Les charges patronales jouent contre l’emploi et empêche aussi les entreprises de faire de la marge, marge qui sert à réinvestir, donc à consolider la position de l’entreprise et à long terme… créer de l’emploi.

Baisser les charges patronales, c’est permettre d’embaucher à court terme, mais c’est aussi permettre aux entreprises de consolider leurs marges et de réinvestir, ce qui est aussi un plus pour l’emploi à long terme.

 

Puis il y a les charges salariales.

Là, l’impôt est honnête. C’est un pourcentage fixe sur le revenu du salarié.

22% du salaire brut en moyenne.

Néanmoins, je suis pour une baisse des charges salariales.

C’est le seul moyen aujourd’hui de redonner du pouvoir d’achat.

 

Effectivement, aujourd’hui, pour plusieurs raisons, souvent très bonnes (malheureusement), les salaires sont gelés.

Or, les prix augmentent.

C’est l’inflation…
Mathématiquement, le pouvoir d’achat diminue donc.

 

Prenons un salaire net de 2100€ par mois.

Le salaire brut est donc de 2692€ brut.

Si on passe les charges salariales à 17% (-5%), on arrive à un salaire net de 2234,36€, soit un gain de 134,36€.

 

Baisser les charges salariales, c’est redonner du pouvoir d’achat et faire un geste vis-à-vis des gens qui travaillent et apportent une pierre à l’édifice, par leur travail.

C’est récompenser les gens qui jouent le jeu.

 

Après, diminuer les charges (patronales et salariales), c’est pour moi une solution à court terme.

A long terme, il faudrait revoir les bases de l’imposition.

Sur ce point, le mandat de François hollande a été une catastrophe.

Publicités

18 janvier 2017 - Posted by | Election présidentielle 2017, Elections présidentielles 2017, Politique, Politique nationale | , , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :