Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

Il serait souhaitable que Richard Ferrand démissionne

Suite aux nouvelles révélations du Canard Enchaîné d’aujourd’hui, je vais me permettre de donner mon avis sur la question.

 

Je pense qu’il serait souhaitable, pour l’intérêt général, pour le débat démocratique et pour faire avancer la France, que Richard Ferrand démissionne.

 

Passons les mises en examen/affaires du moment.

 

Je ne me prononcerai pas, pour le moment, sur Marielle de Sarnez.

Il y a une plainte pour dénonciation calomnieuse de Marielle de Sarnez, et une autre de Jérôme Lavrilleux.

 

Je vais par contre le faire pour François Bayrou, mis en examen pour une affaire de diffamation.

Je rappelle qu’il m’est arrivé de dire des fois du bien, et des fois du mal de François Bayrou.

Sur ce coup-là, je le défends et j’estime que là, il n’y a pas lieu de démissionner.

En fait, on a juste la droite qui fait sa rageuse.

Effectivement, François Bayrou a expliqué qu’une association vivait en « s’enrichir indûment en instrumentalisant des expériences humanistes et musicales à son profit ».

Peut-être qu’il sera condamné, mais il n’y a pas, contrairement à Richard Ferrand et François Fillon une faute morale grave.

 

Par ailleurs, cette affaire est à mettre en parallèle avec une aventure arrivé à l’ancienne Garde des Sceaux de Lionel Jospin : Elisabeth Guigou.

Effectivement, Lionel Jospin avait décidé d’être intransigeant sur les affaires (ce qui avait conduit DSK à démissionner d’ailleurs).

Or, Elisabeth Guigou avait été mise en examen pour diffamation par Xavière Tiberi.

Sauf que le couple Tiberi, c’est des clients du Canard Enchaîné !

Xavière avait fait un rapport Bidon bourrés de fautes d’Orthographe, et le couple a été condamné définitivement pour l’affaire des faux électeurs.

Heureusement qu’Elisabeth Guigou n’a pas démissionné !

En fait, je pense que Xavière Tiberi a fait mettre en examen Elisabeth Guigou pour la piéger et paraître comme la victime/chevalière blanche, mais sur le long terme, elle a été condamnée.

 

Reste François Fillon et Richard Ferrand.

Là, il s’agit d’argent public ou à minima, de l’argent des assurés dans le cas Richard Ferrand.

 

Or, un député est charger de gérer l’argent public dans l’intérêt de tous !

 

Par ailleurs, la situation de la France est difficile.

Il va falloir faire des efforts.

Sauf que dernièrement, les français ont fait des efforts, et que la situation ne s’est pas améliorée.

Le problème, c’est que les français (notamment sous Nicolas Sarkozy) ont fait des efforts pour financer des politiques clientélistes et enrichir une oligarchie.

 

Il est clair qu’il faut faire des efforts pour que la France s’en sorte.

 

Mais pour demander des efforts, il faut être en mesure de les demander.

 

Comment peut-on voter une réforme des retraites, demander des efforts et avoir des privilèges en tant que parlementaire ?

Vivement la loi de moralisation, d’ailleurs.

 

C’est d’ailleurs ce qui a coulé François Fillon. Il avait un programme draconien, et on s’aperçoit qu’il a payé sa femme à ne rien foutre, sur l’argent des contribuables !

Et il a créé une société de conseil juste avant d’être élu dans une circonscription imperdable pour la droite, ce qui fait conflit d’intérêt.

 

Il ne faudrait pas que Richard Ferrand devienne le François Fillon d’Emmanuel Macron.

Les réformes à faire sont sérieuse, et en plus, il pourrait freiner la recomposition politique dont la France a besoin.

 

Emmanuel Macron ne peut pas laisser le Canard Enchaîné, qui ne fait que son boulot, pourrir son mandat chaque semaine avec une nouvelle révélation.

Il faut avancer et faire les réformes. Et pour faire les réformes, il faut aujourd’hui être irréprochable.

C’est pour ça qu’il serait souhaitable que Richard Ferrand démissionne.

Enfin, je terminerai par un point.

François Hollande a été globalement un mauvais président, mais les ministres mis en cause par les affaires (Cahuzac, Thévenoud…), il les a démissionnés.

Publicités

31 mai 2017 Posted by | Politique, Politique nationale | , , , , | Laisser un commentaire

11ème Circonscription des Hauts de Seine : Pourquoi Les républicains, l’UDI et le PS ont intérêt à faire élire le PCF (1/2) : Raisons nationales

Mon pronostique pour les législatives dans la 11ème circonscription des Hauts de Seine est la victoire du PCF à la suite d’une triangulaire EM (En Marche), PCF et UDI.

 

Un excellent article sur la stratégie électorale de l’UDI et du MoDem sur le blog du Centrisme m’a donné envie de compléter l’analyse.

 

D’autant qu’après avoir téléphoné à des « Amis/collègues politiques », mon opinion s’en est trouvé conforté.

 

C’est aussi en particulier dû à l’erreur de casting de EM (le candidat n’habite pas la circonscription) et aux erreurs de campagnes et aux méconnaissances de la circonscription qui me sont remonté à mes oreilles.

 

Ça ne remet pas en cause mon choix de voter EM au premier tour.

 

Néanmoins, j’aimerais faire partager ma réflexion, car il y a des aspects locaux et nationaux qui méritent d’être développés.

 

Pour mémoire, lors des calculs précédents, en me basant sur les résultats des présidentiels sur l’ensemble de la circonscription, j’ai démontré que le candidat UDI pouvait se maintenir pour imposer une triangulaire.

La question est importante car :

  1. S’il ne se maintient pas, le candidat EM gagne.
  2. S’il il se maintient, le candidat PCF gagne.

En ce qui me concerne, je suis persuadé que le candidat UDI va se maintenir.

Je vais donc en donner les raisons nationales.

 

Je vais d’abord rappeler qu’en France, le problème est que nos institutions forcent à un bipartisme stupide et stérile.

De fait, on a construit la vie politique autour du PS et des républicains.

 

Le problème, c’est que ces deux partis sont tenus par les noyaux durs.

Ces noyaux durs ont une vision catastrophique de la politique.

Effectivement, ils ne connaissent rien des problèmes auxquels sont confrontés les français, ni aux problèmes économiques que traverse la France.

Mais ce qui est fort, c’est qu’ils ont déjà les solutions !

Pire, ils ne vont jamais chercher à comprendre les problèmes (des français ou économiques) mais ils vont quand même expliquer aux français en quoi leurs solutions (idéologique) sont les solutions aux problèmes (des français ou économiques).

 

Au contraire, aujourd’hui, il faut avoir une approche cartésienne des problèmes, basé sur l’excellent livre de Descartes, Discours de la Méthode.

 

Il faut partir d’un diagnostic, et à partir de ce diagnostic, construire un plan d’action et un programme de gouvernance.

Ça implique de remettre en cause ses convictions, comme le dit si bien Descartes.

 

Or, le noyau dur est incapable de remettre en cause ses convictions.

 

Il convient de rappeler que Martine Aubry, Benoît Hamon, Nicolas Sarkozy, Laurent Wauquiez… ont un point commun : ils appartiennent au noyau dur de leur parti.

 

Pour aller vers une gestion plus ou moins théorisé par Descartes, la solution est la construction de l’Axe central, réunissant les modérés de la Gauche, de la Droite et du Centre.

Or, la construction de cet axe central passe par l’implosion des républicains et du PS entre les modérés et le noyau dur.

L’implosion des républicains et du PS entre les modérés et le noyau dur est ce que l’on va appeler la « recomposition politique », recomposition politique dont la France a besoin.

 

Il convient de rappeler que le premier qui a tenté (sans succès) de mettre en place cette recomposition politique est François Bayrou lors des présidentielles 2007 et 2012.

 

Il convient de rappeler un épisode. En 2012, après avoir expliqué qu’il voterait François Hollande, François Bayrou a perdu son siège de député à la suite d’une triangulaire entre le PS et les républicains.

En fait, c’est surtout le PS qui a fait la peau de François Bayrou. C’était symbolique. Effectivement, il était important que François Bayrou perde, car il représentait cette recomposition politique, et en particulier, il représentait la fin de l’union de la Gauche au détriment d’une alliance PS/Centre.

 

D’ailleurs, le député PS qui a gagné la circonscription de François Bayrou a été … chez les frondeurs.

 

Aujourd’hui, c’est Emmanuel Macron et EM qui représente cette recomposition politique.

Or, le noyau dur n’a absolument pas intérêt à ce que cette recomposition politique se fasse.

 

Déjà parce que le système actuel permet aux noyaux durs d’imposer des politiques clientélistes, stupides, idéologues et minoritaires à la majorité des français, et contre la majorité des français.

 

Mais si cette recomposition politique se fait, elle montrera que les noyaux durs tels qu’ils sont : des gens conservateurs, sectaires qui cherchent une forme d’hégémonie.

 

Du coup, le noyau dur du PS (le PS à Malakoff, Montrouge et Bagneux est proche de Martine Aubry) et les républicains ont intérêt à faire perdre le candidat EM, même si ça implique de faire gagner le PCF dans la 11ème circonscription des Hauts de Seine.

 

Et l’UDI dans tout ça ?

 

C’est malheureusement un peu pareil.

L’UDI est un parti de Centre Droit qui s’est construit sur le principe que l’alliance du Centre est avec la Droite.

Pire, l’UDI a des élus (à divers échelons) grâce aux républicains.

Et pour sauver ses sièges, l’UDI compte… sur les républicains.

 

L’UDI n’a donc pas intérêt à une recomposition politique. L’UDI a trop à perdre.

L’UDI a donc intérêt à conserver le système politique actuel, même si ça implique de faire élire un député communiste dans la 11ème circonscription des Hauts de Seine.

29 mai 2017 Posted by | Législatives 2017, Malakoff, Politique, politique locale, Politique nationale | , , , , , | Laisser un commentaire

L’élection législative 2017 (5/5) : Je voterai Laurianne Rossi au premier tour

Je voterai donc pour le candidat en Marche lors du premier tour des législatives 2017, à savoir Laurianne Rossi.

 

Je ne suis pas ignorant des faiblesses de cette candidatures (comme le fait qu’elle n’habite pas la circonscription).

D’autant que le scrutin étant faussé, l’élection législative est d’abord locale, et ma circonscription est particulière.

 

Mais bon, je ne connais pas vraiment le candidat, et cette fois-ci, j’ai l’intention de voter sur des bases nationales, et de confirmer mon choix présidentiel.

 

Effectivement, Emmanuel Macron est en train de recomposer la vie politique en faisant imploser le PS et les républicains.

Ça fait au moins 10 ans que j’attends ça.

Notre classe politique est inadapté au monde économique et incapable de réformer la France.

Les deux grands partis de gouvernement, le PS et les républicains, tenus par leurs noyaux durs, sont incapables de voter des réformes utiles, de bons sens et dans l’intérêt général.

 

Il devient urgent de recomposer la vie politique pour faire émerger l’axe central et enfin avoir une majorité qui elle fera les réformes.

Je tiens d’ailleurs à rappeler que c’est ce qui s’est passé en Allemagne.

 

Je ne suis pas optimiste sur le député qui sortira de notre circonscription.

 

Néanmoins, Emmanuel Macron doit avoir une majorité.

Déjà pour continuer à recomposer notre vie politique. Mais aussi pour appliquer les réformes de bons sens qu’il a défendu durant la campagne.

 

De fait, à minima, il faut essayer de lui envoyer un député En Marche, ou au pire, que le score de premier tour en faveur d’Emmanuel Macron soit le plus haut possible.

 

C’est pour ça que sans hésiter, je vote pour le candidat En Marche, à savoir Laurianne Rossi.

28 mai 2017 Posted by | Conseil Municipal, Législatives 2017, Malakoff, Politique, politique locale, Politique nationale | , , , , | Laisser un commentaire

Budget 2017 de Malakoff (6/13) : Répartition des dépenses de fonctionnement

Comment sont réparties les dépenses de fonctionnement ?

Après tout, c’est un indicateur de la politique municipale choisie.

Pour le cru 2017, on a :

Valeur %
Opération non ventilable 9 631 781,00 16,04
Services généraux, Administration publique 19 860 917,00 33,08
Sécurité et salubrité publique 398 500,00 0,66
Enseignement et formation 6 320 104,00 10,53
Culture 858 716,00 1,43
Sport et jeunesse 6 064 056,00 10,10
Investissement social et santé 6 186 355,00 10,30
Famille 6 643 154,00 11,06
Logement 152 500,00 0,25
Aménagement et services urbains, urbanisme 3 813 955,00 6,35
Action économique 115 600,00 0,19
Total 60 045 638,00 100,00

 

Les ordres de grandeurs sont globalement comme le budget précédent.

 

On retrouve une forte proportion dans l’administratif.

 

La sécurité et la salubrité publique n’est pas dans les préoccupations de la municipalité.

La municipalité estime que la sécurité est du ressort de la police nationale, sur ce point, ça se traduit dans le budget.

Notons que le ramassage des poubelles dépend de Vallée Sud Grand Paris (Notre intercommunalité).

Mais le nettoyage des trottoirs, c’est la municipalité, dont ce n’est pas sa priorité…

 

On retrouve la vocation sociale de la municipalité avec l’Enseignement et la formation, le Sport et la jeunesse, le social et la santé et la famille à 10-12% chacun.

 

La culture est à 1,43%, mais c’est aussi du ressort de Vallée Sud Grand Paris.

 

L’action économique est à 0,19, mais c’est aussi du ressort de Vallée Sud Grand Paris.

Quoique pour le commerce de proximité, c’est du ressort de la ville.

 

De toute façon, la municipalité est communiste, le développement économique, ça lui passe par-dessus…

26 mai 2017 Posted by | Conseil Municipal, Finances locales, Politique, politique locale | , , , , , , | Laisser un commentaire

L’élection législative 2017 (4/5) : Législatives dans la 11ème circonscription des Hauts de Seine, pronostics : Triangulaire et victoire du PCF

A partir des résultats aux présidentielles, il est possible de se projeter sur les législatives et de faire un pronostic, qui même s’il ne se réalise pas, sera à défaut argumenté.

 

Selon les résultats compilés sur Malakoff, Bagneux et Montrouge, on a :

Malakoff %(Inscrit) Bagneux %(Inscrit) Montrouge %(Inscrit) Total %(Inscrit)
Inscrit 18 434 100,00 21 878 100,00 28 903 100,00 69 215 100,00
Jean-Luc MÉLENCHON (PCF) 4 916 26,67 5 832 26,66 4 673 16,17 15 421 22,28
Emmanuel MACRON (EM) 4 348 23,59 4 207 19,23 8 706 30,12 17 261 24,94
François FILLON (rep/UDI) 1 716 9,31 1 843 8,42 5 216 18,05 8 775 12,68
Benoît HAMON (PS) 1 650 8,95 1 358 6,21 2 574 8,91 5 582 8,06
Marine LE PEN (FN) 1 425 7,73 1 685 7,70 1 674 5,79 4 784 6,91
Nicolas DUPONT-AIGNAN 393 2,13 474 2,17 637 2,20 1 504 2,17
François ASSELINEAU 167 0,91 225 1,03 231 0,80 623 0,90
Philippe POUTOU 152 0,82 211 0,96 177 0,61 540 0,78
Jean LASSALLE 111 0,60 97 0,44 156 0,54 364 0,53
Nathalie ARTHAUD 68 0,37 124 0,57 80 0,28 272 0,39
Jacques CHEMINADE 34 0,18 20 0,09 34 0,12 88 0,13

 

Pour rappel, on peut se maintenir si on a 12% des inscrit.

Par ailleurs, je rappelle qu’à Malakoff, le PS est noyauté par le noyau dur. La section PS de Malakoff avait soutenu et voté Benoît Hamon lors de la primaire de la PS.

Catherine Picard, leader du PS sur Malakoff est proche de Martine Aubry, et il en est de même à Montrouge.

De plus, le PS de Malakoff et le PS de Bagneux participent aux exécutifs locaux avec les communistes.

Ce qui fait qu’à partir de là, on a deux scénarios possibles.

 

Scénario 1 (Pour moi, le plus probable) : Le candidat de Droite (UDI) se maintient

Voix % (Votant)
PCF 21 903 39,93
EM 17 261 31,47
UDI 15 686 28,60
Total 54 850 100,00

 

Le candidat de Droite se maintien. Il a de bonnes raisons de le faire. Il habite Malakoff, est UDI, avec le maire de Montrouge qui est UDI.

Dans ce cas, il a un report de voix qui peux être intéressant.

Mais le PCF a un nombre de reports de voix encore plus intéressant, en comptabilisant le PS (proche de Martine Aubry et Benoît Hamon) et de diverses listes d’extrême gauche (LO, NPA…).

 

Le candidat de EM n’a, lui, plus de rapports de voix.

La circonscription revient donc au PCF.

 

Scénario 2 (improbable) : Le candidat de Droite (UDI) se retire

Voix Voix %
PCF 21 903 45,69
EM 26 036 54,31
Total 47 939 100,00

 

Ce scénario est improbable car :

  • Les républicains vont pousser derrière.
  • Les municipales se jouent derrière et l’UDI doit consolider et faire pression sur les républicains. De plus, l’investiture UDI a été imposé aux républicains.

Dans ce cas, le report des voix ne sera pas parfait, mais il permettra aux candidats d’en Marche de gagner l’élection.

 

Conclusion :

Certes, les candidats sur la 11ème circonscriptions n’ont rien à voir avec ceux de la présidentielle. Mais le résultat va être globalement le même.

Je pense que l’on va vers une triangulaire EM/PCF/UDI qui permettra la victoire du PCF.

 

Le fait que EM ait choisi une candidature d’une personne n’habitant pas la 11ème circonscription risque, à terme, de se retourner contre le président Macron lorsque le choix sera déterminant…

 

Edit: c’est 12,5% des inscrits pour se maintenir et non 12%. Mais ça ne change rien à l’analyse. Le candidat UDI peut toujours se maintenir, il est à 12,68% des inscrits.

25 mai 2017 Posted by | Législatives 2017, Malakoff, Politique, politique locale, Politique nationale | , , , , , , | Laisser un commentaire

L’élection législative 2017 (3/5) : La 11ème Circonscription des Hauts de Seine, une circonscription difficile…

Les législatives étant une élection locale (ça ne devrait pas être le cas mais c’est comme ça), il est temps de s’intéresser à ma circonscription, en l’occurrence la 11ème circonscription des Hauts de Seine.

 

Ma circonscription regroupe Bagneux (PCF), Malakoff (PCF) et Montrouge (UDI).

C’est une circonscription difficile et qu’il faut connaître (Ce n’est pas la première fois que je l’écris).

 

Le problème, c’est que l’on a d’un côté Montrouge et de l’autre Malakoff/Bagneux, et que ces deux ensembles sont très différents.

Malheureusement, c’est Montrouge qui décide, sans connaître Malakoff et en dépit du bon sens (Comme la dernière fois d’ailleurs).

Je l’avais également expliqué avec humour.

 

Il est évident que c’est l’ensemble Malakoff/Bagneux qui fait la circonscription.

Malakoff a 18 434 inscrits, Bagneux a 21 878 inscrits et Montrouge en a 28 903 inscrits.

 

Le Bloc communiste a donc 40 312 inscris contre 28 903 pour Montrouge.

Le Bloc communiste représente 65% du poids électorale de la circonscription.

 

Je pourrais insister sur les différences entre Bagneux et Malakoff (il y en a, notamment dans le taux de HLM qui est plus élevé à Bagneux), mais je vais insister sur les points communs.

 

Certes, depuis la dernière fois, les choses ont un peu changé à Malakoff (on a changé de maire) mais philosophiquement, ça reste globalement pareil.

De plus, je pense que Jacqueline Belhomme, notre nouveau maire, est la fille cachée de Catherine Margaté, notre ancien maire.

 

Donc Malakoff est une ville qui est communiste depuis 91 ans maintenant.

Le maire est donc Jaqueline Belhomme.

Son relationnel est impeccable.

Contrairement à un certain Patrick Balkany (nom évidement cité au hasard), elle a un sens de l’intérêt général même s’il y a des désaccords entre ce que je considère comme l’intérêt général et ce que notre maire considère comme l’intérêt général.

 

Dans les points fort de notre maire (et donc de la commune), un effort considérable est fait sur le vivre ensemble.

Ce qui fait que lorsque l’on habite Malakoff, on a une forte appartenance à la ville.

 

Toujours dans les points forts, Malakoff fait beaucoup dans le social et les services à la population.

On a par exemple un centre de santé.

 

Il y a aussi beaucoup de chose faites sur la politique culturelle.

 

Toujours sur les points forts, il fait bon vivre à Malakoff, on parle d’ailleurs du Village Malakoff.

 

Passons au point faible, qui ma foi est rédhibitoire. En économie, ce n’est vraiment pas ça.

C’est en partie lié au fait que la municipalité est aux mains des communistes et que les communistes ont une approche idéologique d’un autre temps sur les questions économiques.

 

En fait, c’est la vision économique qui est totalement absente de l’équipe municipale.

Pire, si Malakoff fait une bonne politique, c’est grâce à l’argent des autres, chose que la municipalité de Malakoff trouve… normale.

Il est effectivement normal pour la municipalité de Malakoff… de vivre aux crochets des autres et de la charité publique.

 

Ce qui amène un vrai problème : c’est que vu le contexte économique, les autres, ils n’ont plus d’argent.

Ce qui amène un autre problème (ou plus exactement une dérive) : quand les communistes ont besoins d’argent, ils augmentent fortement les impôts.

Ils ont fortement augmenté la Taxe Foncière sur le Bâtit en 2015, et ils avaient aussi fortement augmenté les impôts en 2009.

 

Par ailleurs, toujours dans les défauts, les communistes ont du mal avec le principe d’optimisation des ressources (principalement financière).

Ils ont du mal à comprendre que l’on peut faire mieux avec … moins.

Pire, ils pensent que la qualité d’un service public dépend de la dépense publique et du nombre d’embauche, ce qui n’est pas vrai (exemple : Pôle Emploi).

 

Enfin, il convient aussi de signaler qu’à Malakoff, on a une opposition stérile et inefficace.

 

Ça fait longtemps que je ne sais plus ce qui se passe à Bagneux. Mais je pense que ce que j’écris sur Malakoff est transposable à Bagneux.

25 mai 2017 Posted by | Législatives 2017, Malakoff, Politique, politique locale, Politique nationale | , , , , , , | Laisser un commentaire

L’élection législative 2017 (2/5) : L’enjeu de ce mandat : recomposer la vie politique

Comme je l’avais signalé, le problème de la France n’est pas économique.

Je pense que les français sont prêts aux réformes du moment qu’elles sont de bon sens, faites dans l’intérêt de tous et équitables.

 

Il suffit de passer la porte de l’ANPE ou essayer de créer une entreprise pour voir que les choses ne tournent pas rond en France.

 

Le problème est que notre classe politique, aidée par un mode de scrutin débile pour les législatives, ne sont pas capable d’imposer les bonnes réformes.

 

Ce qui amène à la question suivante : Pourquoi les partis de gouvernement ne sont pas capables de réformer dans l’intérêt général la France ?

Pourquoi les partis de gouvernement font des politiques clientélistes, contre le bon sens, contre les gens et contre l’intérêt général ?

 

Attention, je ne parle pas des extrêmes ou des partis populistes.

A la limite, voir Marine Le Pen ou Mélenchon faire de la démagogie et du populisme, c’est normal. Ils sont dans leurs rôles.

 

Non, je parle des partis de gouvernements, des partis qui si je leur laisse le pouvoir, sont sensés diriger la France sérieusement.

Je parle malheureusement du PS et des républicains.

 

Pour ma part, c’est parce qu’un jour, quelqu’un a décidé que la cassure serait entre la Gauche et la Droite.

Ça avait un sens sous Karl Marx et pendant la Guerre Froide mais depuis 1989, soit depuis exactement 28 ans, ce n’est plus vrai.

Depuis le mur de Berlin, la donne a changé.

 

L’économie est capitaliste. Avec ses points forts, c’est vrai, mais aussi ses points faibles.

Par ailleurs, notamment avec Internet, la mondialisation s’est accéléré.

 

Il y a des avantages. Accès aux biens et aux personnes plus facilement. Accès à la culture (Grâce à Internet) plus facilement. Accès à l’information plus facilement.

 

Mais il y a un revers à la médaille. La concurrence entre les pays est plus sévère.

 

En fait, la cassure n’est plus entre la Droite et la Gauche, mais entre les tenants de la mondialisation et de l’ouverture, et ceux qui sont contre la mondialisation et pour le repli sur soi.

 

Malheureusement, le système français fait que l’on a organisé la vie politique entre la Gauche et la Droite, entre le PS et les républicains.

Cela pose énormément de problèmes.

 

Le premier est que pour voter protestataire, on vote vers les extrêmes.

 

Le second c’est que le PS et les républicains sont des machines à carrières.

Il n’y a rien de commun entre d’un côté {Martine Aubry, Benoît Hamon} / {Manuels Valls} au PS.

Il en est de même chez les républicains où il n’y a rien de commun entre {Alain Juppé, NKM} / {Laurent Wauquiez, Nicolas Sarkozy} chez les républicains.

 

Le problème de fond, c’est que le PS et les républicains sont aux mains du noyau dur.

Le PS est aux mains de {Martine Aubry, Benoît Hamon}. Les républicains sont aux mains de {Nicolas Sarkozy, Laurent Wauquier}.

 

Et une fois arrivé au pouvoir, les modérés sont ridiculisés et c’est le noyau dur qui dirige, faisant des politiques clientélistes, idéologiques, contre les gens, le bon sens et l’intérêt général.

 

Et c’est pour ça que depuis fort longtemps, la France ne s’en sort plus. La France ne s’en sort plus car les partis de gouvernement sont aux mains des noyaux durs et imposent des politiques stupides.

 

Si on prend l’Allemagne, c’est le contraire qui s’est passé. Les modérés se sont regroupé et ils ont fait les réformes.

 

Laurent Wauquiez, Benoît Hamon, Martine Aubry, François Baroin, … ils ont des points communs.

Ils n’ont jamais (ou pratiquement jamais travaillé) dans le privé, ne connaissent pas la vraie vie des gens et n’ont aucune conscience de l’environnement économique dans lequel évolue la France.

 

Sur la forme, Manuels Valls a tort, mais il est clair qu’il a raison sur le fond.

 

Bonne nouvelle, la donne est en train de changer avec Emmanuel Macron, qui réunit autour de lui les modérés de la Droite, les modérés de la Gauche et le Centre.

Il a commencé à faire imploser le PS, et avec la nomination d’Edouard Philippe, il commence à faire imploser les républicains.

 

La création de l’UMP a été une erreur, et elle est en train d’être réparé.

 

On a donc une chance unique de faire imploser les républicains (ex-RPR, ex-UMP) et le PS et de bâtir une majorité autour des modérés (l’axe central) qui elle, est capable de réformer la France à partir d’un diagnostic, avec bon sens, en prenant en compte le contexte économique….

 

Enfin on peut en finir avec un système qui pousse les politiques à faires des politiques idéologiques.

 

Je pense qu’il faut donner un coup de main pour aider le PS et les républicains, qui depuis 1981 (soit 36 ans) se sont alternés au pouvoir, ont échoué et ne se sont jamais réformés ou remis en cause, à enfin imploser et clarifier la vie politique.

25 mai 2017 Posted by | Législatives 2017, Politique, politique locale, Politique nationale | , , , | Laisser un commentaire

Le tract de Yasmine Boudjenah est démagogique

La campagne législative commence, notamment dans la 11ème circonscription des Hauts de Seine (regroupant Malakoff, Bagneux et Montrouge).

 

Yasmine Boudjenah est le candidat du PCF/Front de Gauche.

 

Son tract étant particulièrement démagogique, je me permets de donner mon avis.

 

Déjà, je tiens à rappeler qu’une bonne politique n’est ni de Droite, ni de Gauche.

Elle est de bon sens et part d’un diagnostic partagé.

 

Ensuite, il est écrit : « Avec Bruno Lemaire et Gérald Damadin, obsédés par les coupes budgétaires, comment imaginer que cette équipe va développer les services publics, le droit au travail et la création d’emplois stables ? »

 

Commençons déjà par un point important : ce qui est un dû, c’est en finir avec le déficit public.

Pour commencer, je rappelle qu’un pays peut faire faillite. Je pense à la Grèce et à l’Argentine.

Je rappelle que la dette de l’Etat est une dette de fonctionnement. En résumé, on s’endette pour payer le chauffage.

Par ailleurs, le déficit public pose de réels problèmes.

Sans renvoyer à l’excellente démonstration de Jean Peyrelevade qui explique que la dette finance nos concurrents dans la mondialisation, il convient de rappeler certains principes.

 

Le premier est que la dette de l’Etat condamne le service public car si on continue, on ne sera plus en mesure de le financer.

C’est ce qui se passe en Grèce d’ailleurs.

 

Le second est que le déficit public appauvrit les ménages. Payer pour s’endetter, c’est diminuer à long terme le pouvoir d’achat des ménages.

Les déficits d’aujourd’hui sont… les impôts de demain.

 

Enfin, il est écrit : « Avec Jean Yves le Drian, Sylvie Goulard et Marielle de Sarnez, partisans de l’Europe libérale actuelle, comment penser que ce gouvernement va agir pour une Europe sociale et solidaire. »

 

Il convient d’abord de rappeler d’abord que Sylvie Goulard (qui soit dit au passage a écrit un très bon livre sur l’Europe) sont des centristes. Ils siègent au parlement européen dans l’ADLE.

La droite européenne, c’est le PPE.

 

Il est vrai que le parlement européen est majoritairement de droite, sauf qu’il a été élu lors des dernières élections européennes.

Accepter le résultat, même si on n’est pas d’accord (personnellement, j’avais voté pour l’ADLE), ça s’appelle la démocratie.

 

Par ailleurs, il est vrai que l’ensemble des dirigeants européen sont de droite. Mais là encore, ils ont été élus démocratiquement dans l’ensemble des pays européens…

22 mai 2017 Posted by | Législatives 2017, Politique, politique locale, Politique nationale | , , , , , , | Laisser un commentaire

L’élection législative 2017 (1/5) : A cause du mode de scrutin et du calendrier, l’élection est faussée

Ce n’est pas vraiment la première fois que je l’écris et que je critique le système de l’élection législative (comme ici et ici).

 

Reprenons…

En France, on marche selon ce que l’on appelle le bicamérisme.

 

La meilleure analyse du bicamérisme a été faite par Alexis de Tocqueville dans De la Démocratie en Amérique.

 

Dans son œuvre, Tocqueville explique qu’il y a deux assemblées dans les Etats-Unis d’Amérique : La Chambre des Représentants et Le Sénat.

 

Le Sénat américain représente les territoires. Chaque territoire est à égalité en envoyant deux sénateurs.

La chambre des représentants représente le peuple américain. Chaque Etat envoie un nombre de représentants proportionnelle à sa population.

 

Si on transfère ça à la France, le Sénat représente les territoires, alors que l’Assemblée Nationale représente la population.

 

Je n’ai rien à dire sur le Sénat, mais j’ai énormément de chose à dire sur l’Assemblée nationale.

 

Déjà, l’Assemblée nationale ne représente pas la population.

Ou plus exactement, l’assemblée nationale ne représente pas la population française dans sa diversité idéologique.

Les exemples sont nombreux, mais les plus marquants sont :

  • Le PCF a fait aux alentours de 1-2% en 2002 et 2007 : ils ont eu un groupe (20 députés).
  • Les centristes (indépendants) ont eu aux alentours de 18% en 2007, ils ont eu 2 députés.
  • Le FN (que je continuerai évidement à combattre) fait des scores autours de 20% pour n’avoir que maximum 2 députés.

Notons que le système électoral n’empêche pas le FN de faire un score à chaque élection. Au contraire.

 

Par ailleurs, comme l’élection est par circonscription, l’aspect local joue énormément.

Ça ne devrait pas être le cas.

On élit une assemblée qui doit débattre de la politique nationale.

Or, les législatives servent à être un tour de chauffe pour les prochaines municipales.

 

La dernière fois, j’avais d’ailleurs voté sur des enjeux locaux.

 

D’ailleurs, si les communistes ont maintenu un groupe à l’assemblée nationale malgré le déclin du PCF, c’est grâce à des bastions, notamment ceux de Bagneux et Malakoff.

 

Enfin, la présidentielle influence les législatives, et les électeurs sont enclins à donner une majorité au président au détriment du reste.

C’est comme ça que Bayrou, après un score de 18%, s’est retrouvé à 2 député en 2007.

Enfin, bon, ça m’arrange, pour une fois, j’ai voté au premier tour pour le candidat qui a gagné la présidentielle.

21 mai 2017 Posted by | Législatives 2017, politique locale, Politique nationale | , , , , | Laisser un commentaire

Retour sur la réunion du 25/02/2017 sur le Rond-Point Henri Barbusse

C’est par le site de la Vigie que j’ai pris connaissance du compte rendu de la réunion citoyenne du 25/02/2017 sur le Rond-Point Henri Barbusse.

 

Le compte rendu me semble globalement correct, néanmoins, j’aimerais apporter quelques précisions sur l’atelier « Commerces, services et équipement », atelier auquel j’ai participé.

 

Je me félicite que l’un de mes propos ait été consigné, à savoir « Un participant a fait remarquer que le projet devrait prévoir un « cœur économique » pour faire vivre le commerce car ce sont les gens qui travaillent dans le quartier qui font vivre le commerce et les activités. »

 

Néanmoins, je regrette que ma seconde intervention importante n’ait pas été rapportée dans le compte rendu. D’autant qu’elle a été rapportée durant la restitution.

 

Effectivement, j’avais expliqué que faire un équipement culturel, ça induit des dépenses de fonctionnement.

 

Certes, on peut trouver pire que Malakoff en gestion municipale, mais la situation de Malakoff est difficile.

 

Effectivement, certaines recettes municipales sont condamnées à diminuer.

Je pense en particulier aux dotations, point normal pour plusieurs raisons, notamment la diminution du déficit de l’Etat.

 

Par ailleurs, il y a aussi une incertitude sur la Taxe d’Habitation, où je me suis exprimé longuement dessus (1, 2, 3, 4, 5).

 

Dans le cas de Malakoff, le problème est aggravé parce que il n’y a pas une véritable vision économique, une vision sur l’évolution des recettes et des dépenses.

 

Si on prend Montrouge, on peut critiquer la ville (c’est moche) et l’ancien maire Jean Loup Metton ou même le nouveau, mais Jean Loup Metton avait une qualité. Il avait une vision économique de sa ville et une vision sur l’évolution des dépenses et des recettes.

En résumé, Montrouge est moche, moins agréable à vivre que Malakoff, mais contrairement à Malakoff, Jean Loup Metton a enrichi sa ville.

De fait, je ne suis pas favorable à un nouvel équipement culturel.

Dans un contexte financier difficile, j’aimerais que l’on évite d’augmenter inutilement les dépenses de fonctionnement.

 

C’est entre-autre pour ça que je me suis prononcé à deux reprises contre le projet présenté (1 et 2).

 

Une idée alternative serait de déplacer la MJQ. Que l’équipement soit une « super-MJQ, ce qui au passage permettrait de récupérer l’ancienne pour faire autre chose (comme une pépinière d’entreprise par exemple…), voir vendre le bâtiment de l’ancienne MJQ.

21 mai 2017 Posted by | Malakoff, Politique, politique locale | , , , , , , | Laisser un commentaire