Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

CA 2015 de Malakoff (16/16) : L’aspect politique, mon avis sur le CA

J’ai mis énormément de temps à parler du CA 2015 de la ville de Malakoff.

 

Effectivement, ce CA a des aspects positifs.

Et je ne veux pas être dans une opposition bête, méchante et stérile comme Malakoff Plurielle.

 

Mais en même temps, je ne veux pas servir de caution à la municipalité communiste de Malakoff.

 

Au final, si j’avais été élu, j’aurais voté blanc à ce CA.

Pour mémoire, Malakoff Plurielle (Rappel : ils n’ont plus qu’un seul élu) a voté contre, le reste de l’opposition a voté blanc.

 

Les points positifs d’abord.

Je me réjouis qu’il y ait une diminution des dépenses courantes.

Je ne compte plus le nombre d’année où je réclame une diminution des dépenses de fonctionnement.

Je me félicite donc qu’il y ait une diminution des dépenses courantes et j’encourage la municipalité à continuer dans cette voie.

 

Côté charge de personnel, la municipalité reste globalement neutre. On a une augmentation très légère.

 

Je me réjouis aussi de l’augmentation de l’autofinancement brut.

Néanmoins, et là, c’est une critique que je partage avec Malakoff plurielle, je conteste la méthode par laquelle on a réussi à augmenter les marges financières.

 

Effectivement, on a augmenté les marges financières et les recettes de la ville par une forte augmentation des impôts locaux, par une forte augmentation de la taxe foncière.

 

Je ne suis pas forcement contre une augmentation des impôts, mais je tiens à rappeler que la taxe foncière est un impôt physiocrate.

Il est physiocrate, il est donc par définition injuste.

 

Certes, le maire de Malakoff n’est pas responsable si les impôts locaux sont physiocrates, mais en augmentant la taxe foncière, donc un impôt physiocrate, il est complice d’une injustice.

 

 

Par ailleurs, il faut aussi revenir sur cette forte augmentation de la taxe foncière.

La raison invoquée est que cette augmentation est pour compenser la baisse des dotations de l’Etat.

Je tiens à rappeler que je suis foncièrement en désaccord sur le sujet avec la municipalité communiste de Malakoff, et pour deux raisons.

 

La première est que je prends très au sérieux le problème de lutte contre la dette de l’Etat et contre le déficit public de l’Etat.

L’Etat doit réduire ses déficits et réduire l’ensemble de ses dépenses, dont les dotations, est une chose normale.

 

Enfin, la baisse des dotations ne doit pas être compensée par une hausse des recettes, mais par des économies d’échelles et une remise à plat de l’organisation des services publics municipaux.

La baisse des dotations doit être compensée par une rationalisation des coûts municipaux.

 

Une hausse des impôts ne se justifie que pour mener des investissements productifs.

 

Et c’est là qu’il y a une dernière critique à faire.

La municipalité déclare qu’elle a augmenté les impôts pour compenser une baisse des dotations.

Je pense que ce n’est pas tout à fait vrai.

Je soupçonne la municipalité d’augmenter aussi les impôts pour mener une série d’investissement.

Ayant connu la période 2001-2008, je pense que l’on a un progrès.

 

Effectivement, durant cette période, la municipalité a réalisé une série d’investissement.

Pour le faire, elle a eu recours à l’emprunt et a multiplié la dette de la commune par 10.

C’est seulement après, en 2009, qu’elle a augmenté les impôts.

 

Pour une fois, on augmente les impôts  avant, ce qui théoriquement permet de limiter le recours à l’emprunt.

 

Donc de fait, on a un progrès.

 

Néanmoins, une critique demeure, on n’a pas d’investissements productifs.

 

Or, c’est là que se joue l’avenir de Malakoff, il faut trouver de nouveaux financements.

Il faut avoir une réflexion globale pour augmenter les recettes de la ville.

Là, il y a toujours un désaccord entre la municipalité et moi !

Publicités

22 octobre 2016 Posted by | Conseil Municipal, Finances locales, Malakoff, Politique, politique locale | , , , , , , | Laisser un commentaire

CA 2015 de Malakoff (15/16) : La formation des élus

Être élu, ça demande des compétences.

Lire un budget, des dossiers comme le PLU, c’est vraiment des compétences en soi.

C’est également vrai pour les élus de l’opposition.

 

Les élus de l’opposition n’ont certes aucun pouvoir sur les décisions prises par la municipalité, au moins dans la pratique, mais ils doivent dessiner une vision alternative.

Concrètement, ils doivent dire des choses intelligentes au conseil municipal, et ils doivent écrire des choses intelligentes dans le Malakoff Info.

 

Être conseiller municipal, c’est des compétences.

Ça tombe bien, la municipalité finance pour les élus des formations.

Formations dont peuvent également profiter les élus de l’opposition.

C’est aussi un moyen de mesurer le sérieux des élus, notamment ceux de l’opposition.

 

Dans le CA 2015, il est mentionné les élus qui ont fait des formations.

On a :

Elu Nombre de formation Groupe Note
Annick LE GUILLOU 3 PS
Antonio OLIVEIRA 1 PS Adjoint au maire (Santé, hygiène publique, prévention santé, risques majeurs, handicap)
Bénedicte IBOS 1 PS
Catherine PICARD 1 PS Adjointe (Affaires scolaires – conseillère départementale des Hauts-de-Seine)
Corinne PARMENTIER 2 PS Adjointe (Économie locale, économie sociale et solidaire, commerce, emploi et formation – Conseillère territoriale)
Dominique CARDOT 1 PC Adjoint (Communication, vie associative)
Farid BEN MALEK 2 Ecologiste
Fatiha ALAUDAT 2 PC Adjointe (Culture)
Frédéric SACONNET 2 PS
Gilbert METAIS 2 PS Adjoint (Bâtiments communaux)
Jacqueline BELHOMME 3 PC Maire de Malakoff
Jean-Renaud SEIGNOLLES 1 PS Adjoint (Démocratie locale, Conseils de quartiers, citoyenneté)
Jocelyne BOYAVAL 1 Personnalité progressiste (Majorité)
Mireille MOGUEROU 1 PS
Monique ZANATTA 2 PS
Thibault DELAHAYE 1 PS
Vanessa GHIATI 2 PCF

 

Soit 20 pour le PS, 8 pour le PCF, 2 pour les écologistes et 1 pour les personnalités progressistes.

 

L’opposition, elle, n’a pas profité des formations en direction des élus payés par la municipalité.

 

Question : Les élus de l’opposition savent-ils ce qu’ils votent ?

 

Pour certains, j’ai de véritables doutes.

12 octobre 2016 Posted by | Conseil Municipal, Finances locales, Malakoff, Politique, politique locale | , , , , , , | Laisser un commentaire

CA 2015 de Malakoff (14/16) : La dette de Malakoff

Dans le CA 2015, la dette de Malakoff est de 34 865 184,28€.

Dans le CA 2014, elle était de 36 973 234,76€.

 

On a donc remboursé 2  108 050,48€.

On a une dette qui a diminué de 5,7%.

 

En général, il est coutume, à partir d’un modèle mathématique simplifié, de calculer quand la dette sera totalement remboursé si on continue comme ça.

 

Néanmoins, je ne le ferai pas cette année.

 

Effectivement, la municipalité a décidé d’investir en 2016, et pour investir, elle aura recours à l’emprunt.

Il est donc prévu que la dette augmente en 2016.

11 octobre 2016 Posted by | Conseil Municipal, Finances locales, Malakoff, Politique, politique locale | , , , , , , | Laisser un commentaire

CA 2015 de Malakoff (13/16) : Les dotations et compensations

Encore un autre sujet qui fâche entre la municipalité et moi-même.

 

Il s’agit d’une véritable différence politique entre la municipalité et moi-même.

 

Au fond, on peut résumer la politique de la municipalité par cette maxime :

La ville de Malakoff fait globalement une bonne politique, mais elle le fait sur l’argent des autres (principalement l’Etat).

 

Or, les autres n’ont plus d’argent, principalement l’Etat dont les caisses sont durablement vides (l’une des seules citations d’Emmanuelle Jannès avec laquelle je suis d’accord).

 

D’un côté, on a la municipalité qui explique, par la voix de Joël Allain, que les dotations sont un dû.

Et de l’autre, il y a moi qui explique que ce qui est un dû, c’est le désendettement de l’Etat.

 

Par ailleurs, ce sujet, même si on se centre sur l’Etat, ne concerne pas l’Etat.

Ça concerne d’autres collectivités, comme la région ou le département.

Ces collectivités nous donnent de l’argent également, or, elles-aussi font face à une période économique difficile, même si je peux entendre que le 92, avec la défense, est le département le plus riche de France.

 

Par ailleurs, il convient de différentier les dotations des compensations, car ce n’est pas la même chose.

Les dotations, c’est ce que l’Etat nous donne, par charité, pour fonctionner.

 

Les compensations, c’est ce que l’Etat nous donne pour compenser les recettes légitimes qui nous sont dues et dont l’Etat nous a privé.

 

Dans le cas du CA 2015, on a :

Libellé Valeur(€) %
Dotation forfaitaire 5 237 087,00 55,2063839
Dotation de solidarité urbaine 270 069,00 2,84691335
Dotation spéciale instituteurs 11 232,00 0,11840134
Dotation générale de décentralisation 214 057,00 2,25646679
Emplois d’avenir 119 298,08 1,25757231
Autres participations Etat 750 0,00790607
Participation Régions 18 764,20 0,19780149
Participation Départements 126 696,80 1,3355654
Participation Autres communes 43 909,27 0,46286648
Participation Autres organismes 2 621 767,39 27,6371763
Attribution du fonds départemental TP 179 017,29 1,88709816
Etat – Compensation CET (CVAE et CFE) 103 591,00 1,09199723
Etat – Compens. exonération taxes foncière 36 167,00 0,38125188
Etat – Compens. exonération taxe habitation 338 899,00 3,57247995
Dotation de recensement 7 010,00 0,07389542
Dotation pour les titres sécurisés 10 060,00 0,10604678
Autres attributions et participations 148 004,32 1,56017712
Total 9 486 379,35 100
Etat 5 869 563,08 61,8735859

 

Les dotations de l’Etat représentent 61,87% du total des dotations et participations.

Comme les dotations représentent 17,64% des recettes de fonctionnement, on arrive à des une part des dotations d’Etat de : 0,6187*0,1764=0,10913868.

 

La part des dotations dans le CA 2015 de Malakoff est de 10,91%.

En 2014, on était à 14,70%.

 

On a une baisse très marquée.

Elle est due à la diminution de l’ensemble des dotations et participations (-12,09%) mais également à une forte hausse des impôts locaux (+19,71%).

Comme la part des impôts dans les recettes de fonctionnement ont augmenté, la part des dotations et compensations a fortement diminué.

2 octobre 2016 Posted by | Conseil Municipal, Finances locales, Malakoff, Politique, politique locale | , , , , , , | Laisser un commentaire

CA 2015 de Malakoff (12/16) : Répartition du personnel municipal

ca_2015_malakoff_repartition_personnel

Le CA 2015 nous permet de savoir la répartition du personnel municipal.

Nous avons d’abord les postes budgétisés, c’est-à-dire prévu dans le budget.

En l’occurrence, on a :

Emplois budgétaire
Libellé Catégorie A Catégorie B Catégorie C Total
EMPLOIS FONCTIONNELS 5 0 0 5
FILIERE ADMINISTRATIVE 29 23 88 140
FILIERE TECHNIQUE 7 15 271 293
FILIERE SOCIALE 0 13 45 58
FILIERE MEDICO-SOCIALE 18 5 25 48
FILIERE MEDICO-TECHNIQUE 4 12 0 16
FILIERE SPORTIVE 1 2 0 3
FILIERE CULTURELLE 0 0 1 1
FILIERE ANIMATION 0 14 67 81
FILIERE POLICE 0 0 1 1
Total 64 84 498 646

 

Puis on a les postes réellement pourvu, soit :

Effectifs pourvus
Libellé Catégorie A Catégorie B Catégorie C Total
EMPLOIS FONCTIONNELS 5 0 0 5
FILIERE ADMINISTRATIVE 22 26 79 127
FILIERE TECHNIQUE 6 14 256 276
FILIERE SOCIALE 0 12 44 56
FILIERE MEDICO-SOCIALE 15 5 24 44
FILIERE MEDICO-TECHNIQUE 1 9 0 10
FILIERE SPORTIVE 0 2 0 2
FILIERE CULTURELLE 0 0 0 0
FILIERE ANIMATION 0 13 56 69
FILIERE POLICE 0 0 1 1
Total 49 81 460 590

 

Soit une différence de :

Différence
Libellé Catégorie A Catégorie B Catégorie C Total
EMPLOIS FONCTIONNELS 0 0 0 0
FILIERE ADMINISTRATIVE 7 -3 9 13
FILIERE TECHNIQUE 1 1 15 17
FILIERE SOCIALE 0 1 1 2
FILIERE MEDICO-SOCIALE 3 0 1 4
FILIERE MEDICO-TECHNIQUE 3 3 0 6
FILIERE SPORTIVE 1 0 0 1
FILIERE CULTURELLE 0 0 1 1
FILIERE ANIMATION 0 1 11 12
FILIERE POLICE 0 0 0 0
Total 15 3 38 56

 

On a donc budgétisé 646 postes en tout à Malakoff, mais on en a pourvu seulement 590.

 

Les employé municipaux sont principalement dans la catégorie C, suivit par la B, puis la A.

 

Ils sont principalement dans la filière technique et assez nombreux dans la filière administrative.

20 septembre 2016 Posted by | Conseil Municipal, Finances locales, Malakoff, Politique, politique locale | , , , , , , | Laisser un commentaire

CA 2015 de Malakoff (11/16) : Répartition des charges de personnels

ca_2015_malakoff_depense_personnel_repartition

Il est toujours intéressant de regarder où sont employés le personnel municipal.

Pour le CA 2015, on :

Libellé Valeur(€) %
Opération non ventilable 0 0
Services généraux,
administration public
7 664 893 28,6471563
Sécurité et salubrité public 273 172 1,02096676
Enseignement/Formation 3 665 725 13,7004648
Culture 509 963 1,90596134
Sport et jeunesse 4 872 212 18,20965
Intervention sociale et santé 4 397 351 16,4348806
Famille 3 479 573 13,004731
Logement 0 0
Aménagement et service urbain,
environnement
1 893 320 7,07618931
Action économique 0 0
Total 26 756 209 100

 

Même si je sais que l’action économique est de la compétence du territoire (et non de la commune), je me permets de souligner le zéro.

Effectivement, les communistes n’ont jamais été portés sur l’action économique (méchanceté gratuite).

 

Sur le reste (en arrêtant la mauvaise foi de ma part)…

 

On remarque que le gros du personnel est dans l’administratif (près de 30%, 28,64% pour être exact).

Il s’agit du personnel qui fait tourner la machine, celui qui n’est pas au contact de la population.

Ce n’était pas un hasard si je continue à penser que le gros des économies est ici (chiffrage ici à partir du budget 2016).

On retrouve la vocation sociale de la municipalité avec l’enseignement et la formation (13,7%), le sport et la jeunesse (18,2%), l’intervention sociale et la santé (16,4%) et la famille (13%).

 

La culture n’est qu’à 1,9% mais la compétence est au territoire.

 

Par ailleurs, la sécurité et la salubrité public est à 1%.

Certes, le ramassage est de la compétence du territoire, mais l’entretien et la garde urbaine est du ressort de la commune.

19 septembre 2016 Posted by | Conseil Municipal, Finances locales, Malakoff, Politique, politique locale | , , , , , , | Laisser un commentaire

CA 2015 de Malakoff (10/16) : Charges de personnels

ca_2015_malakoff_depense_personnel

Le premier sujet qui fâche !

Le premier sujet politique également.

Là où la municipalité sacralise les dépenses de personnelles (avec les dépenses aux associations), je considère qu’il faut une rationalisation dans ce domaine.

 

Je considère, contrairement à la municipalité communiste, qu’il faut d’abord faire une étude des besoins, et après, seulement une fois que les besoins ont été clairement identifié, se poser la question des moyens à y allouer.

 

Par ailleurs, le sujet fâche car une part importante du personnel a été transférée à Sud de Seine (l’ancêtre du territoire Vallée Sud Grand Paris).

L’objectif était de faire des économies d’échelle.

Ce n’a jamais été le cas, notamment dans les charges de personnels de Malakoff.

 

En remontant depuis 2010, on a :

Année Charges de personnels(€) % par rapport aux dépenses
de fonctionnement
Variation (%)
2010 25 548 564,23 61,77408722
2011 24 922 408,01 62,11405119 -2,450847
2012 25 738 855,30 61,26842618 3,27595668
2013 26 596 637,81 56,1930839 3,332636592
2014 26 692 463,00 59,6519284 0,360290615
2015 26 750 762,01 54,22582865 0,218410006

 

Qu’en est-il de ce qui a été dépensé, notamment en 2014 et 2015 ?

 

Une fois de plus, les charges de personnels augmente. Mais de façon encore plus modérée que la dernière fois.

On a une augmentation de 0,21% de 2014 à 2015.

 

De plus, la part par rapport aux dépenses de fonctionnement diminue.

On passe de 59,65% à 54,22%.

19 septembre 2016 Posted by | Conseil Municipal, Finances locales, Malakoff, Politique, politique locale | , , , , , , | Laisser un commentaire

CA 2015 de Malakoff (9/16) : Hausse des recettes de fonctionnement

C’est l’une des critiques émises par Malakoff Plurielle, critique sur laquelle Malakoff Plurielle a basé son vote contre le CA 2015.

 

Je partage globalement cette critique, mais pas de la même façon.

Il convient donc de commenter cette hausse des recettes de fonctionnement.

 

Cette hausse des recettes de fonctionnement vient de la forte hausse de la taxe foncière. La critique vient de là.

 

Il convient de rappeler que la taxe foncière, qui est un impôt de 1789, est physiocrate.

Il est donc par définition injuste.

Effectivement, un impôt physiocrate est un impôt basé sur les possessions, et non le revenu.

Dans l’idée des physiocrates, il est inconcevable de payer des impôts sur les revenus.

On paye des impôts sur son outil de travail, car grâce à son outil de travail, on va s’enrichir.

Cas concret : si on a un champ, il va nous enrichir car on va le labourer.

Problème, il se peut que l’on ait une mauvaise récolte, due à la grêle par exemple.

Seulement, même si l’on a de mauvaises récoltes, donc largement moins de revenus, on a quand même l’imposition plein pot.

 

Merci aux physiocrates !

 

Alors certes, ce n’est pas la faute à la municipalité communiste de Malakoff si la taxe foncière est un impôt physiocrate, donc injuste, mais augmenter la taxe foncière, c’est cautionner une injustice car c’est augmenter un impôt qui de base est injuste.

 

D’autant qu’officiellement, c’est pour compenser la baisse des dotations.

Raison que je n’apprécie pas. Je m’y suis opposé dès le début, avant Malakoff Plurielle.

Néanmoins, il convient de modérer et nuancer mes critiques.

Effectivement, la municipalité envisage une série d’investissement.

Je soupçonne, même si la municipalité ne le claironne pas sur tous les toits, que cette hausse importante de la taxe foncière soit pour financer cette série d’investissement.

 

Il s’agit donc dans ce cas d’un progrès.

Effectivement, entre 2001 et 2008, la municipalité a fait une série d’investissement.

Or, elle a fait sa série d’investissement en se basant sur l’emprunt.

La dette de la commune a été multipliée par environ 10.

En gros, elle a augmenté les impôts après la série d’investissement, et a laissé une dette qui peine à se rembourser.

 

Là, la municipalité augmente les impôts avant, ce qui fait qu’elle a moins recours à la l’emprunt (du moins, théoriquement).

 

En ce qui me concerne, je préfère, et c’est vraiment un progrès.

 

Néanmoins, cela implique une autre série de critiques : ça manque d’investissements productifs.

C’est-à-dire qu’il manque des investissements dont l’objectif clairement affiché est l’augmentation des recettes de la ville.

 

Je n’ai rien contre une augmentation des impôts si c’est pour réaliser des investissements productifs.

 

Ce n’est pas le cas.

17 septembre 2016 Posted by | Conseil Municipal, Finances locales, Malakoff, Politique, politique locale | , , , , , , | Laisser un commentaire

CA 2015 de Malakoff (8/16) : Baisse des dépenses de fonctionnement

C’est un point qui a été claironné par la municipalité : il y a une baisse des dépenses de fonctionnement.

 

Selon le document de présentation, on a :

Principales dépenses 2014 2015 Évolution
Electricité 1 226 578.97 € 1 174 784.20 € – 4.22%
Alimentation 1 490 523.84 € 1 453 567.68 € -2.48%
Fournitures de petit équipement 1 169 103.18 € 706 835.81€ – 39.54%
Maintenance 833 435.01 € 796 736.64 € – 4.40%
Autres frais divers 974 754.68 € 625 086.97 € -35.87%

 

Cette tendance existe si on étudie les dépenses de fonctionnement.

On a une diminution des charges à caractère général (-3,04%) et des charges exceptionnelles (-9,6%).

 

Je pense que c’est véritablement un point fort de ce CA.

Il faut dire que l’on en trouve trace dans le budget 2015.

Mais à l’époque, ça n’a pas vraiment été mis en avant par la municipalité.

 

Personnellement, c’est une bonne chose et je m’en félicite.

Depuis le temps que je le demandais…

17 septembre 2016 Posted by | Conseil Municipal, Finances locales, Malakoff, Politique, politique locale | , , , , , , | Laisser un commentaire

CA 2015 de Malakoff (7/16) : Répartition des dépenses de fonctionnement

ca_2015_malakoff_repartition_depense_fonctionnement

Le CA nous permet de savoir la répartition des dépenses de fonctionnement, et donc de se faire une idée de la politique suivie par la municipalité.

 

Dans le cadre du CA 2015, on a :

Libellé Valeur(€) %
Opération non ventilable 12 906 476 25,77872
Services généraux,
administration public
10 444 617 20,86153
Sécurité et salubrité public 334 192 0,667498
Enseignement/Formation 6 171 353 12,32634
Culture 807 447 1,612752
Sport et jeunesse 6 133 144 12,25002
Intervention sociale et santé 5 824 601 11,63375
Famille 4 093 914 8,176968
Logement 100 930 0,201592
Aménagement et service urbain, environnement 3 226 301 6,444044
Action économique 23 429 0,046796
Total 50 066 404 100

 

En dehors des opérations non ventilable (qui correspond aux dépenses  principalement  d’opérations  financières : remboursement d’emprunt, dotation aux amortissements et toutes les dépenses qui ne peuvent être entièrement affectées à une fonction), la part la plus importante est l’administratif avec 20,876%.

 

On retrouve par la suite la vocation sociale de la municipalité avec l’enseignement et la formation (12,32%), le sport et la jeunesse (12,25%) et l’intervention sociale de santé (11,63%).

L’aménagement et les services urbains sont à 6,44%.

 

La culture est à 1,61% mais c’est du ressort du territoire.

Idem pour le développement économique mais c’est vraiment le parent pauvre (0,04%).

 

La sécurité et la salubrité public est à 0,66%.

 

Alors certes, le ramassage des poubelles est du ressort du territoire, mais pas le nettoyage des rues, ni la garde urbaine.

17 septembre 2016 Posted by | Conseil Municipal, Finances locales, Malakoff, Politique, politique locale | , , , , , , | Laisser un commentaire