Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

Parlons de la Taxe d’Habitation (2/5) : La Taxe d’Habitation est contre le droit au logement

Il y a une idée qui fait son chemin : c’est le droit au logement.

C’est d’ailleurs indirectement dans la déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen (Article 25) :

  1. Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l’alimentation, l’habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires ; elle a droit à la sécurité en cas de chômage, de maladie, d’invalidité, de veuvage, de vieillesse ou dans les autres cas de perte de ses moyens de subsistance par suite de circonstances indépendantes de sa volonté.
  2. La maternité et l’enfance ont droit à une aide et à une assistance spéciale. Tous les enfants, qu’ils soient nés dans le mariage ou hors mariage, jouissent de la même protection sociale.

 

Après, c’est certes un principe général, très difficile à mettre en œuvre.

C’est comme le droit au travail.

Le travail est un droit, mais permettre à chacun d’avoir un travail, c’est une autre histoire…

 

Le droit au logement, c’est un peu pareil.

C’est un principe, difficile à faire appliquer dans les faits.

Mais, comme le droit au travail, on doit tout faire pour essayer qu’il devienne réalité.

 

 

Or, la TH (Taxe d’Habitation) joue contre ce principe.

Certes, il est vrai que c’est surtout le prix de l’immobilier dans le parc privé qui pose problème.

 

Mais philosophiquement, la TH est contre ce principe de Droit au logement.

 

Pour rappel, on paye une TH si on loge dans un appartement ou une maison.

En fait, on paye une TH simplement parce que l’on habite.

De fait, si je ne veux pas payer une TH, il suffit de ne pas habiter, et sans doute d’aller dormir dans sa poubelle ou son carton en bas dans la rue, et en pleine hiver.

 

En fait, comme c’est souvent le cas avec un impôt physiocrate, on est puni par la TH car on ne fait simplement que d’habiter, alors que c’est pourtant un droit.

 

J’aurais aussi pu débattre sur le fait que si j’étais propriétaire, j’aurais été puni par une autre taxe, la taxe foncière (un autre impôt physiocrate), mais là, c’est une autre histoire.

Publicités

28 février 2017 Posted by | Finances locales, Politique, politique locale, Politique nationale, Présidentielles 2017 | , , , , , | Laisser un commentaire

Parlons de la Taxe d’Habitation (1/5) : La Taxe d’Habitation est un impôt injuste

Puisque Emmanuel Macron parle de la Taxe d’Habitation (TH), de manière assez maladroite d’ailleurs, je me dis que c’est le moment d’aborder ce sujet qui fâche.

 

Et de commencer par la base : la TH est un impôt injuste !

 

C’est un impôt injuste car il est physiocrate.

Et comme il est physiocrate, il est donc injuste. CQFD.

 

Plus sérieusement, pour rappel, en 1789 (ça commence vraiment à dater), les physiocrates ont inspiré la politique fiscale de la France.

Selon-eux, il est impensable de payer des impôts sur ce que l’on gagne.

On paye des impôts sur son outil de travail.

 

Si par exemple on a un champ, on va payer des impôts dessus car grâce au champ que l’on laboure, on va s’enrichir.

Or, il se peut que l’on ait, certaines années, de la grêle, donc des récoltes moins bonnes, voir pas de récoltes pour s’enrichir.

Mais on a les impôts quand même, si on suit la logique physiocrate.

C’est d’ailleurs le premier problème des impôts physiocrates : ils sont dé-corrélé des revenus.

Exemple concret sur un autre impôt physiocrate : l’ISF.

On peut être SMICARD et se retrouver à payer l’ISF, car on habite l’Ile de Ré.

Ça c’est de l’impôt sur les grandes fortunes…

 

Mais cet impôt est également injuste car il crée une inégalité territoriale.

Pour mémoire, on paye Base * Taux.

Les Taux sont votés au conseil municipal, mais les Bases sont décidées en toute opacité par les services fiscaux.

 

Ce qui veut dire que des villes qui ont des Bases élevées auront plus de moyens que les villes qui auront des bases plus faibles.

De fait, les Taux seront faibles dans les villes avec des Bases élevées, et les Taux seront élevés dans les villes avec des Bases Fortes.

Et en général, les pauvres s’installent  dans les villes avec des Bases Faibles, ce qui génère des inégalités territoriales.

 

En gros, le Maire de Neuilly sera toujours plus compétent que celui de Malakoff, pas parce que les électeurs l’ont décidé, mais parce qu’un obscur fonctionnaire des services fiscaux l’a décidé.

 

Par ailleurs, j’en profite pour dénoncer une hypocrisie.   Pour éviter d’augmenter les Taux, les maires laissent les députés augmenter les bases. Comme ça, les maires cranent sur le fait qu’ils n’ont pas augmenté les impôts. Sauf que mathématiquement, l’augmentation des bases augmentent les impôts.

D’ailleurs, certains députés sont aussi maires. Une question qu’il serait intéressant à regarder…

 

Sur le même sujet : L’Hérétique.

27 février 2017 Posted by | Politique, politique locale | , , , , | Laisser un commentaire

Le Pénélope Gate sur quelques aspects (2/4) : Changer le candidat de la Droite, une question délicate…

Certes, cette fois-ci, François Fillon sera candidat, et il sera candidat jusqu’au bout.

 

Mais un moment, lorsque j’ai pensé cette série d’article, la question s’est posé.

C’est juste que je suis peu réactif et que je suis un peu lent.

 

Donc, un moment, la question de changer le candidat de la Droite, le plan B, s’est posée.

 

Or, je pense que changer le candidat de la Droite aurait été une question difficile.

 

Effectivement, il y a un point important : le candidat de la Droite a été légitimé par la primaire de la Droite.

 

François Fillon n’a pas été seulement autorisé à personnifier et représenter la Droite, il a aussi porté une ligne politique et c’est sa ligne politique qui a été choisie.

 

Et vu les scores, elle a été choisie clairement.

 

Remplacer François Fillon par Alain Juppé n’aurait pas été normal (même si je pense qu’Alain Juppé aurait été meilleur président, plus rassembleur et plus ouvert).

Alain Juppé a été sèchement battu à la primaire.

 

Dans le meilleur des mondes, la meilleure solution aurait été de refaire une primaire. Sauf que ce n’est pas possible, dans la pratique, dans le temps imparti.

 

Une autre solution aurait pu être de remplacer François Fillon par un membre de son équipe de campagne (comme Gérard Larcher), mais ça n’aurait pas régler les problèmes de fond de la droite, problèmes sur lequel je reviendrais.

 

Finalement, la solution la plus pragmatique, celle qui a été choisi, c’est de continuer avec François Fillon, prier pour un miracle, et régler les comptes après la présidentielle si (ce qui semble être le cas selon l’état « sondagier » du moment) la Droite perd la présidentielle, voir n’est pas qualifié pour le second tour.

 

En espérant que ce règlement de compte permettra de faire un Etat des lieux de la Droite et un bilan, et en particulier, un bilan du sarkozysme et un bilan des cinq années dans l’opposition.

27 février 2017 Posted by | Politique, Politique nationale, Présidentielles 2017 | , , , , , , , | Laisser un commentaire

Équipement dans le Sud de Malakoff : Et si on reconstruisait la MJQ ?

J’étais ce matin à la réunion sur la réhabilitation du quartier Barbusse/Le clos.

Il s’agissait d’un atelier. Et j’en profite pour me féliciter sur le fait que les deux points importants que j’ai évoqués ait été repris lors de la restitution.

 

Point que je vais donc, du coup, reprendre ici.

 

Effectivement, l’une des idées fortes est de faire un équipement culturel pour attirer de la vie.

Je me suis exprimé, à deux reprises, contre cette idée (ici et ici).

 

J’ai donc donné ce matin deux arguments (répétés lors de la restitution).

 

Le premier, est que, de mon point de vue, c’est les gens qui travaillent qui font vivre le commerce de proximité.

De fait, il faut amener dans le coin des gens qui travaillent pour qu’ils fassent vivre le commerce de proximité et apportent de la vie la journée

De fait, il faut une zone économique dans le coin.

Le Fort de Vanves pourrait être cette zone, mais ce n’est pas le cas.

 

De fait, je pense qu’il faut clairement prendre en considération cette question, et ne surtout pas la sous évaluer.

 

Enfin, si l’équipement culturel est public, il coûtera de l’argent public, il induira des dépenses de fonctionnement.

 

Je n’ai rien de contre sur le principe. Mais aujourd’hui, la situation de Malakoff, même s’il est vrai que l’on peut vraiment trouver pire, n’est pas non plus facile.

 

Malakoff a le devoir de réduire ses dépenses de fonctionnement. Certes, en réalité, le débat est vaste et plus compliqué. Mais un nouvel équipement, c’est des dépenses de fonctionnement en plus, et donc, encore des impôts en plus.

Et potentiellement des augmentations d’impôts…

Je rappelle que dernièrement, la municipalité a augmenté la taxe foncière sur le bâti…

 

Certes, avoir des gouvernements notoirement incompétents (espérons que ça changera en 2017) n’aide pas.

 

Mais il convient aussi de rappeler que dès qu’on aura un gouvernement enfin sérieux, celui-ci réduira les dépenses de fonctionnement, et notamment les dotations.

Il en va de la survie de la France, de son indépendance et du maintien du service public.

 

Par ailleurs, la nécessité de réduire les dépenses de fonctionnement est aussi lié à une évolution sociétale.

Les ressources diminuent, et on doit faire face à l’enjeu du développement durable.

Faire aussi bien (voir mieux) avec moins est l’un des enjeux de ce siècle.

 

Donc, j’aimerais éviter d’augmenter les dépenses de fonctionnement inutilement.

 

Enfin, bon, puisque l’on semble y tenir, je propose une idée alternative.

Effectivement, j’ai entendu de tous (comme une salle de projection alors que l’on a le cinéma Marcel Pagnol…)

 

A côté, on a un équipement culturel. C’est la MJQ.

Or, personne ne semble le savoir…

De plus, certaines personnes semblent effrayées à l’idée juste d’y rentrer.

Et tout le monde croit que c’est fermé, car les volets sont cassés.

 

Et si l’équipement culturelle était une nouvelle MJQ ?

On pourrait construire un meilleur bâtiment, et regrouper au passage quelques activités (comme le Bridge et les échecs qui sont dans le Sud de la Ville).

On pourrait, par exemple, s’inspirer de la Ludothèque de Boulogne.

En fait, on reconstruit la MJQ en super MJQ/Ludothèque, et on récupère l’actuelle MJQ pour faire autre-chose…

25 février 2017 Posted by | Malakoff, Politique, politique locale | , , , , , | Laisser un commentaire

Présidentielle 2012 : Sur le fond, François Bayrou a raison

François Bayrou va donc soutenir Emmanuel Macron.

Etant un ancien du Modem, je me permets de m’exprimer sur le sujet.

 

D’autant que la droite va railler Bayrou et expliquer qu’il est de Gauche, éludant la responsabilité de Nicolas Sarkozy dans la défaite de la Droite en 2012, et éludant sa responsabilité dans le fait qu’elle n’a pas fait un bilan sérieux du mandat de Nicolas Sarkozy.

 

Pour ma part, je considère que François Bayrou a raison sur le fond.

Certes, la décision a peut-être été prise avec un principe de réalité.

Certes, les désaccords que j’ai avec François Bayrou sur la façon dont le Modem a été géré depuis 2012 restent.

 

Mais l’important, c’est que François Bayrou ait pris la bonne décision.

 

De plus, les demandes de François Bayrou sont loin d’être déconnant et sont réalistes.

Je me permets néanmoins une critique : je regrette que François Bayrou n’ait pas demandé une réforme du mode de scrutin aux législatives.

 

C’est un bon choix, et je vais me permettre d’expliquer pourquoi.

 

Aujourd’hui, selon toutes probabilité, Marine Le Pen sera au second tour.

La question est donc de savoir qui sera contre le Pen.

 

Il faut aujourd’hui réformer la France.

Or, pour y arriver, il faut avoir une vision pragmatique et arrêter avec les visions idéologiques.

 

Le problème, c’est que les deux grands partis de gouvernement, les Républicains et le PS, vont vers leurs noyaux durs.

 

De fait, on a François Fillon qui est un danger sociétal et social, et Benoît Hamon qui est un danger économique.

 

C’est pour ça qu’aujourd’hui, l’axe central doit faire un score, à minima pour des questions symbolique, ou mieux, pour être face à le Pen pour pouvoir être élu et mettre enfin en place une politique de bon sens.

 

Aujourd’hui, Seul Emmanuel Macron, dans l’axe central, est en mesure de faire un score.

 

Dans le contexte politique actuel, qui est difficile, François Bayrou a fait le choix de la responsabilité.

 

Pour ça, il doit être félicité.

22 février 2017 Posted by | Election présidentielle 2017, Elections présidentielles 2017, Politique, Politique nationale | , , , , , | Laisser un commentaire

Aris de Hesselin. Fillon et Le Pen principaux bénéficiaires d’une candidature Bayrou! (Blog du centrisme)

Très bonne analyse de Aris de Hesselin sur le blog du centrisme.

Je me permets donc de la recopier honteusement.

 

François Bayrou va donc indiquer mercredi s’il est oui ou non candidat.

Ce suspens insupportable uniquement pour lui-même trouvera, si l’on en croit ses fidèles supporters, sa résolution dans une quatrième candidature sous la bannière de la «patrie est en danger», une variante de l’union nationale de sa précédente campagne et qui lui permettra de se présenter en endossant le costume du de Gaulle du XXI° siècle qu’il coud patiemment depuis plusieurs années.

Au-delà de ce qu’il va dire et faire au cours de cette campagne, il faut dire que sa candidature est du pain béni pour François Fillon, Marine Le Pen et aussi Jean-Luc Mélenchon, tous ceux contre qui il prétend lutter (même si on a un petit doute sur Mélenchon depuis qu’il en dit du bien…).

Car sa présence à la présidentielle n’enlèvera pratiquement aucune voix à Fillon, aucune à Mélenchon et, si on pouvait aller jusque là, encore moins qu’aucune à Le Pen…

Au contraire, cela va renforcer le camp de Fillon avec des sympathisants de droite qui détestent – et le mot est sans doute faible – Bayrou et qui vont encore plus se rassembler derrière le candidat LR.

De même, le camp Le Pen se félicitera d’une candidature qui empêchera peut-être Emmanuel Macron d’être au second tour alors que le leader d’En marche! est actuellement celui qui représente le meilleur rempart à l’arrivée au pouvoir de l’extrême-droite.

Car là où Bayrou peut puiser ses voix c’est évidemment d’abord chez Macron ainsi que chez ceux qui ne se sont pas encore déterminés et peut-être un peu chez Hamon.

Dès lors, sa candidature aboutira exactement à l’inverse de ce qu’il prétend en renforçant les chances de ses ennemis, de ceux qu’il affirme être des dangers pour la France.

Et tout cela par simple ambition personnelle.

Bien sûr, mercredi, il pourrait dire qu’il ne se présentera pas et qu’il va discuter avec Macron pour savoir si une alliance entre les deux hommes est possible.

Je n’y crois pas un instant comme j’ai toujours cru qu’il se présenterait.

Peut-être même que mes sombres prédictions ne se vérifieront pas et qu’il suscitera un enthousiasme tel qu’il sera le prochain hôte de l’Elysée.

En tant que réaliste, ce n’est pas vraiment ce que je pense qui va se passer mais rien n’est écrit d’avance comme le dirait Donald Trump.

Reste qu’aucun sondage ne montre une envie de Bayrou de la part des Français même s’il demeure haut dans les baromètres d’opinion.

Dès lors, Bayrou pourrait bien être celui qui fera battre son camp, celui du Centre et de l’axe central, celui d’une démocratie équilibrée, refusant le clientélisme, le populisme et la démagogie.

A moins, bien entendu, que son camp ne se résume qu’à sa propre personne…

21 février 2017 Posted by | Election présidentielle 2017, Elections présidentielles 2017, Politique nationale | , , , , , , , | Laisser un commentaire

EPFIDF prend pied dans le Sud de Malakoff

epf_idf_1

 

epf_idf_2

 

epf_idf_3

 

EPFIDF (Etablissement foncier d’Ile de France), anciennement pour nous EPF 92, est un des grands feuilletons de la vie politique de Malakoff.

 

Le dernier épisode en date, s’est déroulé lors du conseil municipal du 30/11/2016.

Certes, sur ce coup j’ai manqué de réactivité, mais je demande l’indulgence du lecteur. Je n’ai pas accès à l’information immédiatement, et je tiens ce blog bénévolement.

 

Conclusion, j’interdis le lecteur de me faire la morale, même si au fond je le mérite un peu…

Mais bon, je le savais, car j’ai assisté au conseil municipal, et j’avais passé un coup de fil anonyme à mes parents, car là, ils sont directement concernés.

 

Pour mémoire, ce feuilleton a commencé le 17/04/2013.

 

La municipalité a délégué à l’EPF 92 (Etablissement foncier des Hauts de Seines, qui depuis a été fusionné au sein de l’EPFIDF) le droit de préempté et d’exproprier.

 

La municipalité fait ça pour une raison principale : elle n’a plus de fric.

Effectivement, le foncier coûte très cher sur Malakoff, et pour maîtriser le foncier, il faut des moyens.

L’EPFIDF sert donc de tiroir-caisse à la ville de Malakoff. C’est au travers des moyens de l’EPFIDF que la ville de Malakoff garde la maitrise du foncier.

 

Mais cette façon de faire pose de véritables problèmes, comme l’avait signalé l’élu divers Centre Jean Emmanuel Paillon à l’époque.

 

Les problèmes sont de l’ordre de la démocratie et de la transparence.

C’est toujours par hasard que l’on découvre que l’on est dans le périmètre de l’EPFIDF.

 

Mes parents savent qu’ils habitent dans une zone susceptible d’intéresser l’EPFIDF, car je leur ai signalé que l’EPFIDF prenais pied dans le Sud de la ville. Ils ont pu se renseigner (à l’époque, j’ignorais les zones concernées) et ils ont donc découvert qu’ils étaient concernés.

 

Mais je suis prêt à prendre le pari que les gens qui sont concernés par cette modification ne le savent pas encore…

Enfin, s’ils lisent mon blog, c’est fait.

 

Selon la délibération (voir capture d’écran), on enlève des zones rue Raymond Fassin, Rue Jean Jaurès et à l’angle de la rue Avaulée/rue Hoche.

 

Par contre, on ajoute des parcelles Boulevard des Frères Vigouroux et Boulevard du Colonel Fabien.

La raison évoquée (tout à fait justifiable au demeurant) est l’arrivée de la Gare de Clamart pour la station du Grand Paris Express.

 

Enfin, histoire de donner un coup de pied dans l’âne (j’adore donner un coup de pied dans l’âne), je tiens à féliciter la cohérence de certains membres de l’opposition qui lorsqu’ils étaient concernés étaient contre l’EPF92 et qui aujourd’hui sont pour.

Vive la cohérence. La délibération étant passé à l’unanimité.

21 février 2017 Posted by | Conseil Municipal, Malakoff, Politique, politique locale | , , , , , | Laisser un commentaire

Réhabilitation du quartier Barbusse : Le projet ne me semble pas aller dans le bon sens

barbusse_le_clos_1

Je n’ai pas eu le temps de suivre le dossier de réhabilitation du Rond-Point Henri Barbusse.

Pour cause de CNAM, je n’avais pas pu aller à la réunion de présentation du projet.

J’avais parlé de la réunion en me basant sur le compte rendu fait par l’ancien élu centriste Jean Emmanuel Paillon sur la Vigie.

 

Mais comme j’ai été dans les premier à faire prendre conscience de la cassure Nord Sud, ce qui n’a pas toujours été facile d’ailleurs, je me permets donc de donner mon avis sur la question au regard des nouveaux éléments apporté dans le Malakoff Info (voir capture d’écran).

 

Pour rappel, il y a une véritable cassure entre le Nord de Malakoff et le Sud.

Cette cassure est symbolisée par la ligne 13, qui sur Malakoff est aérienne.

 

Les dernières années, c’est surtout le Nord de la ville, avec en particulier le Centre-Ville, qui a été développé.

Les grands projets structurant (Place du 11 Novembre, ZAC Danton, ZAC Dolet-Brossolette…) sont dans le Nord de la Ville.

 

Ça pose de véritables problèmes.

Car le Sud de la ville est moins vivant, et il devient une sorte de désert.

En particulier, les commerces de proximités ferment, notamment sur le Boulevard du Colonel Fabien.

Autre point particulier : Le marché Stalingrad, qui a vraiment du mal à tourner à plein régime.

 

Le Malakoff Info présente les éventuelles constructions (je pense que l’on est encore dans le cadre du projet) qui pourraient être construites.

 

Or, pour ma part, je pense que le projet ne répond pas aux enjeux.

 

Pour ma part, je pense qu’il faut un cœur économique dans le quartier.

 

Effectivement, je considère que c’est les personnes qui travaillent sur Malakoff (et non ceux qui y habitent) qui font vivre, la journée la ville.

Effectivement, ce sont les personnes qui travaillent sur Malakoff qui dépensent dans le commerce de proximité, notamment de bouche, et qui de fait, permettent de faire vivre le commerce de proximité.

Si le commerce de proximité marche relativement bien dans le Centre-ville, c’est parce qu’il y a des bureaux et la faculté Descartes. Il y a même une école d’audiovisuelle.

 

Tout ça attire des salariés et des étudiants, et il faut bien qu’ils mangent…

 

C’est d’ailleurs, finalement, toute la contradiction que l’on a avec un commerce de proximité.

On investit dans le commerce de proximité, à juste titre, car celui-ci permet de créer du lien social entre les habitants de Malakoff.
Mais c’est les gens qui travaillent qui le font vivre.

 

Si on revient sur les plans proposés dans le Malakoff Info, il n’y a aucune construction économique envisagé.  Il n’y a que des constructions de logements.

 

Ce qui fait que je pense que le projet est en dessous des enjeux.

Le plan dans le Malakoff Info confirme les réserves que j’exprimais précédemment.

 

Ce qui manque dans le Sud de Malakoff, c’est un véritable cœur économique !

Le Fort de Vanves pourrait l’être, mais il fonctionne à sous régime.

 

Ce n’est pas pour rien que je suis pour le raser.

20 février 2017 Posted by | Malakoff, PLU, Politique, politique locale | , , , , , | Laisser un commentaire

Demande du DOB 2017

J’ai écrit ce matin au Maire de Malakoff pour demander le DOB (Débat d’orientation budgétaire) 2017.

 

Bonjour Madame le Maire,

Le DOB a été débattu lors du conseil munisipal du 24/01/2017.

dernièrement, j’ai remarqué un grand progrès, celui de pouvoir trouver tous les documents budgétaires 2016 (DOB, CA et compte administratif 2015).

A mon grand étonnement, et à mon grand regret, je n’ai pas encore trouvé le DOB.2017.

Je me permets donc de le demander.

Veuillez agréer mes salutations distinguées.

Cordialement.

20 février 2017 Posted by | Finances locales, Malakoff, Politique, politique locale | , , , | Laisser un commentaire

Le Pénélope Gate sur quelques aspects (1/4) : C’est d’abord une question morale et politique

Ça fait un moment que je veux m’exprimer sur le Pénélope Gate, mais j’avais une forme de flemme et peu de temps.

 

Mais bon, comme ça dure…

 

J’aimerais aborder certains aspects du Pénélope Gate.

 

Le premier, c’est que c’est d’abord une question morale et politique.

 

Effectivement, la France est un pays en faillite.

Là, je suis d’accord avec François Fillon.

 

Il va falloir faire des efforts.

Là, je suis aussi d’accord avec François Fillon.

 

Mais sur le reste, je suis en profond désaccords avec François Fillon.

 

Ça ne me gêne pas de faire des efforts. Mais je ne fais pas des efforts pour enrichir François Fillon.

Si je fais des efforts, c’est pour que la France s’en sorte. D’autant que contrairement à François Fillon, je travaille dans le privé, et mes principales sources de revenus viennent du privé.

 

La France est en faillite, mais ça n’a pas empêché, visiblement, François Fillon d’en profiter.

 

Par ailleurs, j’attends que les efforts soient justes, et que tout le monde les fasse, à hauteur de leurs moyens.

Il n’est pas normal que ce soit toujours les mêmes, principalement la classe moyenne, dont d’ailleurs je fais partie.

 

Et on ne peut plus faire des efforts pour enrichir l’unique catégorie qui a voté l’un des clans, PS ou Républicains.

Ça a un nom : c’est du clientélisme.

Encore une fois, si je fais des efforts, c’est pour que la France s’en sorte, pas pour enrichir les uns et les autres. Pas pour financer une politique clientéliste.

 

Pour parler de ma modeste personne, je gagne un peu au-dessus du salaire médian, mais une fois les dépenses courantes, le loyer (1/3 de mes revenus) et les impôts déduits, il me reste peu à mettre de côté pour épargner.

 

De plus, et ça a été évoqué très tôt par le Canard enchaîné, il a créé une société de conseil, juste avant les législatives 2012. Société de conseil qui a comme client, entre-autre, AXA.

Ça tombe bien François Fillon a tenté de supprimer la Sécurité sociale.

Franchement, je crois que ça s’appelle un conflit d’intérêt…

 

De plus, il a créé sa société avant les législatives, où il est parti de sa circonscription de la Sarthe (où il allait perdre) pour se présenter à Paris, dans la circonscription la plus à droite.

 

De plus, il faut certes libéraliser le système, pour le dérouiller, mais cette flexibilité augmente la précarité.

 

De là, il y a deux options :

  • Celle de François Fillon qui estime que c’est chacun pour soi.
  • Mon approche qui considère qu’il faut aussi réfléchir à la manière d’accompagner les gens pour leur donner les moyens de s’en sortir.

Bref, c’est vrai qu’il faut faire des efforts, mais pour les demander, il faut aujourd’hui être exemplaire.

 

Enfin, je suis plus sur une réflexion sur le fonctionnement du service public que sur une suppression pure et simple.

 

Les français ont trop fait d’efforts pour financer des politiques clientélistes.

Ça suffit.

 

Et on ne peut pas se permettre de refaire des efforts pour refinancer des politiques clientélistes.

 

Pour demander des efforts, il faut être en mesure de pouvoir les demander.

 

Ce n’est plus le cas de François Fillon.

 

Celui-ci peut certes encore gagner la présidentielle (face à Marine Le Pen, par exemple), mais il n’est plus en mesure de gouverner et de faire des réformes.

15 février 2017 Posted by | Election présidentielle 2017, Elections présidentielles 2017, Politique, Politique nationale | , , | Laisser un commentaire