Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

Parlons de Star Wars épisode 8

Il n’y a pas longtemps, j’ai été voir l’épisode 8 de Rian Johnson (qui soit dit au passage a fait par le passé un excellent film de science-fiction que je recommande : Looper).

 

Vu que les fan-boy le démolissent, je me suis dit que ça serait bien de le défendre.

 

Mais commençons par l’épisode 7, Le réveil de la Force, de JJ Abrams.

Très franchement, je n’ai pas aimé l’épisode 7.

Le voir en 3D a d’ailleurs empiré le film.

 

En lui-même, le film n’est pas foncièrement mauvais. Mais je l’ai foncièrement détesté.

Pourquoi : car j’avais l’impression d’un vaste foutage de gueule.

 

Mon reproche : L’épisode 7 est une photocopie de l’épisode 4 (le premier sorti).

Il n’y avait aucune prise de risque. On a juste photocopié le scénario de l’épisode 4.

 

Et très franchement, ça m’a vraiment énervé.

 

On peut reprocher, à juste titre, beaucoup de choses à George Lucas.

Mais au moins, lors de la prélogie, il a essayé de faire des choses.

Même si les épisodes 1, 2 et 3 ont des défauts, il y a une prise de risque et chaque film est différent. Mieux, chaque film est différent d’un film de la trilogie original.

On a des complots politiques, des amours tragiques, et on apprend à découvrir Anakin Skywalker, et on apprend comment et pourquoi il est devenu mauvais.

 

C’est simple, la même année, j’ai préféré Batman V Superman, car même s’il y a des défauts dans Batman V Superman, au moins, Zack Snyder, il a essayé de faire des choses.

 

Après, on a eu Rogue One.

Là, c’est beaucoup mieux. Ça traine en longueur mais au moins, il y a des choses intéressantes et une prise de risque.

La bataille finale de fin est magnifique. C’est à ça que devrait ressembler un film de guerre se déroulant dans l’univers de Star Wars.

Et la fin (où les héros meurent) est juste parfaite. D’autant que la fin est ouverte sur l’espoir et la création de l’alliance rebelle.

 

Que dire de l’épisode 8.

Pour moi, il est clairement au-dessus de l’épisode 7.

Et de loin.

 

Le film raconte l’histoire de rebelles qui essayent de fuir pendant que l’héroïne, Rey, essaye de convaincre Luc Skywalker de l’aider.

 

Les points forts sont nombreux, et les prises de risque aussi.

 

D’abord, on voit les rebelles accumuler défaites sur défaites. On est enfin face à une situation désespérée.

Les seules victoires sont dues… à des sacrifices.

 

L’idée de voir un Luc Skywalker vieux, usé et fatigué apporte un vrai plus au film.

Le personnage est dépassé par sa légende, et même si c’est un héros, il a échoué en tant que maître en créant Kylo Ren.

 

L’idée de faire mourir le grand méchant Snoke (comme un caca, disent certains) est vraiment bien trouvé.

D’autant qu’il est abusé et tué par son propre disciple (en l’occurrence Kylo Ren).

 

J’ai bien aimé aussi la relation ambiguë entre Rey et Kylo.

 

Bref, il y a vraiment des trouvailles et une prise de risque.

 

Par contre, il y a aussi des défauts.

Certes, certaines scènes sont des facilités scénaristiques (comme le fait de passer en hyperespace pour détruire un croiseur).

 

Mais le plus gros défaut, c’est que le film est trop dense.

Du coup, la narration est trop accélérée et on n’a pas le temps de s’attacher aux personnages et au film.

 

C’est vraiment dommage, car il y a vraiment des choses dans ce film. En fait, il y a trop de choses.

 

Certain disent que le plan pour aller bousiller le traqueur à travers l’hyperespace est en trop.

D’autant que les personnages échouent.

Je ne suis pas d’accord.

Ça va avec le film, et avec une situation héroïque inutile, qui participe à l’ambiance de rebelles qui accumulent les défaites.

 

En fait, je pense qu’il manque 30 minutes. Le film dure 2H32min. Je pense qu’il aurait gagné à durer 3H. D’autant qu’un film de 3H, ce n’est pas une tare.

 

Un film doit durer la durée nécessaire.

 

Mais au final, même si le film est accéléré, j’apprécie les prises de risque et les diverses trouvailles. Sur une échelle Allociné, je lui mets 3.5/5.

Publicités

28 décembre 2017 Posted by | Cinéma | , | Laisser un commentaire

Suite du feuilleton « 6 Rue Jean Jaurès »

Si lors du conseil municipal du 13/12/2017, si j’avais été conseiller municipal, j’aurais voté contre la délibération sur le 6 et 6 bis Rue Jean Jaurès.

 

Au final, on devrait néanmoins s’en sortir, y compris financièrement parlant.

 

Mais par principe, pour raisons punitives, j’aurais voté contre.

 

Pour mémoire, c’est au 6 rue Jean Jaurès que se situe CASACO.

 

Le feuilleton remonte à très loin.

 

Lors du conseil municipal du 17/04/2013, le conseil municipal donne droit de préemption et d’expropriation à l’EPF 92 (l’ancêtre de l’EPFIDF, Etablissement foncier d’Ile de France).

 

Le foncier étant cher, l’EPF92, fusionné au sein de l’EPFIF, sert de bras armé à la municipalité, car l’EPFIDF apporte le financement, les moyens.

L’EPFIDF permet d’avoir des moyens financiers pour faire les politiques d’urbanismes.

 

Néanmoins, une première interrogation, soulevé à l’époque par l’élu centriste Jean Emmanuel Paillon, est levé.

C’est celle de la transparence et des informations.

 

Bien vu, et Grand Moment de Jean Emmanuel Paillon, c’est totalement par un commentaire, donc par hasard, que j’apprends que l’EPF92 préempte 6 rue Jean Jaurès, chose qui me sera confirmé plus tard.

 

C’est intéressant car la personne qui m’a appris ça avait l’intention de faire un centre de formation professionnelle, ce qui finalement aurait été mieux.

 

A partir de là, c’est CASACO, espace de coworking, qui s’installe là.

 

Mais au conseil municipal du 13/12/2017, c’est le coup de théâtre.

Le potentiel projet dans le coin Jean Jaurès est réduit. La mairie ne voulant pas exproprier.

Il y aurait, selon la municipalité, des gens qui finalement, voudraient rester.

 

Du coup, une partie de la zone sort de l’EPFIDF.

 

Seulement, voilà, l’EPFIDF n’est pas un organisme caritatif.

 

La municipalité se retrouve donc obligé de racheter le 6 (et 6bis) rue Jean Jaurès.

 

Et pour CASACO.

Le contrat est prolongé 3 ans mais pas au-delà.

Soient ils rachètent à la mairie le 6 Rue Jean Jaurès, soient ils déménagent.

 

Et si CASACO déménage, la municipalité revendra le bien.

Espérons que dans ce cas, il n’y ait pas de perte comptable.

 

Que dire ?

 

Deux choses.

La première est que CASACO est (ou semble trop) favorisé. D’autant qu’ils sont sur un projet dans l’ancienne trésorerie.

Je rejoins la remarque de Frédérique Perrotte.

D’autant que je pense que l’on avait mieux à faire avec l’ancienne trésorerie.

 

Par ailleurs, j’ai l’impression que l’on est face à un projet mal préparé et mal anticipé.

 

On devrait s’en sortir, enfin j’espère. Mais par principe, pour raison punitif, un vote contre n’aurait pas fait de mal.

 

Selon le compte rendu sommaire, le point a été adopté à l’unanimité.

21 décembre 2017 Posted by | Conseil Municipal, Politique, politique locale | , , , , , , | Laisser un commentaire

Monsieur Ben Malek est démissionné de la majorité du conseil municipal

C’est donc officiel, Monsieur Ben Malek est démissionné de la majorité du conseil municipal.

 

La raison principale étant qu’il était sur la liste en Marche aux sénatoriales.

Il avait également soutenu Laurianne Rossi, notre député LREM, lors des législatives.

 

Après les votes le concernant, il avait dû partir et il avait d’ailleurs donné mandat à Emmanuelle Jannès, qui elle a rejoint LREM (sans doute par hasard, évidement).

 

Pour ma part, je comprends la municipalité. Elle a été élue clairement et elle se situe dans l’opposition à Emmanuel Macron.

 

Au fond, elle vit ce que j’ai vécu avec Emmanuelle Jannès en 2014…

 

Il est clair que Monsieur Ben Malek doit faire une réflexion sur ses convictions politiques.

 

Je le dis, d’autant que j’ai des désaccords de fond sérieux avec la municipalité de Malakoff, notamment sur l’économie.

 

Néanmoins, beaucoup de questions se posent.

 

Effectivement, Monsieur Ben Malek était dans la commission d’appel d’offre, une commission stratégique.

 

Déjà, juridique. Il semblerait que la municipalité ne peut pas démissionner un membre de la commission d’appel d’offre.

 

Mais aussi politique. J’espère qu’il y a au moins un membre de l’opposition.

Là, je ne sais pas où aller chercher l’information.

14 décembre 2017 Posted by | actualité, Conseil Municipal, Malakoff, Politique, politique locale | , , , , , , | Laisser un commentaire

C’est donc Wauquiez

Sans surprise, Laurent Wauquiez est élu président des républicains.

 

Au fond, c’est une conséquence de l’élection d’Emmanuel Macron.

C’est la droite qui veut être fier d’être de droite et empêcher la recomposition politique, portée par Emmanuel Macron, et pour résister, a voté identitaire, c’est-à-dire Laurent Wauquiez.

 

Mais je préfère avoir un président qui fait le job, et que je critique sur le fond, comme Emmanuel Macron, plutôt qu’un président qui fait une politique débile et idéologue, que je critique sur le fait qu’il fasse une politique débile et idéologue.

Dans cette catégorie, on a Nicolas Sarkozy, et François Hollande.

 

Pour moi, Laurent Wauquiez, c’est Nicolas Sarkozy, en pire.

Pour moi, Laurent Wauquiez est aux républicains ce que Benoît Hamon est au PS.

 

C’est un dinosaure d’une autre époque, dinosaure qui empêche la France de se réformer et d’avancer.

 

Laurent Wauquiez veut faire de sa région un laboratoire de sa France d’après.

Quand je vois ce qu’il s’y passe, ça fait froid dans le dos (voir ici, ici et ici).

A mon humble niveau, je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour empêcher la France d’après de Laurent Wauquiez, en ne votant pas pour lui, par exemple…

 

Mais au-delà de l’élection de Laurent Wauquiez, c’est le problème du grand parti de droite, les républicains, et de son incapacité à se réformer, et à se remettre en cause.

 

Déjà, commençons par la base.

La défaite de Nicolas Sarkozy était méritée.

Certes, François Hollande a été un président médiocre, mais ça ne doit pas faire oublier le bilan catastrophique de Nicolas Sarkozy entre 2007 et 2012.

 

Il y avait tout un tas de raisons pour lesquelles il fallait congédier Nicolas Sarkozy.

Elles sont très bien expliquées d’un point de vue économique dans le Livre de Peyrelevade, mais il y avait aussi une gouvernance à sanctionner, très bien décrit dans le livre de François Bayrou.

 

Pour faire rapide, il a augmenté la dette, enrichi une oligarchie, fait des affaires la norme, rendu inefficace le service public…

 

Ce qui amène au second problème avec la droite, problème qui existe d’ailleurs au PS, et dont la désignation de Benoît Hamon est une conséquence.

 

Pour la droite, être de droite est plus important que de faire une bonne politique.

 

Soyons clair, je n’ai rien contre la droite, et j’estime que c’est normal que la droite soit de droite.

 

Le problème, c’est la stratégie que la droite (et donc de l’autre côté la Gauche) applique pour faire accepter une politique de droite.

 

En gros, à droite, ils pensent qu’ils sont beaux, magnifiques et intelligents, et que la droite a la vérité absolue.

 

De fait, ils ont les solutions, idéologiques, avant d’avoir analysé et fait un diagnostic de la situation.

 

Or, pour ma part, je suis pour une approche cartésienne.

 

On fait une analyse de la situation, on fait un diagnostic et à partir de ce diagnostic, on construit un plan d’action.

 

La droite a élu le pire président possible.

Elle doit faire un diagnostic sur ses échecs et la situation de la France pour pouvoir se reconstruire.

 

Au lieu de ça elle va rester dans sa vérité, ce qui n’est pas une bonne chose pour un parti sensé être capable d’appliqué le pouvoir.

 

Pour moi, c’est parce qu’elle a refusé de faire le bilan des années Sarkozy et qu’elle a essayé d’imposer son point de vue par la Force que la droite a perdu une élection imperdable.

Elle aurait pu choisir Alain Juppé et être là, en train de faire les réformes dont la France a besoin.

Elle aurait pu rentrer dans l’Histoire.

 

Au lieu de ça, elle a préféré imposer par la Force sa vision. Elle a préféré sens commun aux modérés et aux gens.

 

Pour moi, c’est la Droite, qui en préférant François Fillon à Alain Juppé, a choisi la défaite.

Pour moi, si François Fillon avait été élu, il n’aurait pas été en capacité de réformer la France.

 

Avec l’élection de Wauquiez, la droite persiste dans son erreur.

 

La seule chose à espérer aujourd’hui, c’est que l’élection de Wauquiez accélère l’implosion de la Droite et la recomposition politique dont la France a besoin.

11 décembre 2017 Posted by | Politique, Politique nationale | , , , , | Laisser un commentaire

Faut-il arrêter Malakoff et Moi ?

La question est posée de façon provocatrice, mais je pense qu’elle est pertinente.

 

Je voulais expliquer en quoi le processus Malakoff et Moi a des défauts (que j’ai dernièrement évoqué), mais je n’ai pas pu m’exprimer (trop de Monde).

 

Mais pour le débat, je me permets de le faire.

 

Certains arguments vont d’ailleurs dans le sens de Malakoff Plurielle.

 

Certes, ça ne veut pas dire que je les rejoins, c’est même plutôt l’inverse.

Mais l’honnêteté intellectuelle m’oblige à dire que sur certains points, il y a convergence sur le sujet.

 

Je pense que le dispositif Malakoff et moi doit être complémentaire à l’existant de ce qui existe dans la démocratie participative.

 

Le problème, c’est que Malakoff et moi ne se fait pas en complément, mais à la place.

 

Je ne suis pas contre Malakoff et Moi.

Je trouve que c’est bien que la municipalité consulte, et essaye d’écouter.

 

Seulement, la seconde phase me laisse dubitative.

Seconde phase qui consiste à regarder ce que la municipalité veut faire, seconde phase qui veut que le citoyen regarde si la municipalité tient ses promesses faites durant la phase précédente.

 

Sur le principe, je n’ai rien contre.

Mais l’application pratique pose plein de problèmes.

J’arrive même à me demander si Malakoff et Moi n’est pas juste une opération de communication.

 

Voici les arguments que j’aurais mis en avant.

 

Le premier argument est que les gens, ils travaillent.

Argument récurent, d’ailleurs.

 

Comme les gens travaillent, surtout s’ils travaillent loin (ce qui est d’ailleurs mon cas), il faut leur laisser le temps d’arriver.

19H30, c’est trop tôt.

En fait, 19H30, c’est l’heure à laquelle j’arrive à la station de bus sur Malakoff, si tout va bien.

Je n’ai pas pu aller à la première réunion car j’ai eu un problème (un bug en ce qui me concerne) à résoudre.

J’ai dû rester.

De fait, je n’ai pas pu m’intéresser au sujet.

Or, je rappelle que les gens qui travaillent touchent un salaire, dont une partie, via la taxe d’Habitation ou la Taxe Foncière, est reversée à la ville.

Les gens qui travaillent participent donc financièrement à la vie de la commune.

Ça serait bien qu’ils puissent aussi physiquement participer à la vie de la cité.

 

Second argument, il s’agit d’évaluer ce que la ville a appliqué des propositions émises lors de la phase précédente.

Franchement, si la municipalité ne fait pas tout, je ne lui en voudrais pas.

D’abord parce que les prochaines municipales sont en 2020. Il reste donc 2 ans pour mettre en application le reste des propositions.

 

Ensuite, le contexte évolue.

Certaines propositions qui étaient pertinentes ne le sont plus après.

Mieux, sur certains sujets, il peut être intéressant de faire d’autres propositions.

C’est l’intelligence qui doit primer, pas une sainte écriture gravée dans le marbre.

 

Par ailleurs, je rappelle que sur certains point, Malakoff et Moi, c’est faible (genre en économie…).

 

Ce qui compte pour moi, c’est que le Maire y mette de la bonne volonté, et sur ce point-là, je n’ai pas à me plaindre.

 

Si elle n’arrive pas à mettre en place une proposition, ce n’est pas grave si elle a de bonnes raisons.

L’envie de bien faire et de faire dans l’intérêt général est plus important que les saintes écritures gravées dans le marbre.

 

Ce qui amène la dernière raison.

Les conseils de quartier.

Ils sont aphones et tournent en sous-régime.

Ce qui, au moins dans les faits, au moins dans la pratique, laisse penser que Malakoff et Moi se fait au détriment des conseils de quartier.

 

Or, c’est vraiment une grande perte.

On n’a plus de lieux pour exposer un problème, pour débattre de la vie du quartier, des problèmes du quartier…

On n’a plus de lieux pour se rencontrer.

 

Pire, certains projets ne sont pas passés dans le conseil de quartier concerné.

 

Je pense à la Ferme Urbaine où le conseil de quartier Centre n’a pas pris part au débat sur le sujet.

 

Je pourrais aussi ajouter la CDD (commission de développement durable) qui ne tourne plus.

D’après ce que j’ai entendu, la cause est liée au fait que les élus ont essayé d’y prendre le pouvoir au détriment des habitants.

 

Dans de la Démocratie en Amérique, Alexis de Tocqueville explique que le citoyen est noyé dans la masse.

 

Pour combattre cet effet, Tocqueville insiste sur le fait que le citoyen doit être encouragé à monter des associations.

 

Les conseils de quartier sont un lieu de débat, rencontres et échanges.

C’est un lieu où l’on lutte contre l’isolement du citoyen dans la masse.

 

L’abandon des conseils de quartier est une grande perte.

9 décembre 2017 Posted by | Malakoff, Politique, politique locale | , , , , , | Laisser un commentaire