Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

Les profs voyous, au cinéma et en manga

Que faire face aux lycées poubelles ?

Et si le mieux était d’en rire…

C’est ce que certains font, en prenant l’histoire d’un voyou devenant professeur.

 

Le premier cas est au cinéma, Un prof pas comme les autres (film allemand de Bora Dagtekin sorti le 12 novembre 2014).

L’histoire suit l’histoire de Zeki Müller, petit escroc qui est en prison à la suite d’un braquage.

Son rêve est de récupéré le magot qui a été planqué par sa copine.

Une fois sorti de prison, il découvre malheureusement que sa copine a planqué le magot dans un chantier, chantier du gymnase d’un collège poubelle. Et depuis, le gymnase a été fini.

 

Solution : travailler au collège pour creuser la nuit.

Ça tombe bien, il y a une annonce pour un poste de concierge.

Sauf qu’en fait, il s’agit d’une astuce du principal pour pouvoir embaucher un professeur remplaçant. Et le héro va se retrouver à faire cours dans la classe poubelle d’élève qui ne pensent qu’à chahuter, sécher…

 

Après c’être fait respecté, il finit par s’attacher à eux, à les faire évoluer, et même à leur faire avoir le diplôme.

Il faut dire qu’il tombe amoureux de sa collègue, et il finira aussi par changer afin de conquérir son cœur.

La comédie est bien ficelée, on rigole bien et le rythme (qui est le point le plus dur dans une comédie) est plus que correct.

 

Le second est en manga.

Il s’agit de Gokusen (Pour Gokudo no Sensei soit professeur gangster).

L’histoire raconte les débuts de la jeune Kumito Yamagushi, jeune professeur de.

Elle est affectée professeur principale de la pire classe d’un lycée poubelle, où les élèves sont considérés comme une menace et non des gens à éduquer.

Rien ne l’aide. Aire stricte et binoclard, enseignant une matière difficile à comprendre…

 

Seulement voilà, en réalité, l’héroïne est l’héritière d’un clan de Yakuza, point qu’elle essaie de cacher.

Le dessin du manga n’est pas exceptionnel (c’est le point faible, pour un manga, on peut vraiment trouver mieux).

Par contre, on se prend vite à l’histoire, et franchement, on rigole du début jusqu’à la fin.

Le manga part d’un point de départ pour enchaîner les situations comiques, les quiproquos…

 

Les situations sont surtout dans les décalages.

Décalage entre la Kumito professeur, toute gentille, et la Kumoto Yakuza qui se fait respecté de la famille par coup de savate dans la gueule.

La Kumito calme et stoïque en classe, capricieuse et tyrannique à la maison.

 

Évidemment, la jeune professeur Yakuza a des habitudes bien à elle, écart de langage (Tiens, t’a un élève au violon), des réflexe conditionnés (quand elle voit les poulets) et n’hésite pas à taper les voyous qui vendent de la drogue à ses élèves.

 

Allez, je montre le moment géniale où elle corrige ses copies (tout professeur a déjà vécu ça).

gosuken 001

 

gosuken 002

Le moment où elle rend ses copies.

gosuken 003

 

gosuken 004

gosuken 005

Et celui où elle fait la morale à ses élèves. Même pour être Yakuza, il faut des bonnes notes à l’école :-).

gosuken 006gosuken 007

Publicités

21 décembre 2014 Posted by | Cinéma, Manga | , , , | Laisser un commentaire