Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

Conseil de quartier, il faut faire un effort sur la communication

Il y a peu, j’avais expliqué que pour les conseils de quartiers, il y avait vraiment un effort à faire sur la communication.

 

J’ai un exemple concret.

 

D’abord, je vais me permettre d’énumérer certains éléments à décharge vis-à-vis de la municipalité.

 

Je suis moins présent, moins impliqué sur les conseils de quartier. Plus souvent au CNAM, et je dors certes à Malakoff, mais je travaille hors de Malakoff.

 

Passons aux éléments à charges.

Ce soir, il y a le conseil de quartier centre (20H, salle des conférences, 22 Bis rue Béranger).

Je le savais car je suis dans les échanges de mails.

 

Mais, il se trouve que j’ai eu un trou de mémoire.

De plus, je n’ai pas retrouvé le flyer.

J’ai donc recherché la date, pour confirmation.

 

Problème, elle était nulle part.

Elle n’était pas dans le Malakoff info de ce mois, même écrite en tout petit.

Elle n’était pas dans la newsletter.

Elle n’était pas sur internet, ni dans l’agenda, ni sur la partie « conseil de quartier » du site de la ville.

C’est d’ailleurs le cas aujourd’hui même à 10H.

 

Je suis allé voir à la mairie.

A l’accueil, ils ne savaient pas.

Il faut dire qu’ils consultent le site de la ville pour savoir…

Pourquoi pas.

 

Heureusement, la chef de service a été cherché l’information et me l’a communiqué par mail et téléphone.

Je la remercie pour son travail.

 

Au final :

Les conseils de quartier ont très bien marché lors au départ.

 

Je partage le constat qu’aujourd’hui, ça marche en sous régime et qu’il faut engager une réflexion pour les relancer.

 

D’autant que les conseils de quartier ont une importance vitale : créer du lien.

Il est intéressant de signaler qu’Alexis de Tocqueville, dans de La démocratie en Amérique, insiste sur le fait que les citoyens dans une démocratie sont isolés.

Pour lutter contre ce fléau, il recommande aux citoyens d’investir les associations locales, association locale comme… les conseils de quartier.

 

Il y a plein de raisons qui font que les conseils de quartiers marchent en sous-régime.

Le manque d’information en fait partie.

 

Comment peut-on se rendre à un conseil de quartier si on ignore que celui-ci a lieu ?

Publicités

16 décembre 2016 Posted by | Conseil de quartier, Malakoff, Politique, politique locale | , , , , | Laisser un commentaire

Relance des conseils de quartiers (2/3) : Relancer les conseils de quartier au lieu de se lancer dans l’aventure du budget participatif

Hier avait lieu la première réunion publique sur le budget 2017 de Malakoff.

Il y en a une ce soir d’ailleurs.

 

Avant de parler du fond (ce qui soit dit au passage est de plus en plus compliqué), j’aimerais aborder la forme, et rappeler ce que j’ai dit le 10 Novembre sur la réunion visant à relancer les conseils de quartier.

 

L’objectif était de mieux prendre en considération les attentes de nos concitoyens.

C’est pour ça que la réunion a été faite avant le DOB.

 

On va, même si ce n’est pas encore le cas, vers un budget participatif.

Or dans le fait, je ne suis pas sûr, que l’on prenne l’avis des populations.

 

Ce qui fait que j’aimerais redonner mon avis sur le budget participatif (avis que j’avais donné ici et ici).

 

Je ne suis pas favorable au budget participatif.

Et ceci pour plusieurs raisons.

 

La première est que le budget est un dossier compliqué.

Ça demande des compétences particulières (sur ce point, l’effort pédagogique de Joël Alain doit être salué).

Pour pouvoir juste parler du sujet, j’ai dû m’incrusté dans une formation de l’IFED (institut de formation des élus démocrates) lors d’une université de rentrée du Modem.

De plus, un budget se construit sur et pour la durée.

Il faut avoir des notions d’économies solides pour pouvoir essayer d’anticiper au mieux les évolutions futures.

Un budget doit être capable de prendre en compte les évolutions de l’environnement extérieur dans lequel navigue Malakoff.

 

 

De plus, je suis pour la démocratie représentative, et le budget représente un acte politique fort.

C’est la traduction d’un programme électoral.

Or, j’ai participé à une élection (certes faussé mais ce n’est pas la faute de la majorité sur ce coup-là, c’est celle de Malakoff Plurielle) qui a pour but de choisir le conseil municipal, conseil municipal qui dirigera en mon nom la ville de Malakoff.

 

L’élection est claire, la majorité a clairement été élue, elle applique son programme.

Programme sur lequel elle a été élu.

Si la population n’est pas contente, elle avait qu’à venir voter (Il y a eu 48,31% d’abstention)

Si l’opposition n’est pas contente, elle n’avait qu’à être plus intelligente.

 

Ce qui fait que je me permets de faire la contre-proposition suivante :

Au lieu de se lancer dans l’aventure du budget participatif, je pense qu’il vaut mieux relancer les conseils de quartier qui aujourd’hui sont en panne.

Les dernières dates sont :

  • Conseil de quartier Nord : 09/10/2015
  • Conseil de quartier Centre : 29/01/2016
  • Maison de l’enfant : 09/02/2016
  • Quartier des collèges : 12/11/2015
  • Barbusse-Clos Montholon : 25/09/2014

Beaucoup de réunion de conseils de quartiers datent de 2015, voire de 2014.

Pire, là où au lancement on avait 3-4 réunions par an, on est à 1 réunion par an.

 

Or, je pense que les citoyens ont plus de poids sur le budget par un conseil de quartier que par une réunion budgétaire dans laquelle il faut déjà des compétences techniques rien que pour la comprendre.

 

Un conseil de quartier sert à remonter les problèmes.

Si un problème devient récurent dans un quartier (d’où l’importance de la fréquence des réunion), il finit par remonter au conseil municipal, surtout s’il devient récurent et/ou bien argumenté.

 

De fait, le conseil municipal peut se décider à faire quelque chose, et donc à budgétiser une action…

 

De fait, on a concrètement plus de poids sur le budget en faisant remonter un problème concret plutôt que dans une réunion où les compétences techniques sont importantes.

22 novembre 2016 Posted by | Conseil de quartier, Malakoff, Politique, politique locale | , , , , | Laisser un commentaire

Relance des conseils de quartiers (1/3) : La municipalité doit faire un effort sur la communication

Je préfère le fond à la forme. Je ne pensais donc pas que j’écrirai un truc comme ça.

Et pourtant si.

 

De quoi s’agit-il ?

Des conseils de quartiers sur la ville de Malakoff.

 

Lors du précédent mandat, ils fonctionnaient très bien.

Seulement voilà, depuis un petit moment, ils fonctionnent à sous régime.

Je n’arrive plus à me rappeler de la date de mon dernier conseil de quartier…

 

C’était le thème de la réunion inter-quartier de Jeudi dernier : comment relancer la machine ?

 

Pour ma part, et je l’ai déclaré, je ne sais absolument pas ce qui se passe dans mon propre conseil de quartier.

 

Je dois, par honnêteté, nuancer mes propos.

Il est vrais que je suis moins présent, et assez souvent au CNAM.

C’est d’ailleurs pour ça que je ne vais plus à la CDD, étant donné que les réunions sont souvent le Jeudi, date de cours ou de TD au CNAM…

 

Néanmoins, je continue à penser que la municipalité doit vraiment faire un effort de communication sur les conseils de quartiers malgré tout.

 

Si je prends le Malakoff Info d’octobre 2016, il n’y a aucune page sur les conseils de quartiers, ce qu’ils font, les prochains RDV…

Les dates importantes sont le conseil municipal du 5 (écrit en tout petit à 2 endroits différents), la réunion sur le Grand Paris Express du 11 (Ecrit en tout petit, dernière page), la réunion sur le Grand Paris (Ecrit en tout petit, dernière page, je ne savais même pas qu’il y avait une réflexion sur le sujet), la réunion sur la ZAC Dolet Brossolette (Ecrit en tout petit, dernière page).

 

Il paraît qu’il y avait une réunion sur la Ferme urbaine square Corsico, mais je n’en ai pas trouvé trace.

 

Pour le mois de Novembre, ce n’est pas mieux.

Je rappelle que j’ai reçu le Malakoff Info le 10 Novembre, jour de la réunion, le soir, car la journée, je travaille.

Les dates importantes sont le conseil municipal du 30 et les réunions publiques du 21 et 22.

C’est écrit en tout petit à deux endroits.

On a aussi eu, pour les réunions du 21 et 22 des informations dans la boite aux lettres.

 

De plus, on a une rencontre avec le monde associatif le 19 (Ecrit en tout petit, dernière page) et une réunion publique pour le réaménagement du quartier Barbusse du 29 (Ecrit en tout petit, dernière page).

Rien sur les conseils de quartiers…

 

Pour le site internet, il y a une présentation même pas à jour (des élus référents ont changé depuis), mais rien sur leurs actualités et ce qu’ils font.

 

Pire, il faut un peu chercher, ce n’est même pas mis en valeur.

Dire que le site a été fait récemment…

 

Conclusion : Pour faire connaître l’existence des conseils de quartiers, ce qu’ils font, les prochains RDV, leurs actualités…, c’est toute la communication qu’il faut repenser.

16 novembre 2016 Posted by | Conseil de quartier, Malakoff, Politique, politique locale | , , | Laisser un commentaire

Budget 2016 de Malakoff (4/14) : Les dépenses de fonctionnement

depenses_fonct_budget_2016

Après les recettes, les dépenses.

Pour le cru 2016, on a :

Libellé 2015 2016 Part  2015 (%) Part 2016 (%) Variation (%)
Charges à caractère général 9 972 937,00 10 594 166,00 20,37184563 17,79026382 6,229147943
Charges de personnels, frais assimilés 27 391 048,00 29 505 896,00 55,95204315 49,54780527 7,720945909
Atténuations de produits 464 156,00 624 000,00 0,948137382 1,047852622 34,43755979
Autres charges de gestion courante 1 758 228,00 10 083 857,00 3,591554764 16,93332692 473,5238547
Charges financières 1 469 598,00 1 364 782,00 3,001966581 2,291811534 -7,132290599
Charges exceptionnelles 54 488,00 347 707,17 0,111303333 0,583887612 538,1353142
Dotations provisions semi-budgétaires 63 000,00 93 000,00 0,128690904 0,156170343 47,61904762
Virement à la section d’investissement 1 314 641,00 150 000,00 2,68543394 0,25188765 -88,59004093
Opérat° ordre transfert entre sections 6 466 413,00 6 786 951,00 13,20902432 11,39699423 4,956967642
Total 48 954 509,00 59 550 359,17 100 100 21,6442783

 

Un bon point déjà à signaler : les frais de fonctionnement des groupes d’élus est de 0€ en 2015 et en 2016.

Je ne l’ai pas reporté dans mon Excel de calcul mais comme c’est un bon point, ça devait être signalé.

 

Pour le reste, comme en 2015, les dépenses de fonctionnement partent d’abord dans les frais de personnels (56% en 2015, 49,54% en 2016), les charges à caractère général (20,4% en 2015, 17,8% en 2016).

Nous avons une forte augmentation des charges de gestion courante (+473%).

La municipalisation des crèches peut-être (c’est ce qui m’a été répondu via Twitter pour l’augmentation  des dotations, le département prenant encore en charge les crèches).

Les autres charges de gestion courante passent donc de 3,6% à 17%.

 

On remarque que globalement, l’ensemble des dépenses augmentent.

 

Ce n’est pas le cas pour deux dépenses.

Les chargent financières diminuent (-7%) ce qui est une très bonne chose.

 

Mais le virement à la section d’investissement diminue.

Elle diminue même grandement (-88%).

Certes, on est en dessous de 3% du budget de fonctionnement (et on passe à moins de 1% en 2016).

 

Mais la mairie ayant annoncé une forte série d’investissement, non productif (point sur lequel je reviendrai), cette diminution n’est pas bon signe.

 

D’autant que je suis pour des investissements basés sur l’épargne et l’autofinancement.

24 avril 2016 Posted by | Conseil de quartier, Conseil Municipal, Malakoff, Politique, politique locale | , , , , , | Laisser un commentaire

Le budget participatif : Un gadget démagogique ? (Suite de ma réflexion)

Je m’étais exprimé sur le budget participatif dernièrement.

Après avoir muri ma réflexion, je pense que je suis toujours contre le concept.

 

Pour mémoire, il s’agit de laisser 15% du budget de la municipalité aux mains des conseils de quartier.

Pourquoi seulement 15% ?

La municipalité estime qu’elle a été élue sur un programme, elle applique donc légitimement son programme.

C’est d’autant plus légitime qu’elle a été élue avec 68,14% des voix.

Si l’opposition n’est pas contente, qu’elle travaille plus sérieusement et qu’elle soit plus intelligente.

Et si certaines personnes ne sont pas contentes, qu’elles aillent voter…

 

En ce qui me concerne, lors des municipales, on choisit une équipe pour mener, en notre nom, une politique.

L’équipe municipale est donc légitime selon le principe qu’en démocratie, la majorité a toujours raison, même quand elle a tort.

 

Le maire étant donc légitime (surtout à 68,14%), elle peut prendre l’avis des conseils de quartiers et de la CDD, ou pas…

Évidemment, l’électeur est libre de revoter pour l’équipe municipale… ou pas.

De mon point de vue, c’est aux prochaines municipales que l’on règle les comptes à la municipalité.

C’est aux prochaines municipales que l’on débat de la politique de la ville et que l’on sanctionne, le cas échéant, la politique municipale.

 

J’aimerais aussi ajouter d’autres arguments contre le budget participatif.

 

Effectivement, on a, sur Malakoff, des conseils de quartiers.

Dans un conseil de quartier, on débat des problèmes du quartier.

Encore une fois, la municipalité peut écouter, ou pas, l’avis des conseils de quartiers.

Admettons qu’un conseil de quartier soumette un problème à la municipalité.

Il peut s’agir d’un problème de chaussé, …

Si le problème remonte, et que la municipalité estime que le problème doit être résolu, il se peut qu’elle débourse des fonds pour résoudre le problème.

Ce que j’essaye de dire, c’est que suite à une problématique posée par un conseil de quartier, la municipalité peut débourser des fonds pour résoudre le problème.

De fait, un conseil de quartier peut déjà, indirectement, avoir la main sur une partie du budget municipale.

 

Exemple concret, lorsque j’étais dans le conseil de quartier Barbusse Le Clos (Sud de la ville), on a débattu de la désertification du quartier. Un point qui accompagnait cette désertification était la baisse de fréquentation du marché Stalingrad.

Le conseil de quartier a été entendu. Le marché de Stalingrad a été déplacé.

Cela veut dire que suite aux demandes du conseil de quartier, la mairie a mis une ligne budgétaire.

Le conseil de quartier a donc eu une influence sur une fraction très faible du budget de Malakoff.

 

C’est pour ça que je pense que le budget participatif est un gadget démagogique.

Je pense qu’il est plutôt souhaitable de relancer les conseils de quartier et d’en améliorer le fonctionnement.

5 avril 2016 Posted by | Conseil de quartier, Malakoff, Politique, politique locale | , , , , | Un commentaire

Vers un budget participatif sur Malakoff ?

La semaine dernière, il y avait une réunion à l’Hôtel de ville pour parler de démocratie locale.

Il était surtout question de relancer les conseils de quartier.

 

Mais une question, de manière anecdotique d’ailleurs, a été abordée : celle de doter la ville de Malakoff d’un budget participatif (comme c’est le cas de Paris, par exemple).

 

Ce n’est pas certain, mais ça y réfléchit dans la majorité municipale.

 

D’abord, il faut commencer par une précision.

Il ne s’agit pas de rendre l’ensemble du budget de la ville participatif.

Effectivement, la majorité municipale estime avoir été élue sur un programme, elle met donc en œuvre le programme sur lequel elle a été élue, notamment dans ses orientation budgétaire.

En ce qui me concerne, ça me va, c’est la démocratie. Et si l’opposition n’est pas d’accord, elle n’avait qu’à être plus intelligente…

 

En réalité, il s’agit de permettre à 15% municipal d’être débattu en conseil de quartier.

C’est important de le préciser.

La municipalité pourrait laisser 15% du budget municipal aux mains des conseils de quartier, et non la globalité du budget municipal.

 

Personnellement, cela me laisse, pour l’instant perplexe…

Au mieux, ça me semble un gadget. Au pire, une idée dangereuse.

 

J’ai deux raisons à cela.

La première, c’est que le budget est un domaine très technique.

Pour en parler sans dire trop de conneries, je m’y suis formé lors d’une université de rentré Modem avec l’IFD (Institut de formation démocrate).

J’ai peur que sans une formation adéquate, la population ne puisse apporter une vision pertinente sur un sujet aussi complexe.

 

En fait, demander à la population de se décider sur la globalité ou une partie (ce qui est le cas ici) devrait se faire après avoir formé la population à un sujet aussi technique.

Cette question est d’ailleurs centrale pour un conseil de quartier, et pas que sur le budget.

 

La seconde raison est que le budget est un acte politique fort. Les choix politiques se traduisent dans le budget.

 

Or, il y a un moment où la démocratie représentative prend le pas sur la démocratie participative.

 

Je ne méprise pas la démocratie participative. Au contraire. Elle permet l’information, le débat et de créer des liens.

Alexis de Tocqueville, dans « De la démocratie en Amérique », explique que le citoyen, dans une démocratie, a tendance à être isolé.

Pour lutter contre cet isolement, Alexis de Tocqueville recommande au citoyen de s’investir dans des associations locales, en l’occurrence, dans de la démocratie participative.

 

Mais il faut bien garder à l’esprit que ce n’est pas le conseil de quartier qui dirige, mais le maire.

Le maire peut suivre l’avis des conseils de quartiers… ou pas.

 

Personnellement, j’élis un maire pour lui donner mandat et gérer, en mon nom, la politique municipale.

 

Si on a des comptes à régler avec la municipalité, c’est aux municipales que ça doit se passer.

20 mars 2016 Posted by | Conseil de quartier, Malakoff, Politique, politique locale | , , , | Laisser un commentaire

Le TGV débattu dans le conseil de quartier centre

Le TGV et Malakoff, c’est une longue histoire.

Pour mémoire, la ville de Malakoff est coupée en deux, coupée entre le Nord de la ville et le Sud.

Cette cassure est symbolisé par la ligne 13, qui sur la ville de Malakoff est aérienne.

Côté Sud de la ville, longeant la ligne 13, il y a une ligne de TGV.

 

Le problème, c’est que ça fait du bruit.

Effectivement, le TGV a une tendance à s’arrêter au milieu de la voie.

Et il laisse tourner ses ventilations….

Et très franchement, ça s’entends.

 

Pire, il aime bien faire ça la nuit.

 

Le conseil de quartier des collèges a pris, lors de la précédente mandature, la question très au sérieux.

Une pétition sur le sujet avait été signée.

 

Dernièrement, il était question d’augmenter le trafic. On passerait de 150 à 250 TGV par jour.

Une enquête publique a été effectuée, durant les grandes vacances, histoire que personne ne puisse y répondre.

Mieux, elle a conclu qu’il n’y avait aucun problème de nuisance !

 

Par ailleurs, rien n’oblige RFF à rehausser le mur anti-bruit si le coût est trop élevé.

 

Une association de riverain a donc été créée, et une nouvelle pétition a été mise en ligne.

C’est d’ailleurs l’association en question qui est venue au conseil de quartier présenter le sujet.

Par ailleurs, la municipalité réfléchit à une action en justice.

16 février 2015 Posted by | Conseil de quartier, Malakoff, Politique, politique locale | , , , | Un commentaire

Le TGV revient dans le conseil de quartier Maison de l’enfant

Lors du conseil de quartier de la maison de l’enfant qui se déroulait hier, on a parlé du problème de TGV.

Le feuilleton n’est pas nouveau, et concerne surtout le conseil de quartier des collèges.

 

La ville de Malakoff est coupée en deux.

Cette coupure entre le Nord et le Sud est symbolisé par la ligne de métro 13 qui sur Malakoff est aérienne.

 

Sur le Sud de la ville, une ligne de TGV longe la ligne de métro.

 

Le problème c’est qu’en pleine nuit, les TGV s’arrêtent en plein milieu.

Généralement, suite à un manque de coordination, les TGV attendent une place dans le centre technique de Chatillon.

 

Ils restent stationnés et laissent tourner leurs ventilations.

Or, laisser tourner les ventilations fait un bruit insupportable

 

Face à ce problème, le conseil de quartier des collèges a fait une pétition, et un blog s’est emparé du sujet.

 

Or, ça pourrait s’aggraver.

Suite à l’ouverture de deux nouvelles lignes de TGV, une avant-gare pourrait-être construite.

Il y aurait même des travaux la nuit….

 

Tout ça pour faire circuler 2 TGV de plus par heure, soit 48 TGV de plus par jour (chiffre données durant le conseil de quartier).

 

Une enquête d’utilité publique est en cours. Et lors du conseil municipal du 25/06/2014, la municipalité devrait demander le rehaussement du mur anti-bruit.

 

D’autres informations sur le site de la Vigie.

24 juin 2014 Posted by | actualité, Conseil de quartier, Malakoff, Politique, politique locale | , , , , , , | 2 commentaires

Le fantôme de l’EPF92 rôde dans le conseil de quartier Nord

Hier se déroulait le conseil de quartier centre.

Le sujet le plus important, le plus sensible, était la politique foncière de la ville.

J’espère que ce n’est pas pour ça qu’il était traité en dernier dans l’ordre du jour.

Il y a de véritables inquiétudes, légitimes, sur ce dossier.

En particulier, pour le secteur Danton, une association, Aux portes de Malakoff, s’est créée.

Des représentants étaient venus assister au conseil de quartier.

 

Malheureusement, ni Serge Cormier, adjoint à l’urbanisme, ni Martine Jossart, responsable du service urbanisme, n’ont pu venir.

 

C’est donc un élu référent qui a présenté le dossier. Or, l’élu référent ne maîtrisait pas bien le sujet, et nous a donc fait un cours sur l’histoire de la politique foncière.

On a eu le droit au passé, mais pas au futur.

 

Et les doutes ne sont pas dissipés, notamment ceux de l’association Aux portes de Malakoff.

 

Le dossier étant complexe, je vais en rappeler les grandes lignes.

 

Lors du conseil municipal du 17/04/2013, la ville délègue le droit de préemption et d’expropriation à l’EPF 92 (établissement foncier des Hauts de Seine).

 

Quatre zones sont concernées.

 

La raison est principalement économique.

La ville, pour maitriser son foncier, passe par l’EPF 92 qui lui a les moyens financiers.

Jusque-là, pourquoi pas.

 

Mais les inquiétudes sont démocratiques.

Les habitants seront-ils informés ? Le conseil municipal sera-t-il saisi ?

 

Or, sur ce dernier point, il y a un vrai effort à faire.

Aucune communication n’a été faite sur le sujet.

En particulier, c’est par hasard que les habitants de l’Ilot Danton ont appris qu’ils étaient concernés par le sujet.

 

Dans le même ordre d’idée, c’est par hasard qu’Emmanuelle Janès a découvert que le 12 Rue Nicomédès Pascual, sur lequel l’association des amis de Nicomédès a le projet d’un logement collaboratif, était concernée.

Depuis, elle a créé une liste (puis une association) et elle est élue au conseil municipal.

 

Le problème c’est qu’il y a d’autres exemples.

En particulier, c’est par hasard que j’ai appris que le 6 rue Jean Jaurès avait été préempté.

 

Il y a en fait deux inquiétudes :

  1. La première est sur l’information que donne la mairie, sur la transparence. Sur ce dossier, on n’est clairement pas informé sur ce qui est préempté.
  2. On ne sait pas quels sont les intentions de la municipalité sur certaines zones, notamment la zone Danton.

Les personnes concernées n’ayant pas pu venir défendre leur point de vue, les doutes ne sont pas levés.

En gros, la municipalité préempte, mais elle ne sait pas pourquoi, ni comment. C’est vraiment rassurant, et ça fait sérieux.

17 juin 2014 Posted by | Conseil de quartier, Malakoff, PLU, Politique, politique locale | , , , , , , , | Laisser un commentaire

Conseil de quartier des collèges : la mobilisation continue face aux TGV

tgv 001

tgv 002

Le quartier du collège est face à un vrai problème de TGV.

Pour mémoire, la ville de Malakoff est coupée en  deux, et la coupure est symbolisée par la ligne 13 qui est aérienne sur Malakoff.

Au sud de la ligne 13, il y a une ligne de TGV qui part de Montparnasse.

Or, le TGV a tendance à s’arrêter.

Le problème c’est qu’il laisse tourner ses ventilations, et ça fait franchement du bruit (jusqu’à 90dB).

Face à ce problème, le conseil de quartier a déjà lancé une pétition, et un blog a été créé.

Dernièrement, les habitants ont aussi eu le soutien du maire, Catherine Margaté, et du député, Julie Sommaruga.

Les deux élus ont écrit au président de la SNCF.

Le problème, c’est que malgré ça, le TGV continue à martyriser les habitants de Malakoff en toute impunité.

Les entités concernées, RFF pour les structures (la construction d’un mur dépendrait de RFF), la SNCF (qui s’occupe de la circulation des trains) se détestent.

Pire, la personne qui s’occupe du problème au conseil de quartier explique qu’elle n’a plus de réponse des différents responsables malgré les nombreuses sollicitations par mail. La SNCF l’avait pourtant bien reçu.

Mais le conseil de quartier reste mobilisé, et d’autres actions seront envisagées.

18 octobre 2013 Posted by | Conseil de quartier, Malakoff, Politique, politique locale | , , , , , | Laisser un commentaire