Le blog de Phil

J'habite Malakoff, la plus belle ville du monde

Le bilan de Catherine Margaté (2/3) : Les points négatifs

Après les points positifs, passons aux points négatifs.

 

Ils sont au nombre de 3.

Le premier est l’inégalité territoriale.

Là où le Nord de la ville est développé (Place du 11 Novembre, ZAC Dolet Brossolette…), le Sud de la ville est laissé à l’abandon.

Néanmoins, cet aspect est en voie d’amélioration.

Dans le futur PLU, on s’intéresse au rond-point Henri Barbusse et au boulevard du Colonel Fabien.

Cet aspect sera à surveiller.

 

Le second est la propreté de la ville qui souvent laisse à désirer.

Je parlais de la Place du 11 Novembre, sujet abordé en conseil de quartier.

Sur le choix de peu dépenser dans le service de nettoyage, la ville est responsable.

Dans le budget 2014, la part dans la sécurité et salubrité publique est de 0,76%.

Mais on est aussi face à une irresponsabilité et un manque de civisme des gens.

Là, sur ce point, la municipalité n’y peut pas grand-chose.

C’est d’ailleurs pour ça qu’elle a revue à zéro le ramassage des encombrants lors du mandat 2008-2014.

Effectivement, elle était face à des gens, des fois étrangers à la ville, qui jetais leurs encombrant n’importe où.

La ville était sale et en plus, là ça coutait vraiment au trésor de Malakoff.

 

Et puis il y a le problème du développement économique.

Là, pour Malakoff, on peut vraiment écrire un roman.

 

Malakoff n’a pas la culture de l’autofinancement.

Du coup, elle mène ses investissements en ayant augmenté la dette qui aujourd’hui est un problème récurrent, du fait de sa lenteur à être remboursée.

Ça plombe les investissements futurs.

Comme je l’expliquais avec humour, on a construit la maison des associations, mais si celle-ci s’écroule, nous ne sommes plus capable de la reconstruire, car plus capable de d’endetter à nouveau.

 

Par ailleurs, Malakoff a du mal à rationaliser ses dépenses de fonctionnement.

Pour ma part, il ne s’agit pas de supprimer le service public local.

Mais il n’est pas admissible de dépenser 15€ dans un service quand il est possible de faire la même chose, à qualité équivalente ou supérieur, pour 10€.

Du coup, on peut dégager 5€pour soit diminuer les impôts, soit pour investir, soit pour proposer un nouveau service public.

 

Hors, la question va vite devenir problématique.

Une partie des recettes de fonctionnement de la ville dépendent des dotations d’Etat (12,4% selon le budget 2015).

Hors, l’Etat est en faillite, il doit réduire ses dépenses de fonctionnement.

Il n’est plus tenable de laisser le problème du déficit public perdurer.

Ça fait des recettes en moins pour Malakoff.

 

Sud de Seine aurait dû permettre une rationalisation des dépenses afin d’offrir un service public local de qualité en réduisant les coûts.

Ce ne fut pas le cas.

Au contraire, Sud de Seine est l’outil des doublons.

Publicités

20 juin 2015 Posted by | Malakoff, Politique, politique locale | , , , , | Laisser un commentaire

Le bilan de Catherine Margaté (1/3) : Les points positifs

Ça y est, Catherine Margaté a passé la main Mardi 16 Juin 2014.

Puisse que certains le font, j’ai décidé de faire le bilan.

J’ai aussi décidé de le faire de façon nuancé, pour sortir du « Margaté est nulle parce qu’elle est communiste » et du « Margaté est nulle parce qu’elle est de gauche ».

 

Donc voici ce que je pense de la gestion municipale.

 

Les points forts d’abord.

La ville est agréable à vivre. Il y a un côté village qui fait que l’on a un vrai cadre de vie.

 

Malakoff a aussi une vraie mixité sociale (contrairement à des villes comme Bagneux ou Neuilly sur Seine).

Le fait que l’on ait 40% de logements sociaux (pas plus, pas moins) y est pour quelque chose.

 

La municipalité fait tout pour que l’on reste fier de sa ville. Pour que l’on ait envie d’habiter Malakoff.

A Malakoff, on est d’abord Malakoffiot avant d’être parisien.

Combien de ville de petite couronne peuvent se vanter de ça ?

 

Il y a aussi un service public local, la municipalité y tient.

 

Enfin, la municipalité a fait des investissements lourds (centre de santé, médiathèque…).

Mais là, il convient d’apporter une première nuance.

La municipalité a basé ses investissements sur l’emprunt là où il aurait fallu les baser prioritairement sur l’autofinancement et l’épargne. Du coup, la dette de Malakoff est importante (remboursée en 2066 selon mes derniers calculs sur le derniers CA).

On est aujourd’hui dans l’incapacité de faire de nouveaux investissements lourds, de l’aveu même de notre ancien maire.

Je me permets aussi de soulever la question de la démocratie locale, puisse que c’est la marotte de certains, notamment de Malakoff Plurielle.

Il est vrai qu’il y a une tendance à apprendre certaines décisions par hasard.

Je renvoie au feuilleton de l’EPF 92.

Néanmoins, lors du mandat 2008/2014, les conseils de quartiers et la CDD ont été mis en place.

De plus, sur des sujets importants, comme la construction de la place du 11 Novembre, la ZAC Dolet Brossolette et le PLU, la ville organise des réunions.

Elle présente ses projets, on peut débattre et même faire des propositions.

Il suffit juste de venir.

Par exemple, c’est en allant aux diverses réunions sur le PLU que j’ai pu faire avancer la municipalité sur la cassure Nord/Sud.

 

Donc il y a des points forts pour Malakoff, et il est vrai que Catherine Margaté a fait beaucoup.

 

Elle a fait beaucoup sur le social et le vivre-ensemble

18 juin 2015 Posted by | Malakoff, Politique, politique locale | , , , , | Laisser un commentaire

Catherine Margaté démissionne officiellement

Comme le mentionnait un article du Parisien, Catherine Margaté démissionne.

C’est officiel, et sur le site de la municipalité.

Elle quitte son poste pour raison de santé.

Personnellement, je lui souhaite un bon rétablissement.

 

C’est Jacqueline Belhomme, adjointe à l’action sociale et à la jeunesse, qui va la remplacer.

Elle sera désignée le 16/06/2015.

 

Comme je le signalais précédemment, ça ne changera rien de mon point de vue.

Déjà parce que le caractère de l’ancien et du futur maire sont très semblable, mais aussi parce qu’on ne va pas avoir de changement de politique entre temps.

 

On aura toujours une politique volontariste sur le social et le vivre ensemble, mais qui négligera le développement économique et la gestion optimisé des finances publiques.

 

A noter que selon le Parisien, les malakoffiots regrettent déjà leur maire.

3 juin 2015 Posted by | actualité, Malakoff, Politique | , , , , , | Laisser un commentaire

Catherine Margaté pourrait démissionner, mon avis sur la question

On m’a appris que le Parisien publiait un article sur la démission de Catherine Margaté, maire PCF de Malakoff.

Pour l’instant, ce n’est pas officiel. C’est encore du conditionnel.

 

Je vois l’opposition crier de joie. Margaté étant sympa, ayant un relationnel impeccable, c’était impossible.

Mais maintenant qu’elle est partie, on va enfin y arriver.

 

En ce qui me concerne, ça ne change rien au problème.

Les communistes, avec ou sans Catherine Margaté tiennent bien la mairie.

De plus, Catherine Margaté sera remplacé par Jacqueline Belhomme, qui disons-le avec humour, n’est rien d’autre que la fille cachée de Catherine Margaté.

 

Ça ne change rien au problème, car comme je l’écrivais il y a fort longtemps, l’opposition n’a jamais travaillé sérieusement sur la durée, construisant un contre-projet de ville.

En 2013, exaspéré suite à une réunion politique où l’on racontait n’importe quoi, j’avais écrit que Catherine Margaté avait déjà gagné.

Aujourd’hui, les choses n’ont pas changé.

Certes, il y a eu une amélioration lors du dernier conseil municipal (Stéphane Tauthui a fait une proposition lors du dernier conseil municipal, l’opposition a enfin posé des questions sur divers sujets lors du dernier conseil municipal), mais ça reste insuffisant.

 

En particulier, je n’ai pas beaucoup vu l’opposition lors de la pétition demandant la baisse des dotations d’état, Cette critique n’est d’ailleurs pas nouvelle.

Autre exemple, sur un sujet fondamental pour Malakoff, l’opposition ne s’est même pas exprimée au conseil municipal.

 

Point qui m’est revenu : j’ai un ami qui a participé à la campagne de Thierry Guilmart en 2001.

Il était persuadé que celui-ci allait gagner.

Il était fort déçu du résultat.

Il m’avait expliqué que les communistes avaient sorti Léo Figuères (l’ancien maire).

Mais si les communistes n’avaient pas sorti Léo Figuères, Thierry Guilmart aurait gagné.

 

Vous savez quoi : mon ami déteste Thierry Guilmart depuis 2008…

 

Cette histoire m’est revenue car une sympathisante de Malakoff Plurielle m’expliquait que Catherine Margaté n’était pas éternelle et qu’en 2020, ça sera bon. La mairie communiste tombera.

Franchement, si Emmanuelle Jannès n’est pas élue maire en 2020, c’est parce que Jacqueline Belhomme, maire pressentie, ressortira Catherine Margaté ?

 

On ne pourra pas empêcher Catherine Margaté de soutenir Jacqueline Belhomme en 2020.

 

Reprenons ça plus sérieusement.

Les résultats municipaux d’abord.

Je suis remonté jusqu’en 2001.

 

En 2001, Thierry Guilmart (UDF à l’époque) avait fait 28,59% alors que Catherine Margaté (PCF) avait fait 71,41%.

En 2008, Catherine Margaté avait fait 65,76%, Thierry Guilmart (UMP) avait fait 17,88%, et Jean Emmanuel Paillon (Modem) avait fait 7,34%.

 

En 2014, Catherine Margaté avait fait 68,14%, Emmanuelle Jannès (DVG) 18,08% et Stéphane Tauthui 8,74%.

 

Comme on le voit Catherine Margaté reste indéboulonnable.

 

Je pense que ça vient du fait que l’opposition n’a pas la bonne approche.

De mon point de vue, il faut en finir avec Margaté est nulle parce qu’elle est communiste.

Au contraire, il faut développer un véritable diagnostique de ville.

 

Il faut que l’opposition fasse un véritable travail de réflexion, réflexion qui fasse ressortir les points forts et les points faibles, faire un diagnostic de la gestion municipale, préparer, à partir de ce diagnostic un projet de ville crédible.

C’est finalement la seule chose qui n’a pas été faite.

Et de mon point de vue, c’est seulement comme ça que l’on y arrivera.

 

Le « Margaté pense ça donc je vais penser l’inverse, je ne sais pas pourquoi, mais je trouverai », c’est fini, ça ne marche pas.

 

Il y a des points forts dans la gestion municipale.

La ville de Malakoff est agréable à vivre (par exemple, je n’aimerai pas habiter Puteaux), est plutôt mixé (contrairement à Bagneux) et fait beaucoup dans le domaine social.

 

Mais il y a aussi des points faibles.

Je pense en particulier au développement économique, à l’incapacité pour la ville de rationaliser ses dépenses de fonctionnement.

Pour moi, le plus gros échec de Catherine Margaté restera Sud de Seine.

Si Sud de Seine avait été une réussite, la diminution des dotations ne devrait pas être un problème.

 

L’opposition appuie sur les points faibles. C’est normal, c’est son rôle.

Mais elle doit avoir une vision plus globale, plus nuancé des choses.

 

Puis, il faut aussi garder à l’esprit que les choses évoluent.

Certaines critiques, qui avaient un sens fut un temps, seront moins juste à long terme.

 

Je pense à la cassure Nord/Sud que j’ai été le premier à mettre en évidence.

Lors d’une réunion publique, j’avais même déclaré que je me félicitais que l’on s’occupe enfin du Tiers-monde de Malakoff, désespérant Catherine Margaté.

Mais cette question évolue, notamment avec le PLU.

J’en avais déjà parlé précédemment.

Avec le PLU, ce n’est pas sûr que les arguments restent pertinents.

Peut-être que le Sud de la ville sera réhabilité.

 

Au final, mon propos est que la démission de Margaté ne change rien pour moi. C’est d’un véritable travail de fond dont a besoin l’opposition.

 

Pour moi, on est en plein dans la fable du lièvre et la tortue.

Le lièvre, il est tellement beau, magnifique et intelligent qu’il n’a pas besoin de courir.

Au final, c’est la tortue qui arrive.

30 mai 2015 Posted by | Malakoff, Politique, politique locale | , , , , | Laisser un commentaire

Demande de précision sur la campagne de la municipalité contre la diminution des dotations

La campagne de la municipalité contre la baisse des dotations, dont je conteste la forme et le fond, m’a fait prendre le clavier afin d’écrire le mail suivant à notre maire, Catherine Margaté, pour demander, en tant que simple citoyen, des comptes.

Je joins aussi la copie aux élus de l’opposition, au cas où…

 

Madame le maire,

Jeudi, en rentrant chez moi, j’ai trouvé un prospectus dans ma boite aux lettres.

Ce prospectus, je pense, est édité par la municipalité de Malakoff.

Vous appelez les malakoffiots à signer une pétition pour, je cite, l’annulation de la baisse sans précédent des dotations, programmée pour 2015-2017.

Il est d’ailleurs possible de signer cette pétition sur le site de la ville.

 

En ce qui me concerne, cette position me choque.

Déjà, sur le fond, je trouve cette position non tenable.

Je tiens à rappeler que l’Etat a un problème de déficit sérieux, et pour ma part, j’estime que la réduction du train de vie de l’Etat est une nécessité.

Je ne tiens pas à ce que la France devienne une nouvelle Grèce.

Aujourd’hui, la nation doit être consciente qu’il y a un effort à fournir pour en finir avec le problème de déficit chronique dont souffre la France.

Les communes doivent elle-aussi participer à cet effort, chose qu’elles n’ont pas fait jusqu’à présent.

Cela a été souligné par le député (apparenté PS) René Dosière et à de nombreuses reprises par la cour des comptes.

 

La diminution des dotations est aujourd’hui dans la logique des choses.

 

Au contraire, je pense qu’il faut aujourd’hui rationaliser les dépenses de fonctionnement.

Ce n’est pas le cas.

En particulier, je m’étonne que les dépenses de personnel croissent, alors que de nombreuses compétences ont été transférées à Sud de Seine.

Mais la forme m’interroge.

Je pense que ces prospectus sont distribués avec l’argent de la commune.

 

C’est pour ça que je me permets de poser deux questions.

La première est de savoir si vous confirmez que c’est sur l’argent de la commune que ces prospectus sont financés.

La deuxième est que si c’est le cas, j’aimerais savoir le coût de l’opération.

 

Veuillez agréer mes salutations distinguées.

 

Cordialement.

23 janvier 2015 Posted by | actualité, Malakoff, Politique, politique locale | , , , | Un commentaire

Cantonales 2015 sur le canton Montrouge-Malakoff : Avec un changement de Modèle pour le calcul, c’est l’UMP-UDI qui gagne (mais de justesse)

On peut dire que mes calculs sont commentés, en particulier par mon collègue et ami Pierre Demarquet.

 

Je dois donc faire des précisions.

Il s’agit d’un calcul con, où je me suis basé sur des moyennes.

Le résultat est donc exagéré, et caricaturale.

Bien sûr que Margaté ne fera pas 58%. Je pense qu’elle fera plutôt entre 50 et 55%, plus proche des 50% d’ailleurs.

 

Admettons que l’on regarde plus en détail.

Le score sur Montrouge sera, grosso-modo celui des municipales.

Pour mémoire, on avait Jean Loup Metton à 61,65%, et le PS à 28,93%.

Comme on peut estimer qu’en plus il y aura une liste PC, Vert et FN (la liste PC et la liste FN étant très probables), il faut corriger les scores du PS (que pour simplification on prendra à 30%) et celui de la droite.

 

Si on prend le score où le FN s’est présenté, on arrive à une moyenne de 6,94, arrondissons à 7%.

Avec le même raisonnement pour les verts et le PCF, on arrive à 6 pour les verts et 11 pour le PC.

Les moyennes sont faites là sur les élections où ils se sont présentés !

 

Pour Malakoff, là, il y a une vraie complication. Le score de l’élection municipale ayant été faussé.

Ce qui me semble le plus pertinent est de prendre le score de la cantonale 2008.

On a un PC à 57%, les verts à 5%, le PS à 11%, l’UMP à 17% et le FN à 3%.

Bon, supposons qu’il y ait 50% de participation (ce qui soit dit au passage, me paraît élevé pour une cantonale).

A Montrouge, on arrive à 28 239 * 0,5 = 14 120 votants.

A Malakoff, on arrive à 19 479 * 0,5 = 9 740 votants.

On aura donc un total de 23 860 votants.

On arrive donc à :

Parti Score Montrouge Score Malakoff Voix Montrouge Voix Montrouge
arrondit
Voix Malakoff Voix Malakoff
Arrondit
Total %
PC 11 57 1553,2 1553 5551,8 5552 7105 29,7778709
Vert 6 5 847,2 847 487 487 1334 5,59094719
PS 13 11 1835,6 1836 1071,4 1071 2907 12,1835708
UMP-UDI 62 17 8754,4 8754 1655,8 1656 10410 43,6295054
FN 7 3 988,4 988 292,2 292 1280 5,36462699
Total 99 93 13978,8 13978 9058,2 9058 23036 96,5465214

 

Soit un second tour PC-UMP/UDI.

 

Mais là, changement de registre, on arrive à :

Voix %
PC 11346 49,25334259
UMP-UDI 11690 50,74665741
Total 23036 100

 

Donc cette fois-ci, c’est la droite qui gagne, grâce à Montrouge d’ailleurs.

 

Il est donc assez dur de faire un pronostic.

 

Ce que pour l’instant on peut donner comme éléments :

  • L’UMP-UDI a une dynamique à Montrouge, le maire est UDI et a fait 65%.
  • Le PC a une dynamique sur Malakoff, Catherine Margaté est appréciée et a fait 68%.
  • François Hollande est détesté, ce qui devrait profiter à l’UMP, mais aussi, dans une moindre mesure, à Catherine Margaté qui se positionnera contre le PS nationalement.
  • Le retour de Nicolas Sarkozy, qui est clivant comme ce n’est pas permis (et les derniers épisodes me désespèrent) permettra de limiter le déclin du PS, et favorisera la dynamique de Catherine Margaté. Il faut rappeler que Nicolas Sarkozy regroupe l’UMP, mais il regroupe la gauche… contre lui.
  • Le 92 est de plus, le département de Nicolas Sarkozy avec des pontes UMP comme Patrick Balkany, …

29 novembre 2014 Posted by | Cantonales 2015, Malakoff, politique locale | , , , , | Laisser un commentaire

Premières réflexions sur les cantonales 2015 (3/3) : Catherine Margaté devrait (encore) gagner

Je pensais que le canton serait gagné par le candidat UDI-UMP, face à un second tour serré entre le candidat UMP-UDI et Catherine Margaté, notre indéboulonnable maire PCF.

En résumé, le candidat UDi-UMP (ou UMP-UDI) fait le plein à Montrouge, Catherine Margaté fait le plein à Malakoff (les deux maires faisant à peu près 65% chez eux), et l’UMP est élu grâce à Montrouge car il y a plus d’électeurs à Montrouge qu’à Malakoff.

En réalité, un calcul plus poussé montre que Catherine Margaté va encore atomiser ses adversaires.

Le problème est de déterminer, dans chaque ville, le score de chaque couple de candidat.

C’est assez compliqué. Par exemple, le score de Malakoff est faussé pour l’élection municipale 2014, il n’y a pas eu de liste de droite.

Par ailleurs, les chiffres ne prennent pas en compte la dynamique négative actuelle du PS et sa perte de vitesse, donc de voix.

Néanmoins, histoire de faire un calcul, on peut s’amuser à prendre le modèle suivant :

Dans un premier temps, on note les scores villes par villes pour les dernières élections où le local joue un rôle majeur : En l’occurrence municipales, cantonales et législatives.

On fait la moyenne par ville.

On arrive à :

Législatives 2002 Législatives 2007 Municipales 2008 Législatives 2012
Montrouge Malakoff Montrouge Malakoff Montrouge Malakoff Montrouge Malakoff
PCF 12,11 38,59 10 39,73 0 65,76 13,5 40,26
Vert 3,35 2,84 4,23 4,14 0 4,39 3,83 3,92
PS 23,78 17,69 28,4 21,74 37,72 0 34,44 27,28
DVG 0 0 0 0 2,94 3,41 0 0
Centre-Modem 0 0 0 0 9,83 7,34 2,66 1,75
Centre UDF-NC-UDI 35,61 11,14 48,13 25,43 49,51 0 36,01 14,27
RPR-UMP 12,33 15,83 0 0 0 17,86 0 0
DVD 0 0 0 0 0 0 0,94 1,74
FN 6,2 7,74 0 0 0 0 5,33 7,44
Cantonales 2008-2011 Municipales 2014 Moyenne
Montrouge Malakoff Montrouge Malakoff Montrouge Malakoff
PCF 8,35 57,4 0 68,14 7,32666667 51,6466667
Vert 13,81 5 0 0 4,20333333 3,38166667
PS 23,71 10,9 28,93 0 29,4966667 12,935
DVG 0 0 0 18,08 0,49 3,58166667
Centre-Modem 4,29 6,2 6,96 0 3,95666667 2,54833333
Centre UDF-NC-UDI 39,82 0 61,65 0 45,1216667 8,47333333
RPR-UMP 0 17,2 0 0 2,055 8,48166667
DVD 0 0 0 8,74 0,15666667 1,74666667
FN 9,29 3,2 0 0 3,47 3,06333333

Ensuite, on prend comme principe que l’on a les listes suivantes :

  • PC
  • PS
  • Vert
  • UMP-UDI
  • FN

Par ailleurs, on prend arbitrairement comme hypothèse que la liste PS a comme score celui de la liste PS, mais aussi de la liste DVG.

Cela permet d’avoir, par exemple, une correction pour les municipales 2014 de Malakoff, puisque Malakoff Plurielle a pour cœur de cible les sympathisants PS (voir anciens militants PS) qui auraient voulu une liste PS.

Par la même occasion, on ajoute à la liste UMP-UDI le score de l’UMP, de l’UDI et DVD.

On arrive à :

Liste probable Score sur Montrouge   (%) Score sur Malakoff (%)
PC 7,326666667 51,64666667
Vert 4,203333333 3,381666667
PS 29,98666667 16,51666667
UDI-UMP 47,33333333 18,70166667
FN 3,47 3,063333333
Total 92,32 93,31

A ce stade, on se doit de faire quelques remarques.

Sur Montrouge d’abord :

  • Le score de la droite est sous-estimé, Jean Loup Metton a fait 65% aux dernières municipales.
  • Celui du PS est dans le même ordre de grandeur que ce qui était aux municipales.

Pour Malakoff :

  • Le score de Catherine Margaté est cohérent, elle est seule, mais elle a une dynamique avec la chute du PS.
  • Le score du PS correspond à celui de Malakoff Plurielle.
  • Le score de la droite est ici, à mon avis, surévalué. L’UMP est dans les choux. Aux dernières législatives, Jean Loup Metton était à 14%.

A partir de ces scores (arbitraire, répétons-le), sachant que l’on a 28 239 électeurs à Montrouge et 19 479 électeurs à Malakoff, on arrive à :

Liste probable Nombre de voix Montrouge Voix Montrouge arrondit Nombre voix Malakoff Voix Malakoff arrondit
PC 2068,9774 2070 10060,2542 10060
Vert 1186,9793 1187 658,71485 659
PS 8467,9348 8468 3217,2815 3217
UDI-UMP 13366,46 13366 3642,89765 3643
FN 979,8933 980 596,7067 598
Total 26070,2448 26071 18175,8549 18177

Certes, je n’ai pas pris en compte l’abstention, mais en supposant que le pourcentage de participation est le même d’une ville sur l’autre, on aurait juste à avoir un facteur multiplicatif.

On arrive donc à :

Liste probable Total voix % Pour liste
PC 12130 25,4201769
Vert 1846 3,86856113
PS 11685 24,4876147
UDI-UMP 17009 35,64483
FN 1578 3,3069282
Total 44248 92,728111

On a donc un second tour entre le PCF et l’UMP-UDI.

Ce qui donne au final :

Second tour Voix total %
PC 25661 57,9935816
UMP-UDI 18587 42,0064184
Total 44248 100

Alors certes, ce n’est qu’un calcul, très contestable, certes, le score de la droite est très sous-évalué, mais au final, il ne serait pas surprenant que l’on arrive à une victoire de Catherine Margaté.

Effectivement, il vient du fait que même si Metton à une réelle dynamique chez lui, le PC est aux alentours de 8% à Montrouge (d’autant que grâce à François Hollande, il reprend des couleurs), que le PS a un bon socle à Montrouge (autour de 30%), que Margaté est appréciée chez elle, et que l’opposition est laminée à Malakoff.

Mais finalement, je ne suis pas si surpris que ça.

Sans doute que le score de Catherine Margaté ne sera pas si haut.

Mais à force d’imbécilités locales, à force d’avoir des états-majors qui au mieux sont inertes, au pire savonnent la planche, on arrive au vrai problème de fond :

C’est les adversaires politiques de Catherine Margaté qui font qu’aujourd’hui, Catherine Margaté est indéboulonnable…

29 novembre 2014 Posted by | Cantonales 2015, Malakoff, Politique, politique locale | , , , , | Laisser un commentaire

Le point 2014 de Catherine Margate sur les impôts locaux

impots_malakoff_2014 001

impots_malakoff_2014 002

Si vous êtes malakoffiot comme moi, vous avez dû recevoir une lettre de notre maire qui fait le point sur la situation financière de la ville et les impôts locaux.

 

J’aimerais faire des remarques là-dessus.

 

Notre maire écrit :

« La très forte contrainte financière exercée par l’Etat sur les collectivités territoriales se poursuit malheureusement. Après un gel de 1,5 milliards d’euros des dotations de l’Etat aux collectivités territoriales en 2014, elles subiront de nouveau une diminution de 11 milliards d’euros sur la période 2015-2017. Celle-ci s’inscrit dans la décision du gouvernement de réduire de 50 milliards les dépenses publiques sur cette période. »

Et d’ajouter :

« Concrètement pour notre commune, cette réduction se monte à 406 167 euros en 2014. L’équilibre du budget a été réalisé difficilement par la baisse de certaines dépenses avec la volonté de maintenir la qualité des services publics rendus à la population de Malakoff. Pour 2015, cette baisse est estimée à 834 978 euros. Sur ces deux années, la baisse totale de la dotation de l’Etat sera donc à peu près de 1 241 145 euros ; soit quasiment 8 points d’impôts locaux. A cette baisse des dotations, s’ajoute la hausse des dépenses liées notamment à la réforme des rythmes scolaires ».

 

Si je conçois la gêne occasionnée par la réforme des rythmes scolaires, je conteste fortement le reste.

Déjà, je rappelle que notre Etat (que j’appelle souvent l’Etat clochard) est fortement endetté.

Pire, la dette de l’Etat est une dette de fonctionnement, une dette absolument pas durable.

Et pour couronner le tout, il s’agit également d’un déficit, c’est-à-dire que les dépenses courantes sont supérieures aux recettes.

 

Cette situation n’est plus tenable. Si l’Etat était une entreprise, celle-ci aurait mis la clé sous la porte.

Ça risque peut-être un jour d’arriver. Je rappelle qu’un Etat peut faire faillite. Ce fut le cas de la Grèce et avant, de l’Argentine.

Comme le disait si bien François Fillon, la France est un Etat en faillite.

Il ne tient que parce qu’il y a des contribuables qui payent derrière.

 

C’est pour ça qu’il faut remédier à cette situation.

Et tout le monde doit s’y mettre. Le principe « Les réforme, c’est bien mais pour les autres », il faut s’arrêter avec ça.

C’est pour ça que tout le monde doit faire un effort pour réduire le déficit public.

Ça implique évidemment l’Etat lui-même, mais pas que.

 

En particulier, les communes doivent être engagées dans l’effort national.

Or, on peut dire qu’elles font plutôt l’inverse.

En résumé, alors que l’Etat réduit difficilement son train de vie (sans résultats apparents), les communes augmentent le leur.

 

En ce qui concerne Malakoff, on suit le mouvement.

Les dépenses de personnel augmentent (alors qu’il y a Sud de Seine), et la dette de Malakoff diminue de plus en plus lentement.

 

Par la suite, Catherine Margaté écrit :

« C’est dans ce contexte particulièrement difficile, qu’au prix de gros efforts, les taux d’imposition n’augmentent pas depuis 2011 sur Malakoff. Cependant certains d’entre vous verront augmenter leurs impôts locaux du fait de :

  • La revalorisation des bases des valeurs locatives des impôts locaux. Le 5 novembre 2013, le Parlement a voté une revalorisation forfaitaire de 0,9%.
  • Les travaux de rénovation ou d’agrandissement des logements qui impactent la base imposable.»

Sur ce point, c’est plutôt vrai. Si les impôts locaux augmentent en valeur, ce ne sera pas vraiment la faute de notre maire.

Les impôts locaux sont physiocrates (voir ici pour tout le mal que je pense sur la bêtise qu’est un impôt physiocrate).

En résumé, on a Ii = Ti * Bi.

Ii est la valeur de l’impôt (Taxe d’habitation, taxe foncière sur le bâti et le non-bâti), Ti est le taux (voté en conseil municipal) et Bi est la base, fixée par le trésor public.

Pour que la valeur de l’impôt augmente (concrètement, ce qui est payé), il suffit que le taux augmente, et/ou que la base augmente.

Si le taux augmente, c’est du fait du conseil municipal.

Mais si la base augmente, c’est du fait du trésor public.

 

Pour en revenir à Malakoff, les taux n’ont pas évolué. Mais il n’est pas impossible que les bases aient augmentés.

28 octobre 2014 Posted by | Finances locales, Malakoff, Politique, politique locale | , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

En 2020, le PS de Malakoff ne fera probablement pas de liste

C’est je pense maintenant bien connu, je n’ai pas de sympathie pour Malakoff Plurielle.

Je n’aime pas beaucoup Malakoff Plurielle car :

  1. Ils se sont construits contre le centre (je maintiens).
  2. Ils n’ont pas une vision politique globale
  3. Ils sont dans un règlement de compte avec la municipalité en place, sacrifiant le court-terme au long terme et à une construction dans la durée de l’opposition.

Il est intéressant de noter qu’Emmanuelle Jannès me semble totalement perdue au Conseil Communautaire de Sud de Seine (où elle siège en indépendant).

A sa décharge, la géopolitique là-bas est devenue particulièrement compliquée.

 

J’avais déjà disserté sur les aspects 2 et 3, je vais donc à nouveau disserter sur l’aspect 2.

 

Dans un premier temps, je tiens à rappeler que la politique se pense dans une vision globale, vision allant du local au national.

Certes, une approche locale n’a rien à voir avec une approche nationale. Une approche locale est moins partisane (même si ce fut beaucoup moins vrai en 2014).

C’est ce qui fait la difficulté et la contradiction d’une approche locale.

L’étiquette politique doit être mise en avant, car elle définit le candidat mais elle doit aussi être un peu oubliée.

En fait, c’est seulement l’action locale qui fait la valeur d’une étiquette politique.

 

Alors on va me dire qu’il faut rester local…

En fait non.

Derrière une élection municipale se cache d’autres élections.

Derrière une élection municipale, il y a l’élection cantonale et l’élection du conseiller général.

Une ville de proche couronne est en général un canton-ville.

Malakoff est d’ailleurs un canton-ville, et Catherine Margaté (PCF) est le maire de Malakoff et le conseiller général de Malakoff.

 

 

Derrière l’élection municipale, il y a les sénatoriales.

Il est à rappeler que chaque conseiller municipal est un grand électeur.

Selon le nombre d’habitants, il peut y avoir un bonus de grands électeurs.

Le nombre supplémentaire de grands électeurs est désigné par le conseil municipal.

 

Je vous garantis que sur ce point, les sénateurs sont très attentifs…

 

Et derrière l’élection municipale, il y a aussi l’élection législative, car une circonscription correspond à un certain nombre de ville.

Pour la nôtre, on a Malakoff, Montrouge et Bagneux.

Comme Bagneux et Malakoff sont PCF, le député de la circonscription est de gauche.

Comme Metton est considéré comme un bon maire par ses administrés, la circonscription a surtout été tenue par le PCF. Mais comme il a eu un coup de mou en 2008, amplifié par une dynamique Hollande, la circonscription est passée au PS.

Mais il est fort probable qu’en 2017, le coup de mou de Metton soit fini. La circonscription passera sans doute au PCF en 2017.

 

Ces rappels étant fait, repassons à Malakoff Plurielle.

D’après ce que j’ai compris (conditionnel), ils espèrent que leur bon score poussera le PS à se présenter en 2020 pour s’allier avec eux et faire basculer Malakoff du PCF au PS.

 

Or, ça ne se passera pas comme ça.
Déjà parce que le PS local n’apporte rien qui le différencie du PCF. Je l’avais déjà écrit.

Ensuite, le score du PS est déjà dans le score de Malakoff Plurielle, puisque le cœur de l’électorat de Malakoff Plurielle est les sympathisants PS qui rêvent depuis des lustres que le PS se présente au premier tour.

 

Mais surtout parce que la géopolitique du PS s’est fortement dégradée en 2014 dans les Haut de Seine.

 

Voici la liste des maires dans les Hauts de Seine :

Ville Ancien maire (2008-2014) Etiquette Nouveau maire (2014-2020) Etiquette
Anthony Jean-Yves Sénant UMP Jean-Yves Sénant UMP
Chatenay Malabry Georges Siffredi UMP Georges Siffredi UMP
Sceaux Philippe Laurent UDI Philippe Laurent UDI
Bourg la Reine Jean-Noël Chevreau UDI Jean-Noël Chevreau UDI
Bagneux Marie Hélène Amiable PCF Marie Hélène Amiable PCF
Fontenay-aux-Roses Pascal Buchet PS Laurent Vastel DVD
Plessis Robinsson Philippe Pemezec UMP Philippe Pemezec UMP
Clamart Philippe Kaltenbach PS Jean Didier Berger UMP
Châtillon Jean-Pierre Schosteck UMP Jean-Pierre Schosteck UMP
Montrouge Jean-Loup Metton UDI Jean-Loup Metton UDI
Malakoff Catherine Margaté PCF Catherine Margaté PCF
Vanves Bernard Gauducheau UDI Bernard Gauducheau UDI
Issy-les-Moulineaux Andrée Santini UDI Andrée Santini UDI
Boulogne Billancourt Pierre-Christophe Baguet UMP Pierre-Christophe Baguet UMP
Meudon Hervé Marseille UDI Hervé Marseille UDI
Sèvres François Kosciusko-Morizet UMP Grégoire de la Roncière DVD
Chaville Jean-Jacques Guillet UMP Jean-Jacques Guillet UMP
Ville d’Avray Denis Badré Modem Denis Badré Modem
Saint-Cloud Éric Berdoati UMP Éric Berdoati UMP
Marnes la Coquette Christiane Barody-Weiss UMP Christiane Barody-Weiss UMP
Vaucresson Virginie Michel-Paulsen UMP Virginie Michel-Paulsen UMP
Garches Jacques Gautier UMP Jacques Gautier UMP
Rueil-Malmaison Patrick Ollier UMP Patrick Ollier UMP
Suresnes Christian Dupuy UMP Christian Dupuy UMP
Puteaux Joëlle Ceccaldi-Raynaud UMP Joëlle Ceccaldi-Raynaud UMP
Nanterre Patrick Jarry PCF Patrick Jarry PCF
Colombes Nicole Goueta UMP Nicole Goueta UMP
La Garrenne-Colombe Philippe Juvin UMP Philippe Juvin UMP
Bois Colombe Yves Révillon UMP Yves Révillon UMP
Courbevoie Jacques Kossowski UMP Jacques Kossowski UMP
Neuilly sur Seine Jean-Christophe Fromantin UDI Jean-Christophe Fromantin UDI
Levallois-Perret Patrick Balkany UMP Patrick Balkany UMP
Clichy Gilles Catoire PS Gilles Catoire PS
Asnières sur Seine Sébastien Pietrasanta PS Manuel Aeschlimann UMP
Gennevilliers Jacques Bourgoin PCF Patrice Leclerc PCF
Villeneuve-la-Garenne Alain-Bernard Boulanger UMP Alain-Bernard Boulanger UMP

 

Et un petit tableau récapitulatif :

Etiquette Mandat 2008-2014 Mandat 2014-2020
DVD 0 2
UMP 20 21
UDI 7 7
Modem 1 1
PS 4 1
PCF 4 4
Total 36 36

 

Et un graphe histoire d’être plus lisible :

maire_92

Le PS a vraiment régressé dans le département.

Au niveau des mairies, le PS est à égalité avec le Modem, c’est dire que le PS est dans un sale état.

Le PS ne garde que son bastion : Clichy.

Et encore, le contexte local fait qu’il y a eu une division de la droite…

Le PS perd Clamart, Fontenay-aux-Roses et Asnières.

Au contraire le PCF résiste mieux que ce soit à Bagneux (61,44%), à Malakoff (68,14%), à Nanterre (53,84%) ou Gennevilliers (61,43%).

 

Rien à dire, dans le 92, les maires PCF tiennent…

De plus, le PS devrait perdre également des cantons. Je pense à Pascal Buchet, ancien maire PS de Fontenay-aux-Roses qui devrait perdre son canton prochainement. Je ne pense pas qu’il sera le seul.

Certaines circonscriptions seront également perdues par le PS, je pense à la 12ème qui risque de l’être au détriment de la droite, ou à la 11ème qui le sera au détriment du PCF.

 

Alors, oui, en 2017, le PS, qui reste le grand parti de la gauche, tentera une reconquête, et essaiera de regagner le terrain perdue.

Mais je ne pense pas qu’elle le fera contre le PCF.

Quand le PS a été contre le PCF dans les Hauts de Seine, ça n’a jamais été à son avantage.

Je pense en particulier à Châtillon ou au Plessis-Robinson.

Quand le PS a été contre le PCF, ça a toujours favorisé la droite.

Les maires qui ont été élus après ont toujours été de droite.

La ville par la suite est restée à droite.

Mention spéciale avec le maire très à droite du Plessis-Robinson qui est vraiment très dur.

 

Je pense que vu les scores des maires dans les villes PCF, le PS va laisser les maires PCF tranquilles.

Mieux, le PS va favoriser les maires PCF pour avoir le soutien du PCF pour certaines conquêtes ou reconquêtes.

 

Dans la 11ème circonscription, le PS va soutenir le PCF à Bagneux et à Malakoff pour avoir un soutien à Montrouge.

 

De plus, je pense que le PS peut avoir des espoirs à Asnières (le PS a perdu avec 49.87% des voix) ou à Fontenay-aux-Roses (le PS a perdu avec 47,08% des voix sur un tout sauf Buchet).

 

De plus, certains maires UMP (Balkany à Levallois-Perret, Aeschlimann à Asnières, Ceccaldi-Raynaud à Puteaux) sont très durs, et bien implanté. Le PS va tout faire pour limiter la casse, et va y aller avec le PCF.

De plus, je pense que c’est la faiblesse de la gauche qui fait qu’il n’y a pas eu de second tour à Puteaux.

 

Dans l’absolue, que faudrait-il faire pour faire diminuer le score de notre maire, Catherine Margaté ?

De mon point de vue, je pense que le score de Catherine Margaté diminuera que quand il y aura un centre fort sur la ville de Malakoff.

Je pense même que sur le (très) long terme, un changement de municipalité se fera avec un centre aux alentours de 15%.

D’ailleurs, même si par la suite l’UMP a trop tiré sur la corde, ils ne se sont pas trompés. Ils ont investi un UDI.

 

Or, il se prouve que lors du scrutin 2014, le centre a été particulièrement maltraité.

Il a été maltraité car son représentant l’a vendu pour une bouché de pain à Malakoff Plurielle.

Il a été maltraité car Malakoff Plurielle, tel un Sarkozy ou une Ségolène Royale (rappelez-vous des régionales 2010) a débauché dedans.

Enfin, il a été maltraité car beaucoup de centristes n’ont pas eu le courage d’assumer ce qu’ils sont.

 

La non-présence d’une liste centriste est une faute grave pour une ville comme Malakoff.

Il est indispensable que le centre se construise à Malakoff, et cette construction ne peut se faire que sur plusieurs mandats.

Aujourd’hui, le centre a totalement disparu de Malakoff.

 

Cette disparition fait que Catherine Margaté continuera d’être réélue en 2020, 2026, 2032, 2038, 2044, 2050, 2056, 2062, 2068…

Elle ou ses successeurs…

10 mai 2014 Posted by | Malakoff, Politique, politique locale | , , , , , , | Laisser un commentaire

Demande du CA 2013 et du budget 2014 de Sud de Seine

Lors du conseil communautaire de Sud de Seine, on a voté le CA (compte administratif) 2013 et le budget 2014.

Ça fait beaucoup.

D’autant qu’il n’y a pas eu le DOB (débat d’orientation budgétaire). La raison invoquée étant que la période électorale a tout chamboulé (il y a même une jurisprudence à ce sujet).

 

Je vais donc envoyer le mail suivant au vice-président chargé des finances, Catherine Margaté, maire de Malakoff.

 

Madame Catherine Margaté, vice-président chargé des finances de Sud de Seine,

 

Lors du conseil communautaire du 30/03/2014 a été voté le budget 2014 de Sud de Seine et le CA 2013 de Sud de Seine.

Je souhaiterais que vous me communiquiez ces documents dans les plus brefs délais, comme me le permet l’Article L2121-26 du Code général des collectivités territoriales qui stipule :

« Toute personne physique ou morale a le droit de demander communication des procès-verbaux du conseil municipal, des budgets et des comptes de la commune et des arrêtés municipaux.

 

Chacun peut les publier sous sa responsabilité.

 

La communication des documents mentionnés au premier alinéa, qui peut être obtenue aussi bien du maire que des services déconcentrés de l’Etat, intervient dans les conditions prévues par l’article 4 de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978.

 

Les dispositions du présent article s’appliquent aux établissements publics administratifs des communes. »

Vous pouvez me communiquer les documents par mail.

 

Par ailleurs, je souhaiterais avoir les éclaircissements suivants.

Sur le budget 2014, je souhaiterais connaître l’endettement au 01/01/2014 ainsi que l’endettement prévue au 31/12/2014. En cas d’augmentation de celui-ci, j’aimerais également savoir quel(s) projet(s) justifieraient l’augmentation de cet endettement.

 

Sur le compte administratif 2013, je souhaiterais connaître votre valeur d’autofinancement brut. Le calcul étant assez compliqué, je souhaiterais connaître les étapes intermédiaires de votre calcul (notamment ce qui a été retranché en recettes et dépenses pour les retraitements comptables).

Je souhaiterais aussi connaître l’endettement selon le CA, qui me permettrait de calculer la capacité de désendettement de Sud de Seine.

 

Veuillez agréer mes salutations distinguées

2 mai 2014 Posted by | actualité, Conseil communautaire, Finances locales, Malakoff, Politique, politique locale, Sud de Seine | , , , , , , , | Laisser un commentaire