Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

Retour sur les législatives 2017 (11ème circonscription des Hauts de Seine)

J’avais prédit une triangulaire LREM/PCF/UDI, expliquant pourquoi tout le monde voulait faire perdre LREM (ici et ici), et une victoire du PCF.

 

Ça tombe bien, c’est l’inverse qui s’est donc passé.

 

On a eu un effondrement de la droite (représenté par l’UDI), un second tour PCF/LREM et une victoire de LREM.

 

Je passe donc pour un con (merci à l’UDI, histoire de se défausser).

Mais il est intéressant de savoir pourquoi je me suis trompé, ce qui arrive de temps en temps, mine de rien.

 

D’abord, je tiens à rappeler que je vote depuis 1995.

J’ai participé aux législatives de 1997, 2002, 2007, 2012 et 2017.

Jusqu’à 2012, la circonscription était tenue par le PCF avec l’ancien maire de Bagneux, Janine Jambu, de 1993 à 2007, et par le maire actuel de Bagneux, Marie Hélène Amiable (de 2007 à 2012).

 

Ayant de bonnes connaissances de la politique locale, notamment à Bagneux, et surtout à Malakoff, et sachant comment les communistes sont appréciés et l’opposition est dans les choux dans ces deux villes, j’ai eu une vision principalement locale.

 

D’ailleurs, c’est encore grâce à Montrouge que les communistes perdent. Sur Bagneux et Malakoff, les communistes sont majoritaires.

 

Par ailleurs, je m’étais basé sur une étude statistique à partir des résultats de la présidentielle sur la circonscription.

 

Mais ça n’a pas marché.

Pour trois raisons.

 

La première, c’est que j’ai surestimé l’aspect local.

Les gens ont vraiment (fait rare pour ma circonscription) voté sur des enjeux nationaux.

 

J’ai aussi sous-estimé le facteur national.

Les gens en ont marre du PS et de l’UMP, et ils ont voulu permettre à Emmanuel Macron de recomposer la vie politique.

Ou alors ils n’ont pas voté.

 

Enfin, j’ai surestimé la valeur du candidat UDI.

Ce dernier point mérite quelques commentaires.

 

Le premier c’est que les républicains est un parti de droite décomplexé dans la ligné de Nicolas Sarkozy.

C’est pour ça qui ont voté François Fillon à la primaire et qu’ils ont éliminé Alain Juppé.

Ils veulent bien des voix des centristes, je l’ai expliqué à maintes reprises, mais ils ne veulent pas appliquer 1% du projet centriste.

Tout comme le PS, les républicains méprisent le centre.

Beaucoup de sympathisant des républicains, qui sont un noyau dur, n’ont pas, à mon avis, reporté leurs voix sur le candidat UDI.

 

Enfin, il y avait une erreur de casting sur le candidat.

Cette erreur de casting est liée à un travers de l’UDI, qui se retrouve d’ailleurs au Modem.

 

L’UDI veux des élus, mais sans travailler. Ils utilisent les républicains pour avoir des élus sans travailler.

De fait, ils n’apportent aucune survaleur, mais surtout, on ne les voit jamais.

La famille Parrain n’est là que lors des élections lorsqu’ils sont candidats.

Or, comme je l’explique inlassablement, la politique se travaille sur la durée, notamment la politique locale et c’est encore plus vrai pour une ville comme Malakoff, Communiste depuis 91 ans.

29 juin 2017 Posted by | Conseil Municipal, Législatives 2017, Malakoff, Politique, politique locale, Politique nationale | , , , , , , , | Laisser un commentaire

L’élection législative 2017 (4/5) : Législatives dans la 11ème circonscription des Hauts de Seine, pronostics : Triangulaire et victoire du PCF

A partir des résultats aux présidentielles, il est possible de se projeter sur les législatives et de faire un pronostic, qui même s’il ne se réalise pas, sera à défaut argumenté.

 

Selon les résultats compilés sur Malakoff, Bagneux et Montrouge, on a :

Malakoff %(Inscrit) Bagneux %(Inscrit) Montrouge %(Inscrit) Total %(Inscrit)
Inscrit 18 434 100,00 21 878 100,00 28 903 100,00 69 215 100,00
Jean-Luc MÉLENCHON (PCF) 4 916 26,67 5 832 26,66 4 673 16,17 15 421 22,28
Emmanuel MACRON (EM) 4 348 23,59 4 207 19,23 8 706 30,12 17 261 24,94
François FILLON (rep/UDI) 1 716 9,31 1 843 8,42 5 216 18,05 8 775 12,68
Benoît HAMON (PS) 1 650 8,95 1 358 6,21 2 574 8,91 5 582 8,06
Marine LE PEN (FN) 1 425 7,73 1 685 7,70 1 674 5,79 4 784 6,91
Nicolas DUPONT-AIGNAN 393 2,13 474 2,17 637 2,20 1 504 2,17
François ASSELINEAU 167 0,91 225 1,03 231 0,80 623 0,90
Philippe POUTOU 152 0,82 211 0,96 177 0,61 540 0,78
Jean LASSALLE 111 0,60 97 0,44 156 0,54 364 0,53
Nathalie ARTHAUD 68 0,37 124 0,57 80 0,28 272 0,39
Jacques CHEMINADE 34 0,18 20 0,09 34 0,12 88 0,13

 

Pour rappel, on peut se maintenir si on a 12% des inscrit.

Par ailleurs, je rappelle qu’à Malakoff, le PS est noyauté par le noyau dur. La section PS de Malakoff avait soutenu et voté Benoît Hamon lors de la primaire de la PS.

Catherine Picard, leader du PS sur Malakoff est proche de Martine Aubry, et il en est de même à Montrouge.

De plus, le PS de Malakoff et le PS de Bagneux participent aux exécutifs locaux avec les communistes.

Ce qui fait qu’à partir de là, on a deux scénarios possibles.

 

Scénario 1 (Pour moi, le plus probable) : Le candidat de Droite (UDI) se maintient

Voix % (Votant)
PCF 21 903 39,93
EM 17 261 31,47
UDI 15 686 28,60
Total 54 850 100,00

 

Le candidat de Droite se maintien. Il a de bonnes raisons de le faire. Il habite Malakoff, est UDI, avec le maire de Montrouge qui est UDI.

Dans ce cas, il a un report de voix qui peux être intéressant.

Mais le PCF a un nombre de reports de voix encore plus intéressant, en comptabilisant le PS (proche de Martine Aubry et Benoît Hamon) et de diverses listes d’extrême gauche (LO, NPA…).

 

Le candidat de EM n’a, lui, plus de rapports de voix.

La circonscription revient donc au PCF.

 

Scénario 2 (improbable) : Le candidat de Droite (UDI) se retire

Voix Voix %
PCF 21 903 45,69
EM 26 036 54,31
Total 47 939 100,00

 

Ce scénario est improbable car :

  • Les républicains vont pousser derrière.
  • Les municipales se jouent derrière et l’UDI doit consolider et faire pression sur les républicains. De plus, l’investiture UDI a été imposé aux républicains.

Dans ce cas, le report des voix ne sera pas parfait, mais il permettra aux candidats d’en Marche de gagner l’élection.

 

Conclusion :

Certes, les candidats sur la 11ème circonscriptions n’ont rien à voir avec ceux de la présidentielle. Mais le résultat va être globalement le même.

Je pense que l’on va vers une triangulaire EM/PCF/UDI qui permettra la victoire du PCF.

 

Le fait que EM ait choisi une candidature d’une personne n’habitant pas la 11ème circonscription risque, à terme, de se retourner contre le président Macron lorsque le choix sera déterminant…

 

Edit: c’est 12,5% des inscrits pour se maintenir et non 12%. Mais ça ne change rien à l’analyse. Le candidat UDI peut toujours se maintenir, il est à 12,68% des inscrits.

25 mai 2017 Posted by | Législatives 2017, Malakoff, Politique, politique locale, Politique nationale | , , , , , , | Laisser un commentaire

L’élection législative 2017 (3/5) : La 11ème Circonscription des Hauts de Seine, une circonscription difficile…

Les législatives étant une élection locale (ça ne devrait pas être le cas mais c’est comme ça), il est temps de s’intéresser à ma circonscription, en l’occurrence la 11ème circonscription des Hauts de Seine.

 

Ma circonscription regroupe Bagneux (PCF), Malakoff (PCF) et Montrouge (UDI).

C’est une circonscription difficile et qu’il faut connaître (Ce n’est pas la première fois que je l’écris).

 

Le problème, c’est que l’on a d’un côté Montrouge et de l’autre Malakoff/Bagneux, et que ces deux ensembles sont très différents.

Malheureusement, c’est Montrouge qui décide, sans connaître Malakoff et en dépit du bon sens (Comme la dernière fois d’ailleurs).

Je l’avais également expliqué avec humour.

 

Il est évident que c’est l’ensemble Malakoff/Bagneux qui fait la circonscription.

Malakoff a 18 434 inscrits, Bagneux a 21 878 inscrits et Montrouge en a 28 903 inscrits.

 

Le Bloc communiste a donc 40 312 inscris contre 28 903 pour Montrouge.

Le Bloc communiste représente 65% du poids électorale de la circonscription.

 

Je pourrais insister sur les différences entre Bagneux et Malakoff (il y en a, notamment dans le taux de HLM qui est plus élevé à Bagneux), mais je vais insister sur les points communs.

 

Certes, depuis la dernière fois, les choses ont un peu changé à Malakoff (on a changé de maire) mais philosophiquement, ça reste globalement pareil.

De plus, je pense que Jacqueline Belhomme, notre nouveau maire, est la fille cachée de Catherine Margaté, notre ancien maire.

 

Donc Malakoff est une ville qui est communiste depuis 91 ans maintenant.

Le maire est donc Jaqueline Belhomme.

Son relationnel est impeccable.

Contrairement à un certain Patrick Balkany (nom évidement cité au hasard), elle a un sens de l’intérêt général même s’il y a des désaccords entre ce que je considère comme l’intérêt général et ce que notre maire considère comme l’intérêt général.

 

Dans les points fort de notre maire (et donc de la commune), un effort considérable est fait sur le vivre ensemble.

Ce qui fait que lorsque l’on habite Malakoff, on a une forte appartenance à la ville.

 

Toujours dans les points forts, Malakoff fait beaucoup dans le social et les services à la population.

On a par exemple un centre de santé.

 

Il y a aussi beaucoup de chose faites sur la politique culturelle.

 

Toujours sur les points forts, il fait bon vivre à Malakoff, on parle d’ailleurs du Village Malakoff.

 

Passons au point faible, qui ma foi est rédhibitoire. En économie, ce n’est vraiment pas ça.

C’est en partie lié au fait que la municipalité est aux mains des communistes et que les communistes ont une approche idéologique d’un autre temps sur les questions économiques.

 

En fait, c’est la vision économique qui est totalement absente de l’équipe municipale.

Pire, si Malakoff fait une bonne politique, c’est grâce à l’argent des autres, chose que la municipalité de Malakoff trouve… normale.

Il est effectivement normal pour la municipalité de Malakoff… de vivre aux crochets des autres et de la charité publique.

 

Ce qui amène un vrai problème : c’est que vu le contexte économique, les autres, ils n’ont plus d’argent.

Ce qui amène un autre problème (ou plus exactement une dérive) : quand les communistes ont besoins d’argent, ils augmentent fortement les impôts.

Ils ont fortement augmenté la Taxe Foncière sur le Bâtit en 2015, et ils avaient aussi fortement augmenté les impôts en 2009.

 

Par ailleurs, toujours dans les défauts, les communistes ont du mal avec le principe d’optimisation des ressources (principalement financière).

Ils ont du mal à comprendre que l’on peut faire mieux avec … moins.

Pire, ils pensent que la qualité d’un service public dépend de la dépense publique et du nombre d’embauche, ce qui n’est pas vrai (exemple : Pôle Emploi).

 

Enfin, il convient aussi de signaler qu’à Malakoff, on a une opposition stérile et inefficace.

 

Ça fait longtemps que je ne sais plus ce qui se passe à Bagneux. Mais je pense que ce que j’écris sur Malakoff est transposable à Bagneux.

25 mai 2017 Posted by | Législatives 2017, Malakoff, Politique, politique locale, Politique nationale | , , , , , , | Laisser un commentaire

A Malakoff et Bagneux, il faut s’appuyer sur les gens qui connaissent le terrain

J’ai eu vent de ce que sera la candidature de la droite sur le canton de Malakoff Montrouge, et franchement, si elle se confirme, ça risque d’être un coup dur pour l’opposition sur Malakoff, surtout que celle-ci est déjà à terre, dans le mur et enterré.

 

Il faut dire que je peux le déclarer sereinement, malheureusement, je ne crois plus que Catherine Margaté, maire PCF de Malakoff, puisse être battue.

 

Le problème, c’est qu’on essaye d’au moins diminuer son score.

Allez, soyons fou, imaginons Catherine Margaté en dessous de la barre des 60% (la dernière fois, elle a fait 68,14%).

 

Je pense que cet objectif doit se construire sur la durée (vous savez, le mot important).

Je pense qu’à Malakoff, tout comme à Bagneux, il y a des gens qui peuvent vraiment permettre d’apporter un plus à l’opposition.

Malheureusement, elles ne sont pas soutenues.

Pire, à l’intérieur de ces villes, ou à l’extérieur, elles sont marginalisées, et on préfère, souvent, écouter les amateurs et les clowns.

 

C’est d’autant plus grave que pour des villes comme Bagneux, il y avait moyen de consolider l’opposition. Au lieu de ça, on a consolidé le maire PCF de la ville, Marie Hélène Amiable.

 

Et à Malakoff, au lieu de sauver ce qui pouvait l’être, on a enterré l’opposition.

 

Or, le problème, c’est que Bagneux et Malakoff, c’est vraiment particulier, et c’est vraiment à part.

Il faut vraiment connaître.

 

Pour certaines ambitions de villes voisines, ça va vite devenir problématique.

 

Pour les législatives dans la 11ème circonscription, toute ambition sur Montrouge se cassera les dents sur Bagneux et Malakoff.

 

Sur les cantonales, toutes ambitions sur Montrouge se cassera les dents sur Malakoff. Et toutes ambitions sur Bourg-la-Reine se casseront les dents sur Bagneux.

 

Rappel pour Malakoff (beaucoup d’éléments sont transposables pour Bagneux).

 

A Malakoff, le maire est PCF.

C’est Catherine Margaté.

Son relationnel est impeccable.

Dans ses amis, elle a Bernard Gauducheau, maire UDI de Vanves, Jean Pierre Schosteck, maire UMP de Chatillon (point qui m’a été indirectement confirmé), Philippe Laurent, maire UDI de Sceaux, et même Jean Sarkozy, au conseil général (point à confirmer).

 

Un jour, on m’a expliqué que Jean Loup Metton, maire UDI de Montrouge préférait Marie Hélène Amiable à Catherine Margaté. Ça m’a surpris, les deux maires de Bagneux et Malakoff étant pour moi des jumelles.

Mais je me suis dit que j’avais peut être loupé quelque chose (enfin !!!) sur Catherine Margaté.

Lors d’une réunion où j’étais convié, j’ai demandé à Jean Loup Metton de m’expliquer pourquoi il préférait Marie Hélène Amiable à Catherine Margaté.

 

Raté, il se trouve qu’en réalité, c’est Catherine Margaté qu’il préfère à Marie Hélène Amiable.

 

Dans les autres points que l’on peut mettre en avant sur Catherine Margaté, elle est à fond dans ses dossiers.

Lors des réunions publiques, il ne faut pas la laisser parler, sinon, elle ne s’arrête pas. Absorbé par ses dossiers, elle continue à parler, oubliant le reste de la salle.

 

Anecdote révélatrice : une des réunions du PLU (la première réunion publique il me semble).

Elle parlait de l’un de ses dossiers, mais l’animateur de la réunion la stoppa en lui disant qu’il fallait laisser les participants s’exprimer.

On a passé le micro aux divers participants.

Puis à la fin de la réunion, on lui a repassé le micro.

Elle est revenue sur son dossier car, son dossier était trop passionnant pour qu’on ne l’approfondisse pas.

Et en parlant de son dossier, elle avait la larme à l’œil.

 

Autre point à mettre au crédit du maire, c’est qu’elle a un sens de l’intérêt général.

Certes, je ne partage pas la même vision de ce qu’elle estime être l’intérêt général (notamment sur la gestion de l’économie locale), mais si on prend Balkany, il y a une différence majeure, c’est que Balkany, il a d’abord l’intérêt de son portefeuille.

 

Du coup, à Malakoff, Catherine Margaté est un maire apprécié, y compris en dehors de la gauche.

En particulier, je connais quelqu’un qui a dit à Catherine Margaté :

« Madame Margaté, je suis de droite, mais j’aime beaucoup ce que vous faite ».

 

Du coup, faire vivre l’opposition, face à un maire qui a des qualités particulières, face à un maire qui pense à ses administrés, qui pense à l’intérêt général, qui a un bon relationnel, c’est compliqué.

 

Le problème, c’est que les états-majors, où les ambitions extérieures, se font sans consulter les gens qui connaissent le terrain, et contre l’opposition dans ces deux villes.

Et au final, ça n’aide pas l’opposition municipale, qui travaille dans deux villes compliquées, déjà à se relever, mais aussi à se consolider et à effriter le score de Catherine Margaté ou de Marie Hélène Amiable.

 

Au final, c’est toujours l’opposition municipale compétente qui est sacrifiée sur Bagneux et Malakoff au détriment d’ambitions éphémère sur d’autres villes.

 

C’est ce qui s’est passé pour les législatives 2012 sur la 11ème circonscription pour le Modem (j’étais référent et on ne m’a jamais demandé mon avis, idem pour l’élue de Bagneux Marie Darves Bornoz), ce fut le cas aussi pour les municipales de Bagneux.

Comme on ne nous écoute pas et que l’on nous met des bâtons dans les roues, que l’on prend notre travail pour un paillasson, on est donc au final obliger de protester en utilisant des méthodes intégristes.

Pour ma part, je n’avais pas soutenu le candidat investi officiellement par le Modem lors des dernières législatives.

 

Et l’histoire risque de se répéter, pour l’UMP, aux prochaines départementales….

18 décembre 2014 Posted by | Malakoff, Politique, politique locale | , , , , , | 3 commentaires

Débat sur Bagneux

La semaine dernière, j’avais été assisté au débat entre Marie Hélène Amiable, maire PCF de Bagneux et son challengeur Olivier Sueur, candidat UMP, organisé par otoradio.

Certes, n’étant pas au fait de toute la campagne de Bagneux, mon avis est très subjectif.

Mais le débat s’est bien déroulé.

En particulier, Olivier Sueur s’est très bien défendu, loin de ce que j’ai écrit ici.

Je pense même qu’il a gagné le débat d’une courte tête, comme quoi il est capable de bonnes surprises.

Si seulement il pouvait se projeter sur la durée, mot important pour toutes actions politiques, en particulier à Malakoff et Bagneux.

Bon, je vais reprendre, de manière très subjectif l’ensemble du débat en distribuant des bon point (BP) et des mauvais points (MP) à Marie Hélène Amiable (MHA) et Olivier Sueur (OS).

Je garde le compteur au fur et à mesure.

Droit de vote des étrangers aux élections locales

MHA est pour, OS est contre.

Dans les arguments d’Olivier Sueur, il y a le fait que les étrangers ont la chance de payer des impôts pour bénéficier de services publics locaux. Il pense que les étrangers doivent faire l’effort de s’intégrer, notamment en demandant la nationalité française. En ce qui me concerne, je ne suis pas d’accord, peut-être que l’étranger veut payer moins d’impôts et bénéficier de moins de services publics…

Bref, avoir son mot à dire sur la politique menée par son maire dans la commune de résidence.

De plus, il est à rappeler que les ressortissants européens peuvent être sur les listes municipales.

Je suis donc sur ce point en accord avec MHA et en désaccord avec OS.

MHA: BP=1, MP=0; OS: BP=0, MP=1;

Impôts locaux

MHA  a rappelé que les impôts locaux sont injustes. Un bon point pour elle. Je l’avais d’ailleurs déjà écrit plusieurs fois dans le passé. Le problème de fond est que le système d’impôts date de la révolution et est de base physiocrate.

Comme l’explique Michel Bouvier dans son livre, il est impensable de payer des impôts sur ce que l’on gagne. On paye des impôts sur son outil de production et/ou sur ce que l’on possède.

Si on a un champ, on paye des impôts car on possède un champ qui grâce aux récoltes va nous permettre de nous enrichir, y compris si la récolte est mauvaise (grêle, sauterelles…).

Dans les impôts locaux, on a la taxe d’habitation, et les taxes foncières.

Comme elles sont physiocrates, on a en général :

Taxe = Taux * base.

On voit que ce type d’impôt est indépendant de la capacité à payer. Mon salaire est multiplié par 10, pas mon impôt physiocrate.

Le taux est fixé par la municipalité, mais la base est fixée en toute opacité par le trésor public.

On pourrait montrer qu’en plus d’être injuste, la conception physiocrate peut être dangereuse pour le développement économique. Je pense en particulier aux charges patronales.

Il est aussi à rappeler que la France à un vrai problème avec les physiocrates et que le nombre d’impôts physiocrate est hallucinant (Redevance télé, ISF…).

Point intéressant, si les taux n’augmentent pas, mais que les bases augmentent, ce qui est payé en impôt augmente.

MHA a raison sur ce point, il faut une grande réforme fiscale (qui remette à plat tout le système fiscal).

Mais il faut quand même rappeler que sur ce point, un maire ne peut que subir.

Après cet interlude théorique (mais fort import), MHA n’a pas parlé de rationalisation des dépenses. Comment faire aussi bien, voire mieux, avec moins.

D’autant que Sud de Seine, qui aurait dû permettre cette rationalisation est l’outil des doublons.

Pour OS, il a attaqué sur la non-mixité de Bagneux, et le manque d’investissement productif.

Il a aussi déclaré qu’il ferait un audit de la ville.

Il a enfin dénoncé le rapport impôts (trop élevé) pour les services rendus (très bas).

MHA: BP=1, MP=1; OS: BP=1, MP=1;

Transports

Rien à dire ici, MHA ayant eu le prolongement de la ligne 4 et une station pour la ligne 15, elle a vanté son bilan.

OS a reconnu que la municipalité avait été dans le bon sens.

Logement

MHA a rappelé que toutes les villes doivent respecter la loi SRU.

Elle a vanté son bilan et ses réhabilitations (notamment +25% d’HLM dans les logements neufs et exonération du surloyer).

OS a rappelé qu’il était l’un des rares à avoir soutenu la loi SRU à droite.

Il estime qu’il faut un quota minimum de HLM, mais aussi un quota maximum (50% pour lui, 40% pour moi).

Il estime qu’à Bagneux, il faut se calmer avec la construction des HLM (encore un très bon point pour lui).

Il a aussi rappelé que si on construit des HLM, on s’endette et on vit de subventions.

Il a aussi dénoncé certaines villes de droite envoyaient les cassos à Bagneux.

Il a même expliqué qu’il en avait marre que Bagneux paye pour les autres.

Sur ce point, on peut dire qu’il y a vraiment un clivage, et qu’OS maîtrise.

MHA: BP=1, MP=2; OS: BP=2, MP=1;

Le plus petit cirque du monde

Point propre à Bagneux, il y a une école du cirque là-bas, que MHA a vanté et qui majoritairement a été financé par le reste du monde (et un peu Bagneux qui a versé 800 000€).

OS a expliqué qu’il y avait peut-être d’autre priorité, notamment avec un taux de chômage étant le plus élevé du département.

MHA: BP=1, MP=3; OS: BP=3, MP=1;

Sécurité

Par vraiment de différences majeures ici. OS a expliqué que la ville s’est apaisée, en partie grâce à l’aménagement urbain.

Il regrette qu’à priori, la police municipale n’ai pas plus d’effectifs (en particulier, il a parlé du recrutement de 20 agents en plus pour la police municipale, proposition du préprogramme PS sur Bagneux).

MHA a mis en avant ses bonnes relations avec les différents commissaires.

Elle a expliqué que la Police et la Justice devait avoir les moyens.

Elle pense que les trafics et l’économie souterraine sont trop importants.

Elle souhaite la création d’une ZSP. OS pense que ça serait une mauvaise publicité pour Bagneux.

MHA souhaiterait aussi plus de moyen dans la prévention.

Il a aussi été question de l’insécurité routière. MHA a mis en avant le réaménagement des voies de circulation.

Dette

Commençons à signaler qu’OS part avec un désavantage.

Une élue UMP a un jour dit, en conseil municipal, que la dette de la ville était maîtrisée (aie !).

MHA s’est fait un plaisir de le rappeler.

La dette par habitant a été donnée.

Dans le coin, on a en 2012 :

Donc Bagneux à une dette par habitant plus élevé par rapport Malakoff ou Montrouge, mais moins élevé par rapport à Sceaux.

Pourtant, comme je l’ai rappelé précédemment,  cet indicateur est un faux ami.

Ce qui compte, c’est la capacité de la commune à rembourser la dette.

1000€/habitants, ça ne veut rien dire.

Neuilly remboursera toujours plus vite que Bagneux.

La mesure de la santé financière passe par une étude approfondie du compte administratif.

Dans un premier temps, on calcul l’autofinancement brut, qui, aux corrections sur ce qui est exceptionnel, est la différence entre les recettes de fonctionnement et les dépenses de fonctionnement.

Ensuite, on calcul la capacité de désendettement qui est le rapport entre l’encours de la dette et l’autofinancement brut.

Ce rapport a une signification concrète. C’est le nombre d’année que mettrait la commune à rembourser sa dette si elle y mettait tout son autofinancement brut.

Si ce rapport est inférieur à 10 ans, on considère qu’il n’y a pas danger.

Si ce rapport est compris entre 10 et 15 ans, il faut commencer à s’inquiéter.

Néanmoins, ce type de rapport est permis si la commune est dans un programme d’investissement.

Au-dessus de 15 ans, on parle de surendettement.

Difficile d’estimer la dette de Bagneux sans cet indicateur.

MHA a insisté sur le fait que la dette était maîtrisé (citant en plus l’élue UMP) et qu’il n’y avait pas d’emprunt toxique.

OS a expliqué que l’on avait la chance d’être dans le 92, on a des subventions.

Puis il a expliqué que les Balnéolais se foutaient de la dette, ils veulent du service et les investissements. Il a expliqué que bien vivre dans sa ville, c’est plus important que la dette (citant en plus au passage Levallois Perret qui de mon point de vue est franchement un mauvais exemple).

Je pense que ce type de discours est irresponsable et rédhibitoire. Je l’ai déjà dit pour Malakoff, et je pense que ne pas maîtriser sa dette, c’est avoir des lendemains difficiles.

Je tiens aussi à rappeler qu’un pays peut faire faillite (Grèce, Argentine) et une ville aussi (Grigny).

Bref, un mauvais point pour OS et son irresponsabilité sur la question.

MHA: BP=2, MP=3; OS: BP=3, MP=2;

Le commerce

MHA a surtout vanté son bilan (avec langue de bois pour OS).

OS a rappelé un point essentiel : un commerçant ne fait pas de la charité publique, il doit gagner sa vie.

Il a expliqué qu’il espérait changer les choses en changeant l’image de sa ville.

Il aurait pu avoir des propositions concrètes (comme une société d’économie mixte qui achète les locaux commerciaux, c’est ce qui est fait à Montrouge, ou un plan commerce local ou simplement l’utilisation d’un droit de préemption).

Mais sur ce thème, OS gagne, de justesse, certes, mais il gagne quand même.

MHA: BP=2, MP=4; OS: BP=4, MP=2;

Animations culturelles

MHBA a expliqué que les conseils de quartiers doivent construire leurs initiatives.

Elle a regretté que la nouvelle formule de la fête des vendanges soit moins bien, mais elle a expliqué qu’il y avait des raisons financières.

OS a sur ce point regretté la disparition des chars.

Il a aussi souhaité un Bagneux plage et une patinoire place Dampierre.

Pour ma part, je me suis toujours demandé si Paris Plage était intelligent pour les finances de Paris.

Sur ce sujet, je pense que MHA a été plus responsable.

MHA: BP=3, MP=4; OS: BP=4, MP=3;

Emploi (des jeunes)

Aucun ne s’est différentié sur ce sujet.

OS a insisté, à juste titre, sur l’employabilité des jeunes. Il a expliqué qu’il fallait les coacher.

Il a aussi expliqué que les jeunes souffraient de l’image de Bagneux.

Il a aussi expliqué qu’il fallait rapprocher les structures.

MHA a expliqué qu’il fallait regarder Bagneux pour ses projets et non ses problèmes. Elle a aussi parlé du problème de formation des jeunes (point sur lequel est a raison).

Elle a vanté l’école de la seconde chance.

Au final

On a un bon débat, avec un léger avantage pour Olivier Sueur.

Marie Hélène Amiable a eu 3 bons points et 4 mauvais.

Olivier Sueur a eu 4 bons points et 3 mauvais.

Evidemment, je ne suis pas à fond la campagne de Bagneux, et tout ce que j’écris vient de mes notes et de ma mémoire.

Le débat est disponible (Partie 1/3 et 2/3).

2 mars 2014 Posted by | Municipales 2014, Politique, politique locale | , , , , | Laisser un commentaire

Ce qui se passe à Bagneux n’est pas glorieux

C’est ce que j’ai dit à Monsieur Rousseau, élu UMP municipal et communautaire de Bagneux, pour justifier ma présence au conseil municipal de Bagneux hier.

 

Il est à rappeler qu’il m’arrive d’aller aux conseils municipaux d’autres villes que celle de Malakoff, histoire de comparer.

J’avais été à Clamart précédemment.

Je voulais prendre la température locale de ce que j’avais écrit précédemment.

 

Commençons par les comparaisons.

Le conseil municipal de Bagneux commence à 20H30. Comparé à Malakoff (où celui-ci commence à 19H), c’est mieux, mais je trouve que c’est très tardif.

20H, ça serait parfait.

D’ailleurs, je ne suis pas resté jusqu’au bout, je ne tenais pas à ne plus avoir de bus pour rentrer chez moi.

 

L’ordre du jour était chargé. On a débattu de dossier complexe comme le Grand Paris Express, la municipalisation des crèches départementales, des rythmes scolaires et du contrat de développement territoriales (où les autres villes de Sud de Seine ont été encore montré du doigt car elles ne se sont pas investies sur ce contrat).

 

Franchement, on y travaille dans ce conseil municipal (point très positif, même si ça fait finir les conseils à des heures pas possibles). Y compris sur la subvention donnée à l’association des chats de Bagneux (on a une association équivalente sur Malakoff). Cette association s’occupe de contrôler la population de chats errants (en prenant en charge la stérilisation, par exemple) de les nourrir, et éventuellement de faire du gardiennage pendant les vacances.

Un problème de santé public selon la personne qui présentait les dossiers.

Les élus sont intervenus pour avoir des détails, comme par exemple le nombre de chats dont s’occupe l’association.

 

Pour Malakoff, j’ai en mémoire un sujet important qui est passé comme une lettre à la poste.

Voilà pour le général.

 

Parlons politique politicienne.

Il convient d’abord de rappeler que l’opposition doit se construire sur la durée.

Un élu, surtout si il travaille, est un plus pour important pour l’avenir.

 

A Malakoff, où aucun élu de l’opposition ne se représentera, c’est comme si on repartait de zéro.

D’autant que Thierry Guilmart (UMP) le fait « après moi le déluge » et Jean Emmanuel  Paillon se laisse influencer sur des choix tactiques aberrant.

Au final, on laisse l’opposition aux mains de gens qui permettrons à la municipalité actuelle de se maintenir et qui feront du débat démocratique local un débat pauvre.

 

Pour en revenir à Bagneux, il faut rappeler que le chef de file de l’opposition, candidat officiel de l’UMP en 2014, est Olivier Sueur.

 

En 2008, il avait laissé sa place car il savait qu’il ne gagnerait pas la mairie. Il faut dire qu’il n’avait pas vraiment travaillé sérieusement durant la mandature 2001-2008. Son seul exploit était d’avoir fait 49% face à Janine Jambu, ancien maire sectaire de Bagneux.

 

C’est Frédérique Napoléone qui avait mené la campagne municipale de Bagneux pour l’UMP.

Il avait eu par la suite aussi un siège à Sud de Seine (intercommunalité regroupant Malakoff, Fontenay aux Roses, Clamart et Bagneux).

Or, sur la durée du mandat, il n’avait jamais été présent au conseil municipal et au conseil communautaire, sauf très récemment pour préparer le retour d’Olivier Sueur.

 

D’ailleurs, en milieu de mandat, le siège UMP de Bagneux à Sud de Seine était revenu à Monsieur Rousseau.

 

Durant le conseil municipal, Monsieur Rousseau a dû protester en déclarant qu’il ne prendrait part à aucun vote.

Il avait précisé qu’il avait préparé  le conseil sérieusement, en allant à toutes les commissions, en y passant du temps, y compris le week-end.

 

Ce qui a mis le feu aux poudres : un détail, mais un détail révélant un mauvais état d’esprit.

Dans le rapport du dernier conseil municipal, il était noté, d’après ce que j’ai compris, « le groupe UMP a voté … ».

Or, un des élus UMP avait quitté le groupe UMP. Il paraît que ça avait été annoncé officiellement lors d’un des conseils municipaux.

 

Or celui-ci était, visiblement, revenu comme par enchantement.

Et il prétendait qu’en réalité, il n’avait jamais écrit de courrier (la règle, paraît-il pour quitter un groupe politique au conseil municipal) et qu’il avait juste demandé une démarche à suivre.

 

Monsieur Rousseau soutenait le contraire, et il insistait sur le fait qu’il attendait que les règles soient respectées. Il attendait un courrier pour que cette personne réintègre le groupe UMP, auquel cas il prendrait ses responsabilités.

 

Je n’ai pas en main tous les éléments.

Mais sur le fond, je soutiens monsieur Rousseau.

On ne peut pas laisser des gens ne travaillant pas sur la durée, voulant avoir une gloire éphémère, démolir le travail des autres.

 

C’est d’ailleurs pour ça que je n’avais pas soutenu le candidat officiel Modem aux législative qui avait, je le rappelle,  fait 1,5% des voix.

 

C’est aussi pour ça que je vois d’un très mauvais œil enppm.

 

Ce qui est sûr, c’est que l’UMP et l’UDI envoient un signal politique discriminant sur Bagneux, comme sur Malakoff également.

25 septembre 2013 Posted by | Municipales 2014, Politique | , , , , , , | Un commentaire

C’est officiel, Marie Hélène Amiable devrait être réélue maire de Bagneux

J’ai eu la liste des premières investitures UMP dans le 92.

Il n’y a rien à Malakoff (comme par hasard), mais une a attiré mon attention pour plusieurs raisons :

C’est celle de Bagneux.

 

Pour mémoire, Bagneux est une ville dont le maire est Marie Hélène Amiable (PCF), faisant parti de la 11ème circonscription des Hauts de Seine (Malakoff, Bagneux, Montrouge) et de Sud de Seine (Malakoff, Clamart, Fontenay aux Roses et Bagneux).

 

Notons qu’il existe une véritable différence entre Malakoff et Bagneux sur un point : Bagneux a 60 ou 70% de logements sociaux là où Malakoff en a 40%.

Bagneux est moins mixé socialement que Malakoff.

 

 

L’UMP a investi Olivier Sueur comme tête de liste UMP.

 

Certes, en 2002, suite à une invalidation, celui-ci a fait 49% des voix au second tour d’une municipale où l’on revotait.

Mais le contexte a changé.

Avant, le maire était Janine Jambu, qui a été député-maire de Bagneux.

Il faut dire que je la trouvais particulièrement sectaire. J’avais eu l’occasion d’assister à un de ses meetings. Et franchement, on s’était même engueulé.

 

Mais maintenant, c’est fini. Le maire de Bagneux, c’est marie Hélène Amiable.

Il s’agit d’une femme beaucoup plus ouverte (on adhère à son idéal ou pas, ça, c’est une autre histoire).

D’une certaine façon, elle ressemble beaucoup à notre maire.

 

Or qui est Olivier Sueur. Le souvenir que j’en ai (datant de 2002), est qu’il vient de la droite décomplexé.

Il a été en 2002 le suppléant du maire de Montrouge, Jean Loup Metton, UDF à l’époque, lors des législatives. Il n’était pas souvent présent sur le terrain.

A Sud de Seine (vers 2007, j’ai commencé à aller au conseil communautaire), ses interventions n’étaient pas brillantes.

 

Sachant qu’en 2008, il n’avait aucune chance de prendre la mairie de Bagneux (c’est ce qu’il disait), il a parachuté Frédéric Napoléone.

 

Frédéric Napoléone n’a pratiquement jamais été au conseil municipal, et n’a jamais été au conseil communautaire.

D’ailleurs, en milieu de mandat, un autre élu UMP a été désigné pour le remplacer.

 

Or, à Bagneux, contrairement à Malakoff, il y a une élue Modem qui travaille, qui travaille ses dossiers, aussi bien au conseil municipal de Bagneux qu’au conseil communautaire de Sud de Seine.

Elle s’est beaucoup investie dans des dossiers majeurs comme le contrat territorial entre Sud de Seine (bien que ce soit surtout Bagneux qui se soit investi) et l’état.

 

Là où Olivier Sueur faisait une opposition bête, méchante et stérile, notre élue, plutôt sur la droite du Modem, faisait une opposition constructive et une action sur la durée.

 

Pourtant, l’UMP (ou en tout cas l’UMP départemental) n’a pas l’air d’en avoir pris compte.

 

Mieux, Napoléone a débarqué au dernier conseil municipal de Bagneux, mais sans doute par hasard.

 

Cela me permet de mettre en avant le constat suivant :

L’UMP ne veut pas de nous. Tout comme la gauche, l’UMP ne veut pas de nous. Encore une fois, je réitère mon conseil aux centristes en général et à ceux du Modem en particulier : commençons d’abord par être nous-même avant de parler de place.

 

Pour en revenir à Bagneux, l’UMP fait sciemment le choix de perdre la ville de Bagneux et de s’assoir sur un vrai travail d’opposition qui a été fait.

L’élue Modem, elle, s’est vraiment investie, contrairement à certains.

 

Je trouve aussi qu’il y a une forme de cynisme.

Par ailleurs, on ne prend pas une ville, même si elle peut tomber, en se réveillant 6 mois avant.

Le travail se fait sur la durée.

Certes, un maire PS va trainer le boulet François Hollande. Mais Marie Hélène Amiable est PCF, dans l’opposition avec Mélenchon.

Par ailleurs, tout comme Catherine Margaté, elle est très investie dans la gestion de sa ville, encore plus investie depuis qu’elle a perdu son mandat de député.

 

A Bagneux, il y avait une chance de consolider l’opposition, voire de faire basculer la ville. L’UMP a décidé de gâcher cette chance. Elle ne pourra s’en prendre qu’à elle-même.

8 juin 2013 Posted by | Municipales 2014, Politique, Politique nationale | , , , , , , , | 6 commentaires