Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

L’élection législative 2017 (4/5) : Législatives dans la 11ème circonscription des Hauts de Seine, pronostics : Triangulaire et victoire du PCF

A partir des résultats aux présidentielles, il est possible de se projeter sur les législatives et de faire un pronostic, qui même s’il ne se réalise pas, sera à défaut argumenté.

 

Selon les résultats compilés sur Malakoff, Bagneux et Montrouge, on a :

Malakoff %(Inscrit) Bagneux %(Inscrit) Montrouge %(Inscrit) Total %(Inscrit)
Inscrit 18 434 100,00 21 878 100,00 28 903 100,00 69 215 100,00
Jean-Luc MÉLENCHON (PCF) 4 916 26,67 5 832 26,66 4 673 16,17 15 421 22,28
Emmanuel MACRON (EM) 4 348 23,59 4 207 19,23 8 706 30,12 17 261 24,94
François FILLON (rep/UDI) 1 716 9,31 1 843 8,42 5 216 18,05 8 775 12,68
Benoît HAMON (PS) 1 650 8,95 1 358 6,21 2 574 8,91 5 582 8,06
Marine LE PEN (FN) 1 425 7,73 1 685 7,70 1 674 5,79 4 784 6,91
Nicolas DUPONT-AIGNAN 393 2,13 474 2,17 637 2,20 1 504 2,17
François ASSELINEAU 167 0,91 225 1,03 231 0,80 623 0,90
Philippe POUTOU 152 0,82 211 0,96 177 0,61 540 0,78
Jean LASSALLE 111 0,60 97 0,44 156 0,54 364 0,53
Nathalie ARTHAUD 68 0,37 124 0,57 80 0,28 272 0,39
Jacques CHEMINADE 34 0,18 20 0,09 34 0,12 88 0,13

 

Pour rappel, on peut se maintenir si on a 12% des inscrit.

Par ailleurs, je rappelle qu’à Malakoff, le PS est noyauté par le noyau dur. La section PS de Malakoff avait soutenu et voté Benoît Hamon lors de la primaire de la PS.

Catherine Picard, leader du PS sur Malakoff est proche de Martine Aubry, et il en est de même à Montrouge.

De plus, le PS de Malakoff et le PS de Bagneux participent aux exécutifs locaux avec les communistes.

Ce qui fait qu’à partir de là, on a deux scénarios possibles.

 

Scénario 1 (Pour moi, le plus probable) : Le candidat de Droite (UDI) se maintient

Voix % (Votant)
PCF 21 903 39,93
EM 17 261 31,47
UDI 15 686 28,60
Total 54 850 100,00

 

Le candidat de Droite se maintien. Il a de bonnes raisons de le faire. Il habite Malakoff, est UDI, avec le maire de Montrouge qui est UDI.

Dans ce cas, il a un report de voix qui peux être intéressant.

Mais le PCF a un nombre de reports de voix encore plus intéressant, en comptabilisant le PS (proche de Martine Aubry et Benoît Hamon) et de diverses listes d’extrême gauche (LO, NPA…).

 

Le candidat de EM n’a, lui, plus de rapports de voix.

La circonscription revient donc au PCF.

 

Scénario 2 (improbable) : Le candidat de Droite (UDI) se retire

Voix Voix %
PCF 21 903 45,69
EM 26 036 54,31
Total 47 939 100,00

 

Ce scénario est improbable car :

  • Les républicains vont pousser derrière.
  • Les municipales se jouent derrière et l’UDI doit consolider et faire pression sur les républicains. De plus, l’investiture UDI a été imposé aux républicains.

Dans ce cas, le report des voix ne sera pas parfait, mais il permettra aux candidats d’en Marche de gagner l’élection.

 

Conclusion :

Certes, les candidats sur la 11ème circonscriptions n’ont rien à voir avec ceux de la présidentielle. Mais le résultat va être globalement le même.

Je pense que l’on va vers une triangulaire EM/PCF/UDI qui permettra la victoire du PCF.

 

Le fait que EM ait choisi une candidature d’une personne n’habitant pas la 11ème circonscription risque, à terme, de se retourner contre le président Macron lorsque le choix sera déterminant…

 

Edit: c’est 12,5% des inscrits pour se maintenir et non 12%. Mais ça ne change rien à l’analyse. Le candidat UDI peut toujours se maintenir, il est à 12,68% des inscrits.

25 mai 2017 Posted by | Législatives 2017, Malakoff, Politique, politique locale, Politique nationale | , , , , , , | Laisser un commentaire

L’élection législative 2017 (3/5) : La 11ème Circonscription des Hauts de Seine, une circonscription difficile…

Les législatives étant une élection locale (ça ne devrait pas être le cas mais c’est comme ça), il est temps de s’intéresser à ma circonscription, en l’occurrence la 11ème circonscription des Hauts de Seine.

 

Ma circonscription regroupe Bagneux (PCF), Malakoff (PCF) et Montrouge (UDI).

C’est une circonscription difficile et qu’il faut connaître (Ce n’est pas la première fois que je l’écris).

 

Le problème, c’est que l’on a d’un côté Montrouge et de l’autre Malakoff/Bagneux, et que ces deux ensembles sont très différents.

Malheureusement, c’est Montrouge qui décide, sans connaître Malakoff et en dépit du bon sens (Comme la dernière fois d’ailleurs).

Je l’avais également expliqué avec humour.

 

Il est évident que c’est l’ensemble Malakoff/Bagneux qui fait la circonscription.

Malakoff a 18 434 inscrits, Bagneux a 21 878 inscrits et Montrouge en a 28 903 inscrits.

 

Le Bloc communiste a donc 40 312 inscris contre 28 903 pour Montrouge.

Le Bloc communiste représente 65% du poids électorale de la circonscription.

 

Je pourrais insister sur les différences entre Bagneux et Malakoff (il y en a, notamment dans le taux de HLM qui est plus élevé à Bagneux), mais je vais insister sur les points communs.

 

Certes, depuis la dernière fois, les choses ont un peu changé à Malakoff (on a changé de maire) mais philosophiquement, ça reste globalement pareil.

De plus, je pense que Jacqueline Belhomme, notre nouveau maire, est la fille cachée de Catherine Margaté, notre ancien maire.

 

Donc Malakoff est une ville qui est communiste depuis 91 ans maintenant.

Le maire est donc Jaqueline Belhomme.

Son relationnel est impeccable.

Contrairement à un certain Patrick Balkany (nom évidement cité au hasard), elle a un sens de l’intérêt général même s’il y a des désaccords entre ce que je considère comme l’intérêt général et ce que notre maire considère comme l’intérêt général.

 

Dans les points fort de notre maire (et donc de la commune), un effort considérable est fait sur le vivre ensemble.

Ce qui fait que lorsque l’on habite Malakoff, on a une forte appartenance à la ville.

 

Toujours dans les points forts, Malakoff fait beaucoup dans le social et les services à la population.

On a par exemple un centre de santé.

 

Il y a aussi beaucoup de chose faites sur la politique culturelle.

 

Toujours sur les points forts, il fait bon vivre à Malakoff, on parle d’ailleurs du Village Malakoff.

 

Passons au point faible, qui ma foi est rédhibitoire. En économie, ce n’est vraiment pas ça.

C’est en partie lié au fait que la municipalité est aux mains des communistes et que les communistes ont une approche idéologique d’un autre temps sur les questions économiques.

 

En fait, c’est la vision économique qui est totalement absente de l’équipe municipale.

Pire, si Malakoff fait une bonne politique, c’est grâce à l’argent des autres, chose que la municipalité de Malakoff trouve… normale.

Il est effectivement normal pour la municipalité de Malakoff… de vivre aux crochets des autres et de la charité publique.

 

Ce qui amène un vrai problème : c’est que vu le contexte économique, les autres, ils n’ont plus d’argent.

Ce qui amène un autre problème (ou plus exactement une dérive) : quand les communistes ont besoins d’argent, ils augmentent fortement les impôts.

Ils ont fortement augmenté la Taxe Foncière sur le Bâtit en 2015, et ils avaient aussi fortement augmenté les impôts en 2009.

 

Par ailleurs, toujours dans les défauts, les communistes ont du mal avec le principe d’optimisation des ressources (principalement financière).

Ils ont du mal à comprendre que l’on peut faire mieux avec … moins.

Pire, ils pensent que la qualité d’un service public dépend de la dépense publique et du nombre d’embauche, ce qui n’est pas vrai (exemple : Pôle Emploi).

 

Enfin, il convient aussi de signaler qu’à Malakoff, on a une opposition stérile et inefficace.

 

Ça fait longtemps que je ne sais plus ce qui se passe à Bagneux. Mais je pense que ce que j’écris sur Malakoff est transposable à Bagneux.

25 mai 2017 Posted by | Législatives 2017, Malakoff, Politique, politique locale, Politique nationale | , , , , , , | Laisser un commentaire

L’élection législative 2017 (2/5) : L’enjeu de ce mandat : recomposer la vie politique

Comme je l’avais signalé, le problème de la France n’est pas économique.

Je pense que les français sont prêts aux réformes du moment qu’elles sont de bon sens, faites dans l’intérêt de tous et équitables.

 

Il suffit de passer la porte de l’ANPE ou essayer de créer une entreprise pour voir que les choses ne tournent pas rond en France.

 

Le problème est que notre classe politique, aidée par un mode de scrutin débile pour les législatives, ne sont pas capable d’imposer les bonnes réformes.

 

Ce qui amène à la question suivante : Pourquoi les partis de gouvernement ne sont pas capables de réformer dans l’intérêt général la France ?

Pourquoi les partis de gouvernement font des politiques clientélistes, contre le bon sens, contre les gens et contre l’intérêt général ?

 

Attention, je ne parle pas des extrêmes ou des partis populistes.

A la limite, voir Marine Le Pen ou Mélenchon faire de la démagogie et du populisme, c’est normal. Ils sont dans leurs rôles.

 

Non, je parle des partis de gouvernements, des partis qui si je leur laisse le pouvoir, sont sensés diriger la France sérieusement.

Je parle malheureusement du PS et des républicains.

 

Pour ma part, c’est parce qu’un jour, quelqu’un a décidé que la cassure serait entre la Gauche et la Droite.

Ça avait un sens sous Karl Marx et pendant la Guerre Froide mais depuis 1989, soit depuis exactement 28 ans, ce n’est plus vrai.

Depuis le mur de Berlin, la donne a changé.

 

L’économie est capitaliste. Avec ses points forts, c’est vrai, mais aussi ses points faibles.

Par ailleurs, notamment avec Internet, la mondialisation s’est accéléré.

 

Il y a des avantages. Accès aux biens et aux personnes plus facilement. Accès à la culture (Grâce à Internet) plus facilement. Accès à l’information plus facilement.

 

Mais il y a un revers à la médaille. La concurrence entre les pays est plus sévère.

 

En fait, la cassure n’est plus entre la Droite et la Gauche, mais entre les tenants de la mondialisation et de l’ouverture, et ceux qui sont contre la mondialisation et pour le repli sur soi.

 

Malheureusement, le système français fait que l’on a organisé la vie politique entre la Gauche et la Droite, entre le PS et les républicains.

Cela pose énormément de problèmes.

 

Le premier est que pour voter protestataire, on vote vers les extrêmes.

 

Le second c’est que le PS et les républicains sont des machines à carrières.

Il n’y a rien de commun entre d’un côté {Martine Aubry, Benoît Hamon} / {Manuels Valls} au PS.

Il en est de même chez les républicains où il n’y a rien de commun entre {Alain Juppé, NKM} / {Laurent Wauquiez, Nicolas Sarkozy} chez les républicains.

 

Le problème de fond, c’est que le PS et les républicains sont aux mains du noyau dur.

Le PS est aux mains de {Martine Aubry, Benoît Hamon}. Les républicains sont aux mains de {Nicolas Sarkozy, Laurent Wauquier}.

 

Et une fois arrivé au pouvoir, les modérés sont ridiculisés et c’est le noyau dur qui dirige, faisant des politiques clientélistes, idéologiques, contre les gens, le bon sens et l’intérêt général.

 

Et c’est pour ça que depuis fort longtemps, la France ne s’en sort plus. La France ne s’en sort plus car les partis de gouvernement sont aux mains des noyaux durs et imposent des politiques stupides.

 

Si on prend l’Allemagne, c’est le contraire qui s’est passé. Les modérés se sont regroupé et ils ont fait les réformes.

 

Laurent Wauquiez, Benoît Hamon, Martine Aubry, François Baroin, … ils ont des points communs.

Ils n’ont jamais (ou pratiquement jamais travaillé) dans le privé, ne connaissent pas la vraie vie des gens et n’ont aucune conscience de l’environnement économique dans lequel évolue la France.

 

Sur la forme, Manuels Valls a tort, mais il est clair qu’il a raison sur le fond.

 

Bonne nouvelle, la donne est en train de changer avec Emmanuel Macron, qui réunit autour de lui les modérés de la Droite, les modérés de la Gauche et le Centre.

Il a commencé à faire imploser le PS, et avec la nomination d’Edouard Philippe, il commence à faire imploser les républicains.

 

La création de l’UMP a été une erreur, et elle est en train d’être réparé.

 

On a donc une chance unique de faire imploser les républicains (ex-RPR, ex-UMP) et le PS et de bâtir une majorité autour des modérés (l’axe central) qui elle, est capable de réformer la France à partir d’un diagnostic, avec bon sens, en prenant en compte le contexte économique….

 

Enfin on peut en finir avec un système qui pousse les politiques à faires des politiques idéologiques.

 

Je pense qu’il faut donner un coup de main pour aider le PS et les républicains, qui depuis 1981 (soit 36 ans) se sont alternés au pouvoir, ont échoué et ne se sont jamais réformés ou remis en cause, à enfin imploser et clarifier la vie politique.

25 mai 2017 Posted by | Législatives 2017, Politique, politique locale, Politique nationale | , , , | Laisser un commentaire