Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

Justice League au cinéma

Vendredi soir, j’ai été voir Justice League, et franchement, je n’ai pas aimé.

J’ai même signé la pétition pour avoir la vision de Zack Snyder.

 

J’aime bien les films de super-héros, et bizarrement, même si je n’ai pas lu beaucoup de comics (excepté Batman), je préfère DC à Marvel.

 

Entre autres, la série Batman de Tim Bruce et Paul Dini est l’une, si ce n’est ma, série animée préférée, et la meilleure série sur Batman.

Elle a permis à Mark Hamill de se recycler dans le doublage, et de devenir le meilleur Joker.

 

Pour replacer le contexte, les films de super-héros, c’est surtout Marvel.

Enfin, non, les X-Men sont chez la fox (j’en profite aussi pour signaler X-Men First Class qui est l’un de mes films de super-héros préféré).

Mais le reste de Marvel, c’est chez Disney.

 

Or, le problème, c’est que les films Marvel sont formatés.

On sait ce que l’on va voir, on passe un bon moment (sauf sur Avengers 2 que j’ai détesté), mais on ne va pas voir un chef-d’œuvre.

C’est oubliable.

 

Il existe de grands films de super-héros.

Je pense aux Batman de Nolan, de Burton, Watchmen de Zack Snyder, Spiderman de Sam Raimi (Spiderman est chez Sony) ….

 

Pour Warner DC, il y a une place, à mon avis, pour concurrencer Marvel.

C’est juste histoire de voir autre chose.

J’ai envie de voir autre chose.

 

Prenons les Batman de Nolan, dont Batman Begin est mon film de super-héros préféré.

Le ton est sombre, mais ça apporte un vrai plus. On rentre dans la tragédie de Bruce Wayne, qui n’arrive pas à passer à autre chose. On rentre dans le personnage. On est avec lui.

Par ailleurs, dans Batman Begin, ça n’empêche pas, malgré le drame Bruce Wayne montré en long, large et travers, d’avoir des moments épiques et super-héroïques, comme la poursuite avec la Batmobile. Avec en plus une magnifique musique de Hans Zimmer.

 

Le problème, et je suis désolé de dire ça, c’est que les producteurs manquent de couilles.

Zack Snyder, à mon avis, en plus touché une tragédie familiale, est parti et Joss Whedon l’a remplacé.

 

Pour moi, le problème n’est pas Zack Snyder.

Zack Snyder a des défauts, mais ses films sont travaillés, notamment au niveau du visuel.

De plus, il a fait d’excellents film dans le passé, comme les Watchmen, qui est l’un de mes fils de super-héros préférés, et j’aime bien Sucker Punch.

 

Le problème du DCCU n’est pas le ton. On peut faire de très bons films de super-héros sombres.

Les films de Nolan sur Batman le prouvent.

 

Et puis, franchement, même s’il y a des défauts dans Batman V Superman (le précédent), au moins, Zack Snyder, il a essayé de faire des choses différentes.

Et puis, j’ai acheté le Blue Ray là où je n’ai jamais acheté en DVD/Blu-Ray Marvel (à l’exception de Iron Man parce que l’on m’avait dit que c’était bien, mais je le trouve surestimé).

 

Le problème, c’est les producteurs qui manquent de couilles. Au lieu de penser long-terme et de donner ce que le public a besoin de voir (façon de parler), et donc quelque chose de différent, différent de Marvel, ils mettent court-circuite toutes les décisions artistiques.

 

Pourquoi Wonder Woman est le meilleur film du DCCU ?

Réponse, car les producteurs ont ignoré la réalisatrice, en l’occurrence Patty Jenkins, qui a fait tout ce qu’elle voulait et qui a pu faire un film de 2H30.

 

Par exemple, le président de Warner DC a imposé une durée de 2H maximale.

Cette décision est stupide.

Un film doit durer la durée nécessaire.

Ce type de décision a par exemple gâché Batman V Superman à sa sortie cinéma (2H30).

C’est fou comme la version longue (3H) améliore le film. Franchement, ce n’est plus le même film, et c’est beaucoup mieux.

Et dire qu’il existe une version de 4H de ce film…

 

 

Prenons un autre exemple : Il était une fois l’Amérique du Grand Sergio Leone.

Le film dure 251 minutes (version Extended Director’s Cut de 2012).

Le montage initial durait 4H25.

Or, il était sous contrat avec la Warner pour livrer un film de durée maximale de 2H45.

Il coupa des scènes pour arriver à 3H41.

Il ne pouvait pas descendre plus bas pour des raisons narratives.

Le super Twist ne marche que si on prend le film dans son ensemble.

Mais la Warner décida de sortir une version de 2H19.

Pire, le film fut monté en ordre chronologique, ce qui dénaturait l’ouvre du grand Sergio Leone.

Conclusion, le film fut aux USA un échec public et critique. Pire, le Grand Sergio Leone ne tourna plus de film jusqu’à la fin de sa vie. Il était dégouté.

 

Aujourd’hui, le film, dans sa version de plus de 3H, est reconnu comme un chef d’œuvre.

 

Et pour conclure sur la durée, j’aurais bien voulu qu’un film comme Dunkerque dure moins longtemps.

 

Au final, on arrive sur un film trop court et moche (alors que en général, le visuel chez Snyder, c’est son point fort).

Le méchant en plus est trop basique.

 

Enfin, je me permets d’aborder le pire point du film : la musique.

Junkie XL a été remplacé par Danny Elfman.

 

Danny Elfman a fait de bonne partition comme celles du Batman de Tim Burton ou les Spiderman de Sam Raimi.

 

Sauf que là, il s’est foutu de la gueule du monde.

En particulier, pour Batman, il a réutilisé la partition du Batman de Tim Burton.

 

La partition marchait très bien pour l’univers Gothique de Tim Burton, mais là, ça ne marche pas.

Et puis, Danny Elfman n’est pas le seul à avoir fait de bonnes partitions pour Batman.

Celles de Hans Zimmer sont toutes aussi bonnes, que ce soit pour Nolan, ou Zack Snyder.

Mieux, quand il est passé de Nolan à Zack Snyder, Hans Zimmer a changé de partition.

Et c’est un bon choix, car les deux réalisateurs proposent une vision différente de Batman.

 

Le Batman de Nolan, joué par Christian Bale est un Batman jeune. Il se cherche, cherche un sens à sa vie et se construit.

 

Le Batman de Snyder, joué par Ben Affleck, qui franchement est bon, et a un potentiel, est un Batman vieux, usé, fatigué.

Il est devenu amer, mauvais et a sombré dans le côté obscur.

Il est proche de la vision de Franck Miller dans Le Dark Knight return.

Il a raté sa vie, et est l’exemple du Mythe de Sisyphe.

La partition au piano, composée par Hans Zimmer, mélancolique, colle parfaitement à un Batman amer, qui cherche la rédemption et à faire une chose de bien dans sa vie (comme monter la Justice League).

Par contre, la partition de Danny Elfman, qui collait bien à la vision de Tim Burton, ne colle pas au Batman de Ben Affleck.

D’autant que pour moi, le Batman de Ben Affleck a du potentiel.

Et n’empêche pas des moments de bravoure.

Si la BD de Frank Miller est très pessimiste, il y a des moments de bravoure et des moments super-héroïque.

Et pourtant, dans la BD, Batman est objectivement, un sale type.

 

Sur la musique, des exemples comme ça, j’en ai plein.

Et si j’insiste dessus, c’est qu’elle ruine le film, elle est vraiment inadaptée au film, y compris dans les moments épiques.

Elle rend le film encore plus mauvais.

Pire, elle n’est même pas synchronisée à l’action.

C’est dommage, car Junkie XL a fait la musique d’un autre très bon film de super-héros, en l’occurrence Deadpool.

 

Donc au final, à cause de la production, on n’a même pas un film passable ou on passe un bon moment, comme un Marvel, mais un horrible film.

 

On pouvait faire beaucoup mieux, et il y a de la place pour faire autre chose que Marvel.

Pourvu qu’un jour, on puisse profiter de la vision de Zack Snyder.

Publicités

19 novembre 2017 Posted by | Cinéma | , , , , , , | Laisser un commentaire

Wonder Woman au cinéma

Puisque j’ai été le voir Samedi, et que j’avais parlé du personnage, je me permets donc de parler du film.

 

Wonder Woman est donc sorti au cinéma, avec Gal Gadot dans le rôle principal et réalisé par une femme, en l’occurrence Patty Jenkins qui devait réaliser Thor 2 avant de lâcher l’affaire pour différences artistiques.

 

Déjà, il faut savoir que quand on va voir ce film, on va voir un truc « de Fille » et que même si une femme nous explique les subtilités de ce film, ben on ne captera toujours rien.

 

Mais bon, comme disent certains : « C’est un atout majeur et plutôt malin, d’avoir une héroïne si magnétique qu’on lui excusera tout. Même quand elle raconte ses conneries sur l’amour et le respect »

Pour rappel, Wonder Woman a été créé en 1941 par William Moulton Marston.

Célèbre psychologue qui a inventé le détecteur de mensonge, il était persuadé que les femmes étaient meilleures que les hommes.

Il a créé son héroïne pour qu’elle serve de modèle aux filles, et qu’elles soient fières d’être des filles.

Visiblement, c’est réussi, et Marston n’aurait pas renié cette adaptation.

 

Le film parle de la princesse des Amazone, Diana, qui vit sur une ile isolée du reste du monde.

Elle rêve d’être une guerrière, aider son prochain, et botter le cul d’Arès, responsable de toutes les guerres.

 

Un jour débarque Steve Trevor, soldat et espion américain, qui explique qu’en ce moment, c’est la première guerre mondiale.

Diana décide donc de partir botter le cul d’Arès car s’il y a une guerre, c’est à cause d’Arès.

 

Au fait, Diana, je la trouve un peu conne sur les bords.

  • Mon dieu, il y a la guerre, c’est la faute d’Arès (Captain obvious).
  • Tiens, le général allemand prépare un gaz pour exterminer la population, c’est sans doute Arès (Captain obvious 2).
  • J’ai tué le général Allemand et c’est toujours la guerre ! (Dommage, ce n’était effectivement pas Arès).

En fait, c’est la qualité de film, Diana, qui découvre la vie, le monde des hommes, les bons côtés, les mauvais, et qui progresse au fur et à mesure.

Elle apprend. C’est un récit initiatique où Diana apprend à être une vraie super héroïne.

 

L’héroïne fait preuve de compassion et de féminité, en plus d’être déterminée et volontaire.

 

Pour les qualités du film, le travail graphique est très bon.

L’interprétation est excellente, aussi bien de Gal Gadot qui est Wonder Woman que Chris Pine et le reste du casting.

Par ailleurs, Wonder Woman est iconifié et franchement, c’est vraiment très bien fait.

On a l’impression d’avoir une légende et une déesse.

 

Il y a peu de scène d’action, mais elles sont très bien, et en échange, on a vraiment bien développé le personnage. On s’attache au personnage.

 

Dans les points négatifs, la musique (excepté celle qui est dans Batman V Superman) est oubliable.

 

Par ailleurs, les méchants sont peu développés.

Je l’accepte car c’est un film sur Diana, et d’ailleurs, pour comparer, dans le premier Batman de Nolan, les méchants aussi sont finalement peu développés.

 

Le seul dommage étant que le méchant final du film, Arès (car oui, au final, elle lui botte quand même son cul) est juste là pour se faire botter le cul, alors que c’est quand même l’un des plus grand méchant de l’univers de Wonder Woman.

 

Dans les qualités du film, aussi, le fait que Diana passe d’une vision manichéenne à une vision plus grise est aussi un des points forts du film.

 

Enfin, certaines scènes sont géniales, comme la scène du no-mans land qui a failli ne pas être dans le film.

 

Au final, Wonder Woman, n’est pas le meilleur film de Super Héros, ni un chef d’œuvre cinématographique, mais c’est un très bon film, et un film de Super Héros qui est dans la moyenne haute.

Il est largement au-dessus d’un Marvel.

Il est également historique dans le sens où les filles ont enfin leur film de Super Héros (ou plus exactement de Super Héroïne) et que le film a été réalisé par une femme, étant donné qu’il est très rare qu’un blockbuster soit réalisé par une femme à Hollywood.

16 juin 2017 Posted by | Cinéma | , , | Laisser un commentaire

Man of steel au cinéma

Hier, pendant mon congé, j’ai été voir le nouveau Superman au cinéma : Man of Steel de Zack Snyder.

 

Je dois reconnaître avoir été plutôt déçu.

J’avais beaucoup aimé l’adaptation de Watchmen et apprécié Sucker Punch du même cinéaste.

 

Là, j’ai trouvé le film brouillon. Beaucoup d’action, peut-être trop. Mais j’ai eu du mal à entrer dans le superman.

 

Qui est-il ? Pourquoi fait-il ça ? Est-ce que ça le pèse d’être seul ?

 

Tout ça est noyé par de l’action à gogo en voilà.

 

Finalement, écrire les débuts de Superman reste un exercice difficile.

Dans la série de film précédent, avec Christopher Reeve, je n’ai jamais accroché le premier superman.

Par contre, le deuxième et le troisième sont pour moi très bon.

Le quatrième a fini au nanarland.

21 juin 2013 Posted by | Cinéma | , , , , | Laisser un commentaire

Les super héros et la cause féminine

De mon point de vue, la cause des femmes n’est pas au top dans le monde et en France en particulier.
Je pourrais pointer les législatives avec le concept que le féminin de candidat est suppléante ou les 30% de femmes présenté par l’UMP, de l’inégalité salariale homme-femme, mais j’ai préféré aborder la question sur un angle plus symbolique: les super-héros.

 

Il va de soi que les supers héros sont à la mode et les adaptations cinématographiques, accéléré par les progrès des effets spéciaux et de la 3D (souvent inutile), sont nombreuses.

 

Dans le monde du super héros, deux maisons se font une lutte acharnée: Marvel et  DC.

Cette guerre entre les deux maisons d’édition se poursuit au cinéma.

Pour Marvel, on a Captain América, Iron Man, Spider man ou la réunion, Avengers.

Pour DC, on a Batman (de Nolan), Green Lantern, et bientôt Superman.

 

Or, une remarque s’impose: ça manque de femme.
Et pourtant, il existe une super-héroïne: Wonder Woman.

Celle-ci a été créée en 1940 par William Moulton Marston, qui voulait favoriser la cause des femmes.

Il en fait une héroïne féministe.

Qu’en est-il des adaptations du personnage.

Un projet de film a été évoqué avec Joss Whedon. Il a été abandonné.

L’année dernière, une série produite par David Edward Kelley (à qui l’on doit Ally Mac Beal) a été envisagé.

Elle n’a pas passé le stade du pilot.

 

Mais la Warner remet ça.

Elle vient d’engager un scénariste en vue d’une adaptation cinématographique.

Aura-t-on enfin une super-héroïne au cinéma?

Note: La Warner prépare aussi un film réunissant les héros de DC-Comic: La justice league of America.

Parmi les membres de cette organisation, on peut citer Superman, Batman et Wonder Woman…

 

8 juin 2012 Posted by | Cinéma | , , , | Laisser un commentaire