Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

Le premier tour de l’élection présidentielle 2017 (6/8) : 7 raisons pour lesquelles je ne voterai pas François Fillon

Après avoir parlé du PS, c’est au tour des républicains.

Pour ma part, il y a, aujourd’hui, 7 raisons qui font que je ne voterai pas pour François Fillon au premier tour de la présidentielle 2017.

 

Au soir de la primaire de la droite, il y en avait trois.

Durant la campagne, diverses raisons se sont ajoutés.

 

Aujourd’hui, les différences entre François Fillon et moi-même sont trop nombreuses. Elles doivent s’exprimer.

Ça tombe bien, le premier tour de l’élection présidentielle, ça sert à ça !

 

Je me permets de rappeler les raisons précédentes.

La première, fondamentale, c’est que je ne suis pas d’accord avec la philosophie du programme de François Fillon, inspiré de Margaret Thatcher.

Je reconnais qu’il faut flexibiliser le système, le libéralisé un peu.

Je l’avais écrit précédemment.

Néanmoins, François Fillon est dans une logique de « La loi du plus fort ».

En ce qui me concerne, je pense qu’il faut accompagner les gens derrières.

En fait, je pense qu’une libéralisation du système doit se faire avec une réflexion globale sur l’accompagnement des gens.

Comment donne-t-on aux gens les moyens de s’en sortir ?

C’est une vraie question et elle doit être posée.

 

La seconde raison est que je trouve que François Fillon est sur les questions de société franchement rétrograde et réactionnaire.

C’est d’ailleurs la grande contradiction de François Fillon.

Sur les question sociétales, François Fillon, c’est l’inverse du libéralisme.

Comment peut-on être aussi libéral et sans règles au niveau économique et si conservateur au niveau sociétal ?

Les gens font ce qu’ils veulent, du moment que ça ne gêne personne, que ce n’est pas contre l’intérêt général et que ça ne met pas en danger le vivre ensemble.

Par ailleurs, l’épisode du mariage pour tous devrait servir de leçon de ce qu’il ne faut pas faire pour François Fillon.

Ce n’est pas que je sois contre le mariage pour tous. C’est juste que le tempo n’était pas le bon.

Les problèmes économiques sont sérieux. C’est là-dessus qu’il faut se concentrer. En non pas mettre le feu aux poudres. Je l’avais d’ailleurs écrit.

Je ne veux pas voir François Fillon remettre le feu aux poudres en revenant sur le mariage pour tous.

 

Enfin, la dernière raison, c’est que je pense que pour réussir les réformes, comme c’est le cas en Allemagne, il faut de larges coalitions pour construire les réformes dans l’intérêt de tous et arrêter toutes ces politiques clientélistes.

Il faut dire que sur ce point, la stupidité des centristes n’aide pas.

Néanmoins, l’Etat UMP a échoué sous Jacques Chirac (2002-2007) et Nicolas Sarkozy (2007-2012).

L’Etat PS a échoué de 2012 à 2017.

Pourquoi l’Etat Républicain, noyauté par François Fillon, réussirait ?

En fait, les coalitions, comme celle du RPR/UDF sous Alain Juppé entre 1995 et 1998, et la coalition PS/PCF sous Lionel Jospin de 1998 à 2002, ont mieux réussi et même si ce n’était pas parfait et qu’il y avait des choses à dire, ont moins fait de conneries.

Le problème, c’est que François Fillon veut repartir dans un Etat Républicain et diriger seul.

Pour moi, ce n’est pas comme ça que l’on va réformer la France.

 

Reste que depuis, il y a les quatre raisons suivantes :

 

La première est que François Fillon est revenu, sous la pression, sur son programme (voir sur le site du Canard Enchainé ce qui a disparu).

Or, ça pose de nombreuses questions.

Pensait-il ce qu’il écrivait et l’a-t-il supprimé pour le cacher aux français ?

Ou a-t-il menti pour gagner la primaire face à une droite dure ?

Mais ça pose une autre question fondamentale.

Que fera-t-il lorsque Philippe Martinez descendra dans la rue ?

Car il ne faut pas se mentir, quand François Fillon réformera, indépendamment de la qualité de la réforme, qu’elle soit bonne ou mauvaise, Philippe Martinez descendra dans la rue.

Et il ira jusqu’au bout !

 

Deuxième raison, je n’aime pas voir François Fillon regorger d’astuce pour faire perdre l’axe central et l’empêcher de s’exprimer lors du premier tour de l’élection présidentielle (comme ici).

 

Troisième raison, depuis aujourd’hui, François Fillon veut supprimer 500 000 postes de fonctionnaires.

Or, il est mal placé pour faire la leçon, car selon le Canard Enchaîné d’aujourd’hui, sa femme aurait gagné 600 000 euros sur le dos du contribuable !

Je n’aime d’ailleurs pas la réponse de François Fillon.

Pour moi, ça fait partie du débat, surtout lorsque l’on claironne que l’on va supprimer 500 000 postes de fonctionnaires et que finalement, on vit sur l’argent des contribuables.

Par ailleurs, dans ce genre de cas, l’élu doit être exemplaire.

Et puis, ça pose encore de nombreuses questions.

 

Plus sincèrement, il est vrai qu’il faut réduire le nombre de fonctionnaire.

Mais il faut penser global.

Une infirmière est-elle inutile ? Un professeur est-il inutile ? Un policier est-il inutile ?

La coupe à la hache, comme elle a été faite par Nicolas Sarkozy, ne marche pas.

En fait, la réduction du nombre de fonctionnaire doit se faire avec une réflexion globale sur le rôle du service public, son fonctionnement et ses méthodes de management.

Sur ce point, je partage l’avis de Pierre Gattaz.

Dans certains domaines (sécurité, éducation…), il faut plus de fonctionnaires.

En fait, il faut sans doute plus de fonctionnaires sur le terrain.

Par contre, je pense que l’on peut vraiment réduire les fonctionnaires dans l’administratif.

En fait, l’informatisation des systèmes peut permettre de réduire drastiquement les fonctionnaires dans l’administratif.

Je l’avais écrit pour Malakoff.

 

Enfin, je trouve François Fillon trop russophone et trop pro-Poutine.

On ne choisit pas ses voisins, mais on choisit les relations que l’on a avec ses voisins.

 

Il est vrai que Bachar El Assad, c’est moins pire que l’Etat Islamique.

Mais ça reste un dictateur sanguinaire quand même.

 

Je comprends qu’il faille être intelligent et dialoguer.

Mais dialoguer ne veut pas dire être ami !

Le cas de Vladimir Poutine est flagrant.

Je suis pour être en bonne intelligence avec Vladimir Poutine, je suis pour un dialogue avec Vladimir Poutine, mais je ne veux pas être son ami !

Pour moi, ça reste un dictateur et un tyran !

Pire, je n’apprécie pas qu’il finance les partis de droite en Europe (notamment les partis d’extrême droite) et je n’apprécie pas qu’il pirate les USA pour faire gagner Donald Trump.

Je trouve François Fillon trop ambigu vis-à-vis de Poutine, voir trop proche.

 

Pour toutes ces raisons, je ne voterai pas François Fillon au premier tour de la présidentielle 2017.

 

Publicités

25 janvier 2017 - Posted by | Election présidentielle 2017, Politique, Politique nationale, Présidentielles 2017 | , , , , , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :