Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

Parlons de Bayrou (2/2) : Sur le long terme, la situation du Modem n’est pas si solide que ça

Continuant sur le thème « Le Modem ne fait pas le Job », j’aimerais donner mon avis sur la situation du Modem en ce moment.

 

Aujourd’hui, le Modem a un groupe 47 députés alors que dans la précédente mandature, il n’en avait 0 (Jean Lassalle est parti entre temps).

 

On peut considérer cela comme une grande victoire, seulement, sur le long terme, ce n’est pas aussi évident.

Or, la politique se fait sur la durée, et il n’est pas acquis, si on regarde sur un temps long, que ce groupe sera durable.

 

Il convient de rappeler déjà que le groupe Modem a été élu grâce à Macron.

Et encore, il a fallu un peu raller.

Il est vrai que François Bayrou a soutenu Emmanuel Macron au bon moment, quand ce dernier était en difficulté.

Mais il convient de rappeler que François Bayrou n’avait pas les moyens d’être candidats, la faute à une très mauvaise gestion du Modem sur le long terme.

Ce que j’avais critiqué d’ailleurs, notamment d’un point de vue commercial.

 

Par ailleurs, le Modem se résume principalement à Bayrou et Sarnez. Il n’y a pas d’autres personnes de premier plan.

Certes, il n’a pas eu de chance avec Robert Rochefort, mais le reste, et bien c’est parti.

Dans le 92, je pense à moi-même, Grébert (Puteaux), Blanche Muhlmann (Asnières), Marie Darves Bornoz (Bagneux)…

Bref, toutes les personnes de valeurs qui apportaient une expertise de leur territoire sont partis, découragé par la gestion du Modem.

 

Et puis, ce n’est pas vraiment le renouvellement au Modem.

Déjà des personnes.

Bayrou est en politique depuis 1982 (35 ans) et de Sarnez est en politique depuis 1974 (43 ans).

Par ailleurs, dans les Hauts de Seine, on a Jean Louis Bourlanges qui est en politique depuis 1983 (Il a été au parlement européen), et qui a dit du mal de Bayrou dans le passé, et Isabelle Florenne ,fille de Jean-Marie Vanlerenberghen, ancien maire d’Arras et ancien sénateur Modem.

Mais s’il n’y avait que ça.

Le Modem n’a pas renouvelé les pratiques. C’était les même, et en pire, comme lorsque l’on a soutenu Wauquiez juste pour avoir des sièges.

 

Certes, il y a l’affaire des assistants parlementaires, mais là, c’est à la justice de trancher.

Si le Modem est reconnu coupable, alors ça ternira l’image du parti.

S’il est reconnu innocent, il faut que ça arrive au plus vite.

 

Mais le plus important, c’est que le groupe Modem dépend du bon vouloir de Macron. S’il y a rupture, il n’est pas sûr que le Modem retrouve un groupe conséquent.

 

Mais bon, le tableau n’est pas tout noir non plus.

Le Modem peut essayer de s’appuyer sur son groupe de députés pour construire ce qu’il lui manque le plus : une spécificité, un positionnement clair et différent de la concurrence.

Le Modem a des bases pour construire nationalement une offre électorale et consolider sa position nationalement parlant.

Seulement, Bayrou, qui a sacrifié la valeur d’avenir de son parti, surtout entre 2012 et 2017, à savoir les élus locaux, est-il capable de le comprendre ?

Publicités

28 juin 2017 - Posted by | Politique, Politique nationale | , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :