Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

Municipales 2014 de Malakoff : Ouvrons le débat : la structure de la population de Malakoff

Comment est répartie la population de Malakoff si on se réfère aux catégories sociaux-professionnelles ?

Selon les chiffres de l’INSEE, on a :

Année 1999 2009 1999% 2009% Evolution(%)
Agriculteurs exploitants 0 4 0 0,01581465
Artisans, commerçants, chefs d’entreprises 632 591 2,6298269 2,33661487 -6,487341772
Cadres et professions intellectuelles supérieures 2656 4341 11,0519308 17,1628514 63,44126506
Professions intermédiaires 4 152 4762 17,276964 18,8273435 14,69171484
Employés 5496 5051 22,8695073 19,9699522 -8,096797671
Ouvriers 2388 2103 9,936751 8,31455343 -11,93467337
Retraités 4680 4750 19,4740346 18,7798996 1,495726496
Autres 4028 3691 16,7609854 14,5929704 -8,366434955
Total 24032 25293 100 100 5,247170439

En 1999, nous avions réparties autour de 20% les professions intermédiaires, les employés et les retraités.

Autour de 10%, nous avions les cadres et les ouvriers.

En 2009, nous avons autour de 20% les cadres, les professions intermédiaires, les employés et les retraités. Autour de 10%, on a les ouvriers.

On remarque une très forte progression des cadres (+63%). La proportion des ouvriers diminue légèrement (-11%).

Notons que les artisans et les chefs d’entreprises ne sont pas légions à Malakoff (autour de 2.5%).

Nous pouvons aussi regarder les catégories sociaux-professionnelles selon le sexe.

En 2009, selon l’INSEE, on avait :

Homme Femme Total %Homme %Femme
Ensemble 11851 13444 25295 46,8511564 53,14884364
Agriculteurs exploitants 0 4 4 0 100
Artisans, commerçants, chefs d’entreprises 433 157 590 73,3898305 26,61016949
Cadres et professions intellectuelles supérieures 2509 1833 4342 57,7844311 42,21556886
Professions intermédiaires 2108 2654 4762 44,2671147 55,73288534
Employés 1591 3461 5052 31,4924782 68,50752177
Ouvriers 1764 340 2104 83,8403042 16,15969582
Retraités 1980 2770 4750 41,6842105 58,31578947
Autres 1466 2225 3691 39,7182335 60,28176646

Pour les cadres, les professions intermédiaires et les retraités, c’est à peu près équilibré.

La gente masculine écrase la gente féminine chez les artisans, les commerçants,  les chefs d’entreprises et les ouvriers.

Par contre, la gente féminine écrase la gente masculine chez les employés.

Enfin, on peut avoir la distribution selon les tranches d’âges.

Selon l’INSEE, en 2009, on avait :

16 à 24 ans 25 à 54 ans 54 ans et +
Ensemble 100 100 100
Agriculteurs exploitants 0 0 0,1
Artisans, commerçants, chefs d’entreprises 0,3 3,1 2
Cadres et professions intellectuelles supérieures 4,8 25,2 7,9
Professions intermédiaires 12,5 26,6 6,7
Employés 17,7 26,9 7,3
Ouvriers 7,1 11,2 3,2
Retraités 0 0,3 66,4
Autres 57,5 6,8 6,4

Les 16 à 24 ans sont réparties principalement chez les employés (17.7%) et les professions intermédiaires (12,5%).

Les 25 à 54 ans sont, à environ 25%, chez les cadres, les professions intermédiaires et les employés.

Au-delà de 54 ans, on est surtout chez les retraités.

structure_population_malakoffstructure_population_malakoff_sexestructure_population_malakoff_age

Publicités

19 janvier 2014 Posted by | Malakoff, Politique, politique locale, Statistiques | , , , | Laisser un commentaire

Municipales 2014 sur Malakoff : Ouvrons le débat : La population de Malakoff

La population actuelle de Malakoff est aux alentours de 31000 habitants.

Selon l’INSEE, on a les chiffres suivant :

Année Population Densité (habitants/km2)
1968 36198 17487
1978 34121 16483,6
1982 32553 15726,1
1990 30959 14956
1999 29419 14212,1
2009 30988 14970

 

La population était de 36198 habitants en 1668.

Ce chiffre est l’objectif affiché du PLU. Mais il est important à noter que c’était dans d’autres conditions. A cette époque, les logements possédaient plus d’habitants.

Aujourd’hui, atteindre cet objectif oblige à construire beaucoup plus.

 

Toujours selon le site de l’INSEE, nous pouvons aussi avoir une répartition par âge.

Nous obtenons :

Age Hommes Femmes Total %Homme/

âge

%Femme/

âge

%Homme/

Total Homme

%Femme/

Total Femme

0 à 14 2986 2716 5702 52,36759032 47,63240968 20,13214671 16,81109185
14 à 29 3253 3423 6676 48,7267825 51,2732175 21,93230852 21,18717504
30 à 44 3605 3649 7254 49,69671905 50,30328095 24,30555556 22,58603615
45 à 59 2803 3234 6037 46,4303462 53,5696538 18,89832794 20,01733102
60 à 74 1521 1841 3362 45,24092802 54,75907198 10,25485437 11,39514731
75 à 89 615 1165 1780 34,5505618 65,4494382 4,146440129 7,210943303
90+ 49 128 177 27,68361582 72,31638418 0,330366775 0,792275316
Total 14832 16156 30988 47,86368917 52,13631083 100 100

Les jeunes (de 0 à 30 ans) représentent 38%. Les gens de 30 à 40 ans représentent 42,59%.

Les tranches d’âges sont bien réparties jusqu’à 60 ans, aux alentours de 20% (16% pour la tranche la plus jeune).

Jusqu’à 74ans, la répartition Homme/Femme est plutôt bien répartie, avec un léger avantage pour les femme. Au-delà de 74 ans, les femmes dominent.

 

Côté densité, on peut, grâce à l’INSEE, se comparer aux autres villes.

Ville Habitants Densité (Habitants/km2)
Malakoff 30 988 14 970
Clamart 52 569 5 994.2
Fontenay-aux-Roses 23 684 9 435,9
Bagneux 38 495 9 187,4
Châtillon 32 448 11 112.3
Montrouge 48 410 23 365,5
Vanves 26 505 16 990,4

Sur Sud de Seine, la ville la plus peuplée est Clamart. C’est d’ailleurs la ville avec la plus grande superficie.

Par contre, Malakoff est la ville la plus dense de Sud de Seine.

Si on compare avec les communes limitrophes, Clamart (ville la plus grande) est la ville la plus dense.

Mais c’est Montrouge la ville la plus dense.

 

En plus : des graphiques et une pyramide des âges.

habitant_malakoff

pyramide_age

12 janvier 2014 Posted by | Malakoff, Municipales 2014, Politique, politique locale, Statistiques | , , , , | Un commentaire

L’alliance PS – centre/Modem vu de manière (un peu) plus mathématique

Très récemment,  j’avais écrit que j’étais, contrairement à d’autres figures emblématiques du centre (non-UDI), très défavorable à une alliance avec le PS local dès le premier tour.

 

On peut en avoir une vision plus probabiliste.

Ici, nous avons un arbre de probabilité.

La probabilité de l’évènement suivant se fait si l’évènement précédent s’est produit.

La probabilité finale sera donc la multiplication des différentes probabilités.

 

Prenons-les au pifomètre pour comprendre la logique.

Rappelons que le but est ici d’avoir un élu centriste en intégrant une liste PS dès le premier tour.

Pour cela, il faut (sur un scénario où Catherine Margaté est élue à la fin):

  • Que le PS fasse une liste dès le premier tour : Allez, au pifomètre, 25% de chance.
  • Que le PS veuille bien de nous : Allons, 25% de chances.
  • Qu’il y ait un second tour : 50% de chances.
  • Que le PS accepte de faire de l’opposition : 10% de chances.

On arrive donc à une probabilité finale de 0.25*0.25*0.5*0.1=0.003125 soit 0.3125%.

On voit bien que la probabilité que le scénario nous soit avantageux est très négligeable.

 

En réalité, ces chiffres étant purement pifométrique et sorti de mon imaginaire, on ne peut espérer que maximiser la probabilité, c’est-à-dire en connaitre le maximum.

En supposant que chaque évènement a une probabilité inférieure à 50%, pour connaitre la probabilité maximale, on part du principe que chaque étape a une probabilité de 50% (ce qui est exagéré pour certaines étapes, dont la 4).

 

Dans ce cas, la probabilité finale est de 0,54 soit 0,0625 soit 6,25%.

Le compte n’y est pas !

On essaie en général de bâtir un scénario sur des probabilités supérieures à 90%.

23 juin 2013 Posted by | Malakoff, Municipales 2014, Politique, politique locale, Statistiques | , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

L’opposition et les municipales de 2014 à Malakoff (1/4) : Catherine Margaté a déjà gagné !!!

Hier, je participais à une réunion politique où l’on a parlé de la stratégie pour le centre aux municipales 2014 (le centre non UDI).

Je dois avouer que je suis en désaccord avec l’option qui a été défendue.

Malheureusement, j’ai un devoir de réserve, du moins pour le moment.

Par ailleurs, je n’ai pas enviez d’étaler, pour l’instant, les contradictions des uns et des autres, y compris les miennes. En tout cas pas pour l’instant. Notons que la politique, c’est d’abord de gérer des contradictions.

 

Mais j’aimerais que la réflexion sur les municipales se fassent avec une base sérieuse, avec lucidité et non pas sur des envies et des hypothèses peu probables.

C’est pour ça que j’ai décidé de donner certains aspects de ma réflexion sur le sujet.

Cet article n’engage que moi.

Au début, je ne pensais écrire qu’un article sur le sujet. Mais je pense qu’il faut approfondir.

J’ai donc décidé de me centrer sur l’opposition.

Je crois également que cet aspect peut intéresser la section PS qui commence à avoir les dents longues qui poussent et qui à terme voudrait peut-être renverser le PCF (et prendre sa place).

 

Je vais donc commencer par le point le plus important à mes yeux : Catherine Margaté, maire de Malakoff, a déjà gagné largement les municipales.

Pour s’en convaincre, même si chaque élection est unique, il suffit de regarder les résultats des élections où les aspects locaux jouent un rôle non négligeable.

Voici donc les résultats d’élections législatives, municipales et cantonales, sur Malakoff :

Extrême droite FN Droite RPR-UMP Droite UDF-UDI Centre Modem Gauche PS Gauche PC Gauche Vert
Législatives 2002 7,74 15,83 11,14 0 17,69 38,59 2,84
Législatives 2007 3,62 25,43 0 21,74 39,73 4,14
Municipales 2008 0 17,8 0 7,3 0 65,8 4,4
Cantonnales 2008 3,2 17,3 0 6,2 10,9 57,4 5
Législatives 2012 7,44 0 14,27 1,23 27,28 40,26 3,92

 

Et voici un histogramme histoire d’avoir une représentation graphique.

 

election_resultat

 

Notons que le 0 signifie qu’il n’y avait pas de candidat.

Aux municipales, le PC est toujours réélue dans un fauteuil avec 65,8%.

Faut dire qu’il n’y avait pas de liste PS.

 

Si on regarde le rapport PS/PC, il est en moyenne de 22,23 pour le PS contre 39,52 pour le PS aux législatives.

Comparé aux cantonales, le PS s’en sort mieux aux législatives, surtout en 2007 et 2012.

Le PS fait néanmoins un moins bon score aux législatives 2002, mais c’est parce-que le PS était dans une mauvaise passe (le gouvernement Jospin venait d’être sanctionné).

 

Le PS a cette fois-ci un député. Mais il faut aussi nuancer. C’est la chute du maire UDI de Montrouge (qui a eu un coup de mou lors de l’élection) qui a permis à Julie Sommaruga d’être élue.

Ce n’est pas les scores à Bagneux et à Malakoff (deux villes communistes) qui ont permis à Julie Sommaruga de passer devant le maire PC de Bagneux au premier tour.

Notons qu’à l’époque, il y avait une dynamique pour le PS et François Hollande.

 

Aujourd’hui, changement politique, le PS est dans une dynamique négative (lié à une politique économique inefficace, la division de la société par le mariage pour tous, ou bien les affaires dont celle de Cahuzac).

 

Qu’en est-il pour les municipales 2014 ?

 

Côté Margaté, il y a une dynamique.  C’est un maire apprécié par les malakoffiots, y compris hors de la gauche, et elle a une dynamique éventuelle en étant dans l’opposition avec Mélenchon.

 

Le PS lui, est-peu identifié, et il a toujours été avec le PC dès le premier tour.

Il ne pourra pas compter sur une dynamique car il trainera le boulet Hollande.

Quant à l’opposition, Jean Emmanuel Paillon a annoncé dans le Malakoff Info qu’il ne serait pas tête de liste et Thierry Guilmart (UMP) le fait après moi le déluge.

 

Au vu des résultats aux diverses élections où le local joue, de la dynamique anti-hollande et de l’état de l’opposition, un constat lucide s’impose : Catherine Margaté a déjà gagné les municipales 2014.

 

Alors j’entends dire qu’avec Catherine Margaté c’est impossible car elle est chaleureuse, mais avec son adjoint Serge Cormier, ça sera plus facile car il est  buté.

Pour ma part, les gens qui pensent comme ça font un pari dangereux et totalement idiot.

Pour ma part, je respecte Serge Cormier car je pense qu’il s’agit d’une personne qui a une véritable vision. Qu’on y adhère ou pas n’a pas d’importance. Je respecte les gens qui ont une vision, point final.

Serge Cormier est quelqu’un d’intelligent, et je pense qu’il est largement capable de gérer intelligemment Malakoff et surtout, je pense qu’il est capable de gagner une élection sur Malakoff.

Il ne fera peut-être pas le score de 65,8% de Catherine Margaté, mais je pense que son potentiel est aux alentours de  55%.

Notons également que localement, le PC a vraiment des gens de valeur, je pense notamment à Joël Allain.

Notons aussi que Catherine Margaté est à fond dans ses dossiers. C’est visible lorsqu’elle en parle, ça la rend sympathique et un peu farfelue. De plus, la façon dont elle en parle montre qu’elle aime vraiment sa ville. Après, que l’on adhère à sa vision ou pas, c’est une autre histoire.

 

Bref, Catherine Margarté va très probablement avoir un nouveau mandat (en fait, il est aussi possible qu’elle fasse 1 an et qu’elle passe la main après).

On peut s’en plaindre, mais je pense qu’il faut plutôt se poser la bonne question : comment en est-on arrivé là ?

 

De mon point de vue, je pense que l’opposition, que ce soit Gérard Lesuisse (RPR), Thierry Guilmart (UDF puis UMP) ou Jean Emmanuel Paillon (Modem puis divers-centre) n’ont jamais été à la hauteur.

 

Je vais prendre deux exemples. Sur le mandat  2001-2008, la dette est passée de 3 949k€ en 2003 à 47 278k€ en 2008. En 5 ans, la dette a été multipliée par 11,972…

Pire, en 2008, l’autofinancement brut était négatif.

L’opposition a-t-elle alertée la population ?

Absolument pas. Au contraire, Thierry Guilmart (UMP) a découvert l’état des finances avec le rapport de la chambre régional des comptes.

 

Autre exemple, en 2009, la municipalité a augmenté fortement les impôts. La municipalité a expliqué que c’était la faute à Sarkozy. L’opposition a-t-elle fait de la pédagogie pour expliquer que cette posture était tout simplement du simplisme et de la malhonnêteté intellectuelle?

Non !

Du coup, les malakoffiots croient que si les finances de Malakoff se sont dégradées, c’est la faute à Sarkozy.

 

Par ailleurs, l’opposition ne fait pas la pédagogie nécessaire pour expliquer l’importance de Sud de Seine qui prend une place de plus en plus important dans la vie des malakoffiots.

 

Fort de ce constat, mon avis est donc le suivant :

L’enjeu des municipales 2014 n’est pas de prendre la mairie aux communistes, c’est tout simplement contre-productif.

L’enjeu est d’abord de construire une opposition crédible sur Malakoff.

J’ajoute que cette construction doit être fait dans la durée (j’y reviendrai).

Cela veut dire qu’une liste non-PC doit faire une campagne de notoriété et non de gain (voir le livre de François Trétarre)

J’ajoute également qu’il s’agit d’une question de démocratie. Une démocratie ne peut pas fonctionner de manière saine si le débat n’est pas présent.

J’en profite aussi pour signaler que si les communistes tiennent, c’est aussi parce-que l’on n’a pas une opposition capable de porter le débat pour éclairer la population.

 

Pour finir, je pense qu’avant de songer à prendre la mairie aux communistes, il faut accepter de passer par la case opposition.

 

Enfin, je souhaiterais aborder le cas du PS. Le PS est dans la majorité.

Mais certains veulent faire une liste au premier tour. C’est en tout cas ce qu’il se dit.

C’est évidemment des rumeurs.

Si le PS veut prendre la place du PC, une question fondamentale se posera : le PS, suite à ce que je viens d’écrire, acceptera-t-il de faire 6 ans d’opposition ?

Pour ma part, je vois plus le PS faire une liste pour plus peser dans la future majorité PC-PS.

16 avril 2013 Posted by | Malakoff, Mes réflexions, Municipales 2014, Politique, politique locale, Politique nationale, Statistiques | , , , , , , , | Laisser un commentaire

Les politiques vivent définitivement sur une autre planète

C’est par le blog de Christophe Ginisty que j’ai pris connaissance du sondage Le Figaro/LCI sur ce que les français pensent de la politique.

Et c’est très inquiétant, d’autant que le sondage a été fait après l’affaire Cahuzac.

Selon ce sondage, 77% des personnes interrogé pensent que le personnel politique est corrompu.

Pire, dans le sentiment ressentis, on a:

  • Du dégoût à 36%
  • De la méfiance à 32%
  • De l’ennui à 10%
  • De l’intérêt à 9%
  • De l’espoir à 6%
  • De la peur à 5%
  • Du respect à 1%

Une réaction forte est-elle attendue?

De ce point de vue, on a:

  • Remaniement avec Jean Marc Ayrault comme premier ministre à 10%
  • Remaniement avec changement de premier ministre à 28%
  • Dissolution de l’assemblée nationale à 33%
  • Ne rien changer à 28%

Quand je vois la réaction  de Hollande (via le canard enchaîné), je crains qu’il n’ait pas conscience du fossé qui sépare les politiques et  surtout, du fossé qui s’est creusé.

Par ailleurs, je considère que le problème de François Hollande (appelé par les guignols mou-président) n’est pas Cahuzac, mais avant tout sa politique économique.

François Hollande est dans sa tour d’ivoire, ne sait pas ce qui vit le français lambda, fait une politique économique inadapté, et reste droit dans ses botte.

Par contre, même si il n’a pas toutes les cartes en main, le français subit cette politique comme il subissait la politique de Nicolas Sarkozy.

L’affaire Cahuzac a juste catalysé cette colère. On a des politiques nuls mais en plus, certains sont corrompus.

Mais la colère se serait sans doute manifestée, Cahuzac ou pas. Elle se serait manifestée dans les urnes dès 2014.

J’en profite pour rappeler à l’UMP qu’elle devrait faire profil bas. Le quinquennat de Nicolas Sarkozy n’a pas été exemplaire.

Enfin, il est à rappeler que le problème est l’état d’esprit de nos politiques.

Quand on refuse l’amendement de Charles Amédée de Courson ou que l’on propose une amnistie fiscale

Difficile de demander des efforts aux français quand l’on n’en fait pas soi-même.

Enfin, même si je n’en ai pas parlé, je rappelle de François Bayrou fait circuler une pétition, que j’ai signé la semaine dernière.

12 avril 2013 Posted by | Politique, Politique nationale, Statistiques | , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Classement des lycées 2013 dans le 92

La dernière fois, c’est par le blog de Christophe Grébert que je suis tombé sur le classement.

Cette fois-ci, c’est par le blog de Bernard Gauducheau, maire UDI de Vanves.

 

Que dire, que dire?

Rien de nouveau par rapport à la dernière fois.

On a toujours les points suivants:

  • Pour les villes non-mixées socialement, qui sont des ghettos de milieux favorisés, on est en tête du classement.
  • Le public se fait encore laminer (encore une fois, merci à Philippe Meirieu)
  • Les lycées/classe préparatoires s’en sortent mieux.

Effectivement, les 5 premiers lycées sont Madeleine-Damelou (Rueil-Malmaison),  Sainte-Marie (Neuilly-sur-Seine), Saint-Thomas de Villeneuve (Chaville), Notre-Dame (Meudon) et Notre-Dame (Boulogne-Billancourt).

Les cinq premiers lycées sont privés, 3 dans des villes clairement favorisées.

 

Pour le public, on a dans l’ordre Louis Pasteur (Neuilly-sur-Seine) en 13ème, Lakanal (Sceaux) en 14ème, Marie-Curie (Sceaux) 15ème, Richelieu (Rueil-Malmaison) en 20ème et enfin Michelet (Vanves) en  21ème.

Sur les cinq meilleurs lycées publics, les quatre-premiers sont dans des villes favorisés.

Notons qu’à ma connaissance, deux font classe préparatoire (Lakanal et Michelet).

 

J’en profite aussi pour rappeler qu’à Malakoff (car Malakoff dépend du lycée Michelet à Vanves), certains élèves demandant Michelet ne sont pas acceptés (pour diverses raisons plus ou moins variées).

En réalité, le Lycée Michelet effectue discrètement une petite sélection.

 

Enfin, les 20 derniers lycées sont publics (tout comme les 12 premiers sont privés).

Dans les derniers, on a Puteaux en 51ème, ayant des élèves de Nanterre, Nanterre en 51ème, Villeneuve-la-Garenne en 49, Châtenay-Malabry en 48, et Montrouge en 47.

Notons que Bagneux dépend de Montrouge.

30 mars 2013 Posted by | Malakoff, Politique, politique locale, Politique nationale, Statistiques | , , , , , , , | Laisser un commentaire

Statistique : Raisonner sur la médiane est criminel. Raisonnons sur la moyenne et l’écart-type

J’ai décidé d’inaugurer une section statistique. Et je vais l’inaugurer en défendant le point de vue suivant : Raisonner sur la médiane est criminel. Il faut raisonner sur la moyenne et l’écart type moyen.

Ce point de vue me vient de la physique d’ailleurs.

Soit une série statistique de valeurs xi et avec les poids wi.

On définit la moyenne <x> par :

image001

L’écart type est définit σ par :

image003

Le carré de l’écart type est la différence entre la moyenne des carrés et la moyenne élevé au carré.

Pour ce sujet on a besoin d’introduire la fonction de Gauss :

image005

Cette fonction est dérivable sur les réels, continue et également intégrable.

En particulier :

image007

On utilise aussi :

image009

si n > 2.

Il va de soi que:

image011

De même, si n est impaire, l’intégrale est nulle car la fonction est impaire.

Selon le théorème de la limite centrale, toute distribution statistique tend vers une gaussienne.

Une distribution statistique, ici probabiliste car on la normalisera à 1, tend vers :

image013

C’est ce que l’on appelle une gaussienne.

La représentation est :

Par la suite, on utilise le changement de variable suivant :

image016

On vérifie, par changement de variable, que l’on a une norme de 1. Elle est de:

image017

La moyenne se calcul par :

image019

La moyenne des carrés se donne par :

image021

On arrive à un écart type de

image024

La moyenne et l’écart type donne des indications sur notre gaussienne.

La moyenne représente le maximum de cette gaussienne.

Pour l’écart type, c’est un peu plus subtile.

Si on cherche les valeurs à mi-hauteur tel que la gaussienne vaut la moitié de la valeur maximale, on trouve :

image025

Soit :

image027

On arrive donc à une différence de :

image029

Par la moyenne et l’écart type, on peut donc avoir une idée de la gaussienne. La moyenne donne la valeur la plus probable.

Un écart-type permet de savoir si c’est très distribué ou pas.

Avec un faible écart-type, la distribution est très centrée sur la moyenne.

Le problème, c’est que l’on a tendance à raisonner sur la médiane, notamment lors des négociations syndicales.

Pour mémoire, si on a la série 1,1,2,2,3,3,3,4,4, la médiane est de 3. Or, si ici on a une distribution statistique ridicule, dans la pratique, on a beaucoup plus de valeurs. Et comme on a plus de valeurs, la distribution statistique va tendre vers une gaussienne. Il est donc, du coup, plus honnête de raisonner sur la distribution statistique elle-même, qui  est proche d’une gaussienne.

Du coup, la médiane n’a pas de sens. On est supposé avoir un nombre suffisant de valeurs pour être proche de la gaussienne. Du coup, la moyenne et l’écart-type permettent de décrire cette gaussienne. On a donc une idée d’où elle est centrée par la moyenne, et on sait si c’est peu distribué (ou pas) par l’écart-type.

17 mars 2013 Posted by | Statistiques | , , , | Laisser un commentaire